Armée Belge

USA, Espagne, France, UK, Portugal, Italie, Canada, Pays de l'est...
Avatar de l’utilisateur

Recce 1
Djoundi (جندي)
Djoundi (جندي)
Messages : 12
Inscription : 02 avril 2012, 08:21
Contact :

Re: Armée Belge

Message par Recce 1 » 08 mai 2012, 15:14

CVR-T Scorpion

Image

Le Scorpion est la monture des unités de reconnaissance de l’Armée Britannique depuis 1971 et a été aussi celle de diverses autres armées comme de l'Armé Belge qui en a utilisé un grand nombre au coté des Scimitar

Le rôle dévolu à ces engins est celui de procurer aux PC des informations en temps réels sur l’ennemi,mais ils doivent être également capable d'harceler celui-ci et de le fixer. Pour ce rôle le Scorpion peut compter sur son canon de 76mm.

Les lance-pots fumigènes (LP) de la tourelle sont de deux types 6 lance-grenades (3X2) pour les premières versions, 8(4X2) pour les plus récentes (par contre les engins belges et ceux affectés à la RAF sont toujours à 8 tubes LP. Après la Somalie, la disposition sera modifié sur les véhicules belges. Les LP seront sur une ligne horizontale de chaque côté du canon, sur l'avant de la tourelle alors que sur les Scorpion britanniques les 4 LP sont regroupés en « grappes »

La tourelle

Image

Elle concentre toute la puissance de feu du véhicule, ses moyens de communications et 2 membres d’équipage. Elle est anguleuse .Elle possède un gros coffre de nuque, des petits coffres tout autour, ainsi qu'un spot IL (Intensificateur de Lumière) sous blindage à droite du canon. Un canon de 76 mm . La Tourelle possède aussi en armement coaxial une mitrailleuse 7.62mm MAG.

Le Châssis

Image

C’est le même que celui du Scimitar
Il abrite le chauffeur qui se trouve à l avant gauche avec le GMP (Groupe Moteur Propulseur) à l'avant-droit. Le blindage peut résister aux armes de petit calibre et aux grenades.
Le pot d’échappement court le long du flanc droit et débouche sur l’arrière du châssis
Il possède un train de roulement à 5 galets avec le barbotin à l avant et la roue tendeuse à l’arrière
Le Scimitar possède aussi une protection NRBC lui donnant une autonomie de 48 heures

Mobilité

Image

C’est un des atouts du Scorpon. Son poids ainsi que sa très basse pression au sol lui permettent de se mouvoir dans tous types de terrains. De plus cet engin très rustique ne nécessite pas une logistique importante comme celle qui doit suivre les moyens plus lourds. Son moteur Jaguar, dans l'armée britannique, à essence identique à celui des voitures civiles a été remplacé par un Cummins diesel.

Caractéristiques

Constructeur Alvis
Equipage 3
Poids 7.8 T
Longueur 4.9m
Largeur 2.2m
Hauteur 2.1m
Motorisation Jaguar J60 6 cylindres remplacé par le Cummins BTA 5.9 diesel
Vitesse 80 kms/h

Armement principal
Le Scorpion est équipé, à l'exception des versions en 90 mm (voir plus bas), d'un canon de 76 mm d'une portée de 1 600 m contre les blindés légers et de 2 200 m contre les personnels. Il peut emporter 40 obus en phase de combat (33 pour la version en 90 mm)

Armement secondaire
Mitrailleuse de 7,62 mm coaxiale emportant 3 000 cartouches
Lance-pots fumigènes : 1 série de 4 lance-pots de chaque côté de la tourelle

Équipement
Le Scorpion est équipé pour combattre en ambiance NBC. Il est aussi équipé d'un système de visée avec intensificateur de lumière

Image

Image

Avatar de l’utilisateur

Recce 1
Djoundi (جندي)
Djoundi (جندي)
Messages : 12
Inscription : 02 avril 2012, 08:21
Contact :

Re: Armée Belge

Message par Recce 1 » 08 mai 2012, 15:32

CVR-T Spartan

Image

Les véhicules anglais de la famille CVR(T) sont produits depuis 1970 par Alvis Ltd, de Coventry. Intéressée par cette gamme de véhicules, la Belgique a conclu un accord de co-production avec l'Angleterre, portant sur la fourniture d'environ 700 engins. Les livraisons ont débuté en 1973 par le «Scorpion», char léger destiné aux régiments blindés de reconnaissance. L'Armée belge doit acquérir les sept versions CVR(T), à savoir : le «Scorpion» (char léger de reconnaissance), le «Striker» (lance missiles anti-chars), le «Scimitar» (char léger de reconnaissance à canon automatique de 30 mm), le «Sultan» (véhicule blindé de commandement), le «Spartan» (transport de troupes), le «Samson» (véhicule blindé de dépannage), le «Samaritan» (ambulance blindée).

Image

Caractéristiques:

Armement: 1 mitrailleuse FN/MAG de 7,62 mm
2x3 lance-fumigènes
Poids: 8 T.
Longueur: 4,388 m
Largeur: 2,184 m
Hauteur: 2,096 m
Equipage:
- Section de voltigeurs: 7 (chef de véhicule (chef de section ou chef de peloton), chauffeur, 5 voltigeurs (dont 1 tireur-tourelleau et 1 tireur-missile ATk)).
- véhicule de commandement du peloton Striker: 3 (chef de véhicule (chef de peloton), chauffeur, tireur-tourelleau).
- SSM(*): 3 (chef de véhicule (SSM), chauffeur, tireur-tourelleau /opérateur-radio)
- TROO(**): 3 (chef de véhicule (SOTr (**)), chauffeur, tireur-tourelleau /opérateur-radio)
Moteur: Jaguar XK, 6 cyl., 195 HP
Autonomie: 600 km
Vitesse: 80 km/h

(*) SSM: Squadron Sergeant Major - Adjudant d'Escadron
(**)TROO: SOTr : Sous-Officier Transmission

Image

Image

Avatar de l’utilisateur

Recce 1
Djoundi (جندي)
Djoundi (جندي)
Messages : 12
Inscription : 02 avril 2012, 08:21
Contact :

Re: Armée Belge

Message par Recce 1 » 11 mai 2012, 10:52

CVR-T Sultan

Image

Le FV-105 Sultan est un véhicule de commandement blindé et chenillé britannique de la famille des véhicules de combat de reconnaissance chenillés ou CVR (T).

Il est plus haut que les autres véhicules de la série des CVR (T) afin de permettre au personnel de disposer de plus de place à l'intérieur. Il peut ainsi emporter une grande carte posée verticalement, avec un bureau sur l'un des côtés et une banquette sur laquelle peuvent s'installer deux personnes pour travailler.

À l'avant de ce dispositif se trouvent les emplacements pour l'opérateur radio et le chef d'engin dont le siège s'élève afin de lui permettre de sortir la tête de la tourelle pour observer.

Le conducteur, quant à lui, est installé à l'avant dans un petit espace près du moteur.

L'arrière du véhicule est conçu pour accrocher une bâche afin de former un espace propre aux briefings. La carte située à l'intérieur peut alors être enlevée et fixée entre les piliers de la tente ainsi montée pour faciliter son exploitation. L'espace extérieur créé peut alors être éclairé à l'aide d'un dispositif connecté au réseau d'alimentation du véhicule. Néanmoins, cette option a été retirée sur de nombreux véhicules en service.

Le Sultan est protégé contre les attaques NBC.

Il fut utilisé par l'Armée belge au niveau commandement dans les Bataillons de Reconnaissance.

Image

Image

Image

Image

Image

Caractéristiques générales
Équipage: 3
Longueur: 4,82 m
Largeur: 2,28 m

Masse au combat: 8,346 tonnes

Blindage et armement
Armement secondaire: 2 x 4 lance-pots fumigènes
Moteur: Cummins BTA 5,9 litre diesel 190 ch (142 kW)
Suspension barre de torsion
Vitesse sur route: 72,5 km/h

Image

Image

Image

Image

Avatar de l’utilisateur

l'adjudant/chef
Fariq (فريق)
Fariq (فريق)
Algeria
Messages : 2709
Inscription : 27 mars 2012, 15:57
Localisation : algerie
Contact :

Re: Armée Belge

Message par l'adjudant/chef » 11 mai 2012, 13:10

anzar a écrit :Contingent Belge de la FINUL

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image
c'est pas l'arme qui tue mais l'être humaine qui tir sur la gâchette

Image

Image

Avatar de l’utilisateur

l'adjudant/chef
Fariq (فريق)
Fariq (فريق)
Algeria
Messages : 2709
Inscription : 27 mars 2012, 15:57
Localisation : algerie
Contact :

Re: Armée Belge

Message par l'adjudant/chef » 11 mai 2012, 13:11

anzar a écrit :Exercice commun en Tunisie je pense :?:

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image
c'est pas l'arme qui tue mais l'être humaine qui tir sur la gâchette

Image

Image

Avatar de l’utilisateur

l'adjudant/chef
Fariq (فريق)
Fariq (فريق)
Algeria
Messages : 2709
Inscription : 27 mars 2012, 15:57
Localisation : algerie
Contact :

Re: Armée Belge

Message par l'adjudant/chef » 11 mai 2012, 13:13

anzar a écrit :Deux photos très sympa 8)

Image

Image

Et d'autres :roll:

Image

Image

Image

Image

Image
c'est pas l'arme qui tue mais l'être humaine qui tir sur la gâchette

Image

Image

Avatar de l’utilisateur

l'adjudant/chef
Fariq (فريق)
Fariq (فريق)
Algeria
Messages : 2709
Inscription : 27 mars 2012, 15:57
Localisation : algerie
Contact :

Re: Armée Belge

Message par l'adjudant/chef » 11 mai 2012, 13:16

Recce 1 a écrit :Le 2/4 Chasseurs à Cheval sont au départ deux unités de reconnaissance le 2ChCh et le 4ChCh).
Au fil du temps et des restructurations, ces deux unités furent réunis pour ne former qu'une seule, toujours pour la reconnaissance mais, avec les technologies actuelles, c'est-à-dire, avec des véhicules blindés (léger) équipé de radar de surveillance de champ de bataille et des caméras (thermique, IR, ...)

Voici l'historique du 4ChCh:

Le 4 Régiment de Chasseurs à Cheval est constitué en 1913. Il participe à la campagne 1914-1918 comme troupe de reconnaissance au profit de la 2 Division d'Armée. Du 30 août au 8 octobre 1914, le régiment se distingue au cours de la bataille d'Anvers. Le 4 Chasseurs à Cheval arrive dans les environs de Louvain, et le pelotons du sous-lieutenant Van Camp, entre dans Blauwpert, faubourg de Louvain. Pour cette action, le Roi Albert fera citer le peloton Van Camp à l'ordre de l'Armée. Le 12 octobre 1914, pendant la retraite d'Anvers, le Régiment reste en défense sur le canal de la Lys, aux environs de Zomerghem. Il contient l'ennemi au prix de lourdes pertes, ce qui permet à la Division de rejoindre, sans encombre, Bruges et d'échapper à l'ennemi. Sur l'Yser, le 4 Chasseurs à Cheval s'adapte à la guerre des tranchées et remplit avec ardeur le rôle de fantassin pour lequel il n'est pas préparé. Il est dissous en février 1918.

En 1919, le 4 Régiment de Chasseurs à Cheval est reconstitué et est caserné à Mons. Lors de la réorganisation de l'Armée en 1923, il est à nouveau dissous le 3 août. Il ne sera pas reconstitué lors de la mobilisation de 1939.

Le 1 février 1961, le 4 Régiment de Chasseurs à Cheval est reconstitué en tant que Régiment de Reconnaissance du 1 Corps Belge et est caserné à Werl (Allemagne). En juillet 1964, il quitte cette ville pour s'installer à Arnsberg (Allemagne). En 1992, d'avril à octobre, l'Escadron A participe à la première opération extérieure du régiment, BELBAT I, en ex-Yougoslavie. Opération au cours de laquelle le brigadier Richard Goedert décède suite à l'explosion d'une mine. D'autres missions suivent. En février 1993, l'Escadron B, sous le nom d'Escadron F, remplit pendant quatre mois, en Somalie, la mission RESTORE HOPE, qui devient UNOSOM II - après remise du commandement américain à l'ONU. L'Escadron A poursuit la mission UNOSOM II - UNOSOM III, de juin à octobre. Le 8 avril 1994, l'Escadron A est engagé sans préavis, dans l'opération SILVER BACK, opération qui vise à extraire les ressortissants belges et étrangers ainsi que les troupes belges de la MINUAR du Rwanda où dix para commandos viennent d'être assassinés.

Touché par la restructuration des Forces Armées en 1994, le Régiment devient l'Escadron (Compagnie) 4 ChCh Indépendant de la 1 Division Mécanisée. Le 3 juin 1994, lors d'une prise d'armes, l'unité fait ses adieux à Arnsberg qui l'a hébergé pendant trente années. Ce même jour, l'Escadron 4 Chasseurs à Cheval est officiellement constitué et déménage à Altenrath (Köln - Allemagne). A peine installé, il s'envole pour la Baranja (ex-Yougoslavie) afin d'y remplir la mission BELBAT VIII. Il y retourne pour BELBAT XII en 1996 et BELBAT XVI en 1997. Le 4 Chasseurs à Cheval reste en caserne jusqu'en 2000, lors de BELKOS II au Kosovo qui sera suivi de BELUROKOS VIII en 2001. Le 1 janvier 2002, le 4 Chasseurs à Cheval devient l'unité de reconnaissance de la 7 Brigade Mécanisée. Ensuite, retrait des Forces Belges en Allemagne amène l'Unité à Saive (Liège - Belgique) le 3 juin 2003, en ayant retrouvé son statut de Régiment. En mars 2004, l'Escadron A s'envole vers l'Asie pour assurer la sécurité de l'aéroport de Kabul en Afghanistan lors de la mission ISAF V/1. Le 29 septembre 2004, lors d'une prise d'armes, le Régiment intègre l'Escadron 2 Chasseurs à Cheval, Escadron de surveillance du champ de bataille équipé de radars, et adopte la dénomination de « 2/4 Régiment de Chasseurs à Cheval »...

2/4 Chasseurs à Cheval
Image

4 Chasseurs à Cheval
Image

2 Chasseurs à Cheval
Image
c'est pas l'arme qui tue mais l'être humaine qui tir sur la gâchette

Image

Image

Avatar de l’utilisateur

l'adjudant/chef
Fariq (فريق)
Fariq (فريق)
Algeria
Messages : 2709
Inscription : 27 mars 2012, 15:57
Localisation : algerie
Contact :

Re: Armée Belge

Message par l'adjudant/chef » 11 mai 2012, 13:23

Recce 1 a écrit :L’origine de l’appellation : « Chasseurs à Cheval »

« Remontant le cours de l'histoire du Vieux Continent, c'est au XVIIe siècle que l'on peut situer l'apparition des premières troupes légères à cheval. Plus tard, en 1743, Jean-Chretien Fischer, chef de guerre allemand, lève une compagnie, dite "Chasseurs de Fischer". Cette unité se distinguant au service de la France donne peu à peu naissance aux Chasseurs à Cheval, une appellation qui semble propre à l'Armée française. A la fin du XVIIIe siècle, on y comptera jusqu'à 26 régiments du même nom. Napoléon Ier porta leur nombre à 32, parmi lesquels le 23e, constitué essentiellement de Montois, « Des hommes superbes et de race belliqueuse (Général Marbot) ».
Cependant, pour séduisante que puisse paraître la perspective, on ne peut rattacher la filiation des Chasseurs à Cheval belges à l'Armée française, sauf au regard de la simple linguistique. Ni les structures organiques, ni l'uniforme porté et à fortiori le pouvoir politique servi ne le permettent, même à l'encontre d'autres armées dans lesquelles nos pères gagnèrent plus d'un laurier. L'Armée belge, comme le Pays, naît avec la Révolution de 1830. »

Source: http://www.mil.be/cav/units/index.asp?LAN=fr&ID=1209[table border="1"]


Les Régiments de Chasseurs à Cheval belges

Le nom / L'abréviation / Date de création

Premier Régiment de Chasseurs à Cheval /1ChCh 24 / octobre 1830
Deuxième Régiment de Chasseurs à Cheval / 2ChCh / 24 octobre 1830
Troisième Régiment de Chasseurs à Cheval / 3ChCh / 15 décembre 1919
Quatrième Régiment de Chasseurs à Cheval / 4ChCh / 11 novembre 1913
Cinquième Régiment de Chasseurs à Cheval / 5ChCh / 1 février 1957
c'est pas l'arme qui tue mais l'être humaine qui tir sur la gâchette

Image

Image

Avatar de l’utilisateur

l'adjudant/chef
Fariq (فريق)
Fariq (فريق)
Algeria
Messages : 2709
Inscription : 27 mars 2012, 15:57
Localisation : algerie
Contact :

Re: Armée Belge

Message par l'adjudant/chef » 11 mai 2012, 13:30

su-24m2 a écrit :PIRANHA IIIC armé d'une tourelle téléopérée de 30mm

Image

PIRANHA IIIC / canon de 90mm


Image
c'est pas l'arme qui tue mais l'être humaine qui tir sur la gâchette

Image

Image


soudard
Arif Awal (عريف أول)
Arif Awal (عريف أول)
Autre
Messages : 333
Inscription : 30 mars 2012, 15:38

Re: Armée Belge

Message par soudard » 11 mai 2012, 20:31

Il y a aussi un régiment "Jager te paard/Gidsen", je suppose que c'est le même type d'unité version néerlandophone.


60b
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 1974
Inscription : 22 mars 2012, 06:48
Localisation : Bruxelles

Re: Armée Belge

Message par 60b » 12 mai 2012, 07:57

soudard a écrit :Il y a aussi un régiment "Jager te paard/Gidsen", je suppose que c'est le même type d'unité version néerlandophone.

La traduction est "chasseur à cheval/guide"

Avatar de l’utilisateur

Recce 1
Djoundi (جندي)
Djoundi (جندي)
Messages : 12
Inscription : 02 avril 2012, 08:21
Contact :

Re: Armée Belge

Message par Recce 1 » 22 mai 2012, 15:26

Leur devise : « Voir sans être vu »

Les élèves du Bataillon de Chasseurs à Cheval (ou ISTAR : Intelligence, Surveillance, Target Acquisition et Reconnaissance) ont terminé leur formation ce mercredi 16 mai 2012, dernier jour de leur exercice de synthèse. Ces militaires, formés pour reconnaître et surveiller discrètement de vastes espaces, sont les « yeux » des unités de manoeuvre. Leur devise : « Voir sans être vu. »

Dans une région allant d'Elsenborn à Oberwampach (Grand Duché de Luxembourg), ces trente Belges et Luxembourgeois ont mis en pratique les notions tactiques et techniques apprises pendant une année. Les sens en éveil, ils ont scruté les secteurs qui leur ont été assignés par l'escadron d'instruction du bataillon. À l'aide de senseurs perfectionnés (jumelles, radar, caméras thermiques, etc), les troupes de reconnaissance rapportent à l'échelon supérieur tout mouvement suspect de véhicules ou de troupes adverses, ainsi que la composition et la direction de la menace. Pour ces militaires, il s'agit également d'anticiper la manœuvre ennemie, en la précédant, à distance et sans se faire repérer. « La mobilité est primordiale pour nous », souligne Tom Burin, responsable de l'instruction.

Le Bataillon ISTAR est une jeune unité, née de la fusion du 1er Régiment de Chasseurs à Cheval-Guides (Bourg-Léopold) et du 2/4 Régiment de Chasseurs à Cheval (Saive) en juillet 2011. « 615 hommes et femmes composent notre unité, explique le lieutenant-colonel Jan Abts, chef de corps du Bataillon ISTAR. Notre unité bilingue a deux missions principales : obtenir du renseignement pour le commandement tactique et appuyer les détachements en opération ou prévus pour partir sur théâtres. Du simple chauffeur au chef de peloton, nous formons notre personnel. » De la qualité du renseignement suite à l'observation, dépend l'action que le commandement devra mener. « Nous ne pouvons jouer sur la qualité de la formation, rétorque le capitaine Tom Burin. Il y a une norme qualitative à respecter. N'oublions pas que des vies sont en jeu. »

Cette formation est la plus longue après celle des pilotes et des troupes du génie. Le 27 juin prochain, ces jeunes militaires spécialisés dans la reconnaissance recevront à Heverlee (affectation du Bataillon ISTAR), leur brevet tant attendu.

Texte : Concetto Bandinelli - Photos : Daniel Orban

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Uploaded with ImageShack.us

Avatar de l’utilisateur

scorpion-rouge35
Fariq (فريق)
Fariq (فريق)
Algeria
Messages : 5457
Inscription : 20 mars 2012, 13:03
Localisation : ALGERIE-ALGER
Contact :

Re: Armée Belge

Message par scorpion-rouge35 » 22 mai 2012, 16:36

un exercice MIG-29S Algérien avec des F-16 Belge il y a de ça quelques années :D

Image

Image
THE ALGERIAN ARMY



soudard
Arif Awal (عريف أول)
Arif Awal (عريف أول)
Autre
Messages : 333
Inscription : 30 mars 2012, 15:38

Re: Armée Belge

Message par soudard » 22 mai 2012, 19:02

"Bataillon bilingue", ça veut dire que tout le monde parle les deux langues ou que chaque section a la sienne ?

Avatar de l’utilisateur

Recce 1
Djoundi (جندي)
Djoundi (جندي)
Messages : 12
Inscription : 02 avril 2012, 08:21
Contact :

Re: Armée Belge

Message par Recce 1 » 22 mai 2012, 19:27

soudard a écrit :"Bataillon bilingue", ça veut dire que tout le monde parle les deux langues ou que chaque section a la sienne ?
Celà veut dire que l'on retrouve les deux régimes linguistiques dans l'unité.
En général, le peloton (niveau compagnie) ou la compagnie (niveau battaillon)
a un seul régime linguistique (français ou néerlandais).
Par contre, le cadre sous-officier et/ou officier peuvent commander des hommes d'un régime linguistique
opposé à leur langue maternelle. Commandement toujours donnés dans la langue des hommes sous leurs ordres.
Par exemple, un officier néerlandophone doit commander en françsais des soldats francophones.

Avez-vous compris mon chariaba ? :quoiii1:

Répondre

Revenir à « Europe et Amérique du Nord »