Afrique : Actualité, Politique, Economie, Société, Photos

Venez discuter de l'actualité internationale (Politique, Economie, Société...etc)
Répondre

malikos
Mulazim (ملازم)
Mulazim (ملازم)
Algeria
Messages : 1140
Inscription : 01 avril 2012, 13:54

Re: Afrique : Actualité, Politique, Economie, Société, Photos

Message par malikos » 17 juillet 2018, 22:26

:none: buget: 1 sur 9.......1 (civil/development) : 9 (militaire opression)
ou sommes ces 7,5 milliards?
Sommet interparlementaire sur le G5 Sahel : Vers la mise en œuvre d’un mécanisme parlementaire d’accompagnement du G5 Sahel
17 JUILLET 2018 PUBLIÉ DANS POLITIQUE

G5 SAHEL NIGERNiamey accueille depuis ce matin, un sommet interparlementaire sur le G5 Sahel couplé à une visite du président du Parlement européen, M. Antonio Tajani. Prennent part à ce sommet, les présidents des parlements des pays membres du G5 Sahel à savoir le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie et le Tchad, ainsi qu’une délégation de l’Assemblée nationale française. Il s’agit pour les hôtes du président de l’Assemblée nationale, SE. Ousseini Tinni de réfléchir, au cours de leurs travaux, sur les mécanismes d’accompagnement parlementaire du G5 Sahel.

A cette occasion, le président de l’Assemblée nationale de Mauritanie, le Vice-président du parlement burkinabè, et le président du groupe d’amitié France Niger à l’Assemblée nationale française sont arrivés hier après midi à Niamey. Les autres délégations parlementaires devraient arriver tard la nuit. Les travaux qui se déroulent au Palais des congrès de Niamey, comportent entre autres une rencontre au sommet des présidents des Assemblées nationales des pays membres du G5 Sahel et la délégation de l’Assemblée nationale française.

Au cours de cette rencontre, le député Jacques Maire, président du groupe d’amitié Française Niger, et chef de la délégation de l’Assemblée nationale française présentera un Résumé du projet de résolution. Il y aura ensuite les interventions des présidents des parlements des pays membres du G5 Sahel sur les thématiques Sécurité et lutte contre le terrorisme, problématique migratoire, Entreprises, Economie et Développement. S’en suivront ensuite des débats avant la lecture du Communiqué final du sommet.

Il faut noter ce sommet se tient au moment où le Président du parlement européen M. Antonio Tajani effectue une mission à Niamey. Durant son séjour M. Antonio Tajani s’entretiendra en tête à tête avec le président de l’Assemblée nationale SE. Ousseini Tinni et le Bureau de l’Assemblée nationale. L’UE est, comme on le sait, un partenaire dans le cadre du G5 Sahel.

Ces différentes sessions permettront aux premiers responsables des parlements de réfléchir sur l’apport de leurs institutions respectives dans la prise en charge des défis auxquels fait face la région de Sahel. Ces défis ont pour noms les menaces terroristes, la criminalité transfrontalière (trafics d’armes, de migrants et de drogues), mais aussi les changements climatiques, la croissance rapide de la population et l’instabilité qui en découle. Mais, il faut le dire, ces défis ne préoccupent pas seulement les pays du Sahel, ils préoccupent aussi les pays de l’Union Européenne. Et c’est d’ailleurs pour répondre aux multiples facteurs de cette instabilité, que l'Union européenne a adopté en 2011 une "Stratégie de sécurité et de développement au Sahel". Celle-ci constitue la première approche intégrée visant à faire converger différents programmes et instruments de politique extérieure vers des objectifs communs.

La présence à Niamey du président du Parlement européen s’inscrit donc dans cette dynamique de concertation et de coordination des interventions en vue de faire face aux défis communs au Sahel et à l’Union Européenne en particulier les menaces terroristes, les trafics de drogues, la migration irrégulière, etc.

Il faut noter que dans le sillage de cette Stratégie de l’UE, a vu le jour une autre initiative dénommée « Alliance pour le Sahel » qui regroupe la France, l’Allemagne, l’Union Européenne ainsi que plusieurs organisations comme le PNUD, la Banque mondiale. L'objectif est de créer les conditions d'un développement économique dans la région du Sahel. D'autres pays comme l'Italie, l'Espagne et le Royaume-Uni ont rejoint l'initiative, alors que d'autres comme les Pays-Bas et les Etats-Unis ont un statut d'observateurs. L’Alliance pour le Sahel a identifié quelque 500 projets de développement à financer dans les cinq Etats membres pour un montant global de 7,5 milliards de dollars principalement dans les secteurs de la santé, de l’éducation et de l’Agriculture.

Comme quoi, le G5 Sahel ne se limite pas uniquement à l’option militaire représentée par la Force conjointe, dans le combat contre le terrorisme, l’insécurité, la criminalité. Il vise aussi à promouvoir le développement à travers la lutte contre la pauvreté dans les pays, en particulier dans les zones en proie à la menace sécuritaire. Pour rappel, le budget de la Force conjointe du G5 Sahel est de l’ordre de 423 millions d’euros, sur lesquels, l’UE s’est engagée à débloquer 50 millions d’euros.

Le G5 Sahel a été créé le 16 février 2014 à Nouakchott et la convention actant sa création a vu le jour le 19 décembre 2014.

Siradji Sanda (onep) http://lesahel.org/index.php/component/ ... u-g5-sahel


malikos
Mulazim (ملازم)
Mulazim (ملازم)
Algeria
Messages : 1140
Inscription : 01 avril 2012, 13:54

Re: Afrique : Actualité, Politique, Economie, Société, Photos

Message par malikos » 17 juillet 2018, 22:31

Le trafic de drogue, les mis en cause et l’État
Share Tweet Share Share Print
Publié le lundi 16 juillet 2018 | Le Courrier
Le
© Autre presse par DR
Le trafic de drogue, les mis en cause et l’État
Comment



Vraisemblablement, le Niger ne s’est jamais porté autant mal, gangrené de toutes parts par la mauvaise gouvernance. En plus d’avoir incarné un hold-up électoral et le pouvoir le plus laxiste qu’on ait jamais connu au Niger vis-à-vis des détournements de deniers publics, de la surfacturation abusive des marchés publics au profit d’entreprises étrangères, de la corruption, du passe-droit et de la rupture d’égalité des citoyens devant la loi, Mahamadou Issoufou est également le chef de l’État dont la gouvernance est pourrie par les crimes organisés : trafics de devises, d’armes et de drogue y ont trouvé, sinon grâce et bénédiction, du moins, une complaisance extraordinaire. Et le trafic d’armes et de drogue en particulier étant des plus rentables ¯ dixit Mohamed Bazoum, récemment dans l’émission «Grands dossiers » de la Voix du Sahel ¯ tous ceux qui se savent protégés et disposant d’un sauf-conduit s’y sont mis, transformant, en quelques années, le Niger en un vaste territoire dédié à la prospérité de l’économie criminelle et de ses tenants. Inutile de chercher à qui profite ce crime organisé dont les méfaits sur la société nigérienne sont immenses, pour ne pas dire destructeurs. Tandis que l’Etat s’appauvrit sous les coups de boutoir d’une pègre tolérée et protégée, des villas de haut standing et immeubles imposants poussent comme des champignons. Probablement par le truchement d’un blanchiment d’argent d’autant plus facile que le caractère informel de l’économie nationale facilite les choses.

Le trafic de drogue, d’une ampleur jamais égalée, se fait désormais, pratiquement au su et au vu de tout le monde. Les trafiquants multiplient les frasques à volonté, au grand dam de populations nigériennes désemparées et sans moyen de défense contre ces criminels puissants, car logés parfois au cœur du pouvoir d’État. Eh oui ! Conseillers par-ci, conseillers par-là, lorsqu’ils n’assument pas carrément des fonctions plus stratégiques, ils détiennent, pour le malheur du Niger et de son peuple, ressources et moyens d’action, acquis sur le dos de l’Etat dont les attributs sont de façon éhontée utilisés pour faciliter des transactions frauduleuses, lever ou contourner des barrières, convoyer de la drogue sans grands risques, voire, régler le compte à d’autres de même acabit.

La situation est très grave. Elle est si grave que le silence pesant qui entoure toutes ces affaires puantes laisse présager un grand orage. Pour le moment, les Nigériens n’ont que leurs yeux pour pleurer : pleurer de dépit d’entendre dire que l’on a réglé son compte avec l’autre en usant et en abusant de la force publique ; pleurer de dépit en sachant que ni Chérif Chebani, ni Abdaleem Altahir, deux terroristes extrêmement dangereux, n’ont pu réussir à faire la belle que grâce à de grandes complicités sur lesquelles le voile sera, un jour, levé. Car le Niger se relèvera de leurs fourberies
.
http://news.aniamey.com/h/86464.html


malikos
Mulazim (ملازم)
Mulazim (ملازم)
Algeria
Messages : 1140
Inscription : 01 avril 2012, 13:54

Re: Afrique : Actualité, Politique, Economie, Société, Photos

Message par malikos » 30 août 2018, 00:14

Wagner in the C.A.R: who blesses the Russian mercenaries in Africa?
2018/08/29 – On 27 July 2018, three Russian journalists – Orkhan Dzhemal, Aleksandr Rastorguyev, and Kirill Radchenko – arrived in the Central African Republic. They were in country to film a documentary about the shadowy Russian private military firm the Wagner Group for the Information Control Center, an initiative bankrolled by Kremlin critic Mikhail Khodorkovskiy.

After unsuccessfully pursuing leads for the first few days of their trip, the team met up with a United Nations official on 30 July who promised them access to the Ndassima gold mine. The journalists hoped to come in contact with Wagner contractors at the mine, which is being developed by Lobaye Interest, a company owned by Russian businessman Yevgeniy Prigozhin, with the protection of Wagner personnel. En route, ten unidentified assailants ambushed the journalists’ vehicle. The attackers reportedly spoke Arabic rather than French or Sango, the two dominant languages of the C.A.R. They killed all three reporters after attempting to steal their equipment.

Reports of the Wagner Group’s activities in Syria and Ukraine have demonstrated that the PMC is used in lieu of formal Russian forces in both these theatres, though the Kremlin does not seem to have full control over its actions. The deaths of these three journalists and the spotlight on Wagner’s presence in the C.A.R indicates a broadening of the use of PMCs to fulfil different roles where Russia exerts economic and military influence.

Wagner officially classifies itself as a private military company (PMC) even though such entities are illegal in the Russian Federation. As a result, Wagner is registered in Argentina. The upper echelons of the Russian government remain divided on what role PMCs should play in Russia’s national security policy. President Vladimir Putin has stated that they are “a way of implementing national interests without the direct involvement of the state”. In 2013, Deputy Prime Minister Dmitriy Rigozin proposed setting up PMCs with official state backing. However, in 2014 the Security Council shot down legislation proposed by the lawmaker Gennadiy Nosovko that would have legalized PMCs. Nosovko’s proposal was rejected because of pressure from the armed forces and security services, who believed that mercenaries would weaken their monopoly on violence.

Although Russian security services opposed the legalization of PMCs to prevent them from becoming too powerful, there is ample evidence that Russia’s military/intelligence apparatus relies on groups like Wagner to carry out deniable operations in Russia’s near abroad and beyond. Wagner’s founder, Dmitiry Utkin, maintains considerable connections to the Russian military given that he served as a commander in the Main Intelligence Directorate (GRU), reaching the rank of lieutenant colonel. Wagner has ties to the GRU and the Defense Ministry (MO). When Russia intervened in Syria in 2015, the GRU set aside a military compound in southern Russia to train Wagner mercenaries. The MO reportedly provides Wagner with everything from ammunition to food and even military airlifters to transfer its personnel in and out of Syria. It’s worth noting that the slain Russian journalists in the C.A.R. were denied access to a supposed Wagner training facility because they lacked MO credentials.

In both Ukraine and Syria, Wagner has performed offensive military operations that Russia would prefer not to use its own armed forces for. In Ukraine, Wagner fought on behalf of the Luhansk People’s Republic (LNR), a Russian-backed separatist entity in the Donbas. According to Ukrainian security forces, Wagner has been involved in leadership changes in the LNR. In Syria, Wagner contractors fulfilled a diverse number of combat roles. For instance, they served on the frontlines against anti-Assad insurgents while active duty Russian special operators (spetsnaz) functioned mostly as combat air controllers or trainers. Wagner personnel also operated tanks, artillery, rockets, anti-air (AA) systems, and occasionally coordinated airstrikes. Given that mercenary service is still illegal under the Russian Criminal Code, using groups like Wagner for combat operations in Syria and Ukraine meant that Moscow did not have to officially declare any casualties.

Wagner’s close ties to the MO and the group’s involvement in deniable military operations on Russia’s behalf has led to speculation that it is directly connected to the Kremlin. This, however, is inconsistent with what appears to be miscommunication between the Russian military and Wagner during the PMC’s most high-profile military confrontation to date. In Syria in early February Wagner mercenaries attacked American and Kurdish forces to seize an oil field for Yevgeniy Prigozhin, the same businessman who owns Lobaye Interest operating in C.A.R, after he had negotiated a deal with the Syrian government to allow his company, Evro Polis, access to oil seized from the Islamic State (IS). It appears that Wagner did not consult with the MO before the assault, and the Russian air force did not support the mercenaries when they came under fire.

The firefight in Syria and Wagner’s presence in the C.A.R indicates that Wagner is used for both government military operations and to provide security for privately-owned corporations. In the C.A.R Russian corporations – and the government – seek to acquire deposits of gold, diamonds, and uranium in the country. And the group is moving into other parts of Africa as well. In Sudan, Wagner mercenaries also protected gold, diamond, and uranium mines. According to Jamestown Foundation fellow Sergey Sukhankin, the contractors were in country to “hammer out beneficial conditions for the Russian companies.” The mercenaries provided training for armed forces and national police in other countries that lack a significant Russian military or intelligence presence, including Libya and Sudan.

Wagner mercenaries serve both private and government interests in hazardous environments abroad. These interests are closely intertwined, and it is clear the group has at least the tacit blessing of the Kremlin. “We can assume the Kremlin gave the green light to Wagner’s activities in the CAR when the leadership of the country was visiting Russia (in May this year),” said defense analyst Pavel Felgenhauer. “Without the approval of the Kremlin, Wagner would not be there.” The mercenaries are allowed to carry out their own activities so long as they recognize that the state has the ultimate monopoly on violence. From Syria to Ukraine to the African continent, the Wagner group fulfils different functions depending on Russian objectives. It’s unlikely the PMCs illegal status will prevent it from playing a pivotal role in Russian foreign policy any time soon.

BMB Russia /Sahel-Elite https://httpsahel-elite.com/2018/08/29/ ... in-africa/


malikos
Mulazim (ملازم)
Mulazim (ملازم)
Algeria
Messages : 1140
Inscription : 01 avril 2012, 13:54

Re: Afrique : Actualité, Politique, Economie, Société, Photos

Message par malikos » 30 août 2018, 00:15

3 Russian Journalists Killed in Central African Republic
By Ivan Nechepurenko
July 31, 2018

MOSCOW — Three Russian journalists investigating the activities of a private security company with murky Kremlin connections have been killed in the Central African Republic, the Russian authorities said Tuesday.

The Russian Foreign Ministry said in a statement that the three Russians had been identified by their ID cards as Orkhan Dzhemal, Aleksandr Rastorguev and Kirill Radchenko. Russian investigators said they had opened a criminal case to look into the deaths.

The journalists were making a documentary about the mysterious activities of a group of paramilitary mercenaries in the Central African Republic, which is undergoing brutal sectarian strife.

There was no indication that the killings were connected with the documentary project. The assailants were not identified.

Henri Depele, the mayor of the town of Sibut, the capital of Kémo, a prefecture in the Central African Republic, told the Reuters news agency that the journalists were killed in an ambush in the region on Monday night.

The journalists’ driver, who survived the attack, told Mr. Depele that he and his passengers were attacked about 14 miles away from Sibut.

You have 4 free articles remaining.

Subscribe to The Times
“Armed men emerged from the bush and opened fire on the vehicle,” Mr. Depele said. “The three journalists died instantly.”

The security company the journalists were looking into, known as the Wagner Group, has reportedly been employed by the Kremlin to carry out secret military tasks in eastern Ukraine and Syria, where it has been protecting oil fields and other facilities.

The group’s relationship with the Kremlin is murky and unconfirmed, but its leaders have reportedly received awards from the Kremlin, and its mercenaries were trained at the Russian Defense Ministry’s facilities.

EDITORS’ PICKS

The Age That Women Have Babies: How a Gap Divides America

Steve Jobs’s Daughter Forgives Him. Should We?

Opinion
The Gift of Menopause
The journalists were in the Central African Republic on an assignment for the Investigation Control Center, a Russian online news organization financed by Mikhail B. Khodorkovsky, an oil tycoon who now lives in exile.

Anastasia Gorshkova, deputy editor of the media outlet, told the Russian Dozhd news network that on Sunday the journalists had tried to enter an estate where members of the security company reportedly stayed, but they were told that they needed accreditation from the country’s Defense Ministry.

On Monday, the journalists planned to meet with a local contact in the town of Bambari, 235 miles away from the country’s capital, Bangui, Ms. Gorshkova said. The road to Bambari runs trough Sibut.

In March, the Russian Foreign Ministry said that at the request of the Central African Republic’s president, Moscow had decided to provide the country with “free military technical assistance.” Russia sent five military instructors and 170 advisers to train members of the country’s military, the ministry said in a statement.

Mr. Dzhemal, 51, was a leading Russian military correspondent. He covered conflicts across the world and was seriously injured in Libya in 2011. In 2008, he published a book, a firsthand account of the five-day Russia-Georgia war.

Mr. Rastorguev, 47, was one of the most prominent Russian documentary filmmakers of his generation. In 2013, he was among the three directors of an award-winning film about leaders of the Russian opposition.

Mr. Radchenko, 33, started his career as a projectionist, but had become a cameraman in recent years. In March, he served as an election observer in the Russian republic of Chechnya.
https://www.nytimes.com/2018/07/31/worl ... ublic.html


malikos
Mulazim (ملازم)
Mulazim (ملازم)
Algeria
Messages : 1140
Inscription : 01 avril 2012, 13:54

Re: Afrique : Actualité, Politique, Economie, Société, Photos

Message par malikos » 04 décembre 2018, 22:58

Niger // Uranium // Greve
Arlit : mouvement d’humeur des agents en cours à la Cominak
4 décembre 2018 DIM Actualités 0


Les travailleurs de la Cominak, filiale d’ORANO, ex-Areva bloquent le nouveau président de la BUMINE ORANO, le DG Cominak, le DG Imourarene, le DG Somaïr et les empêche de quitter la zone industrielle. Il devraient prendre leur vol sur Niamey à 16 h 30 mn.
Après des dures négociations, les frondeurs ont laissé le Bumine et le staff Somaïr partir. Actuellement ils sont sur une table de négociation avec la direction locale.
Les agents demandent le départ de leur GRH sans condition. Nous y reviendrons !https://airinfoagadez.com/2018/12/04/ar ... a-cominak/


malikos
Mulazim (ملازم)
Mulazim (ملازم)
Algeria
Messages : 1140
Inscription : 01 avril 2012, 13:54

Re: Afrique : Actualité, Politique, Economie, Société, Photos

Message par malikos » 16 décembre 2018, 10:21

Conditions improving for American return to Libya: US Marine commander
Sun Dec 16, 2018 02:46AM [Updated: Sun Dec 16, 2018 03:00AM ]
HomeUSMilitary
US Marines Colonel Adam L. Chalkley, commanding officer of Special Purpose Marine Air-Ground Task Force-Crisis Response-Africa offering remarks during a transfer of authority ceremony for SPMAGTF-CR-AF at Morón Air Base, Spain, March 21, 2018. (File photo)
US Marines Colonel Adam L. Chalkley, commanding officer of Special Purpose Marine Air-Ground Task Force-Crisis Response-Africa offering remarks during a transfer of authority ceremony for SPMAGTF-CR-AF at Morón Air Base, Spain, March 21, 2018. (File photo)
A US military commander has declared that conditions are improving on the ground in Libya for the return of an American diplomatic post in the country, six years after the US envoy was killed there in an attack on the Benghazi consulate.

"There were indications that ... recent improvements in the landscape and the operating environment of Libya were suggestive that a reintroduction a diplomatic mission was on the near horizon," Commander of Special Purpose Marine Air-Ground Task Force-Crisis Response Africa, Col. Adam Chalkley, stated on Friday as quoted in the US-based military.com news website.

According to the report, the taskforce was established as a result of the September 11, 2012 attack on the Benghazi diplomatic post that killed US Ambassador Chris Stevens and three other Americans.


File photo of the aftermath of an attack on US consulate in Benghazi, Libya on September 11, 2012.
Chalkley further asserted during a presentation at the Virginia-based Potomac Institute for Policy Studies that he spent much of his time on a recent six-month deployment in the war-torn North African nation helping to ensure there would be no repeat of the deadly attack that also burnt down the US consulate.

"State Department was putting a lot of effort into building that out and doing key leader engagements that would enable [this] from a national interest perspective, so that really dominated what we were doing,” he said.

"There is obviously a large desire to return to a US diplomatic presence," Chalkley further underlined, pointing out that conditions looked favorable for a time and then declined. "But there is still engagement; there are still things happening on a diplomatic front and building diplomatic ties."

The crisis-response task force deployed in March and spent seven months operating out of Morón Air Base in Spain and Sigonella Naval Air Station in Italy.

"I had three KC-130s, six MV-22s and a reinforced infantry company," Chalkley added, describing his force of approximately 850 US Marines and sailors.



File photo of US forces in Africa (Photo by AFP)
He further explained: "It's not just our team going in and being the sole responders. Special operations forces and other elements arrayed across the continent ... they are able to do the things they do because they know that we are there to backstop them.

According to the Marine commander, "We are there to facilitate and ensure that they are able to do their very discreet, very important missions in a manner that, again, helps serve as a deterrent, helps uncover potential threats [and] puts pressure on those organizations that serve as threats."

Chalkley further expressed confidence about not allowing another threat against US facilities to go unnoticed, saying: "The reason those things aren't happening is because people know that we are there and ready to come in. There is an absolute recognition that operations and forces postured on the periphery, able to respond is a great deterrent for people behaving badly."

His task force, the report added, worked directly for US Marine Forces Europe and Africa but spent considerable time working at the State Department and Special Operations Command Forward (SOF) - North and West Africa.

"In many ways, our tie with SOF and our tie with Department of State efforts to reintroduce a diplomatic mission into Libya really dominated the entirety of our time,” Chalkley emphasized.

He further clarified that the unit's primary mission was to provide limited crisis and contingency response, conduct operations to safeguard American citizens, facilities and interests in theater.

The development came nearly two weeks after scores of Libyans waged a protest rally against a new US airstrike on a desert area in the country’s southwestern town of Uwaynat, near the Algerian border, insisting the strike targeted and killed civilians.


PressTV-Libyans protest US airstrike over ‘death of civilians’
Scores of Libyans protest against a new US airstrike on a desert area in the country’s southwestern town of Uwaynat
The rally was staged by members of the ethnic Tuareg tribe living in the area pounded by US forces.

They demanded that the Tripoli-based government launch a probe into the deadly attack.


The divided North African country still struggles to restore stability seven years after a popular uprising that toppled and killed Libya’s long-time dictator Muammar Gaddafi following heavy bombardment of government positions by NATO.


malikos
Mulazim (ملازم)
Mulazim (ملازم)
Algeria
Messages : 1140
Inscription : 01 avril 2012, 13:54

Re: Afrique : Actualité, Politique, Economie, Société, Photos

Message par malikos » 16 décembre 2018, 10:24

Greece seizes drugs-laden freighter en route to Libya
Libyan Express + Agencies |Saturday 15 December 2018Print

The ship is in Greek authorities’ custody (Photo: Reuters)

Greece has seized drugs worth more than 100 million euros ($113 million) after intercepting a Syrian ship sailing for Libya, the coast guard said on Friday.

Officials found about six tonnes of processed cannabis and 3 million super-strength “Captagon” amphetamine pills hidden aboard the Syrian-flagged “Noka”, it said in a statement.

The freighter, with a crew of 11, was en route from the Syrian port of Latakia to Benghazi when it was intercepted by Greek authorities off the southeastern coast of Crete on Dec. 5.

The Noka was escorted to Heraklion port on the Greek island on Dec. 8, where the authorities unloaded its entire cargo.

The drugs were found under false floors in eight containers, hidden between layers of coffee, spices and wood shavings.

Syria became a major amphetamines exporter and consumer as the trauma of the country’s civil war fueled demand and the breakdown in order created opportunity for producers. https://www.libyanexpress.com/greece-se ... -to-libya/


zeitrecht
Musaïd Awal (مساعد أول)
Musaïd Awal (مساعد أول)
Algeria
Messages : 975
Inscription : 27 octobre 2012, 23:59

Re: Afrique : Actualité, Politique, Economie, Société, Photos

Message par zeitrecht » 16 décembre 2018, 21:14

malikos a écrit :
16 décembre 2018, 10:24
Greece seizes drugs-laden freighter en route to Libya
Libyan Express + Agencies |Saturday 15 December 2018Print

The ship is in Greek authorities’ custody (Photo: Reuters)

Greece has seized drugs worth more than 100 million euros ($113 million) after intercepting a Syrian ship sailing for Libya, the coast guard said on Friday.

Officials found about six tonnes of processed cannabis and 3 million super-strength “Captagon” amphetamine pills hidden aboard the Syrian-flagged “Noka”, it said in a statement.

The freighter, with a crew of 11, was en route from the Syrian port of Latakia to Benghazi when it was intercepted by Greek authorities off the southeastern coast of Crete on Dec. 5.

The Noka was escorted to Heraklion port on the Greek island on Dec. 8, where the authorities unloaded its entire cargo.

The drugs were found under false floors in eight containers, hidden between layers of coffee, spices and wood shavings.

Syria became a major amphetamines exporter and consumer as the trauma of the country’s civil war fueled demand and the breakdown in order created opportunity for producers. https://www.libyanexpress.com/greece-se ... -to-libya/
Tout cela va défoncer les cannibales qui vont égorger les innocents


malikos
Mulazim (ملازم)
Mulazim (ملازم)
Algeria
Messages : 1140
Inscription : 01 avril 2012, 13:54

Re: Afrique : Actualité, Politique, Economie, Société, Photos

Message par malikos » 21 décembre 2018, 16:10

How Nigeria's Military Distorted the Truth About a Massacre - Video


malikos
Mulazim (ملازم)
Mulazim (ملازم)
Algeria
Messages : 1140
Inscription : 01 avril 2012, 13:54

Re: Afrique : Actualité, Politique, Economie, Société, Photos

Message par malikos » 21 décembre 2018, 16:32

Allocution de l’Ambassadeur Smaïl Chergui à la 12eme réunion annuelle des représentants des points focaux du Centre africain d’étude et de recherche sur le terrorisme (CAERT)
Last Updated on Wednesday 19 December 2018

15 1 Google +0 14 0 comments
Excellence, Monsieur le Représentant du Ministre des Affaires Étrangères de la République Algérienne démocratique et populaire,

Excellence Monsieur le Doyen des Ambassadeurs de l’Union africaine en République Algérienne démocratique,

Excellence Monsieur l’Ambassadeur du Royaume d’Espagne auprès de la République Algérienne démocratique,

Excellence Monsieur le Représentant Spécial pour la Coopération sur la lutte contre le terrorisme et Directeur du CAERT,

Excellences, Mesdames et Messieurs les Membres du Corps Diplomatique à Alger,

Distingués invités et Représentants d’institutions et d’organisations partenaires,

Chers Représentants des Points focaux des Etats membres de l’UA auprès du CAERT,

Mesdames et Messieurs,

Au nom du Président de la Commission de l’Union Africaine et en mon nom propre, je vous souhaite la bienvenue et vous remercie de votre présence à la cérémonie d’ouverture de la 12eme réunion des Points focaux du Centre africain d’étude et de recherche sur le terrorisme.

Le Président Moussa Faki m’a demandé de réitérer les remerciements de l’Union au Gouvernement et au peuple algériens pour la constance de leur attachement aux Principes de l'Union africaine, leur exemplarité dans la lutte contre le terrorisme sur le continent africain et leur appui jamais démenti au CAERT. La reconnaissance de l’Afrique de cet engagement s’est traduite par la désignation de Son Excellence le Président Abdelaziz Bouteflika, par ses pairs, en tant que champion de l’Union africaine pour la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent. Le choix porté sur l’Algérie pour accueillir le siège du Centre africain d’études et de recherche sur le terrorisme (CAERT) et celui d’AFRIPOL est un témoignage supplémentaire de cette reconnaissance du rôle passé et attendu de l’Algérie à cet effet.

Excellences, Mesdames et Messieurs,

Le terrorisme et l'extrémisme violent sont devenus les menaces les plus graves et les plus pressantes pour la paix, la sécurité et le développement en Afrique et dans le monde. C’est dire l’importance de vos échanges et délibérations ces deux prochaines journées en tant qu’experts venant de tous les États membres de l'Union africaine en présence de nos partenaires sur le thème du terrorisme et de l'extrémisme violent et sur les voies et moyens de réduire et annihiler cette menace. Il y va de la dignité de nos citoyens et celle de toute l’humanité.

Le CAERT est le bras intellectuel et technique de l’Union africaine dans le renforcement des capacités de nos Etats membres à lutter de contre le terrorisme. Le CAERT mérite tout le soutien nécessaire pour lui permettre d’accomplir effectivement son mandat de Centre d’excellence. A travers, Monsieur l’Ambassadeur Fernando Moran Calvo-Sotelo, je souhaite également exprimer ma profonde gratitude au gouvernement du Royaume d’Espagne pour son soutien constant au CAERT qui lui a permis ainsi d’organiser, entre autres, les réunions des points focaux. Cette gratitude s’étend à tous nos partenaires pour leur précieux concours aux diverses activités du CAERT au bénéfice du renforcement des capacités de nos Etats membres.

Excellences, Mesdames et Messieurs

Les menaces du terrorisme et de l'extrémisme violent continuent de semer la mort, la destruction de l’outil économique et la mise à rude épreuve de nos valeurs de tolérance et du vivre ensemble.

Par-delà la prise de conscience de cette menace globale, dont aucun pays ni communauté n’est à l’abri, il est important de mettre en œuvre tous les instruments juridiques internationaux et régionaux pertinents. La plupart des États membres de l'Union africaine ont adopté leur législation antiterroriste, achevé leurs stratégies et plans d'action nationaux de prévention du terrorisme et de lutte contre l'extrémisme violent, ou sont en train de les développer, et mettent en place les structures requises.

L’architecture de l’Union africaine en matière de lutte contre le terrorisme est, comme vous le savez, assez élaborée, notamment la Convention d’Alger de 1999 sur la prévention et la lutte contre le terrorisme, son Protocole de 2004, le Plan d’action de 2002 de l’UA sur la prévention et la lutte contre le terrorisme, la « Loi-type de l’Union africaine sur le terrorisme » de 2011, et « Les Principes et directives sur les droits de l'homme et des peuples dans la lutte contre le terrorisme en Afrique » de 2015. Cela témoigne de la détermination de l’Union africaine à promouvoir la prévention et la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent dans le respect de l’État de droit et des droits de l’homme.

Excellences, Distingués invités, Mesdames et Messieurs,

Bien que des efforts communs et concertés aient produit des réponses préventives et des contre-mesures efficaces pour venir à bout des menaces du terrorisme et de l'extrémisme violent en Afrique, les organisations terroristes et extrémistes violentes continuent de faire montre de résilience et d’adaptation aux mesures prises par nos Etats membres.

En dépit des succès remportés par l’AMISOM en Somalie, la Force Multinationale Mixte (FMM) dans le bassin du lac Tchad, la force conjointe contre la LRA, l’élimination du M23 a l’est de la RDC, les défis restent énormes au Sahel, en Libye, à l’est de la RDC, au Lac Tchad, au moment où la collusion des groupes terroristes avec les groupes criminels renforce leurs moyens financiers et techniques.



Excellences, Chers représentants des Points focaux, Mesdames et Messieurs,

Le thème de la réunion de cette année: « Promouvoir un équilibre entre la lutte contre le terrorisme et les droits de l’homme » est particulièrement judicieux. Il reconnaît, à juste titre, le caractère fondamental des droits de l'homme dans la lutte contre le terrorisme et le fait que les réponses aux actes de terrorisme et à l'extrémisme violent doivent nécessairement se conformer au respect de l’Etat de droit. Je me réjouis particulièrement du fait que ce soit le thème de votre réunion de cette année.

Face à l’idéologie prônée par l’internationale terroriste, il nous appartient d’abord de nous adresser aux griefs qui sapent la confiance entre le gouvernement et les citoyens et deviennent souvent des causes profondes ou des facteurs de causalité exploités par des groupes terroristes pour justifier leurs actions à recourir à l'extrémisme violent et au terrorisme. Il ne faut pas non plus oublier que les capacités économiques et financières des États Membres sont souvent limitées et ne parviennent pas à répondre aux attentes de leurs citoyens dans les délais attendus. Cette situation est susceptible d’entrainer une certaine désillusion, voire du désespoir et de la frustration, créant ainsi un environnement favorable à la propagation du message du terrorisme et, partant, la radicalisation des plus fragiles.

Le recours à des nouvelles techniques par les groupes terroristes pour frapper les esprits par la violence de leurs actes criminels ajoute aux défis de nos services de sécurité dans leur réponse aux actes terroristes, obligés de déployer dans l’urgence tout moyen susceptible de sauver des vies humaines.

Pour autant, l’impératif du respect des droits de l'homme doit prévaloir lors de toute réponse à ces défis. En effet, le respect des droits fondamentaux des personnes et des communautés demeure le facteur déterminant de la justice et de la bonne gouvernance dans le système international actuel, et cela s’applique naturellement à toute action ou initiative entreprise pour prévenir ou combattre le terrorisme et l’extrémisme violent. Les dispositions de la Déclaration universelle des droits de l'homme, du Droit international des droits de l'homme, du Droit international humanitaire, le quatrième pilier de la Stratégie antiterroriste mondiale de l’ONU et du Plan d'action du Secrétaire général des Nations unies pour la prévention de l'extrémisme violent, lus ensemble, soulignent cette exigence fondamentale qui doit vous guider au quotidien.

Les « Principes et directives, de l’Union africaine, sur les droits de l’homme et des peuples dans la lutte contre le terrorisme en Afrique » de mai 2015, auxquels j’ai fait allusion plus haut, renforcent dans le contexte spécifique africain le caractère central du respect des droits de l’homme dans la lutte contre le terrorisme. Pour sa part, la « Charte africaine des valeurs et des principes de la décentralisation, de la gouvernance locale et du développement local » de 2014 préconise un système de bonne gouvernance visant à maintenir la confiance entre les gouvernements de nos États membres et leurs citoyens. Le respect de ces deux documents doit guider l’élaboration des réponses effectives, en particulier lorsqu’il s’agit de remédier aux sources d’injustice et de frustration au sein des communautés locales, qui conduisent au radicalisme et à l'extrémisme violent. Je vous exhorte tous à être les ardents défenseurs de ces principes et instruments, de les faire connaitre et d’aider à leur mise en œuvre par les pays membres de l’Union africaine, en particulier la ratification et la mise en œuvre de la Charte et le respect des principes et des directives de 2015. Je voudrais également vous informer de la création, avec les Nations Unies, d’un groupe d’experts devant nous permettre de mettre en place les plus hauts standards en matière de respect des droits de l’Homme dans toutes nos opérations de maintien et d’imposition de la paix .

Mesdames et Messieurs,

Concrètement, pour vous nos experts, représentants des points focaux participant à cette réunion, je tiens à souligner quelques points qui doivent retenir votre attention. Votre participation aux réunions des points focaux doit être un élément essentiel de nos actions collectives, de leur coordination pour apporter une réponse appropriée aux activités criminelles et déstabilisantes que les organisations terroristes mènent sur le continent. En tant qu’experts du continent, nous continuons de nous fier à vos analyses et conseils et vos perspectives personnelles sur les droits de l'homme et la lutte contre le terrorisme sont dès lors essentielles pour adapter les processus de prise de décision en matière de lutte contre le terrorisme à l’impératif du respect des droits de l’Homme.

La Commission continuera à travailler avec les États membres, les partenaires et la communauté internationale afin de mobiliser un soutien en faveur à de nos efforts collectifs et promouvoir une réponse harmonieuse à ce défi à la fois complexe et global.

Nous n’avons pas d’autre choix que de mutualiser nos moyens et de renforcer ce partenariat pour préserver le droit à la vie.

Excellences, Mesdames et Messieurs,

Je vous remercie de votre aimable attention et vous souhaite de fructueuses délibérations et une bonne et heureuse année 2019

http://www.peaceau.org/fr/article/alloc ... isme-caert

Avatar de l’utilisateur

zen
Arif (عريف)
Arif (عريف)
Algeria
Messages : 154
Inscription : 20 juillet 2017, 08:19

Re: Afrique : Actualité, Politique, Economie, Société, Photos

Message par zen » 07 janvier 2019, 09:57

Coup d'etat en cours au gabon contre ali bongo dont l etat de santé serait degradé et qui est hospitalisé au maroc depuis un moment .



Répondre

Revenir à « Actualités Internationales »