Post-it : Description des Forces Aériennes Algériennes

Al-Quwwat Al-Jawwiya Al-Djazairiya - القوات الجوية الجزائرية
Venez parler de tout ce qui concerne l'armée de l'air Algérienne
Répondre
Avatar de l’utilisateur

Topic author
anzar
Fariq (فريق)
Fariq (فريق)
Algeria
Messages : 13962
Inscription : 21 mars 2012, 11:50

Post-it : Description des Forces Aériennes Algériennes

Message par anzar » 24 mars 2012, 14:37

Edit anzar : (mise à jour le 22/09/2016)
Al-Quwwat Al-Jawwiya Al-Djazairiya
Image

:!: Vous pouvez visualiser, quand elles sont disponibles, les photos des appareils en cliquant sur leurs noms :)


Avions de Combat / Combat Aircraft

:arrow: MiG-25PD/PDS Foxbat-D /+14
:arrow: MiG-29S/UB Fulcrum C/UB /+30
:arrow: Sukhoï-24MK2 Fencer-D /+30
:arrow: Sukhoï-30MKA Flanker-H / 58


Avions de Transport-Liaison / Transport Aircraft

:arrow: Beech 1900D /06
:arrow: Beech 300/350 /05
:arrow: C-130H/H30 Hecrules / 15
:arrow: EADS C-295 / 05
:arrow: Ilyushin-76MD Candid / 03
:arrow: Ilyushin-76TD Candid / 09
:arrow: Pilatus PC-6 / 02


Avions d'Entrainement / Training Aircraft

:arrow: MiG-25RU/PU Foxbat-C / 03
:arrow: L-39C/ZA Albatros /+30
:arrow: Yak-130 / 16
:arrow: Beech 200 /+8
:arrow: Beech C90B/GTx /+8
:arrow: Zlin-142/Firnas-42 /+20
:arrow: Safir-43 /+20


Ravitailleurs / Tanker

:arrow: Ilyushin-78 Midas / 06


Missions Spécialisées / Special Mission Aircraft

:arrow: Beech 1900D HISAR/MMSA (Reece/Signint/Patmar) / 06
:arrow: Beech 200T(Patmar) / 02
:arrow: Beech 350R ATOS (Patmar) / 01
:arrow: MiG-25RB (Recce) Foxbat-E / 03
:arrow: Sukhoï-24MRK2 (Recce) Fencer-E / 04
:arrow: Sukhoï-24MPK (EW) Fencer-F / 02


Drones

:arrow: Denel Seeker II (UAV/Reece) /+12
:arrow: Mirach 100 (UAV/Tracteur de cibles) / 10


[GLAM] Avions de Transport VIP / VIP Transport Aircraft

:arrow: Airbus A340-541 (GLAM)* / 01
:arrow: Gulfstream IV (GLAM) / 04
:arrow: Gulfstream V (GLAM) / 01
:arrow: ATR-72/600 (GLAM) / 02
:arrow: Fokker F27 (VIP) / 01
:arrow: AW-101 (VVIP) / 02


Hélicoptères de Combat & de Manœuvre / Combat & Support Helicopters

:arrow: Mil Mi-171 Hip-H /+60
:arrow: Mil Mi-24MKIII SuperHind /+12
:arrow: Mil Mi-26T2 Halo /06+08**
:arrow: Mil Mi-28UB Havoc /42**

Hélicoptères de Reco & de liaison / Recce & Transport Helicopters

:arrow: AS-355 Ecureuil (Reco)/+06
:arrow: AS-555 Fennec (Reco)/+10
:arrow: Bell 412EP / 03
:arrow: Bell 206L/+04


Hélicoptères d'Entrainement / Training Helicopters

:arrow: AW-119MKII Kowala /08
:arrow: Mil Mi-2 Hoplite /+20
:arrow: PZL W-3A Sokol /08
:arrow: Mil Mi-8T Hip-C /+10


Hélicoptères SAR / SAR Helicopters

:arrow: AW-139 SAR /11
:arrow: Kamov-32C/T Helix / +03

* GLAM = Groupe de Liaison Aérienne Ministérielle (à l'usage du gouvernement)
** En commande
Image

Avatar de l’utilisateur

Topic author
anzar
Fariq (فريق)
Fariq (فريق)
Algeria
Messages : 13962
Inscription : 21 mars 2012, 11:50

Re: Post-it : Description des Forces Aériennes Algériennes

Message par anzar » 29 mars 2012, 15:51



Image

Avatar de l’utilisateur

l'adjudant/chef
Fariq (فريق)
Fariq (فريق)
Algeria
Messages : 2709
Inscription : 27 mars 2012, 15:57
Localisation : algerie
Contact :

Re: Création de l'ANP [HISTORIQUE]

Message par l'adjudant/chef » 03 mai 2012, 21:47

Armée de l'air algérienne
[/size]

THE ALGERIAN AIR Force abrégé AAF ou bien Al Quwwat Al Djawia Al Djaza'eria en arabe.

Historique

l'existence de l'Armée de l'air Algérienne (AAF : ALGERIAN AIR FORCE) remonte officieusement au temps de l'ALN et du FLN, en effet cela est peu connus mais des pilotes de l'ALN ( “ Armée de Libération Nationale ”) se préparaient discrètement à bord de MiG-15 en Egypte, dans la perspective de voler au secours de leurs frères d’Algérie de jadis. Cette menace fut prise très au sérieux par les militaires français comme l’a déclaré le Général Hugues SILVESTRE de SACY, chef du Service historique de l'armée de l'Air dans son article intitulée "

LES BARRAGES EN ALGÉRIE, UNE VISION AÉRIENNE DU BOUCLAGE DES FRONTIÈRES ", dans lequel il déclare que la France connaissait l’existence d’une escadrille Algérienne qui s’entraînait en Egypte pour ensuite faire des attaques sur l’Algérie à partir de bases perdues dans le désert Libyen. La preuve en fût donnée lorsque dès l'indépendance, plusieurs MIG-15 pilotés par des Algériens, s’étaient posés sur la terre qu'ils voulaient défendre.

Constitution de l’AAF

Dans les premiers temps, la formation des pilotes algériens s'effectua en Egypte et en Syrie, dans un programme d’entraide Arabe, qui avait pour but de former et d’équiper la jeune Force Aérienne Algérienne. L’Egypte de Nasser poussa sa générosité en fournissant 18 avions d’entraînement AL JOUMHOURIA ( “ La République ” ) fabriqués localement ainsi que 5 MiG-15 pour l’interception. En novembre 1962 des experts et instructeurs Est-Européens arrivèrent en Algérie avec ce qui semblait être la base de la future force aérienne algérienne : 5 bi-places MiG-15 UTI, 6 avions de transport IL-14 et 10 hélicoptères Mil Mi-4 Hound. Deux Beech D18S furent aussi acquis pour le transport des officiels du gouvernement.

Apres de sérieux affrontements avec le Royaume Marocain ( “guerre des sables”, 1963), l’Algérie compris les dangers qui la guettaient et décida de se lancer dans un vaste programme d’entraînement et de réarmement qui allait être parrainé par un allié de poids : l’URSS. Ce programme avait pour but de donner à l’Algérie la supériorité aérienne dans la région et ainsi dissuader le Maroc contre toute nouvelle attaque.

En 1964 l’Algérie acquis ses premiers avions offensifs : 50 MiG-15Bis et MiG-17F en plus de 14 bombardiers tactiques IL-28. Mais le projet ne s'arrêta pas là, l’Algérie acquis en plus 6 autres avions de transport IL-14, 1 IL-18 pour le gouvernement et le super transporteur russe de l’époque l’AN-12 qui furent livrés avec à leurs bords des tonnes d’armes et de munitions pour l’armée de terre. L’URSS modernisa également la base aérienne stratégique de Boufarik qui fut utilisée pour le soutient logistique de la FAA.

En 1965 un changement à la tête de l'état amena Boumediene au pouvoir. Ce dernier commença par changer le nom officiel de la Force Aérienne Algérienne en Al Quwwat Al-Jawwiya Al-Jaza'eriya (QJJ). Le nouveau gouvernement renforça sa coopération avec l’Union Soviétique dans le domaine de l’armement et les premiers avions de combat modernes ne tardèrent pas à faire leurs apparitions. L’Algérie acquis 2 escadrons de chasseurs bombardiers MiG-17F, 20 autres hélicoptères MI-4 pour le transport, les missions d’attaque au sol et pour les missions de reconnaissance d’artillerie ainsi que 16 autres bombardiers IL-28. Mais l’évènement qui provoqua une grande polémique avec le Maroc fut l’arrivée de 6 avions supersoniques MiG-21F-13.

Au début de l’année 1967, 31 nouveaux MiG-21 furent livrés à l’AAF (Algerian Air Force ) qui les divisa en deux escadrons d’interception et de chasse.

Les premiers combats aériens

Les premiers combats des pilotes algériens commencèrent en 1967 avec la “guerre des six jours”, quand 2 escadrons de MiG-17, une de MiG-21 et une autre d’IL-28 furent engagées auprès de la coalition arabe. Avec près de 100 appareils l‘Algérie alignait la deuxième force aérienne sur le front égyptien. Les MiG-17 étaient pilotés par des aviateurs algériens et les MiG-21 par des aviateurs Egyptiens qui avaient plus d’expérience dans l’utilisation de ce nouvel avion.

Mais à leur arrivée les 6 premiers MiG-21 se posèrent sur la base aérienne d’AL-ARICH dans la péninsule du Sinaï qui avait été capturée par les Forces Israéliennes de Défense (IDF). Les 6 avions et leurs pilotes furent capturés. Quatre des MiG-21 furent remis aux USA afin de les tester et découvrir ainsi d’éventuelles faiblesses de l’appareil qui les faisaient tant souffrir au Vietnam. Certaines sources rapportent que des MiG-17 ont assistés à des bombardements contre des troupes israéliennes au Sinaï suite à la débâcle des troupes Arabes.

Après la défaite Arabe et la supériorité israélienne dans les combats aériens, l’Algérie décida d’intensifier l’entraînement de ses pilotes avec l’acquisition d’un lot de 28 avions d’entraînement armées CM-170 Magister et 5 Hélicoptères SA-330 PUMA. Ces CM-170 appartenaient originalement à l’Allemagne Fédérale, ils furent transférés en France pour êtres rénové et modernisé et enfin livrés à l’Algérie.

Au début 1971, l’AAF comptait près de 200 appareils avec comme avion principal le légendaire MiG-21 qui composait près de 40 % de la flotte, les MiG-15 et MiG-17 ont prouvés qu’ils ne faisaient plus le poids face à des avions tel le F-4 Phantom. C’est suite à un accord de partenariat militaire avec l’Union Soviétique que l’Algérie commença à acquérir des avions modernes qui étaient en service au sein des forces aériennes de l’URSS. Les premiers chasseurs bombardiers Su-7BMK, avions à la pointe de la technologie ont fait leur apparition comme remplaçant des MiG-17F, donnant à l’Algérie un avantage militaire qui faisait d’elle la seule réelle puissance pro-soviétique dans le sud du bassin méditerranéen.

Ces avions furent déployés pendant la guerre d’usure dans laquelle les Algériens ont appris beaucoup de choses dans le domaine des combats aériens et des techniques de bombardement à basse altitude. Les pilotes ont appris à êtres en alerte constante et à réduire leur temps de réaction contre d’éventuelles attaques.

En 1973, 2e engagement directe de l'Algérie dans un conflit Israélo-Arabe. Elle fut la deuxième puissance militaire sur le front égyptien et sa force était composée d’un escadron de bombardiers tactiques Su-7 escorté par un escadron de chasse MiG-21. Un troisième escadron équipé de MiG-17 fut envoyé pour des missions de soutient. Les pilotes algériens étaient cette fois plus préparés et plus aguerris grâce à la guerre d’usure. Elle fut la seule force aérienne Arabe à ne pas avoir perdu d'appareils au combat, seul un MiG-17 fut touché par un Phantom Israélien. Malgré la gravité du coup le pilote algérien réussit à crasher le MiG près de sa base d'attache tout en s'éjectant et en évitant de se faire capturer. Les avions algériens avaient accomplis toutes leurs missions qui consistaient à attaquer les israéliens dans le Sinaï et à protéger le Caire de toute contre-offensive israélienne. Mais des informations précises sur leur rôle dans ce conflit sont inexistantes.

Ce n’est qu’au début des années 70 et avec l'aide de l'URSS, que l'Algérie réussi à ouvrir sa première école militaire de pilotage à Tafraoui près d'Oran, qui a aujourd'hui une renommée Africaine en formant des pilotes non seulement algériens, mais aussi Africains et Arabes dans des programmes d’échanges de techniques et de formations...

Après 1973 ce fut une autre guerre mais froide celle-là qui attendait l'AAF : en 1975 le Maroc annexa le Sahara occidental tout en bombardant au napalm les populations de cette région. L'Algérie intervint pour aider ces populations en les mettant à l'abri près de Tindouf. Le Maroc voyant cette intervention d’un mauvais œil ramena sur la table la question des frontières en réclament à l'Algérie la rétrocession de Bechar et de Tindouf. L’Algérie sachant que le Maroc est une menace pour sa sécurité plaça un dispositif militaire sur sa frontière Ouest, ce qui poussa le Royaume à abandonner ses idées expansionnistes. Du jour au lendemain des bases aériennes, des tranchés et des stations radars ont fait leur apparition là où il n'y avait que du sable.

L'AAF a été une des pièces maîtresse de ce dispositif car ses avions étaient toujours près à toute éventualité et effectuaient régulièrement des manœuvres combinés aux forces terrestres ainsi que des rotations de jour comme de nuit. Les MiG-21BIS du 110eme, 140eme et 190eme escadron de chasse étaient déployés sur toute la frontière Ouest et pouvaient à tous moment avoir l’appuis des MiG-21BIS/MF du 630eme escadron de Bousfer avec comme but principal la destruction de tout avion pénétrant l’espace aérien national. Il y avait aussi deux escadrons d’attaque équipés de SU-7 et de SU-22, déployés sur les bases de Mecheria et de Tindouf.

L’Algérie aida la population sahraouie, qui avec la formation algérienne détruisit plusieurs avions marocains. Avec l'apparition d'un pays voisin toujours à la quête d'une éventuelle faiblesse de l'Algérie pour conquérir ses terres, l'AAF avait besoin de développer son aviation pour avoir la supériorité aérienne et de dissuader le Maroc de toute aventure comme celle de 1963, mais les relations entres les deux pays sont toujours amicales, même si des problèmes mineurs persistent encore..

Certaines sources disent qu’entre 1977 et 1983 un Mirage F-1 marocain (près de Tindouf) et un SU-22 libyen (prés de la base aérienne de Ain Amenas) auraient été abattus par des MiG-21 algériens.

Début de la seconde phase de modernisation

Au début de 1978 l’AAF était composée de 5 000 hommes et équipée de 230 avions de combat. La flotte était constituée de 120 MiG-21MF, un escadron de chasseur bombardier équipé avec 28 SU-7BMK, un escadron d’attaque équipé de MiG-17, un escadron de bombardiers tactiques équipé de 24 IL-28 et un escadron de 20 CM-170 et 20 MiG-15 pour l’entraînement.

Ce n’est que vers la fin de 1978 que le premier lot de 50 Mig-23 à géométrie variable fut acquis, mais l’avion qui donna à l’Algérie un avantage décisif dans la région en terme militaire et politique était le MiG-25 FOXBAT. Seuls 5 pays furent approuvés par Moscou pour recevoir cet avion qui reste jusqu'à ce jour intouchable par les systèmes de défense et les autres avions pourtant plus modernes que lui.
c'est pas l'arme qui tue mais l'être humaine qui tir sur la gâchette

Image

Image

Avatar de l’utilisateur

l'adjudant/chef
Fariq (فريق)
Fariq (فريق)
Algeria
Messages : 2709
Inscription : 27 mars 2012, 15:57
Localisation : algerie
Contact :

Re: Création de l'ANP [HISTORIQUE]

Message par l'adjudant/chef » 03 mai 2012, 21:49

Premiers contacts avec l’Ouest
[/size]

La même année, les systèmes d’entraînement furent restructurés et les premier avions d’entraînement El Joumhouria furent remplacés par des T-34C acquis aux Etats-Unis.

S’en est suivi l’affaire des otages américains en Iran en 1981, grâce à des tractations, l’Algérie réussit à obtenir la libération des otages de l’ambassade des USA à Téhéran. L’Algérie gagna la sympathie de l’Amérique qui lui offrit 6 Hercules C-130H, principal avion de transport tactique des USA à cet époque là et qui fut utilisé en tandem avec son équivalent soviétique l’AN-12. D’autres C-130H et C-130H-30 furent acquis par l’Algérie dans les années 80. Il faut noter que les Hercules furent accompagnés par les 6 MiG-21 capturés en 1967 par Israël.

Durant cette même période, la flotte de combat fut largement modernisée, d’autres MiG-23 et MiG-25 furent acquis et l’immense flotte de MiG-21F fut échangée avec 120 MiG-21MF/Bis plus modernes. Il était clair que l’Algérie cherchait à moderniser d’avantage ses capacités d’entraînement, plusieurs compagnies proposèrent leurs avions d’entraînement tel que l’Alpha jet Franco-Allemand et le Hawk Britannique, mais c’est le L-39 Tchécoslovaque qui fut choisi avec une acquisition de 39 appareils de ce type à partir de 1987.

Les Années 90

A cette époque l’Algérie subit de plein fouet la crise économique et une monté de violence sans précédant qui failli renverser l’Algérie dans une guerre civile atroce. L’économie algérienne était au rouge et l’acquisition de nouveaux matériels fût alors ajournée (notamment en raison de la disparition de l’allié soviétique). L’AAF qui comptait près de 500 techniciens Russes avant 1990 avait de très grandes difficultés à maintenir sa flotte opérationnelle. Les experts internationaux ne lui donnaient plus qu’un rôle mineur dans la région et disaient en exemple qu’elle ne pouvait supporter la maintenance de sa flotte ou toute éventuelle attaque à son encontre.

Mais malgré ces problèmes l’AAF tînt le coup et sa force de dissuasion était toujours là, grâce notamment à ses 13 SU-24MK et 4 SU-24MR acquis 2 ans seulement avant la chute de l’URSS. Sa flotte de MiG-25 fût également pour beaucoup dans ce rôle de dissuasion. Le transport militaire fut lui aussi modernisé grâce à des IL-76 qui est un avion de transport stratégique, et à une flotte d’hélicoptère Mi-8 et Mi-17 qui furent équipés avec des systèmes de vision nocturne, alors qu’une commande de 30 SA-330 PUMA fut annulée notament aprés le crash des deux seuls appareils à avoir été livrés.

L’AAF utilisa tous les moyens possibles pour venir à bout des hordes de sauvages, utilisant le plus souvent les escadrons d’hélicoptères de combat et les appareils de la 4e escadre pour des missions de bombardement de précision. Mais ce qui bouleversa largement les engagements de l'AAF c'était l'introduction des Mi-24MKIII, plus aptes au combat nocturne. La combinaison des Beech 1900DHisar, des AS-350 avec leur système FLIR en tandem avec les Mi-24 et les Mi-17 se révéla être une parade mortelle pour tous les groupes terroristes activant dans les maquis et dans le grand sud, les poussant à développer de nouvelles techniques se basant sur la création de groupuscules composés généralement de 2 à 3 individus très mobiles et très dur à détecter depuis les airs.

Les hélicos permirent aussi la fermeture quasi hermétique du Grand Sud face aux nouveaux terroristes fraîchement débarqués d'Afghanistan. Ce nouveau danger représente un chalenge de plus pour l'AAF, qui ne devra compter que sur elle même dans la surveillance du Sahel, vus la quasi absence totale de forces aériennes dans les pays limitrophes. Les terroristes installés dans les montagnes et le no man’s land du Sahel ont amenés avec eux quelques vestiges de la guerre contre les Soviétiques notamment le redoutable missile portable sol-air Stinger.

Modernisation profonde

Alors que la première puissance Arabe, l’Iraq, fut détruite et les nouvelles tendances politiques Américaines qui faisait qu’un pays aussi riche mais dans une position de faiblesse comme l’Algérie pouvait être attaqué à tout moment, l’AAF - grâce au Général-Major Mohamed Benslimani - décida de se moderniser non seulement dans le domaine du matériel mais aussi dans l’organisation, la formation et l’entraînement de son personnel navigant et au sol. La chute de l’URSS et l’absence de techniciens internationaux donna une grande leçon à l’Algérie : Il ne fallait compter que sur soi-même dans l’entraînement et la maintenance du matériel militaire. Ajoutez à cela le vieillissement de la flotte de MiG-21 et MiG-23.

Des manœuvres militaires furent conduites pour jauger les potentiels militaires et connaître les besoins réels de l’AAF car l’ère des importantes quantités d’avions est révolue, seule la technologie et la maîtrise du matériel pouvait l’emporter dorénavant.

Une modernisation extrêmement sévère fut entreprise et le résultat était surprenant pour une armée qu’on considère obsolète :

- En 1997, grâce à un programme de diversification de ses fournisseurs, l’AAF signa un contra avec le constructeur Sud-Africain Denel l’acquisition de plusieurs drones Seeker de reconnaissance. L’AAF acquis parallèlement en Ukraine 3 Mig-25RBSH de reconnaissance et d’écoute ultra sophistiqués et signa un autre contrat avec les USA pour l’acquissions de plusieurs Beech 1900D Hisar pour la guerre électronique et la reconnaissance.

- L’AAF montra un vif intérêt pour l’hélicoptère sud africain Rooivalk, elle équipa ainsi ses Mi-24D avec les mêmes systèmes d’armes que celui-ci, leurs donnant une capacité d’emport d’armes de précision guidées au laser et de bombardement tout temps. Quarante autres Mi-24V furent importés d’Ukraine entre 1998 et 2001 pour augmenter la puissance de feu de l’AAF et seront certainement modernisés au format MK3.

- Elle résolut les problèmes liés aux missions de longue durée avec l’acquisition de 6 ravitailleurs IL-78 Midas.

- Suite à la réduction de la flotte, conséquence du retrait des SU-22, des MiG-21, d'une grande partie de MiG-25 et de MiG-23, l’AAF devait acquérir de nouveaux avions, 6 SU-24MK Biélorusses et Ukrainiens furent acquis pour renforcer la flotte de bombardiers tactiques. Autre révolution l’acquisition en 1997 de 36 Mig-29S Ukrainiens et de 36 autres MiG-29S Biélorusses en 1999, suivis par 7 autres en 2001 (également Biélorusse). Neuf MiG-25PDS Ukrainiens furent acquis en 1999 suivis d’une modernisation complète de toute la flotte de MiG-25 acquise précédemment. En 2000 l’Algérie commanda officiellement 22 SU-24Mk qui étaient en service dans l’armée de l’air Russe modernisé ensuite au format Bis. Ils sont équipés avec les tous derniers systèmes radars et d’armement.

L'Algérie qui déployait plus de 350 chasseurs et avions de reconnaissance au début des années 90 ne déploie actuellement que 190 avions dont seul le SU-24 constitue une réelle force de frappe. Le Mig-23 sera déclassé au maximum avant fin 2006 alors que les hauts gradés de l'AAF souhaite son retirer avant fin 2005 et le Mig-29S doit étre remplacé par des Mig-29M1 le plus tot possible. Seul la flotte d'hélicoptère a augmentée preuve de l'utilité de ce précieux outils dans les opérations anti-terroristes, avec prés de 250 hélicoptères de combat et de transport convertible Mi-24, Mi-17, Mi-171 tous moderniser, des Mi-17-1V spécialisé dans les combats de nuit et prés de 60 hélicoptères de tous type, notamment les AS-350, AS-355, Mi-2 et les KA-32.

A long terme ces chiffres devraient évoluer, avec la vente des MiG-29 actuels la mise à la retraite de toute la flotte de Mig-23MF/BN programmée normalement pour la fin 2005, l'acquisition complète des 50 MiG-29M1 de nouvelle génération et l'acquisition d'une flotte conséquente de SU-30MKA pour avoir au moins un escadron opérationnel complet. Le but final serait d'avoir un minimum d'avion de combat mais avec une meilleure efficacité en se basant sur des appareils extrêmement sophistiqués composé essentiellement par les SU-24Bis, les MiG-29M1 et les SU-30MKA.

Actuellement les pilotes algériens sont en entraînement constant vu les changements géostratégiques et politiques que vie le monde. L’AAF a réussi sa modernisation et continue de se moderniser au fil du temps, non seulement en terme de matériel, mais aussi sur le plan humain avec des entraînements intensifs de pilotes et du personnel au sol, une indépendance dans le domaine de la maintenance des machines et un développement dans la coordination entre les armées de terre de la marine et de l’air grâce à la réorganisation des années 1993 et 1994. Le récent rapprochement avec l’OTAN prouve que l’ANP en général et l’AAF en particulier représentent une puissance militaire et donnent à l’Algérie un rôle pivot dans la région sur lequel il faut compter.

A titre d’indication, le chef de la troisième escadre et instructeur sur MiG-29S totalise à lui seul plus de 3300 heures de vol (Juillet 2003) sur avion de combat notamment sur les modèles MiG-21, MiG-25 et MiG-29.

~~~~

Lien => : http://www.techno-science.net/?onglet=g ... tion=11807
c'est pas l'arme qui tue mais l'être humaine qui tir sur la gâchette

Image

Image

Avatar de l’utilisateur

Archange78
Fariq (فريق)
Fariq (فريق)
Algeria
Messages : 1025
Inscription : 26 mars 2012, 19:12

Re: Post-it : Description des Forces Aériennes Algériennes

Message par Archange78 » 10 janvier 2013, 20:35

différents types de casques utilisés au sein de l'AAF :

:arrow: à gauche ceux des différents avions militaires : Mig-25, Mig-29, SU-30,.......

:arrow: à droite ceux des hélicoptères.

Image
Image

Avatar de l’utilisateur

FULCRUM
Fariq (فريق)
Fariq (فريق)
Algeria
Messages : 5492
Inscription : 27 mars 2012, 22:46

Re: Post-it : Description des Forces Aériennes Algériennes

Message par FULCRUM » 04 janvier 2015, 13:46

A savoir, aujourd'hui c'est l'anniversaire de la mort d'Ait Messaouden, premier pilote de chasse algérien et premier CFA, Allah Yerahmou.
Image

Avatar de l’utilisateur

kamel eddine
Liwaa (لواء)
Liwaa (لواء)
Algeria
Messages : 693
Inscription : 22 mars 2012, 03:33
Localisation : DAAB

Re: Post-it : Description des Forces Aériennes Algériennes

Message par kamel eddine » 07 janvier 2015, 00:48

Allah Yerhmou, son non était inscrit sur le MI6 Hook installé à DAAB
Image

Avatar de l’utilisateur

Topic author
anzar
Fariq (فريق)
Fariq (فريق)
Algeria
Messages : 13962
Inscription : 21 mars 2012, 11:50

Re: Post-it : Description des Forces Aériennes Algériennes

Message par anzar » 27 janvier 2016, 01:23

Le dernier World Air Forces (2016) est sorti y a quelques semaines je vous laisse juges de l'inventaire de l'AAF / Aéronavale

Image
Image

Avatar de l’utilisateur

camron29
Mulazim Awal (ملازم أول)
Mulazim Awal (ملازم أول)
Algeria
Messages : 1489
Inscription : 27 novembre 2012, 11:49

Re: Post-it : Description des Forces Aériennes Algériennes

Message par camron29 » 27 janvier 2016, 01:32

C'est toujours le flou concernant le nombre des mig 29, su 24 et les mi 24. Je ne sais pas d'ou viennent leur sources :?:

Avatar de l’utilisateur

Topic author
anzar
Fariq (فريق)
Fariq (فريق)
Algeria
Messages : 13962
Inscription : 21 mars 2012, 11:50

Re: Post-it : Description des Forces Aériennes Algériennes

Message par anzar » 27 janvier 2016, 01:39

Pour les MiG-29 ils appliquent des "formules" qui prennent en considération l'âge des appareils et le nombre initial acquis, mais là ils surestiment leur nombre, tout comme le nombre de Mi-24MK3 qui ne dépassent pas dans les deux cas la vingtaine. Pour les Su-24 c'est l'inverse, il y a au moins une trentaine d'appareils en service sans compter les MR/MP.

Pour moi c'est la première fois qu'ils publient un inventaire plutôt correct. A part les cas cités ci-dessus et celui des Hip (Mi-17/171/171Sh) qui est aussi surestimé
Image

Avatar de l’utilisateur

camron29
Mulazim Awal (ملازم أول)
Mulazim Awal (ملازم أول)
Algeria
Messages : 1489
Inscription : 27 novembre 2012, 11:49

Re: Post-it : Description des Forces Aériennes Algériennes

Message par camron29 » 27 janvier 2016, 02:04

anzar a écrit :Pour les MiG-29 ils appliquent des "formules" qui prennent en considération l'âge des appareils et le nombre initial acquis, mais là ils surestiment leur nombre, tout comme le nombre de Mi-24MK3 qui ne dépassent pas dans les deux cas la vingtaine. Pour les Su-24 c'est l'inverse, il y a au moins une trentaine d'appareils en service sans compter les MR/MP.

Pour moi c'est la première fois qu'ils publient un inventaire plutôt correct. A part les cas cités ci-dessus et celui des Hip (Mi-17/171/171Sh) qui est aussi surestimé
C'est les mêmes chiffres que je pensais sauf pour les su 24 MP en nombre 2 avec un nez peint en noir. J'avais cru qu'il étaient OUT :?: Et meme s'ils étaient en service, ils sont alors équipés de khibiny :?:


tergo90
Djoundi (جندي)
Djoundi (جندي)
Algeria
Messages : 56
Inscription : 08 avril 2012, 11:30

Re: Post-it : Description des Forces Aériennes Algériennes

Message par tergo90 » 27 janvier 2016, 21:46

A noté 15 W-3 version combat en commande

Avatar de l’utilisateur

camron29
Mulazim Awal (ملازم أول)
Mulazim Awal (ملازم أول)
Algeria
Messages : 1489
Inscription : 27 novembre 2012, 11:49

Re: Post-it : Description des Forces Aériennes Algériennes

Message par camron29 » 27 janvier 2016, 22:19

tergo90 a écrit :A noté 15 W-3 version combat en commande
Non, à usage d'entrainement.


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11790
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Post-it : Description des Forces Aériennes Algériennes

Message par AAF 2020 » 10 juillet 2016, 18:40

Image

Avatar de l’utilisateur

HADDAD
Naqib (نقيب)
Naqib (نقيب)
Algeria
Messages : 1689
Inscription : 16 novembre 2013, 22:52
Localisation : ALGERIA

Re: Post-it : Description des Forces Aériennes Algériennes

Message par HADDAD » 10 juillet 2016, 20:50

AAF 2020 a écrit :Image
C ou ?
a cheragga??
ⵜⴰⴳⴷⵓⴷⴰ ⵜⴰⴷⵣⴰⵢⵔⵉⵜ ⵜⴰⵎⴰⴳⴷⴰⵢⵜ ⵜⴰⵖⵕⴼⴰⵏⵜ

Répondre

Revenir à « Forces Aériennes Algériennes »