Les relations internationales de l’Algérie

Toutes les discussions a propos de la politique, de l'économie et de la société Algérienne (uniquement)
Répondre

Topic author
numidia
Raïd (رائد)
Raïd (رائد)
Algeria
Messages : 2712
Inscription : 21 mars 2012, 20:17

Re: Les relations internationales de l’Algérie

Message par numidia » 25 juin 2018, 10:56

100 % d'accord avec ça
très logique et cohérent, réaliste vue la situation

bien sûr sur du long terme tout est possible

Merci pour ta réponse
ça fait du bien d'avoir des retours
:avo:
Image

Avatar de l’utilisateur

camron29
Naqib (نقيب)
Naqib (نقيب)
Algeria
Messages : 1512
Inscription : 27 novembre 2012, 11:49

Re: Les relations internationales de l’Algérie

Message par camron29 » 25 juin 2018, 11:50

Ce n'est pas d'un événement ou d'un vote en faveur du Maroc que ça va arrêter les makhzéniens à maudire et dégueuler sur l'Algérie, y compris la monopolisation de l'opinion public.

De toute façon, on aura que du blablatage à bas niveau sans fondement comme d'habitude, un makhzénien caché derrière ou parmi le peuple.

Avatar de l’utilisateur

tahiadidou
Raïd (رائد)
Raïd (رائد)
Algeria
Messages : 2010
Inscription : 17 septembre 2012, 23:17
Localisation : Not in Algiers

Re: Les relations internationales de l’Algérie

Message par tahiadidou » 26 juin 2018, 03:41

L'Etat Algérien fait une demande auprès des Etats-Unis afin d'établir un accord bilatéral pour controller le traffic de pieces archéologiques dérobées en Algérie.
Le lien url du résumé se trouve en dessous.
Request by the Government of the People’s Republic of Algeria to the Government of theUnited States of America for Imposing Import Restrictions toProtect its Cultural Patrimony under Article 9 of the UNESCO Convention (1970)
...
On June 13, 2018 the U.S. Department of State published notification in the Federal Register of the receipt of a request from the Government of the People's Democratic Republic of Algeria to the Government of the United States of America for import restrictions on archaeological and ethnological material from Algeria representing its prehistoric through Ottoman Era heritage.
...
Evidence of Pillage and Jeopardy to the Cultural Patrimony of Algeria
Despite efforts taken by the Government of Algeria, its archaeological sites are the target of networks of specialists in looting and the illegal cultural property trade. Some of the sites on the World Heritage List are under threat from robbing and looting, as well as other threats. The entire span of Algeria’s rich heritage is at risk, from prehistoric fossils, to rock art, Roman artifacts, Islamic manuscripts, and even architectural fragments. Among the most frequently targeted are small portable objects, such as ancient and medieval antiquities, lamps, architectural elements and lithics. As one way to judgethe extent of the looting and trafficking problem, Algerian authorities have recovered thousands of heritage objects through police action over the last decade including coins, column capitals, mosaics, and sculpture.The rate and value of looted antiquities are increasing, proportional to the increase in looting activity of extremist groups in Syria and Iraq. The traffickers are continually adopting new techniques and procedures within a framework of organized crime. For example, organized groups, often led by foreign tour operators, are known to engage in extensive looting of rock art and portable artifacts like hand axes, jewelry, pottery, and arrowheads in the Sahara. Sections of rock paintings and engravings are also taken.In addition to the Sahara, the looting problem is particularly acute in the eastern region of the country, which is close to the international trafficking networks near the Mediterranean and where artifacts of the Punic, Numidian and Roman periods may be found. Over the last decade, Algerian authorities have thwarted numerous such smuggling rings and recovered Phoenician, Roman, and Byzantine objects, such as coins, ceramic vessels, sarcophagi, statues, and mosaic fragments. In 2009, authorities interrupted a smuggling network that specialized in the looting of ethnological Tuareg artifacts in the southern Sahara. A seizure of several artifacts of different time periods included an Ottoman period sword dated to 1736. Islamic and Ottoman artifacts have been seized along with looted artifacts of the Roman period. Particularly popular seem to be coins of the Islamic period. There have also been several thefts from museum collections.
...
Nature and Extent of the Market for Archaeological and Ethnological Material from Algeria
A very large quantity of archaeological material specifically described as from Algeria was offered on-line in the United States through dealers during a short study.Items for sale primarily included stone tools like arrowheads. All told, the United States is the single largest market for the prehistoric lithic materials from the Sahara region. Archaeological objects of the classical (Roman and Byzantine) period from North Africa were offered at auction and with private dealers, including lamps, mosaic, terracottas, pottery, and coins. Islamic period materials are represented by online sales of silver Almohad and Umayyad coins.Ethnological material from North Africa and consistent with Algerian cultural heritage has been sold at auction houses in the United States, but a considerably larger quantity is available online from locations in the United States.Several of these objects are described as either Ottoman or Berber and include vessels, a mat and pillow with gold threads, fibula, swords, guns and powder flask, and a variety of coins, some specifically described as from Algeria.
...
Le texte complet se trouve ici https://eca.state.gov/files/bureau/alge ... ummary.pdf
The Cultural Property Advisory Committee will meet July 31-August 2, 2018, to review Algeria’s request for U.S. import restrictions on archaeological and ethnological material.
voir ici https://eca.state.gov/highlight/cultura ... 1-august-2


malikos
Mulazim Awal (ملازم أول)
Mulazim Awal (ملازم أول)
Algeria
Messages : 1380
Inscription : 01 avril 2012, 13:54

Re: Les relations internationales de l’Algérie

Message par malikos » 16 juillet 2018, 18:53

Algérie-Niger: échange de vues sur les défis auxquels est confrontée la région du sahel
Publié Le : Dimanche, 15 Juillet 2018 18:17 Lu : 217 fois Imprimer Evoyer Partagez
Algérie-Niger: échange de vues sur les défis auxquels est confrontée la région du sahel
Photo APS
ALGER - Le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, a évoqué dimanche à Alger avec le ministre d'Etat nigérien, ministre de l'Intérieur, de la sécurité publique, de la décentralisation et des Affaires coutumières et religieuses, Mohamed Bazoum, les défis auxquels est confrontée la région du Sahel.

"Cette zone est confrontée à des défis majeurs : le terrorisme, le crime organisé et la migration clandestine" (Messahel)

"Nous avons échangé les points de vues sur les défis auxquels est confrontée notre région. Nous sommes dans une zone de grandes turbulences", a déclaré M. Messahel à la presse à l'issue de l'audience qu'il a accordée au responsable nigérien, présent en Algérie dans le cadre de la 6ème session du comité bilatéral frontalier algéro-nigérien.

Lire aussi: L'ONU apprécie le travail de l'Algérie pour les pays du Sahel et de l'Afrique de l'Ouest face aux défis sécuritaires
"Cette zone est confrontée à des défis majeurs : le terrorisme, le crime organisé et la migration clandestine", a souligné M. Messahel, relevant que toutes ces questions ont fait l'objet d'un échange de vues entre les deux parties.

Face à ces défis, l'Algérie et le Niger "doivent coordonner leurs actions", a expliqué le ministre, précisant que "cela se fait bien".

M. Messahel a indiqué, par ailleurs, avoir abordé avec M. Bazoum le prochain sommet de l'Union africaine que va abriter le Niger en juillet 2019, estimant que "ce rendez-vous sera un grand moment pour la mise en œuvre de la Zone africaine de libre échange (ZALE).

Lire aussi: UA: une mise en oeuvre effective de la zone de libre-échange continentale d'ici un an
"Nous espérons que d'ici le rendez-vous de juillet 2019, beaucoup de pays auront ratifié l'accord portant création de la ZALE.

De son côté, M. Bazoum a indiqué que le comité bilatéral frontalier "est un cadre qui fait partie des dispositifs mis en place par la Haute commission mixte algéro-nigérienne qui se penche sur des questions très pratiques concernant les zones frontalières des deux pays".http://www.aps.dz/algerie/76293-algerie ... n-du-sahel


malikos
Mulazim Awal (ملازم أول)
Mulazim Awal (ملازم أول)
Algeria
Messages : 1380
Inscription : 01 avril 2012, 13:54

Re: Les relations internationales de l’Algérie

Message par malikos » 18 juillet 2018, 19:55

PARTAGES
ACCUEILA LA UNE
Igor Beliaev explique pourquoi l’Algérie achète «beaucoup» d’armes russes
juillet 18, 2018 - 7:03 Kenzi Adam 10 Commentaires
Armes Russie
L'armée de l'air algérienne est dotée de Su-30 de fabrication russe. D. R.
Par R. Mahmoudi – Dans un entretien à l’agence Sputnik, paru lundi, l’ambassadeur de Russie en Algérie, Igor Beliaev, explique pourquoi l’Algérie achète «beaucoup» d’armes russes depuis des années. Selon ce diplomate, la situation au Proche-Orient et les conflits armés dans les pays voisins (Mali et Libye) sont les deux raisons principales qui font que l’Algérie achète la moitié des armes russes exportées vers l’Afrique.

«La coopération militaire et technique est un domaine clé de nos relations. Cette situation s’est créée à l’époque de la lutte du peuple algérien pour l’indépendance […] où la Russie a joué un très grand rôle», affirme l’ambassadeur. Et d’enchaîner : «Ces derniers temps, cette coopération ne cesse de se développer sur l’initiative des autorités algériennes, en raison, probablement, de la situation actuelle au Proche-Orient et en Afrique du Nord», a-t-il indiqué.

A la question de savoir si Moscou et Alger pourraient œuvrer ensemble pour «le perfectionnement d’armes», le diplomate russe a estimé que tout était possible, «si les deux pays manifestaient leur intérêt».

Sur la question de la coopération entre les deux pays dans la lutte contre le terrorisme, l’ambassadeur de Russie à Alger dira : «Des foyers terroristes se sont formés dans de nombreuses régions du Proche-Orient et de l’Afrique du Nord en raison de la politique irréfléchie de certains pays qui cherchent à renverser les régimes qui ne leur conviennent pas. Les terroristes migrent d’une région à l’autre et présentent une menace pour la sécurité de l’Algérie et de la Russie. Voilà pourquoi nos deux pays luttent ensemble contre le terrorisme. L’Algérie a rejoint la base des données sur les terroristes élaborée par le Service fédéral de sécurité russe (FSB)», a-t-il annoncé.

Interrogé sur ses contacts avec le chef d’Etat algérien, le diplomate russe rappelle avec moult détails une rencontre de la délégation russe conduite, en janvier dernier, par le secrétaire du Conseil de sécurité russe avec le président Bouteflika. «La rencontre a duré près d’une heure, raconte-t-il, et l’ambiance a été très amicale. Nous avons discuté de la situation régionale et des relations bilatérales. Le Président algérien aime notre pays, notre culture, il connaît les œuvres des célèbres écrivains russes. Et les entretiens se sont ainsi tenus dans une ambiance très chaleureuse. Au moment de nous séparer, le Président nous a fermement serré la main à tous», a conclu l’ambassadeur.https://www.algeriepatriotique.com/2018 ... up-darmes/


malikos
Mulazim Awal (ملازم أول)
Mulazim Awal (ملازم أول)
Algeria
Messages : 1380
Inscription : 01 avril 2012, 13:54

Re: Les relations internationales de l’Algérie

Message par malikos » 10 septembre 2018, 18:32

https://anba.com.br/en/brazil-algeria-e ... diplomacy/

Brazil, Algeria enter into memorandum on diplomacy
The foreign ministers of both countries signed a document whereby their diplomatic academies have become partners. Brazil’s FM Aloysio Nunes is in the Arab country on an official visit.
23/07/2018 147
APS
Isaura Daniel
[email protected]

São Paulo – Brazil’s minister of Foreign Affairs Aloysio Nunes (pictured above on the left) and his Algerian counterpart Abdelkader Messahel (on the right) signed a memorandum of understanding this Monday (23) establishing a partnership between their countries’ diplomatic academies. The document was signed during a visit of Brazil’s FM to the Arab country, where he was also welcomed by prime minister Ahmed Ouyahia, the Brazilian Foreign Ministry said.

Algerie Presse Service (APS) reported that the MoU involves Algeria’s Institute of Diplomacy and International Relations and Brazil’s Rio Branco Institute, which handle diplomat training in each country.

APS
Messahel (L), Nunes (R) in Algeria

Nunes and Messahel led the 2nd Brazil-Algeria Strategic Dialogue Meeting, where strategic affairs of mutual interest are discussed. The Brazilian and Algerian delegates went over ways to boost trade, especially through increased business contacts, and the signing of a cooperation and investment facilitation agreement.

According to the Brazilian Foreign Ministry, the delegates also said there is strong potential for experience-sharing on policies and social programs between Brazil and Algeria. Impressions were exchanged on the regional scenario in South America, which Brazil is part of, and North Africa, where Algeria is.

APS quoted Nunes as saying that although Brazil-Algeria political ties are very harmonic, there is work to be done in the economic realm, including diversification of trade and enhancement of business relations. He also mentioned the need to increase economic partnerships in order to facilitate investment.

APS
Nunes (L) was welcomed by Ouyahia

APS reported that Algeria’s FM said both parties agreed to review and complete agreements to create a legal framework for cooperation, enabling companies to work comfortably and with the necessary guarantees in place. He also said Brazil-Algeria trade falls short of what it could be.

Brazil-Algeria trade amounted to USD 1.4 billion in the first half of the year, with exports from Brazil to Algeria reaching USD 510 million and exports from Algeria to Brazil amounting to USD 943.8 million. Goods sold from Brazil to Algeria include sugar, meats, maize and soya oil, and goods sold from Algeria to Brazil include oil and gas industry products and fertilizers.

During his trip to the Arab country, Nunes also visited the Martyrs’ Memorial. On Sunday, he attended a demonstration of the Embraer 190-E2 aircraft at the Houari Boumediene Airport. Algerian aviation industry players were also in attendance.

Avatar de l’utilisateur

Chifboubara
Naqib (نقيب)
Naqib (نقيب)
Algeria
Messages : 1703
Inscription : 17 mars 2016, 23:21

Re: Les relations internationales de l’Algérie

Message par Chifboubara » 11 septembre 2018, 00:01

Merci Malikos pour le partage, j'ai complètement raté ce genre d'infos dont je suis friand.

Un rapprochement avec un pays comme le Brésil est une très bonne chose si des concrétisations ont lieu. Les 2 pays seraient gagnant-gagnant sans avoir cette étiquette pro russe, pro us, pro chine etc.

Beaucoup voient encore ce pays avec ses favelas.

C'est aujourd'hui une des plus grosse puissance mondiale qui continue à monter malgré quelques périodes/embûches compliquées.

Il y a beaucoup de points communs (surveillance : ils ont la forêt immense, l'Algérie a un désert avec les mêmes genres de contraintes, des voisins turbulents, des richesses à protéger, des populations à souder...

Il y a de quoi faire mais bon je rêve éveillé...
«Partout où je vais les gens me tendent la main pour demander quelque chose, sauf en Algérie où les gens m'ont tendu la main pour, au contraire, m'offrir quelque chose» Yann Arthus Bertrand
«Le grand art, c'est de changer pendant la bataille. Malheur au général qui arrive au combat avec un système» Napoléon Bonaparte


guidher
Raïd (رائد)
Raïd (رائد)
Algeria
Messages : 2632
Inscription : 03 avril 2012, 18:27

Re: Les relations internationales de l’Algérie

Message par guidher » 13 septembre 2018, 20:09

Merkel en visite officielle lundi en Algérie à l’invitation de Bouteflika
La Chancelière allemande, Angela Merkel, effectuera lundi prochain, une visite officielle en Algérie, à l’invitation du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, rapporte l’agence officielle.

À l’occasion de cette visite, sa deuxième en Algérie après celle de 2008, la chancelière allemande sera reçue par le président Bouteflika et aura des entretiens avec le Premier ministre, Ahmed Ouyahia.
Mme Merkel animera une conférence de presse conjointe avec M. Ouyahia dans laquelle elle évoquera notamment diverses questions liées aux relations algéro-allemandes ainsi que les questions d’intérêt commun.
https://www.tsa-algerie.com/merkel-en-v ... outeflika/


malikos
Mulazim Awal (ملازم أول)
Mulazim Awal (ملازم أول)
Algeria
Messages : 1380
Inscription : 01 avril 2012, 13:54

Re: Les relations internationales de l’Algérie

Message par malikos » 14 septembre 2018, 19:44

...si elle viens c est un bon sign. Point de vue lever d options, et des nouveaux projet industrielle civil / militaire.

Avatar de l’utilisateur

sadral
Aqid (عقيد)
Aqid (عقيد)
Algeria
Messages : 5744
Inscription : 03 avril 2012, 19:55

Re: Les relations internationales de l’Algérie

Message par sadral » 22 septembre 2018, 11:47

Dans le livre de Bajolet, on a un ''aperçu'' sur les relations entretenues entre l'Algérie et la France du point de vue de l'establishment français ...bien sur, il n'y a aucune autocritiques, du paternalisme a gogo..... mais certaines infos me semblent intéressantes (notamment sur le sahara occidental) et il y a aussi certaines vérités.

Bernard Bajolet, ancien ambassadeur de France en Algérie entre 2006 et 2008 et ancien patron de la DGSE (Direction générale de la sécurité extérieure), revient dans un nouveau livre, « Le soleil ne se lève plus à l’Est, mémoires d’Orient d’un ambassadeur peu diplomate », paru aux éditions Plon à Paris, sur son séjour en Algérie et sur ses relations avec les autorités algériennes.

Il écrit avoir établi « une relation chaleureuse » avec le président Abdelaziz Bouteflika qui le recevait « pendant de longues heures ».
« Lors de notre premier entretien, en décembre 2006, quelques jours après mon arrivée, je lui fis part du message « d’amitié, d’estime et d’affection » que le président Chirac m’avait chargé de lui transmettre. Cela ne lui suffisait manifestement pas : le président Chirac ne se cachait pas d’entretenir des relations quasiment familiales avec le roi du Maroc. « On nous a parlé de relations privilégiées avec l’Algérie, se plaignit Bouteflika. Mais en réalité, les privilèges ont été réservés au Maroc et à la Tunisie. L’Algérie, elle, n’a rien vu ». Le ton était donné », rapporte-t-il.

Bouteflika, selon l’ancien ambassadeur, confiait tant ses attentes que ses frustrations.
« Il se montrait en effet d’une extrême lucidité. De mon côté, n’ayant pas à forcer ma nature, j’étais tout aussi direct et avais le sentiment que cela lui plaisait », écrit-il saluant « la grande acuité » des analyses du chef d’État algérien.

« Je vous interdit de parler arabe »

Bajolet révèle que le président Jacques Chirac lui a ordonné, avant de le nommer ambassadeur à Alger, de ne pas parler arabe en Algérie.

« Vous m’avez bien entendu, hein? Vous êtes arabisant, et je ne sens pas cela à Alger. Vous allez les mettre mal à l’aise. D’ailleurs, j’ai hésité un moment avant de vous y nommer, pour cette raison. Donc, je vous interdis de parler arabe ». En me raccompagnant, il parut un peu se raviser : « Enfin, nuança-t-il, vous verrez bien sur place ». De fait, j’enfreignis à l’occasion la consigne présidentielle: pendant mon séjour à Alger, je fis plusieurs discours en arabe, notamment le jour de notre fête nationale. Non pas que les Algériens ne comprissent pas le français : bien au contraire, la plupart des dirigeants le maîtrisaient parfaitement. Mais s’adresser à eux en arabe classique était une façon de marquer du respect pour leur culture, que la France leur semblait avoir méprisée pendant les cent trente-deux ans de sa domination », écrit-il.

Il a rappelé avoir fait jouer « Qassaman », après la « Marseillaise », dans les jardins de la villa des Oliviers, résidence de l’ambassadeur de France à Alger (habitée par le général De Gaule en 1942), le 14 juillet 2007.

« Les invités algériens écoutèrent les deux hymnes les larmes aux yeux. C’était la première fois qu’on les entendait ensemble en ces lieux », rappelle-t-il. Il confie que sa décision n’était pas facile parce que « Qassaman » était « l’hymne du FLN (écrit FNL dans le livre) et contient des paroles hostiles à la France ».

« Mais, les paroles de l’hymne algérien, d’ailleurs bien moins sanglantes que celles de notre « Marseillaise », ne furent pas chantées ce jour là. Dans mon esprit, il s’agissait aussi de reconnaître la légitimité du combat des algériens pour leur dignité, même si ce combat avait été mené contre mon pays. Celui ci, oublieux de l’universalité des droits de l’homme dont il avait éclairé le monde, avait refusé d’appliquer aux algériens la devise qu’il inscrit au frontispice de ses immeubles : « liberté, égalité et fraternité ». Il n’avait pas voulu, ou pas su, les préparer à l’indépendance et à la démocratie. De Montesquieu il n’avait voulu reconnaître que la relativité de la valeur des systèmes politiques selon les latitudes », souligne-t-il.

« Le peuple est beaucoup plus francophile que les dirigeants »

Selon lui, admettre ces manquements n’est pas tomber dans la repentance, « mais seulement assumer sa propre Histoire, comme chaque peuple doit faire ».

Il estime qu’il ne faut pas retenir « les pages de gloire » et enfouir les pages « les plus sombres ».

« Ce travail de mémoire, qui au fond est la recherche de la justice historique », ne doit pas non plus conduire à ignorer les souffrances des pieds noirs, chassés de la terre qui les a vus naître, qu’ils aimaient et avaient fait fructifier », plaide-t-il.

Bajolet écrit que lors d’un entretien le 7 novembre 2006, le président Jacques Chirac lui a présenté un tableau peu encourageant des relations algéro-françaises : « Elles sont foiroteuses. Le peuple est beaucoup plus francophile que les dirigeants, qui sous-estiment ce sentiment. Je l’ai senti quand je suis allé en Algérie. Il y a des signes qui ne trompent pas ».

Pour Bajolet, Chirac avait raison. « Trente ans plutôt, lors de mon premier séjour en Algérie, j’avais déjà été frappé par le gentillesse des algériens, qui m’accueillaient chez eux en famille dans toutes les régions du pays. Certains d’entre eux avaient pris les armes contre la France entre 1954 et 1962. Ils avaient peut être tué des français, sans doute aussi perdu des proches. Ils avaient défendu leur liberté. Mais, ils n’en voulaient pas à la France et encore moins aux français. J’avais sillonné ce magnifique pays dans tous les sens. Jamais je ne vis de haine dans les regards ni entendis le moindre propos revanchard . Contraste saisissant avec les relations officielles qui, elles, étaient glaciales, voire inexistantes», témoigne-t-il.

Rencontre secrète à Paris

Il rappelle que le président Houari Boumediène n’a jamais reçu en audience l’ambassadeur Guy de Commines (en poste en 1975), préférant discuter avec Paul Balta, correspondant du quotidien Le Monde à Alger.

« Les lecteurs algériens surnommaient notre célèbre journal du soir, qu’ils trouvaient complaisant à l’égard du régime, « Le Moudjahid », par analogie avec le journal officieux local », écrit-il.
Il révèle aussi que Abdelaziz Bouteflika, alors ministère des Affaires étrangères, n’a jamais reçu Guy de Commines.

« Le malheureux Commines devait se rabattre sur les fonctionnaires du ministères », appuie-t-il. Il souligne que la raison de cette « froideur » n’était pas uniquement « le passé colonial », mais aussi le soutien du président français Giscard d’Estaing au Maroc dans le dossier du Sahara Occidental.

« En 1977 et en 1978, il enverrait même des Jaguar français attaquer les positions des Sahraouis en Mauritanie. Les Algériens firent alors a posteriori une lecture négative de la visite- la première d’un chef d’État français- que Valéry Giscard d’Estaing avait faite en Algérie en avril 1975. Ils se dirent blessés par les propos condescendants que celui-ci avait tenu en posant le pied sur le sol algérien : « La France historique salue l’Algérie indépendante », détaille-t-il.

Pour lui, il existe une lutte d’influence à propos du Sahara Occidental entre le Maroc, « défavorisé par le partage colonial du désert », et l’Algérie, « qui instrumentalise le Polisario de défendre le droit à l’autodétermination du peuple sahraoui ».

Il révèle avoir rencontré secrètement, dans un hôtel parisien, des dirigeants du Polisario lorsqu’il était directeur-adjoint d’Afrique du nord et Moyen Orient au Quai d’Orsay, au début des années 1990, pour « sonder leurs dispositions à envisager un compromis ».

« Cette tentative n’avait pas abouti. En novembre 2006, je pris l’initiative d’aborder ce dossier avec Jacques Chirac. « On était près d’un accord, me révéla ce dernier. Mais les Marocains ont tout fait capoté », mentionne-t-il. Il note aussi que le Sahara Occidental était l’un des premiers sujets soulevés par le président Bouteflika avec l’ambassadeur Bajolet qui lui a dit que Paris a « toujours soutenu la position marocaine depuis l’époque du président Giscard d’Estaing ».

« La position de la France, lui expliquai-je, ne relève pas d’un quelconque parti pris. Mais, elle peut être influencée par le sentiment que cette affaire est vitale pour le Maroc, alors qu’elle ne l’est pas pour l’Algérie. Oui, c’est vrai, concéda Bouteflika. Elle n’est pas vitale pour nous. Mais sachez qu’il n’y aura pas de lune de miel avec le Maroc, pas de Maghreb arabe tant qu’une solution équitable ne sera pas trouvée », rapporte-t-il.

« L’État se résumait pratiquement à l’armée »

En juillet 2008, l’ambassadeur a abordé le sujet avec le président Bouteflika lors d’une audience d’adieu.

« Ce que je vais vous dire, monsieur le président, n’est pas politiquement correct. Je sais qu’à vos yeux, c’est le Polisario qui est partie au différend, non pas l’Algérie. Pourtant, je pense que celui-ci ne trouvera pas sa solution à New York, ni à Washington, ni à Paris. Mais seulement à travers un dialogue direct entre vous et le Maroc. Le principe de l’autodétermination doit être mis en œuvre, mais après une négociation entre les deux principaux pays concernés. ». Le président algérien avait esquivé, en passant à un autre sujet », écrit-il.

Revenant sur son retour en Algérie, en décembre 2006, en tant qu’ambassadeur, Bajolet confie que son premier séjour, entre 1975 et 1978, l’avait laissé sur sa faim.

« Je pensais qu’il fallait aborder ce pays d’une façon différente, en assumant le passé, mais en même temps sans complexe, sans condescendance et avec franchise, marque la plus accomplie du respect », souligne-t-il disant avoir eu un sentiment de « déjà vu » de retour à Alger.

« L’Algérie, au moment où je la retrouvais, venait à peine de se libérer de dix ans de terrorisme. Elle avait perdu beaucoup de temps, et l’administration qui la dirigeait n’était pas de nature à le lui faire rattraper : les ministères s’étaient vidés d’une grande partie de leurs cadres de qualité et, au fond, l’État se résumait pratiquement à l’armée, véritable ossature du pays, et à la Sonatrach. Le processus de décision paraissait grippé, le système de représentation en panne », détaille-t-il. D’après lui, l’Algérie n’a pas réussi la diversification économique et « la remise à niveau » des équipements publics (infrastructures structurantes) a eu un effet limité sur l’économie.

« Il aurait fallu pousser le secteur privé, seul moteur de croissance. Mais le pouvoir, de toute évidence, ne le voulait pas, comme s’il craignait l’émergence d’une classe d’entrepreneurs qui aurait pu un jour le contester et exiger un partage de la décision. Ainsi, je découvris un tissu, encore embryonnaire, de PME dynamiques. Mais le gouvernement ne l’aidait pas à se développer, et Bouteflika lui même m’avoua un jour qu’il n’y croyait pas. Il n’y avait pas non plus en Algérie de grands capitalistes prêts à investir massivement dans le pays. La demi douzaine d’hommes d’affaires que l’on présentait comme tels étaient plutôt des capitalistes d’État , voire des affairistes, liés aux « services » ou au pouvoir, qu’ils contribuaient à corrompre. Car, je fus pris de vertige par les sommets que la corruption avait atteints, touchant jusqu’à la famille du chef de l’État», mentionne-t-il dans son livre.

Saint Augustin est entré dans l’Histoire de l’Algérie à l’initiative de Bouteflika

Selon lui, la classe moyenne, qui existait à l’époque de Boumediène, a disparu. Il évoque « le niveau très honorable » de l’éducation avec un taux d’alphabétisation de 96 %.

« Mais les jeunes les mieux formés, quand ils en avaient la possibilité, allaient terminer les études à l’étranger, pour ne pas en revenir, le plus souvent », note-t-il.

La langue française garde, selon lui, une bonne place en Algérie. « Sans l’avouer, et alors que celle-ci (l’Algérie) n’était qu’observatrice au sein de l’OIF, (Organisation internationale de la francophonie), elle faisait-et fait toujours- pour la langue française beaucoup plus que bien des pays qui ne l’ont rejointe que pour des raisons politiques. Je remarquais également la difficulté que les algériens continuaient d’éprouver pour assumer un héritage autre celui lié à l’héritage arabo-islamique. Ainsi, ils n’avaient pratiquement pas touché aux sites antiques, où les fouilles avaient quasiment cessé. Saint Augustin venait seulement de faire son entrée dans l’histoire de l’Algérie, à l’initiative du président Bouteflika (que l’âge et la maladie feraient ensuite retomber dans une posture plus mystique et moins tolérante). Quant au patrimoine architectural de l’époque coloniale, remarquable dans toutes les villes du pays, les algériens commençaient seulement à se l’approprier », relève-t-il.

Dans cette optique, l’ambassadeur Bajolet avait proposé, en décembre 2007, lors de la visite du président Nicolas Sarkozy, à Constantine, l’organisation du déjeuner officiel à l’ancien hôtel de la ville, construit au début du XXème siècle.

« Alors que le protocole de l’Élysée vint reconnaître les lieux quelques semaines avant le déplacement présidentiel, les Algériens durent en enfoncer les portes, car personne ne savait où étaient les clefs. Le déjeuner, somptueux, y eut lieu, comme je l’avais souhaité. Mais le bâtiment n’avait pu être dératisé à temps. J’aperçus, courant sous les tables, un énorme rat, sans doute alléchée par la perspective d’un festin royal. Heureusement, je fus, semble-t-il, le seul à le remarquer », ironise-t-il.

Entre ces deux séjours à Alger (en 1975 et en 2006), il avait suivi les dossiers algériens au Quai d’Orsay mais également au CIR, Comité interministériel du Renseignement en tant que président du groupe « Maghreb ».

« Le CIR était la première tentative de coordonner le renseignement français. Le mérite en revenait à Michel Rocard (…) le groupe dont j’avais la responsabilité comprenait la DGSE, la DST, les RG et la DRM », précise-t-il.

Hypothèses autour du FIS

L’arrêt du processus électoral en 1992 en Algérie, après la victoire du FIS, avait été retenu comme « hypothèse » au sein du CIR parmi d’autres.

« Elles avaient suscité entre nous des opinions divergentes. Les uns considéraient que c’était l’option la plus raisonnable : si le FIS prenait le pouvoir en Algérie, il ne le rendrait pas; sa victoire risquerait de provoquer une émigration massive vers la France; elle pourrait faire tâche d’huile dans l’ensemble du monde musulman; elle remettrait en cause les acquis de la femme algérienne et la liberté de la presse. Les autres-dont j’étais à ce moment là- craignaient une guerre civile, voire une montée du terrorisme, si les islamistes étaient privés de leur victoire. Si au contraire on leur laissait, ils devraient se montrer pragmatiques et compter avec la France. Ils évolueraient vers plus de modération. Comme ils se disaient libéraux dans le domaine économique, ils s’attacheraient, peut être, à favoriser l’essor du secteur privé en Algérie(…) Le Président Mitterrand parut trancher dans le sens de la seconde école, celle dont je faisais partie : « il faut plutôt que les dirigeants algériens renouent le fil de la démocratisation », déclara-t-il le 14 janvier (1992), en marge d’un sommet européen à Luxembourg. Dans la logique de cette position, le gouvernement français afficha une prise de distance avec le pouvoir algérien », détaille-t-il.

Il dit avoir regretté, à posteriori, le fait de n’avoir pas « donné sa chance » à Mohamed Boudiaf, « figure emblématique de la révolution algérienne et homme intègre, que la junte militaire avait rappelé de son exil » (il n’écarte pas la thèse de son assassinat, en juin 1992, par le pouvoir).

Il révèle que la froideur des relations, n’a pas empêché Paris de fournir « en sous-main » une aide matérielle et financière au pouvoir algérien après la victoire de la droite française en mars 1993. Selon lui, l’Algérie est passée entre « les mailles du mouvement de 2011 dans le monde arabe » grâce « au printemps raté de 1980 », « la guerre civile de 1990 » et « l’habile gestion tactique » de Bouteflika (politique de réconciliation).

La visite du général Georgelin en Algérie

L’ancien ambassadeur rapporte que le président Jacques Chirac consultait régulièrement le chef d’état major des armées le général Georgelin, car il estimait que les militaires, « du fait de l’Histoire », avaient leur mot à dire.

« Jacques Chirac avait lui même servi comme sous-lieutenant en Algérie. Je pensais important pour ce travail à la fois de mémoire et normalisation que le général Georgelin se rendît en Algérie. Il serait le premier chef des armées françaises à le faire depuis l’indépendance, en octobre 2007. Très symboliquement, il y remit, comme il s’y était engagé auprès de moi, les plans de pose des mines que les sapeurs français avaient enfouis en 1957 et en 1959 le long des frontières avec la Tunisie et le Maroc. Cet événement inspira le talentueux caricaturiste Dilem, qui montra un Bouteflika en plein milieu d’un champs de mines, expliquant, désolé : « Oui, c’est pour ça qu’on n’a pas bougé depuis 1962 » », note-t-il.

Bajolet rappelle que le général Georgelin a reçu un accueil chaleureux de la part de ses pairs militaires algériens.

« Ils l’emmenèrent à Tamanrasset, dans le Grand Sud, où une fête touarègue avait été préparée à son honneur », dit-il. Sur place, l’officier supérieur français, après hésitation, a porté une tenue traditionnelle targuie.
https://www.tsa-algerie.com/bouteflika- ... geriennes/
« Une page est tournée ; l'Algérie est d'abord fille de son histoire, qu'elle ait surmonté l'épreuve coloniale et même défié l'éclipse, atteste, s'il en était besoin, de cette volonté inextinguible de vivre sans laquelle les peuples sont menacés parfois de disparition.
L'ornière qui nous a contraints à croupir dans l'existence végétative des asphyxies mortelles nous imposa de nous replier sur nous-mêmes dans l'attente et la préparation d'un réveil et d'un sursaut qui ne pouvaient se faire, hélas ! que dans la souffrance et dans le sang. La France, elle-même, a connu de ces disgrâces et de ces résurrections. » Le président Houari Boumediene.


Topic author
numidia
Raïd (رائد)
Raïd (رائد)
Algeria
Messages : 2712
Inscription : 21 mars 2012, 20:17

Re: Les relations internationales de l’Algérie

Message par numidia » 23 septembre 2018, 06:43

t'as absolument raison, c'est un type qui est totalement englué dans une vision néo-coloniale
avec sa façon de voir unilatérale qui ne tient pas compte d'arguments assez objectifs algériens, chacun de ses propos vacille entre insulte déguisée et mépris
en gros ils nous dit vous ne comprenez rien, vous n'avez rien su faire
tout cet article est l'exemple typique même de l'interprétation à sens unique des Français de l'establishment

pour m'expliquer je prends un exemple simple et "apolitique": Saint Augustin et les fouilles archéologiques.

les Algériens ont du se réapproprier leur histoire
mais d'abord après 1962, ils ont d'abord payé et puis ont appris à: se nourrir, se soigner, se loger, travailler, se former, ...
puis ils ont commencé à écrire leur histoire, notamment pour commencer par la plus récente
dans un second temps ils se sont interrogés sur leur passé
ils ont commencé à se réapproprier leur identité dans toute sa richesse
la France quant à elle a cherché à diviser, soutenir les subversions sur la base de prétention identitaire, par ex dans cet article cet ambassadeur-DGSE (je ne sais pas à quel organisme il était attaché, j'ai pas cherché, mais nous savons que chaque ambassadeur français envoyés en Algérie est un haut placé des services secrets), il prouve le lien avec la subversion à propos du Fis, sans parler du fait que la France soutien le Mak et son président
pour le Sahara occidental on voit bien qu'il est totalement hors du champ du droit intrenational et qu'il nous dit réglez ça avec le Maroc, c'est à vous de le faire, il nous pousse donc à nier le droit international et les instances qui sont en charge

petit à petit, on découvre / redécouvre des périodes et des personnages historiques
beaucoup de notre savoir ancien sur ce passé a été détruit par le colon, même les constructions d'avant 1830 ont été en grande partie démolies
puis grace à la formation qui a avancée, des fouilles archéologiques ont été menées par des professionnels (parfois en partenariat avec d'autres, dans le cadre aussi de l'Unesco par ex) (au passage petite apparte: nous avions un excellent archéologue dans les instances de l'Unesco, en retraite depuis, il a beaucoup travaillé au développement de l'archéologie en Afrique du Nord, et a oeuvré notamment pour l'Algérie)

puis les travaux archéologiques ont été bloqués, de fait, terrorisme + s'en est suivi le vol ou plutôt pillage !
je ne parle pas uniquement des trafiquants isolés, rappelez-vous le Fis quand il tenait les APC faisait aussi de la dilapidation de notre patrimoine
rappelez-vous de cette période, notre patrimoine s'est à nouveau retrouvé dans des musées et collections en France et ailleurs dans le monde
un travail énorme de récupération a été entrepris par les autorités algériennes
les professionnels en Algérie le savent, il vaut mieux laisser plusieurs mètres sous terre nos richesses, tant qu'on a pas les moyens suffisants de travailler, stocker, et de protéger. en plus de lutter contre le pillage et la corruption qui le soutend, il faut en priorité éduquer la population à respecter les objets archéologiques et en parallèle travailler en zone restreinte
depuis quelques années on est surtout sur ce qu'on appelle de la fouille d'urgence comme c'est le cas pour le métro d'Alger, de Constantine etc...

Saint Augustin est de notre patrimoine et du patrimoine mondial, c'est un élément crucial de l'antiquité, de la pensée et de la spiritualité à cette époque et plus encore, il a marqué et influencé pendant des siècles la pensée humaine. ainsi, on a aussi réappris Saint Augustin, comme on a réappris Massinissa, Jugurtha, Syphax, Juba, etc ...

la colonisation française partout en Afrique a travaillé en permanence à la destrcution de la mémoire historique, du patrimoine et de l'identité
ils nous ont appris à nier notre propre histoire
ils nous ont amenés à nous opposer (exemple: un cas très connu est qui a fait l'objet de travaux de l'historien Ageron est la politique kabyle de la France pendant la colonisation, autre exemple: la tentative française de faire croire qu'il n'y a jamais eu aucun lien entre le nord et le sud du pays, objet encore actuellement d'une propagande pour diviser l'Algérie en 2: celle des hydrocarbures -donc la partie qui les intéresse- et celle du peuplement)

maintenant qu'on travaille sur notre histoire, et qu'on cherche, qu'on écrit, et que le puzzle se reconstitue petit à petit
cet ambasseur-DGSE nous parle comme si nous n'avions jamais connu la colonisation et la destruction qu'elle a plannifiée et appliquée avec constance
franchement ce type ne m'apprend rien, il a l'attitude typique condescendante d'une frange des français, notamment institutionnelle qui ne voie l'autre qu'à travers la vision limitée qu'il a, sans tenir compte de l'autre,sans ouverture d'esprit, sans contexte ni perspective
en gros pour lui, l'autre doit être comparé à lui, à son pays
et bien non, nous avons notre identité, elle n'est pas la vôtre
on se doit de développer nos connaissances sur nous-mêmes et sur les autres, c'est vrai, donc:
"donnez-nous vos avions on vous donnera nos couffins" je cite Larbi Ben M'hidi
rendez-nous nos archives et nos anc^tres (crânes, ... ) et nos réalias (canons, objets, pierres, etc...) que vous avez volés et on vous accueillera pour mieux visiter nos sites archéologiques, nos fouilles etc...

l'Algérie est d'une richesse archéologique, historique, culturelle considérable, c'est notre héritage mais surtout notre RESPONSABILITE
Dernière modification par numidia le 23 septembre 2018, 16:19, modifié 1 fois.
Image


ANP4DZ
Musaïd Awal (مساعد أول)
Musaïd Awal (مساعد أول)
Messages : 864
Inscription : 11 avril 2015, 21:30

Re: Les relations internationales de l’Algérie

Message par ANP4DZ » 23 septembre 2018, 07:18

numidia a écrit :
23 septembre 2018, 06:43
....
tout cet article est l'exemple typique même de l'interprétation à sens unique des Français de l'establishment
......
je dirais plutôt, tout l'électorat de droite et du centre + une partie de l' électorat de gauche, avec les gens de gauche il y a au moins moyen de discuter, mis à part l'électorat de gauche c'est juste une folie des grandeur répugnante, couplé à un mépris de l'autre.


Topic author
numidia
Raïd (رائد)
Raïd (رائد)
Algeria
Messages : 2712
Inscription : 21 mars 2012, 20:17

Re: Les relations internationales de l’Algérie

Message par numidia » 23 septembre 2018, 12:50

désolée mais je ne suis pas du tout d'accord
la parti socialiste français est la plus grosse escoquerie politique de la Vième république française

pour ne parler que des gouvernements dits de gauche:
des pouvoirs spéciaux votés en 56 sous le gouvernement de gauche de Mollet
à Mitterand clamant après le premier novembre 54 "la France ne reconnaitra pas d'autre autorité que la sienne"
lui qui est présenté aujourd'hui présenté comme celui qui a mis fin à lapeine de mort, il a fait guillotiné à tour de bras les Algériens et les Français pro-Algérie qaund il était ministre de la justice
re-Mitterrand (l'anti-africain par excellence) quand il a soutenu totalement le Fis et a soutenu les mouvements subversifs anti-algériens,
aparte: en France au sujet des immigrés Mitterrand a été très actif dans la politique de destruction progressive du lien culturel et social en ciblant les familles africaines dont algériennes, soutien à une venue massive de Marocains, en parallèle début du développement du trafic de drogue d'ampleur dans les cités, qui connait son pic dans les années 90' pour se poursuivre depuis; trafic voulu intentionnellement comme un moyen de contrôler les velléités émergeants de jeunes africains notamment algériens nés en France, très attachés à leur identité algérienne (ou autre identité africaine) par contre voulant obtenir le même droit que toute personne habitant et née en France
cf l'arnaque SOS Racisme dont on comprend très bien aujourd'hui les rouages et les objectifs réels
Hollande (celui qui lance des chants d'amour au sioniste netaniahou pour son anniversaire) qui est un pantin de l'establishment français et a hypocritement bien mené sa barque à Alger; Hollande rapellez-vous qu'est-ce qu'il a dit déjà au sujet de Valls de retour d'Alger un soir en plein dîner du Crif à l'Elysées (excusez du peu)
"il est revenu sain et sauf"

il y a moyen de discuter oui, mais c'est pour mieux te manger (comme dirait le loup au chaperon rouge)
ce qui compte ce ne sont pas les paroles mais les actes et la prise de responsabilité, là on sait à qui on a affaire
la droite on sait ce qu'elle vaut, pas de surpise
la gauche française a constamment flingué l'Algérie, même si (et c'est important), je mets à part à certains moments le parti communiste français qui a eu plusieurs fois d'autres choix plus justes et dignes, parti communiste que les socialistes ont détruits pour s'assurer le korsi en exclusivité

la France a sa politique, qu'elle soit de gauche ou de droite ou du centre, peu importe, c'est un pays avec lequel nous avons des relations importantes, il faut le traiter comme les autres dans le cadre de relations internationales, c'est de la realpolitik, pas de l'émotionnel (c'est pas fk où tu likes ou dislikes)

ps je ne parle pas des gens, électeurs ou autres, mais bien des appareils politiques et d e l'exécutif français
d'où le terme establishment
Image


ANP4DZ
Musaïd Awal (مساعد أول)
Musaïd Awal (مساعد أول)
Messages : 864
Inscription : 11 avril 2015, 21:30

Re: Les relations internationales de l’Algérie

Message par ANP4DZ » 23 septembre 2018, 13:21

Tout à fait d'accord, je pensais plutôt électeurs, porteurs de valises, les gens avec qui on a affaire tout les jours sont plus accessible je trouve, ils ne discriminent pas comme ceux de droites et extrême droite, ils sont contre le va t en guerre, alors que ceux du centre et droite modérée sont pour les guerres quelque soit le résultat pour les peuples pour les pays ou se déroule la guerre.
Pour les gouvernement, tout a fait d'accord, ceux de gauches était les pires pour l'Algérie, les lois sur l'immigration..

Avatar de l’utilisateur

sadral
Aqid (عقيد)
Aqid (عقيد)
Algeria
Messages : 5744
Inscription : 03 avril 2012, 19:55

Re: Les relations internationales de l’Algérie

Message par sadral » 23 septembre 2018, 18:55


ALGÉRIE-FRANCE: Les clefs de cette nouvelle crise


Même si elle ne s’exprime pas encore officiellement, la colère gronde à Alger en raison des récents événements survenus avec Paris. Le retrait des policiers chargés de la surveillance de notre représentation en France et les «révélations» de l’ancien ambassadeur français en Algérie ont jeté un froid sans précédent et soulevé un certain nombre d’interrogations.

Dans ce contexte, la sortie médiatique de Bernard Bajolet est perçue comme l’un des faits les plus retentissants compte tenu de la quantité et de la nature des informations qu’il livre dans sa dernière publication «Le soleil ne se lève plus à l’Est». L’auteur qui a eu également à assumer le rôle de premier responsable des services français, met en avant son caractère «peu diplomatique » et inscrit tout naturellement son œuvre dans le cadre d’un des principes inaliénables qui fait la réputation de la France : la liberté d’expression. Rompu à l’art de la diplomatie, de la politique et du travail de renseignement dans toute sa complexité, ce dernier n’ignore certainement pas que ce genre de «révélations» ne sont généralement mises à la disposition du public qu’à la disparition, ou au retrait du pouvoir des acteurs cités ou mis en cause afin de préserver les liens avec le pays ou le régime concerné. Décoré par trois fois de la légion d’honneur, très proche de l’Elysée qui continue, dit-on, à lui confier des missions sensibles, l’ancien ambassadeur ne semble pas du genre à entraver le travail diplomatique mené pas son pays ou de produire des tensions dans les relations d’Etat à Etat. Bien au contraire. Or, il s’avère que la publication de son livre dans la conjoncture actuelle a bafoué cette règle mettant en même temps à plat tout le discours officiel portant sur les «bonnes et solides relations entre les deux Etats».
Aujourd’hui, il est même perçu comme une manière détournée de dire «tout haut ce que l’on pense tout bas» à Paris. Bajolet en mission pour Macron ou fidèle à cette aile de la DGSE qui a toujours eu des relations très tendues avec l’Algérie ?

Dans les coulisses secrètes du monde de la politique, rien n’a jamais été impossible. Et force est de constater que le déballage médiatique s’inscrit en droite ligne avec une série d’incidents survenus depuis un moment. Le dernier en date est lié au retrait de la présence policière devant l’ambassade d’Algérie en France. Un geste incompris par les Algériens qui se sont empressés d’appliquer la réciprocité mais surtout un fait qui s’ajoute à la nouvelle politique de restriction des visas pour les Algériens. La raison ? Mettre fin à l’arrivée massive des Algériens en France.

Dans ce pays, le débat est plus que jamais d’actualité, et la presse (Le Journal du Dimanche du 18 septembre dernier) reprenait les chiffres obtenus auprès des autorités consulaires en Algérie et selon lesquelles les octrois de visas ont quadruplé depuis la fin des années 1990. «En 2017, 411 979 visas ont été octroyés c’est le double par rapport à 2012», cite le journal tout en se livrant à un commentaire : «l’immigration légale en provenance d’Algérie n’a cessé d’augmenter ces dernières années en France, et si elle devenait illégale en cas de crise ?» Le phénomène effraie, et la problématique fait l’objet de débats d’analyses dans les officines à Paris et représentations diplomatiques françaises à Alger.
Comme au temps de l’ex-FIS, des projections sombres sont élaborées. Paris craint les retombées d’une éventuelle secousse en Algérie et le fait savoir en utilisant des méthodes détournées. Des rapports virulents mettant en cause y compris de hautes personnalités algériennes ont été adressés par l’actuel ambassadeur de France en Algérie à sa centrale. Dans ces messages, il évoquait en termes peu éloquents les interventions pour l’obtention de visas. Telle que présentée, la problématique liée par les Français est liée à la situation politique dans laquelle le président Bouteflika joue à leurs yeux un élément central. Alger garde en mémoire le tweet de Valls publiant une photo du chef d’Etat très affaibli, les propos de François Hollande heureux de voir son ministre de l’Intérieur rentrer d’une mission en Algérie «sain et sauf» contredisant le discours officiel algérien sur le retour de paix, les pics répétés de Sarkozy et «les comportements incompréhensibles dans la gestion de bien des dossiers courants».
A l’heure où une reconnaissance par Emmanuel Macron sur l’implication de la France coloniale dans des actes de torture durant la guerre de Libération laissait entrevoir une avancée saluée, les nouveaux éléments apparus ont fait ressurgir la réalité. Bajolet y a contribué en affirmant qu’aucun progrès ne pouvait avoir lieu tant que «la transition» où le président est encore une fois présenté comme l’élément central, n’est pas effectuée. Il pose un problème de «génération» en termes choquants tout en révélant le véritable sentiment de Bouteflika au grand public. «La France a tout accordé au Maroc et à la Tunisie rien à l’Algérie», a déclaré le chef d’Etat algérien à l’ancien ambassadeur qui rapporte aussi que Bouteflika «a refusé de répondre à une communication téléphonique de Sarkozy en réaction à l’arrestation d’un diplomate algérien accusé d’avoir pris part à l’assassinat de Mécili».
Depuis, rappellent des observateurs avertis, Alger a dit non à de nombreuses propositions françaises : l’ouverture de campements pour réfugiés, l’implication de son armée dans le G5 et les opérations antiterroristes au Sahel et notamment au Mali où sont embourbés les militaires français enrôlés dans le cadre de l’opération Barkhane, et surtout refuser toute implication dans des négociations directes avec le Maroc pour le règlement du dossier du Sahara Occidental. Entre les deux Etats, la crise s’est ainsi progressivement installée.
https://lesoirdalgerie.com/actualites/l ... rise-11583
« Une page est tournée ; l'Algérie est d'abord fille de son histoire, qu'elle ait surmonté l'épreuve coloniale et même défié l'éclipse, atteste, s'il en était besoin, de cette volonté inextinguible de vivre sans laquelle les peuples sont menacés parfois de disparition.
L'ornière qui nous a contraints à croupir dans l'existence végétative des asphyxies mortelles nous imposa de nous replier sur nous-mêmes dans l'attente et la préparation d'un réveil et d'un sursaut qui ne pouvaient se faire, hélas ! que dans la souffrance et dans le sang. La France, elle-même, a connu de ces disgrâces et de ces résurrections. » Le président Houari Boumediene.

Répondre

Revenir à « Actualités en Algérie »