Le Personnel Feminin au Sein de l'ANP

Venez discuter et débattre a propos de l'Armée Algérienne "uniquement" lorsque le sujet débattu ne concerne pas spécifiquement une armée (contrats, doctrine...).
Avatar de l’utilisateur

Isatis
Liwaa (لواء)
Liwaa (لواء)
Algeria
Messages : 705
Inscription : 27 mars 2012, 14:03

Re: Le Personnel Feminin au Sein de l'ANP

Message par Isatis » 07 mars 2014, 22:22

tayeb a écrit :Image
Belle photo.

armées de Ppsh-43
Pour le devoir & l'honneur

Image
Image

Avatar de l’utilisateur

anzar
Fariq (فريق)
Fariq (فريق)
Algeria
Messages : 13878
Inscription : 21 mars 2012, 11:50

Re: Le Personnel Feminin au Sein de l'ANP

Message par anzar » 12 mars 2014, 23:40

ImageImage

Archives T800
Image


colonelbelkaid
Arif (عريف)
Arif (عريف)
Algeria
Messages : 233
Inscription : 29 août 2013, 05:27

Re: Le Personnel Feminin au Sein de l'ANP

Message par colonelbelkaid » 26 juin 2014, 14:28

Image

Avatar de l’utilisateur

Amine Ind
Muqaddam (مقدم)
Muqaddam (مقدم)
Algeria
Messages : 4988
Inscription : 28 septembre 2012, 13:44
Localisation : LFBO

Re: Le Personnel Feminin au Sein de l'ANP

Message par Amine Ind » 23 août 2014, 19:38

"Une voisine pas comme les autres" ,rendez vous avec l'histoire la femme pilote de chasse Algérienne Promo 1978 ,20 ans avant celle de l'armée de l'air française en 1998, nous sommes fières et je suis fière un modèle "Hakima Abdessemed" un livre sortira bientôt , sur celle qui a suivie son rêve ......
Aéroclub Sonair Boumerdes "Centre Aéronautique"

Image
Image
Image
Image
Image

Mes respect Madame, vous êtes notre fierté :avo:
Image


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11736
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Le Personnel Feminin au Sein de l'ANP

Message par AAF 2020 » 07 mars 2015, 11:43

de plus en plus de femmes choisissent ce métier : La gendarmerie compte plus de 2.000 femmes dans ses rangs

Image
Il n’existe pas de discrimination entre sexes au sein de la gendarmerie », a précisé le colonel Rabah Riah, directeur de l’Ecole supérieure de la gendarmerie nationale (ESGN) des Issers.

La Gendarmerie nationale (GN) compte aujourd’hui plus de 2.000 femmes dans ses rangs. C’est seulement depuis 2002 que le recrutement des femmes officiers et sous-officiers s’est accompli. En revanche, sont intégrées aux postes administratifs et techniques ainsi qu’au sein des unités opérationnelles. Le plus haut grade attribué à un officier femme de la GN est celui de commandant. Ces femmes occupent également des postes de responsabilité. Elles sont chefs de section et de laboratoire à l’Institut national de criminologie et criminalistique de Bouchaoui. « Il n’existe pas de discrimination entre sexes au sein de la gendarmerie », a précisé le colonel Rabah Riah, directeur de l’Ecole supérieure de la gendarmerie nationale (ESGN) des Issers, dans la wilaya de Boumerdès. Dans cette école mixte qui assure la formation de femmes tous grades confondus, les stagiaires femmes sont évaluées de la même façon que leurs collègues hommes vu que leurs missions sont identiques. Les filles ici suivent les mêmes stages de grimpe, de parcours du combattant et de tir, a-t-on constaté sur place à travers des démonstrations de performance physique et technique. Maîtrise et compétence alors qu’elles viennent juste d’être recrutées, soit en septembre 2014. Les femmes gendarmes opèrent, après la fin de stage, au sein de tous les services dont les sections de recherches et les brigades des mineurs comme enquêtrices. Il reste qu’un poste ne leur est pas accessible actuellement : les unités d’intervention, à l’exemple du GIR (Groupement d’intervention et de réserve), chargé souvent du maintien de l’ordre, et les SSI (Sections de sécurité et d’intervention) chargées essentiellement de la lutte contre le grand banditisme. Pour le directeur de l’école, « il y a un besoin d’hommes et de femmes dans le corps de la Gendarmerie car les services de sécurité, pour renforcer le lien de confiance avec la population et assurer la protection des personnes et des biens, doivent répondre présents aux besoins de notre société ». Ce responsable s’exprimait à la presse lors d’une visite guidée jeudi dernier à cette école, à l’occasion de la Journée mondiale de la femme, pour présenter la formation de l’élément féminin. Le directeur a rappelé la place occupée aujourd’hui par les femmes dans la GN. « Le recrutement des femmes au sein de ce corps de sécurité obéit à l’évolution du crime. Il y a une montée de la délinquance féminine, c’est l’une des principales motivations du recrutement féminin », a-t-il précisé. Interrogé sur le niveau des filles stagiaires, le colonel Riah a indiqué que la femme fait preuve de plus de patience, de volonté et d’engagement lors des stages et aussi après son intégration professionnelle. Elle ne bénéficie d’aucun traitement de faveur, a-t-il tenu à préciser. « Il reste que nous n’avons pas de femmes dans les GGF en raison des conditions de vie très rudes », a souligné le même responsable, précisant qu’un recrutement massif de l’élément féminin est enregistré, notamment dans le service de la police judiciaire, les sections de recherche et dans les groupements de wilaya.

La femme est aussi motard En outre, la conduite d’un motocycle est un module obligatoire dans le programme de formation des gendarmes, y compris pour l’élément féminin. On a assisté à un exercice sur moto lourde de la GN, présenté par des stagiaires. « Elles passeront des examens d’évaluation pour avoir le permis de conduire militaire », nous dit-on. Les unités féminines de la sécurité routière existent mais elles ne sont pas opérationnelles sur le terrain. « Elles sont formées, si la situation l’exige, elles seront déployées sur le terrain », a précisé le colonel Riah. Par ailleurs, le recrutement au sein de ce corps nécessite une licence pour les officiers et un niveau universitaire, un bac+2 minimum pour les sous-officiers. « Nous tenons à assurer un recrutement de qualité », a affirmé le directeur de l’instruction et de l’entraînement, le colonel Abdelhafid Athmani, ajoutant que les bachelières, licenciées ou plus intègrent chaque année en grand nombre ce corps de sécurité. « On compte aujourd’hui plus de 1.000 femmes en tenue verte en Algérie », a-t-il souligné. Cette école propose une formation fondamentale et professionnelle d’une durée de trois années pour les officiers et de deux années pour les sous-officiers. La formation est basée essentiellement sur l’enseignement militaire, spécifique, général et l’éducation physique et militaire.
http://www.horizons-dz.com/?La-gendarme ... -plus-de-2

Avatar de l’utilisateur

tayeb
Aqid (عقيد)
Aqid (عقيد)
Algeria
Messages : 9734
Inscription : 17 janvier 2013, 17:26

Re: Le Personnel Feminin au Sein de l'ANP

Message par tayeb » 08 mars 2015, 16:51

Algeria's Secret Services never die !
Image


guidher
Raïd (رائد)
Raïd (رائد)
Algeria
Messages : 2464
Inscription : 03 avril 2012, 18:27

Re: Le Personnel Feminin au Sein de l'ANP

Message par guidher » 26 avril 2015, 18:13

صور لعسكريات الجزائر
des images de soldats femme
http://www.ennaharonline.com/ar/photo_gallery

Avatar de l’utilisateur

anzar
Fariq (فريق)
Fariq (فريق)
Algeria
Messages : 13878
Inscription : 21 mars 2012, 11:50

Re: Le Personnel Feminin au Sein de l'ANP

Message par anzar » 26 avril 2015, 18:32

guidher a écrit :صور لعسكريات الجزائر
des images de soldats femme
http://www.ennaharonline.com/ar/photo_gallery
Le titre d'Ennahar est vraiment tordu :!:


Image

Image
Image

Avatar de l’utilisateur

geronimo
Liwaa (لواء)
Liwaa (لواء)
Algeria
Messages : 6676
Inscription : 26 mars 2012, 19:45

Re: Le Personnel Feminin au Sein de l'ANP

Message par geronimo » 26 avril 2015, 21:22

guidher a écrit :صور لعسكريات الجزائر
des images de soldats femme
http://www.ennaharonline.com/ar/photo_gallery
L'article c'est du n'importe quoi, :sui:

Avatar de l’utilisateur

obi_one
Raqib (رقيب)
Raqib (رقيب)
Messages : 529
Inscription : 30 mars 2012, 14:14

Re: Le Personnel Feminin au Sein de l'ANP

Message par obi_one » 27 avril 2015, 10:07

c'est des fusillées marins ............

Avatar de l’utilisateur

anzar
Fariq (فريق)
Fariq (فريق)
Algeria
Messages : 13878
Inscription : 21 mars 2012, 11:50

Re: Le Personnel Feminin au Sein de l'ANP

Message par anzar » 11 décembre 2015, 21:25

algerie a écrit :Première femme Algérienne pilote de guerre.

https://youtu.be/ruNUDo-XWVE
Image

Avatar de l’utilisateur

AdDz
Arif Awal (عريف أول)
Arif Awal (عريف أول)
Algeria
Messages : 395
Inscription : 08 février 2013, 23:02
Localisation : France/Algérie

Re: Le Personnel Feminin au Sein de l'ANP

Message par AdDz » 27 janvier 2016, 13:50

Image
__________________________________________________________________________________________________________________
"Conscient que la violence, peut être la dernière chance d’obtenir la paix."

Avatar de l’utilisateur

tayeb
Aqid (عقيد)
Aqid (عقيد)
Algeria
Messages : 9734
Inscription : 17 janvier 2013, 17:26

Re: Le Personnel Feminin au Sein de l'ANP

Message par tayeb » 24 mars 2016, 12:45

Image
Image
Algeria's Secret Services never die !
Image


colonelbelkaid
Arif (عريف)
Arif (عريف)
Algeria
Messages : 233
Inscription : 29 août 2013, 05:27

Re: Le Personnel Feminin au Sein de l'ANP

Message par colonelbelkaid » 29 mars 2016, 05:07

FB
Image


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11736
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Le Personnel Feminin au Sein de l'ANP

Message par AAF 2020 » 03 octobre 2016, 20:03

Femmes dans le « sanctuaire des hommes » : Le chemin vers l’égalité dans l’armée algérienne

Depuis plus de trente ans, la question du recrutement des femmes dans les armées ne cesse de faire débat. Les partisans de l’intégration des femmes soutiennent leur droit à combattre auprès de leurs homologues masculins. Quant aux opposants, ceux-là craignent que la simple présence des femmes – au sein de ce qu’ils considèrent comme étant une institution masculine – sape l’esprit de corps et l’efficacité au combat des hommes.1

D’autres prétendent que les femmes sont incapables de supporter les préjudices physiques, alors même que l’évolution de leur nombre dans les armées occidentales prouve bien le contraire.2
En revanche, dans le monde arabe, le recrutement des femmes dans les armées, même dans des rôles non combattants, reste exceptionnel mais aussi socialement et politiquement controversé. Aussi, lorsque les Emirats arabes unis ont annoncé que l’un de ses pilotes – ayant effectué des missions de combat contre l’organisation de l’État islamique en Syrie en 2014 – était une femme, le major Mariam al-Mansouri, cela a généré un intérêt médiatique considérable. Les médias algériens ont accordé une attention similaire en 2009 quand Fatima Zohra Ardjoune, directrice générale de l’hôpital militaire de Ain Naâdja, a été promue générale au sein de l’Armée nationale populaire (ANP). Elle sera ainsi la première femme en Algérie et dans le monde arabe à atteindre ce rang. Trois ans plus tard, Fatima Boudouani devient la deuxième femme à être promue au rang de général dans l’ANP, et elle sera suivie par trois autres femmes en 2015.
L’égalité entre femmes et hommes, promulguée dans l’ordonnance du 28 février 20063 et les promotions de femmes au rang de général de 2009 à 2015 a brisé un tabou certain. L’armée a depuis mis en place un cadre formel pour sa politique d’égalité des sexes, et des efforts ont été faits pour sa mise en application.
Cette politique d’égalité des sexes permet à l’ANP de se présenter comme étant une armée progressiste, égalitariste et ouverte à tous les membres de la société qu’elle est censée représenter. Ceci relève plus du coup médiatique que d’un changement de fond dans l’approche de l’ANP. En effet, dans la pratique, il n’y a pas d’égalité et la pleine intégration des femmes reste limitée. Les femmes dans l’armée algérienne sont dépeintes de façon contradictoire : elles sont considérées comme les dignes symboles de l’égalité des sexes, et pourtant leur représentation est sexualisée et marginalisée. La division sexuée du travail militaire est elle aussi maintenue avec un personnel militaire féminin placé principalement dans des postes subalternes ou de soutien. En d’autres termes, les femmes restent au sein de l’armée algérienne les aides de leurs homologues masculins. Le résultat de ces contradictions est la persistance d’un paternalisme protecteur qui considère les femmes comme incapables de s’adapter à la rigueur de la vie militaire et aux dures exigences du combat. Cela mène aussi à une représentation stéréotypée de la femme qui est constamment présentée comme étant une mère et une génitrice avant tout dans une atmosphère qui prévaut du sexisme bienveillant. Le mensuel officiel de l’ANP, El Djeïch, et les entrevues effectuées auprès d’officiers retraités de l’ANP dans le cadre de cette recherche révèlent cette politique d’inclusion/exclusion à l’égard des femmes. Il va sans dire que des progrès significatifs en matière de recrutement des femmes ont été accomplis puisqu’elles sont aujourd’hui admises dans toutes les branches des forces armées. Cela étant, un écart subsiste entre les déclarations officielles d’égalité et la réalité. Les femmes continuent d’occuper les mêmes postes qu’hier (administration, communications et services sociaux) et ce dans des catégories inférieures. Elles sont d’ailleurs également exclues des postes de combat. Leur intégration au sein des forces armées est de ce fait incomplète.
Le statut des femmes au sein de l’ANP ne semble pas être à l’ordre du jour. La culture du secret qui entoure l’ANP également appelée « la grande muette » rend l’information difficile à trouver, encore plus lorsqu’il s’agit du personnel féminin. Cependant, l’analyse du discours peut aider à comprendre la manière dont les relations entre les sexes sont discursivement construites. En effet, les discours (systèmes de concepts qui donnent du sens aux entités et aux activités)4 – et les récits (à la fois mode de raisonnement et de représentation)5 nous éclairent sur les pratiques concrètes qui sous-tendent la politique de recrutement des femmes au sein de l’ANP
http://www.reporters.dz/index.php/grand ... algerienne

Répondre

Revenir à « Discussions »