Algérie : Actualité culturelle et artistique

Toutes les discussions a propos de la politique, de l'économie et de la société Algérienne (uniquement)
Répondre

Topic author
numidia
Raïd (رائد)
Raïd (رائد)
Algeria
Messages : 2709
Inscription : 21 mars 2012, 20:17

Algérie : Actualité culturelle et artistique

Message par numidia » 30 mars 2012, 21:22

AAF 2020 a écrit :Festival du film amazigh : Vava Moh décroche l’Olivier d’or en long métrage fiction
Le film « Vava Moh » du réalisateur Smail Yazid a décroché l’Olivier en long métrage fiction lors du festival du film amazigh qui a été clôturé, durant la soirée de mercredi, 28 mars, à la maison de la culture Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou.

« La langue de Zahra » de Fatima Sissani et « Encre et le monde » de Sofiane Bellali ont remporté le même trophée respectivement en documentaire et en court métrage. « Nous avons eu beaucoup de réticence avant de décider de l’attribution de l’Olivier d’or pour le long métrage fiction car, il ya vraiment un manque de qualité dans les films retenus pour la compétition », a déclaré Aomar Hekkar, président du jury. Par ailleurs, notons que le prix du meilleur film dans la section jeunes talents a été décerné à la réalisatrice Sonia Ahnou pour son film « Uzzu ».
http://www.elwatan.com/culture/festival ... 21_113.php
Image


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11852
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Algérie : Actualité culturelle et artistique

Message par AAF 2020 » 09 avril 2012, 05:40

LA MANIFESTATION AURA COÛTÉ 125 MILLIARDS DE DINARSBilan de “Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011”
Image
500 000 personnes, dont près de 7 000 étrangers, ont visité les différentes expositions, 280 livres ont été édités, 32 documentaires produits, 12 colloques internationaux organisés, et des dizaines de pièces théâtrales représentées.

Cent vingt-cinq milliards de dinars est le montant qu’aura coûté le déroulement de la manifestation "Tlemcen capitale de la culture islamique 2011" si l’on tient compte aussi qu’une partie des sommes non dépensées seront restituées au Trésor public, comme ce fut le cas pour l’évènement Alger capitale de la culture arabe 2007 et du deuxième Festival culturel panafricain (Panaf’) en 2009. Cette somme a été révélée par le financier du ministère de la Culture lors d’une conférence de presse-bilan, tenue jeudi au centre international de presse Rachid-Baba-Ahmed, et présidée par Abdelhamid Belblidia, coordonnateur général de la manifestation en question.
Après avoir souligné que “cet évènement international va permettre le déclic pour la vraie relance culturelle dans cette région de l’Ouest”, M. Belblidia a indiqué qu’un programme spécial a été élaboré pour marquer la clôture de la manifestation fixée pour 16 avril (qui coïncide avec Yaoum El-Ilm, la journée du savoir), une année après son inauguration par le président de la République. Jusqu’à cette date, et dès cette semaine, diverses manifestations avec la participation d’une pléiade d’artistes, comme Abdelkader Chaou, Hamdi Bennani, Nadia Benyoucef, Farid Khodja, Menai Abdallah, Abbas Righi, Taous Arhab, Samir Toumi, Abdellatif Mérioua, ainsi que 12 associations culturelles locales, auront lieu au Palais de la culture Imama, à la Maison de la culture Abdelkader-Alloula et au Théâtre de verdure de Koudia.
Concerts de musique, tours de chants, soirées soufies, fantasias, danses populaires, chorales, etc. sont au programme de la clôture de cet évènement. Le clou des festivités sera sans nul doute la parade qui sillonnera les principales artères de Tlemcen, constituée des troupes et associations ayant pris part aux différentes activités artistiques durant "Tlemcen 2011".
Sans pouvoir annoncer si la ministre de la Culture rehaussera de sa présence cette clôture, M. Belblidia a indiqué que 24 pays islamiques et non islamiques ont participé aux journées culturelles dédiées à leur patrimoine, et que près de 500 000 personnes, dont près de 7 000 étrangers, ont visité les différentes expositions organisées au niveau des musées et du Palais de la culture (portant sur les manuscrits musulmans, les objets liés aux pratiques de l’islam, l’histoire et architecture des sites et monuments de Tlemcen, les traces des Almoravides et des Almohades, la vie quotidienne à Tlemcen, la calligraphie, les peintres de Tlemcen et de ses environs, la miniature et l’enluminure, la kalâa des Beni Hamad). Sur le plan cinématographie, 32 documentaires ont été produits et projetés en avant-première nationale.
De même que 280 livres ont été édités et 12 colloques internationaux organisés au Palais de la culture, alors que des dizaines de représentations théâtrales ont été données tant à Tlemcen qu’à travers les communes et même au niveau d’autres wilayas. La soirée de clôture sera marquée par un spectacle "voyage dans mon pays", animé par le ballet national.
http://www.liberte-algerie.com/culture/ ... ars-175648


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11852
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Algérie : Actualité culturelle et artistique

Message par AAF 2020 » 22 avril 2012, 17:39

Tlemcen, capitale de la culture islamique : un spectacle haut en couleurs pour la clôture
Image
TLEMCEN - Les festivités marquant la clôture de la manifestation "Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011" ont débuté samedi soir à Tlemcen par un spectacle haut en couleurs, offert par le ballet national.

Le palais de la culture a abrité, dans la soirée de samedi, un grandiose spectacle présenté par le ballet national sous le titre "Rihla fi biladi" (voyage à travers mon pays) qui a permis au très nombreux public de voyager à travers les différentes régions du pays par le biais de onze danses traditionnelles puisées du patrimoine immatériel nationale.

Riche en couleurs et en rythmes, le spectacle d’une durée de deux heures était composé d’une palette de danses chaouie, kabyle, targuie, algéroise, tlemcenienne et autres, le tout exécuté dans une chorégraphie exceptionnelle mettant superbement en exergue la richesse de cet héritage culturel diversifié que recèlent toutes les régions d’Algérie.

Danseuses et danseurs du ballet national ont réussi à faire vibrer la salle des spectacles du palais de la culture, tout au long d’une soirée de rêve.

D’autre part, un défilé populaire a également eu lieu dans la commune de Mansourah où de nombreuses troupes folkloriques de Tlemcen et des wilayas avoisinantes y ont pris part, accompagnées pour la circonstance de cavaliers, sous le regard de centaines de passants, massés sur les deux bords de la route conduisant jusqu’au Palais de la Culture.

Les festivités de clôture de la manifestation "Tlemcen capitale de la culture islamique 2011" se poursuivront jusqu’au 25 du mois en cours. Elles donneront lieu à des soirées musicales prévues au théâtre de verdure de Koudia, à la maison de la culture Abdelkader Alloula et au Palais de la Culture d’Imama.
http://www.aps.dz/Tlemcen-capitale-de-l ... 43465.html


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11852
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Algérie : Actualité culturelle et artistique

Message par AAF 2020 » 25 avril 2012, 06:03

«Le Repenti » de Merzak Allouache à la quinzaine des réalisateurs du festival de Cannes

Code : Tout sélectionner

Le film «Le Repenti » du réalisateur Merzak Allouache représentera l'Algérie à la quinzaine des réalisateurs du festival de Cannes (16-27 mai), parmi les 21 longs métrages prévus.
Merzak Allouache, qui s'est fait connaître en 1976 avec le film « Omar Gatlatou », considéré par les critiques comme un véritable tournant dans le cinéma algérien a continue sa riche carrière avec des films qui ont toujours été critiques.
Il abordera dans ses oeuvres majeurs le terrorisme, le ras le bol de la jeunesse, la situation de la femme et surtout le problème de l'immigration clandestine sujet de son  film «harragas » produit en 2010 . 
Son dernier film «normal » a décroché le prix du meilleur long métrage Arabe au festival de Doha-Tribeca.
Tous les formats seront représentés à la quinzaine des réalisateurs, créée en mai 68, qui annonce une forte présence française et latino-américaine avec des comédies, des drames, mais aussi deux dessins animés et deux documentaires.
Le nouveau délégué-général de la section Edouard Waintrop, critique et directeur du festival de Fribourg (Suisse) a annoncé mardi à la presse «des surprises », «du rire et des larmes » avec les films sélectionnés dont 19 en compétition. 
http://www.lexpressiondz.com/linformati ... annes.html


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11852
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Algérie : Actualité culturelle et artistique

Message par AAF 2020 » 25 avril 2012, 06:04

FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM ORIENTAL DE GENÈVE: Huit films algériens au programme
Image
L'édition 2012 du Fifog se tiendra du 28 avril au 6 mai aux Cinémas du Grütli à Genève et comprendra une programmation riche et innovante.
«La Liberté guidant les cinéastes!» est la thématique qui souligne l'esprit de cette nouvelle édition du Fifog. «En fait, ce connecteur s'est imposé naturellement» affirme Tahar Houchi, le directeur artistique du festival. Et de renchérir, en illustrant ses propos par le choix de ces films, tels M. Soudani, dans Taxiphone, film d'ouverture, suit un couple en quête d'une liberté intérieure, (...),George Hachem, dans Balle perdue, film de clôture, met en scène une femme qui tente de se libérer des démons de la guerre.(...), Merzak Allouache dans Normal, donne la parole aux jeunes qui se battent pour la liberté, Amr Salama dans Asmaa, suit une femme atteinte du sida qui affronte les préjugés de la société, et Kassem Hawal dans Le Chanteur met en scène des personnages qui cherchent l'affranchissement des mains d'un dictateur. Outre cela, il faut ajouter tous ces films réalisés dans l'urgence qui accompagnent la Liberté guidant les peuples en pleine révolution: Plus jamais peur du Tunisien Mourad Ben Cheikh, Tahrir 2011 des Egyptiens Ayten Amin, Tamer Ezzat et Amr Salama ou le Monde arabe, l'onde de choc de la Franco-Libanaise Sofia Amara. Naturellement, ces choix imposent de nouvelles exigences esthétiques et approches formelles....» confie t-il. Pour cette nouvelle édition, dédiée à la jeunesse, aux femmes et aux révolutions, le Fifog continue à exposer les cinématographies les plus originales et les plus innovantes d'Orient et d'Occident, et ce à travers ses diverses sections dont L'Orient dans tous ses états, Voix et Visions de femmes et Le Fi-Fon-Fan. D'autre part, il fait un focus sur les cinémas d'Afrique du Nord (Algérie, Maroc et Tunisie) et célèbre le cinéma marocain au Salon international du livre et de la presse de Genève. Enfin, il revisite les révolutions orientales à travers une série de documentaires et de débats, notamment sur le rôle des médias. Au vu de la richesse du dossier de presse, l'on constate une programmation assurément renforcée. Des 436 films visionnés, le Fifog en a retenu 100, dont 33 longs-métrages, 20 documentaires et 47 fictions courtes. Une cinquantaine d'invités en provenance de Syrie, d'Algérie, du Maroc, du Liban, de Tunisie, d'Egypte, de France et aussi de Suisse, sont attendus. Plus de vingt lieux de projection, de débats et d'expositions accueilleront le Fifog. La nouveauté de 2012 est l'introduction des prix Fifog d'or et Fifog d'argent.
Trois compétitions (longs métrages, courts métrages, et documentaires), sont mis en place afin de départager 8 fictions, 10 documentaires et 20 courts métrages qui sont en lice pour 3 Fifog d'or et 3 Fifog d'argent. Les jurys seront présidés par la réalisatrice et députée tunisienne Salma Baccar, le réalisateur suisse Daniel Schweizer, le critique de cinéma suisse Rafaël Wolf et l'acteur algérien Faouzi Saïchi! L'Algérie sera donc présente en force avec les films suivants Taxiphone, El Maktoub de Mohamed Souadani, Essaha de Dahmane Ouzid, Normal de Merzak Allouache, en compétition dans la catégorie long métrage, Le pain nu de Rachid Benhadj, Les folles années du twist de Mahmoud Zemmouri, Tahar Djaout, Un poète peut-il mourir?de A. Larbi - Cherif en compétition dans la catégorie documentaire, un autre docu, Vent de sable, Sahara des essais nucléaires de Larbi Benchiha et Demain, Alger? d'Amin Sidi Boumedienne, en compétition dans la catégoire court métrage pour le Fifog d'or et Fifog d'argent. On notera aussi la participation du film canadien M. Lazhar de Philippe Falardeau avec notre icône Fellag. De nombreux événements parallèles sont aussi à l'ordre du jour. Le Fifog organise aussi un débat sur le rôle de la presse dans les récentes révolutions orientales «Révolution orientales: pulsions populaires ou impulsions médiatiques», un colloque académique autour de la «Mémoire et Cinéma», une exposition de calligraphie, un programme scolaire, un forum de production et des ateliers en faveur de jeunes Suisses et Maghrébins. Donc si vous êtes dans les parages, n'hésitez pas à y aller! O. H.
http://www.lexpressiondz.com/culture/15 ... ramme.html


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11852
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Algérie : Actualité culturelle et artistique

Message par AAF 2020 » 26 avril 2012, 17:15

Les salles de cinéma seront réhabilitées et soumises à un cahier de charge (ministre)
Image
TLEMCEN - Les salles de cinéma seront, une fois récupérées et réhabilitées par l’Etat, "soumises à un cahier de charge et gérées en priorité par des universitaires en chômage", qui devront bénéficier d’une formation en filmographie et en gestion, a annoncé, jeudi à Tlemcen, la ministre de la Culture, Mme Khalida Toumi.

Une fois mis en place, ce réseau de la cinémathèque nationale devrait générer quelque 2.300 postes d’emploi pour les jeunes chômeurs universitaires, a souligné Mme Toumi, avant d’ajouter que "les salles de cinéma doivent revenir au cinéma pour contribuer au développement culturel notamment de la frange juvénile qui ne connait rien du grand écran et du cinéma".

Inaugurant la salle de cinéma "le Colisée" de Tlemcen baptisée du nom de Djamel Eddine Chanderli, un pionnier du cinéma algérien, "qui a combattu le colonialisme par sa caméra comme l’ont fait d’autres par les écrits, les pièces de théâtre et les armes", la ministre a déclaré que "le cinéma est un art populaire qui éduque, informe et forme".

Cette salle de cinéma, complètement rénovée par le ministère de la Culture à l’occasion de la manifestation "Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011", a rouvert ses portes au public le mois de mars dernier, après une fermeture qui a duré des années, pour abriter le panorama des 32 films documentaires réalisées dans le cadre de cette manifestation culturelle.

Accompagnée du vice-premier ministre, M. Noureddine Yazid Zerhouni, d’ambassadeurs et de nombreux hommes de culture, Mme Toumi a également visité le "Palais Royal" implanté à l’intérieur de la citadelle d’El Mechouar.

La manifestation "Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011" a été clôturée dans la soirée de mercredi au palais de la culture Abdelkrim-Dali de Tlemcen.

La cérémonie officielle de clôture de ce grand évènement culturel international, présidée par la ministre de la Culture, a été animée par l’orchestre symphonique national et la troupe des cornemuses de la Garde républicaine.
http://www.aps.dz/Les-salles-de-cinema-seront.html


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11852
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Algérie : Actualité culturelle et artistique

Message par AAF 2020 » 26 avril 2012, 17:21

Ouverture à Alger de la 3e édition "Alger jazz meeting"
Image
ALGER - La troisième édition des rencontres sur le jazz, "Alger jazz meeting", s’est ouverte mercredi à la salle Ibn Zaydoun à Alger avec un concert du guitariste jazzman Aminoss et son groupe.

Après deux ans d’absence, la manifestation organisée par le ministère de la culture et l’Office riadh el feth (Oref) revient à Alger avec l’objectif de mettre en avant les talents algériens en matière de jazz et aussi la couleur africaine de l’Algérie avec un concert prévu du groupe "kora jazz band", expliquait Amine Kariche, responsable du projet auprès de l’Oref.

La soirée d’ouverture s’est déroulée sous le signe de l’osmose musicale avec le guitariste, compositeur "Aminoss" et son groupe qui ont présenté un projet musical proche du smooth jazz où se mêlent des influences occidentales, orientales et algérienne avec l’introduction du Ney (flutte bédouine) aux autres instruments (guitare, basse, batterie et piano).

Amine Hamerouche alias Aminoss, un pur produit algérien a présenté un premier projet de sa propre composition qui a été monté pour une exposition sur "la vie des numides".

D’une durée de plus de 30 minutes le projet est un réel voyage musical très empreint de couleurs algériennes. Néanmoins il rappelle beaucoup les musiques de films et séries télévisées algériennes pour lesquelles Aminoss a beaucoup composé.

Pour la seconde partie du spectacle, le quintet a interprété quelques titres composés pour le groupe de jazz algérien "Madar" durant lesquels Aminoss laisse libre cours à l’imagination de ses musiciens. L’improvisation étant à la base du jazz, le bassiste Nadjib Gamoura et le batteur Nazim Benkaci (anciens musiciens du groupe Madar) ont pleinement exprimé leurs talents.

Aminoss, connu aussi pour ses talents d’arrangeur, vient d’entamer l’enregistrement de son projet et se réjouit de retrouver à chaque scène un public connaisseur et réceptif même si cette soirée d’ouverture n’a pas attiré la foule.

L’événement "Alger jazz meeting" se poursuivra jusqu’au 27 avril avec deux autres concerts, "Kora jazz band" jeudi et "Yacine Malek trio" vendredi.
http://www.aps.dz/Ouverture-a-Alger-de- ... sieme.html


Sifax
Raïd (رائد)
Raïd (رائد)
Algeria
Messages : 2573
Inscription : 31 mars 2012, 12:44

Re: Algérie : Actualité culturelle et artistique

Message par Sifax » 27 avril 2012, 01:37

La gestion des salles de cinéma à rénover sera cédée aux universitaires au chômage (par Khidr Omar, 26/04/2012)

Les festivités célébrant mercredi « Tlemcen, capitale de la culture islamique » ont à peine été clôturées que la ministre de la culture, Khalida Toumi, qui a présidé aux destinées de cette manifestation internationale, s’attaque à un autre chantier de son département; les salles de cinéma.

Ces salles qui ont été laissées à l’abandon depuis le début des années 1990, quand la violence et la grave crise économique avaient touché l’Algérie et ont relégué le secteur de la culture au second plan.

Jeudi, la ministre de la culture a inauguré la salle de cinéma « Le Colisée » de Tlemcen, entièrement rénovée et baptisée du nom de Djamel Eddine Chanderli, un pionnier du cinéma algérien. Une inauguration symbolique puisque la salle a servi, depuis le mois de mars, à la projection des 32 films documentaires réalisés dans le cadre de la manifestation « Tlemcen, capitale de la culture islamique ».

L’Etat compte récupérer les salles de cinéma abandonnées et qui se trouvent dans un état de délabrement avancé. Lors de cette cérémonie d’inauguration, Khalida Toumi a fait savoir que les salles de cinéma qui connaîtront une réhabilitation, « seront soumises à un cahier des charges et gérées en priorité par des universitaires au chômage ». Pour ce faire, ils bénéficieront d’une formation en filmographie et en gestion.

« Les salles de cinéma doivent revenir au cinéma pour contribuer au développement culturel, notamment de la frange juvénile qui méconnait le grand écran et le cinéma » a déclaré la ministre de la culture qui avance le chiffre de 2.300 postes d’emploi à créer au profit des jeunes chômeurs universitaires, dans la perspective de la réhabilitation des salles de cinéma à travers le pays et la mise en place d’un réseau de la cinémathèque nationale.

« Le cinéma est un art populaire qui éduque, informe et forme » a ajouté Khalida Toumi qui était accompagnée par le vice-premier ministre, Noureddine Zerhouni, des ambassadeurs et des hommes de culture.
http://www.algerie1.com/actualite/tlemc ... de-cinema/


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11852
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Algérie : Actualité culturelle et artistique

Message par AAF 2020 » 28 avril 2012, 11:40

TOMBER DE RIDEAU SUR “TLEMCEN, CAPITALE DE LA CULTURE ISLAMIQUE 2011”
Une année d’échanges et de rencontres
Image
Le rideau est tombé, mercredi dernier, sur cette manifestation culturelle qui a réuni des artistes, des universitaires, des penseurs et des intellectuels qui ont pris part à des expositions, des spectacles, des semaines culturelles et des colloques.

La ministre de la Culture, Mme Khalida Toumi, a présidé la cérémonie officielle de clôture qui s’est déroulée en soirée au palais de la culture Imama, en présence de Noureddine Yazid Zerhouni, vice-premier ministre, de Zohra Drif-Bitat, membre du Conseil de la nation et du Conseil international des parlementaires, et de 25 ambassadeurs de pays islamiques accrédités à Alger. Dans son discours, la ministre a tenu d’abord à rendre un hommage posthume à Ahmed Ben Bella, puis d’estimer que la manifestation de Tlemcen “a permis de jeter une passerelle entre les cultures des différents pays islamiques avec tout ce que cela signifie comme enrichissement mutuel pluridisciplinaire, mettant ainsi en évidence la place de choix qu’occupe l’Algérie en général et Tlemcen en particulier, notamment dans le dialogue des civilisations érigé en option stratégique pour la coexistence pacifique des peuples”. Mme Toumi a également souligné que Tlemcen 2011 est “un événement pas comme les autres”, tout en signalant les records de fréquentation. S’intéressant aux douze nouvelles infrastructures culturelles créées à la faveur de cette manifestation, Mme Toumi a indiqué que “jamais auparavant un tel nombre n’a été enregistré dans le pays en un laps de temps si court, marqué par une confiance aveugle accordée aux jeunes compétences nationales, qu’il s’agisse de bureaux d’études ou d’entreprises locales qui ont relevé le défi et que je tiens aujourd’hui à féliciter”.
La ministre et ses invités ont assisté par la suite à un concert de musique animé par l’orchestre symphonique national et la chorale Alhan oua Chabab accompagnés par le chœur de la garde républicaine, sous la direction du maestro syrien Missak Baghboudarian. Auparavant, Mme Toumi avait inauguré la nouvelle bibliothèque et galerie des arts implantée dans le populeux quartier d’Imama qui portera le nom du grand écrivain Mohammed Dib ; le pavillon d’exposition de Koudia baptisé au nom du défunt artiste Mohamed Farrah ; le théâtre de verdure, le centre d’études andalouses jouxtant le palais de la culture qui abritera les rencontres scientifiques, et enfin la cinémathèque Djamel-Chanderli. La ministre a déclaré à la presse : “Tlemcen a été tout au long de l’année 2011 un lieu de rencontres de personnalités du monde de la culture, de la science, des arts et de la religion, ayant accueilli des dizaines de manifestations dont des colloques internationaux, expositions et semaines culturelles. Le programme des activités a permis de mettre en relief l’apport culturel, scientifique et littéraire de la perle du Maghreb arabe qui a enfanté des savants, penseurs et créateurs lesquels ont brillé à travers l’histoire.”
Par ailleurs, durant cinq jours, le palais de la culture, la maison de la culture et le théâtre de verdure ont accueilli des artistes venus de tout le territoire national participer à des galas artistiques de clôture de la manifestation marquée également par un défilé à travers la ville.
http://www.liberte-algerie.com/culture/ ... 011-177021


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11852
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Algérie : Actualité culturelle et artistique

Message par AAF 2020 » 28 avril 2012, 11:41

1er anniversaire de la disparition du professeur Mohand Issad: Un livre en l’honneur de l’éminent juriste
Image
Pour rendre hommage au professeur du droit, Mohand Issad, une brochette de juristes algériens et français (Ali Haroun, Leïla Aslaoui, Bontems Claude, David Cyrille…), collègues et amis du défunt, a édité un livre intitulé : L’exigence et le droit. “Les auteurs de cet ouvrage collectif ont voulu témoigner des différentes facettes de la vie professionnelle de Mohand Issad : universitaire, avocat, arbitre, conseil mais aussi citoyen”, écrivent Ali Benchenneb et Chérif Bennadji dans la préface, avant d’ajouter : “Mohand Issad, c’est déjà près de cinquante années de fréquentation quotidienne du droit, dans différentes postures”. “Ces postures le conduisent à exprimer des opinions, à prendre position sans mépris aucun pour leur support, depuis une thèse sur l’exequatur des décisions de justice ou un ouvrage sur le droit international privé, deux fois réédités jusqu’aux interventions dans les médias sur le fonctionnement — les dysfonctionnements — de l’appareil judiciaire ou de tel autre service public, à commencer par celui de l’enseignement, voire sur l’impact de la généralisation du recours au crédit documentaire sur le commerce extérieur ou, de façon plus générale, sur l’absence d’efficacité de la norme juridique en Algérie”, affirment-ils encore. Témoignant des qualités de l’homme, les deux préfaciers le présentent comme quelqu’un d’“exigeant” et de “toujours ouvert à l’autre et à l’écoute de l’autre”.
http://www.liberte-algerie.com/culture/ ... sad-176974


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11852
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Algérie : Actualité culturelle et artistique

Message par AAF 2020 » 28 avril 2012, 12:33

5e festival de la bande dessinée à Riad El Feth: L’Algérie à l’honneur
Image
Le 5e Festival international de la bande dessinée se tiendra du 6 au 13 octobre 2012, à l’esplanade de Riad El Feth à Alger.



Placée sous le signe du cinquantenaire de l’indépendance de l’Algérie, cette prochaine édition de la bande dessinée proposera un programme des plus divers et riches à la fois. Lors d’une rencontre informelle, tenue jeudi au restaurant du Grill Room au Bois des arcades de Riad El Feth, la présidente du festival et directrice des éditions Dalimen, Mme Dalila Nadjem, a dévoilé une partie des grandes lignes de ce rendez-vous. Vu l’engouement du public pour la BD, le festival sera, cette année, prolongé de quatre jours. Si cette année l’Algérie sera l’invitée d’honneur, il n’en demeure pas moins que plusieurs pays étrangers seront présents.

Concernant cette participation étrangère, la conférencière indiquera : «Nous maintenons une forte délégation étrangère, l’une des marques de fabrique du festival étant de tisser des liens avec une trentaine de pays invités, et parmi eux des pays qui ont accompagné notre mouvement national, comme Cuba, les USA, la Belgique, mais aussi le Japon dont nous fêtons cette année le cinquantenaire de l’établissement, la Belgique, la Suisse, mais aussi de nombreux grands pays de BD, comme l’Angleterre, l’Italie... Le Maghreb et le Machrek seront bien entendu présents à travers des artistes marocains, tunisiens, égyptiens, libanais... Ainsi que ceux de notre continent.»

Ainsi, à l’occasion de la célébration du cinquantenaire de l’indépendance nationale, une imposante exposition retraçant 50 ans de la BD algérienne sera à l’honneur, sur une superficie de 1000 m2. Elle rassemblera sur une scénographie des plus recherchées d’anciens et de nouveaux bédéistes algériens. D’autres espaces seront maintenus, à l’image de la librairie BD, ou encore la bulle de lecture. Les organisateurs ont reconduit les mêmes activités habituelles avec, cependant, un dispatching différent de celui des années précédentes. Les matinées seront consacrées aux activités de jeunesse et aux ateliers. Les après-midi, à partir de 14h, les intéressés potentiels pourront assister à des conférences et à des master class.

A 18h, place à l’événement festif où des performances en live, des projections de films d’animation ainsi que des concerts se tailleront la part du lion. De même que des formations en scénario et en film d’animation seront organisées pendant la durée du festival, «mais le FIBDA maintient sa politique de formations longues, débouchant sur des publications. Une de ces formations est en cours, toujours sous la direction du bédéiste belge et ami du festival, Etienne Schredder, et qui devrait déboucher sur différentes publications autour du thème ‘‘Résistances’’», explique la directrice du festival. Il est à noter, par ailleurs, que trois concours de création à destination des talents nationaux, ainsi qu’un concours international ont été ouverts à tous les bédéistes depuis la mi-avril dernier.
http://www.elwatan.com/culture/l-algeri ... 09_113.php

Avatar de l’utilisateur

l'adjudant/chef
Fariq (فريق)
Fariq (فريق)
Algeria
Messages : 2709
Inscription : 27 mars 2012, 15:57
Localisation : algerie
Contact :

Re: Algérie : Actualité culturelle et artistique

Message par l'adjudant/chef » 28 avril 2012, 14:13

Journée mondiale du livre : forum sur le livre et les droits d’auteur

La traduction, l’édition et surtout la lecture étaient au centre des débats du forum organisé lundi à Alger par la chaîne III de la radio nationale, à l’occasion de la 17ème Journée mondiale du livre et des droits d’auteur.

La question de la traduction en Algérie a été longuement débattue lors de ce forum qui s’adressait aux différents opérateurs de la chaîne du livre (éditeurs, traducteurs, libraires...) et au média, en présence de l’universitaire Mustapha Madi, représentant des éditions Casbah et de M.Hassan Bendif, directeur du centre national du livre, une structure créée en 2010 non encore opérationnelle. Les intervenants voient dans la traduction dans un outil de désenclavement linguistique et littéraire, pouvant ouvrir des horizons infinis au lectorat algérien.

Plusieurs intervenants venus assister à ce forum ont à nouveau soulevé la problématique de la circulation du livre, estimant que les algériens se détournaient de plus en plus du livre et de la lecture, que celui-ci n’était pas soutenue par une politique de médiatisation et de marketing et que les éditeurs avaient une connaissance limitée du lectorat et des attentes des publics.

Annonçant l’application "dès la prochaine rentrée scolaire" de la convention entre le ministère de la Culture et celui de l’Education nationale pour l’introduire la lecture dans les écoles en tant que matière à part entière, M. Bendif a aussi fait état de la mise en place prochainement d’une commission chargée d’étudier les tendances du lectorat afin de faciliter, espère-t-il, l’évaluation des oeuvres par les éditeurs.

Le directeur de la bibliothèque nationale, M Azeddine Mihoubi, a estimé pour sa part que "les éditeurs ne connaissent plus de difficultés en Algérie, grâce au soutien du ministère de la Culture" a-t-il dit, considérant que la structure qu’il dirige devrait "se tourner vers la recherche, au lieu d’accueillir des jeunes et des lycéens (...), l’animation culturelle n’étant une vocation" de la bibliothèque nationale

De son côté, le directeur général de l’Office national des droits d’auteur (Onda), Samy Bencheikh, a exposé les procédures nécessaires et la démarche à suivre par auteurs souhaitant bénéficier de la protection de leurs oeuvres par l’office.

http://www.echoroukonline.com/ara/articles/127701.html
c'est pas l'arme qui tue mais l'être humaine qui tir sur la gâchette

Image

Image


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11852
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Algérie : Actualité culturelle et artistique

Message par AAF 2020 » 29 avril 2012, 20:00

Journée mondiale de la propriété intellectuelle : Versement de 398 millions DA aux auteurs algériens et étrangers
Image
A l'occasion de la célébration de la journée mondiale de la propriété intellectuelle correspondant au le 26 avril, Mme Khalida Toumi, ministre de la Culture a annoncé l’application d’un nouveau programme et autre calendrier de travail étayé par le versement de 398 millions de DA avec effet rétroactif aux auteurs.


Lors d’une cérémonie soulignant de la journée mondiale de la propriété intellectuelle, vendredi soir, au palais de la Culture Moufdi Zakaria, à Alger, et ce, sous les auspices de l’Office national des droits d’auteurs( ONDA), Mme Khalida Toumi, ministre de la Culture, a déclaré que sur le montant total de l’ordre de 398 millions de DA, 220 millions seront versés aux auteurs nationaux( 8511) et étrangers (5363) notamment 51 millions de DA alloués à 563 artistes et 67 producteurs nationaux ainsi que 127 millions DA pour le patrimoine public.

Ainsi, en marge de cette soirée, un accord de coopération maghrébine a été paraphé par les directeurs généraux des offices des droits d’auteurs, Sami Bencheikh, directeur de l’ONDA, Abdallah Ouadrighi (Maroc) et Mohamed Salmi ( Tunisie). Cette occasion était aussi pour rendre hommage à de grands chanteurs algériens et maghrébins.Ainsi, Abdelawahab Doukali (Maroc), Lotfi Bouchenak (Tunisie) et les Algériens, Takfarinas, Cheb Bilal, et à titre posthume, le mythique auteur de Ya Rayah, le regretté Dahmane El Harrachi, à travers sa veuve, ont été les récipiendaires du Disque du Mérite, une distinction musicale décerné par l’ONDA (l’Office national des droits d’auteurs). Les maisons d’édition (musique) Izem, Dounia, Belda, Padidou, Music Factory et le jeune et dynamique animateur de la radio Chaîne 3, Yazid Aït Hamadouche ont aussi été honorés en recevant le Disque du Mérite. «Cette distinction, est un énorme plaisir. Cela fait plus de 30 ans, que je vis loin de mon pays, l’Algérie. Ce trophée, je le dédie à tous les Moudjahidines. Merci ! Tahia Djazaïr ! ». Remerciera avec déférence, Takfarinas célèbre par des hits comme Waytalha ou Zaâma Zaama.
http://www.elwatan.com/culture/journee- ... 83_113.php


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11852
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Algérie : Actualité culturelle et artistique

Message par AAF 2020 » 30 avril 2012, 05:27

Plus d’une cinquantaine d’auteurs au Salon du livre "berbère" à Paris
[imghttp://www.aps.dz/local/cache-vignettes/L200xH ... -08d88.jpg][/img]
PARIS - Près d’une cinquantaine d’auteurs, plus de trois-cents titres et quelque quinze maison d’éditions d’Algérie et de France, prennent part à la troisième édition du salon du livre "berbère" qui a ouvert ses portes samedi soir pour deux jours à Montreuil (Paris).
Organisé à l’initiative de la chaine "Berbère Radio-Télévision", à la faveur du cinquantenaire de l’indépendance nationale, cette édition met à l’honneur tous les livres parus en 2011/2012, portant sur le thème de la guerre de libération nationale, ainsi qu’à la culture et traditions berbères, à travers des publications en langues française, Tamazight et arabe également.
Des conférences, des tables rondes, ainsi que des rencontres et des cafés littéraires, sur le même thème sont prévus dans le cadre de salon où sont également organisées des séances de dédicaces avec plus d’une quarantaine d’auteurs et éditeurs, Algériens et Français. Le Thème de l’immigration et de la diversité figurent également parmi les sujets retenus lors de ce salon qui dès le premier jour déjà connait une grande affluence.

Des émissions littéraires avec des auteurs connus, des directs sur la chaine Berbère Radio-Télévision, sont également programmés lors des deux journées de cette manifestation culturelle. "Nous avons fait en sorte d’inviter de nombreux auteurs algériens qui ont écrit sur la guerre de libération nationale et la manière avec laquelle les Algériens ont vécu cette guerre.
Des écrivains français ont également été conviés à ce salon et qui, à travers leurs récits, leurs histoires familiales et leur vécu racontent la guerre d’Algérie ", a indiqué à l’APS, l’organisateur de cette manifestation culturelle Mohand Kacioui.
Interrogé sur l’intérêt d’organiser un salon sur le livre berbère, il a indiqué que l’initiative de programmer cette manifestation "est d’abord d’amener les gens à lire, d’autant que chez les berbères tout est essentiellement transmis par l’oralité".
"Nous avons voulu par conséquent conduire le public à s’intéresser à la lecture, encourager les maisons d’édition à se rencontrer, à établir des liens entre elles et avec les auteurs et favoriser un rapprochement fécond entre les professionnels du livre".
"Nous devons défendre et protéger la culture nationale, et pour cela il est nécessaire d’encourager la culture car le savoir est dans les livres", a-t-il encore ajouté, émettant le souhait que cette tribune de la littérature berbère "puisse amener les visiteurs du salon à acheter des livres et faire vivre la culture dans toute sa diversité".
http://www.aps.dz/Plus-d-une-cinquantai ... teurs.html


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11852
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Algérie : Actualité culturelle et artistique

Message par AAF 2020 » 30 avril 2012, 06:14

SON LIVRE CONSTITUE UNE GRANDE PREMIÈRE: Pierre Daum raconte les pieds-noirs restés en Algérie
Image
De 200 000 en 1963, il n'y en a plus que 50 000 en 1972. Les pieds-noirs restés en Algérie sont quelques milliers en 1990 et quelques centaines en 2010.
Le livre vient de paraître aux éditions Actes Sud en France et chez Média-Plus en Algérie. Ni valise ni cercueil raconte ce qui est explicité dans le sous-titre, à savoir l'histoire des Pieds-noirs restés en Algérie après l'Indépendance. L'auteur, Pierre Daum, a voulu, à travers 432 pages pour 24 euros seulement, revenir sur le vécu de six cent mille pieds-noirs qui ont pris le chemin de l'exil et des quatre cent mille qui sont restés en Algérie.
C'est ce qu'explique le livre dès les premières lignes, c'est-à-dire à travers la préface de Benjamin Stora. Selon ce dernier, aucune étude approfondie n'avait jusqu'à présent été entreprise sur le sort des Européens et des Juifs après 1962. Le livre de Pierre Daum constitue dès lors une grande première. Il est expliqué que l'auteur remet en cause plusieurs idées reçues à propos du départ des Européens d'Algérie. Benjamin Stora soutient que la thèse répandue est connue: un million de personnes seraient parties en 1962. Pierre Daum livre une autre version dérangeante. Les historiens n'ont jusqu'à présent véritablement pas souligné les leçons à retenir d'une présence si massive. Mais qui sont-ils vraiment ces pieds-noirs? C'est ce qu'on apprend à la page 21. Le terme désigne les rapatriés non musulmans d'Algérie. Il exclut les harkis et ceux qui ont fait le choix de ne pas quitter l'Algérie. L'auteur applique pourtant la notion à cette dernière catégorie même si elle s'en défend d'en faire partie. Les ambiguïtés restent encore grandes après cinquante ans d'indépendance.
Autre sujet de discorde: leur nombre. Qu'écrit l'auteur à la page 39? En évoquant les témoignages d'autres historiens, on est en plein fouillis.
Jean Lacouture pense qu'il y a moins d'un million de rapatriés. Selon Daniel Lefeuvre, 180.000 d'entre eux sont restés en Algérie. Ils seraient pourtant 613.000 à faire ce choix, selon le livre de Daniel Lefeuvre qui se serait ainsi trompé dans ses calculs. Combien d'entre eux prirent la nationalité algérienne? C'est toujours le flou. Rendez-vous à la page 77 pour confirmation. Selon Bruno Etienne, 506 Français avaient acquis la nationalité en 1965. Méthode contestable, s'insurge Pierre Daum. Il y eut bien des naturalisations au-delà de cette date puisque le Code algérien de la nationalité ne l'interdit pas. Ils seraient quelques milliers. Beaucoup gardèrent la nationalité française. En tout, ce sont pas moins de 100 pages qui sont consacrées à ces polémiques. L'auteur trouve une méthode originale pour se départir des approximations. Il préfère donner la parole à ceux qui sont restés. De 200.000 en 1963, il n'y en a plus que 50.000 en 1972. Quelques milliers en 1990 et quelques centaines en 2010. 15 ont pris la parole. Certains ont regagné la France des années après l'indépendance. Quelquefois à la retraite. 300 pages sont consacrées à leurs histoires. On y trouve Denis Martinez, peintre, Chantal Lefèvre, éditrice à Blida, Jean-Paul et Marie-France Grangaud. Ce dernier exerce des fonctions importantes au ministère de la Santé.
On y découvre des pilotes, des couturières, des instituteurs et des cinéastes. Pour ce corps de métier, c'est Jacques Choukroun, qui se dit Juif, athée et communiste, qui prend la parole. Il parle des copains algériens: Merzak Allouache, Farouk Beloufa, Lyès Salem.
On enjambe tout et on passe à la page 399. Et là, que dit Cécile Serra, la couturière de Birmandreis qui s'y installe à 11 ans, soit en 1929? Que l'Algérie est un melting-pot. «Nous sommes ce qu'on appelle des Espagnols de souche. Je suis Espagnole de sang, mais je suis Française avant tout. Et après, je suis algérienne.» A d'autres Algériennes, elle devient couturière à 16 ans. Des années plus tard, elle assiste à l'apparition de l'OAS. Malgré les intimidations, les Serra restent serviables envers leurs voisins musulmans. Cette tradition est ancrée dans l'esprit de tous ceux qui sont restés.
http://www.lexpressiondz.com/culture/15 ... gerie.html

Répondre

Revenir à « Actualités en Algérie »