Frontières Algériennes: Tunisie, RASD, Maroc, Libye, Mali, Niger et Mauritanie

Toutes les discussions a propos de la politique, de l'économie et de la société Algérienne (uniquement)
Répondre

malikos
Mulazim Awal (ملازم أول)
Mulazim Awal (ملازم أول)
Algeria
Messages : 1382
Inscription : 01 avril 2012, 13:54

Re: Frontières Algériennes: Tunisie, RASD, Maroc, Libye, Mali, Niger et Mauritanie

Message par malikos » 15 juillet 2018, 15:41

A mixture of true, half true and untrue statements with a good bit of hypothesis...the interesting thing is where it was published:

https://www.stripes.com/news/africa/alg ... e-1.537562
Algeria stops forcing migrants into Sahara after outrage

Nigeriens and third-country migrants head towards Libya from Agadez, Niger, on June 4, 2018.

JEROME DELAY/AP

Email Print Reddit Tweet Share Pinterest More
By LORI HINNANT | Associated Press | Published: July 13, 2018

PARIS — Algeria's deadly expulsions of migrants into the Sahara Desert have nearly ground to a halt after widespread condemnation and the abrupt firing of two top security officials.

The expulsions to the desert borders that Algeria shares with Niger and Mali have all but ended since The Associated Press reported less than three weeks ago that more than 13,000 people, including women and children, had been dropped off in the stark, dangerous region since May 2017, according to officials with the U.N.'s International Organization for Migration.

Before the AP reached out to Algeria for comment and published the report on June 26, the North African nation was expelling migrants by the hundreds almost every week into the unforgiving desert, sometimes to their deaths.

Algeria has refused repeated AP requests for comment on the expulsions.

The European Union also declined to comment. The expulsions came as Europe is pressuring North African governments to head off the migrants before they can cross the Mediterranean Sea.

An aid worker with contacts in Algeria told the AP that the mass detentions continue, but now migrants, including dozens of pregnant women, are warehoused in overcrowded jails. The worker requested anonymity to avoid retribution from the Algerian government.

Algeria also continues to deport migrants from neighboring Niger, with which it has had an expulsion agreement since 2015. But while migrants from other sub-Saharan countries were dropped in the desert secretly and forced to walk for miles under the blistering sun, the Nigeriens have long been driven to the border by convoys. After the AP report in June, Algerian officials invited local media to watch such a round of deportations to prove they were humanely done.

Since the AP report, Algeria's security forces have fallen into disarray, with the head of the gendarmerie and the chief of national security both being forced from their jobs. It is unclear why the men were fired, but both were linked to the migrant expulsions in the desert as well as to an unrelated corruption scandal involving the seizure of more than 700 kilograms (1,550 pounds) of cocaine from a cargo ship in May.

In its few public statements, Algeria has insisted that migrants are treated appropriately, but the U.N. High Commissioner for Human Rights has condemned the expulsions in the desert. Two days after the AP report, Human Rights Watch also released an investigation into the forced desert marches.

"Algeria has the power to control its borders, but that doesn't mean it can round up people based on the color of their skin and dump them in the desert, regardless of their legal status and without a shred of due process," Sarah Leah Whitson of Human Rights Watch said in a statement.

Migrants filmed videos of themselves fanning out across the open desert, stumbling through heat that reaches above 50 degrees Centigrade (122 degrees Fahrenheit) in summer as Algerian gendarmes with guns ensured they did not turn back. Of the more than two dozen migrants who AP journalists interviewed in Niger, nearly all reported seeing deaths during the forced march, which sometimes lasted days.

Even before the AP report, the conditions that migrants were enduring in the Sahara Desert had been an open secret among aid workers as well as governments in Africa and Europe. The African Union had already complained about Algeria's policies toward migrants in a statement in May.

"We cannot accept African countries ill-treating Africans, even if they enter the country illegally," the chairman of the AU Commission, Moussa Faki Mahamat, said this week in Addis Ababa, Ethiopia.

European Union officials say they discussed the desert expulsions with Algerian government officials privately in recent months, but the EU nonetheless settled upon Algeria as one of a handful of countries where it had hoped to set up centers to sort economic migrants from asylum-seekers fleeing for their lives. Algeria refused the dubious honor, as did multiple other countries.

___

Elias Meseret in Addis Ababa, Ethiopia, contributed.


malikos
Mulazim Awal (ملازم أول)
Mulazim Awal (ملازم أول)
Algeria
Messages : 1382
Inscription : 01 avril 2012, 13:54

Re: Frontières Algériennes: Tunisie, RASD, Maroc, Libye, Mali, Niger et Mauritanie

Message par malikos » 15 juillet 2018, 18:25

Réunion dimanche à Alger de la 6e session du Comité bilatéral frontalier algéro-nigérien
Publié Le : Samedi, 14 Juillet 2018 14:03 Lu : 93 fois Imprimer Evoyer Partagez
Réunion dimanche à Alger de la 6e session du Comité bilatéral frontalier algéro-nigérien
ALGER - Le Comité bilatéral frontalier algéro-nigérien (CBF) tiendra, dimanche et lundi au Centre international des conférences Abdelatif Rehal (CIC) à Alger, sa 6ème session consacrée à renforcer la coopération sécuritaire et socio-économique au niveau des zones frontalières.

Le Comité bilatéral frontalier, présidé par les ministres de l'Intérieur des deux pays, a été créé conformément au protocole d’accord du 30 octobre 1997 à Alger, en vue de renforcer la coopération au niveau des villes frontalières et ce, à travers la promotion des échanges notamment dans le domaine de la coopération sécuritaire au niveau des frontières, la mobilité des personnes et l’immigration clandestine, la coopération économique dans toutes ses dimensions particulièrement en matière de développement durable et la coopération socioculturelle.

Lire aussi: Ouyahia s'entretient à Ankara avec son homologue du Niger
Les travaux de la 5ème session du Comité, tenus fin juillet 2015 à Niamey, ont abouti à la mise en place de mécanismes de mise en œuvre des recommandations issues des différentes sessions, dont un organe de "veille et de suivi".

Il s'agissait notamment de renforcer des actions communes en vue de juguler le phénomène de l’immigration illégale, l’inspection et l’entretien de la bande frontalière, le renforcement des moyens de lutte contre la contrebande et l’insécurité ainsi que l’occupation rationnelle de l’espace et l’organisation de patrouilles simultanées, coordonnées au niveau des frontières communes avec des points de jonction pour l’échange d’informations.

Il était question également de l’intensification des échanges de personnels entre les responsables des régions et les wilayas frontalières et la dynamisation de la coopération décentralisée entre les collectivités des régions frontalières notamment par des visites des différents responsables.

Lire aussi: Entretien téléphonique entre le Premier ministre Ahmed Ouyahia et son homologue du Niger
Pour les autorités algériennes, la zone frontalière entre les deux pays constitue "un pont pour la promotion de l'amitié, de la fraternité, de la coopération et de la complémentarité, mais elle fait face à des contraintes sécuritaires multiples, dues essentiellement à la présence de groupes terroristes qui s’alimentent des fléaux connexes dont en particulier le narcotrafic".

L'Algérie accorde un "intérêt particulier" à la sécurisation de ces zones pour les mettre à l’abri des réseaux terroristes et criminels notamment à travers le renforcement de la coopération bilatérale dans le domaine militaire et sécuritaire afin de d'instaurer un climat propice pour leur développement socio-économique durable.
http://www.aps.dz/algerie/76244-reunion ... o-nigerien


malikos
Mulazim Awal (ملازم أول)
Mulazim Awal (ملازم أول)
Algeria
Messages : 1382
Inscription : 01 avril 2012, 13:54

Re: Frontières Algériennes: Tunisie, RASD, Maroc, Libye, Mali, Niger et Mauritanie

Message par malikos » 17 juillet 2018, 23:55

Algeria and Tunisia agree to fight cross-border terrorism
July 17, 2018 at 9:49 am | Published in: Africa, Algeria, News, Tunisia
Dead bodies of victims who lost their lives on a militant attack in western Tunisia are brought to Charles Nicole Hospital in Tunis, Tunisia on 8 July 2018 [Yassine Gaidi/Anadolu Agency]Dead bodies of victims who lost their lives on a militant attack in western Tunisia are brought to Charles Nicole Hospital in Tunis, Tunisia on 8 July 2018 [Yassine Gaidi/Anadolu Agency]
July 17, 2018 at 9:49 am
Government officials from Algeria and Tunisia met in Tunis on Wednesday to discuss ways to secure their common border. The move followed an attack on a patrol of the Tunisian National Guard in the border province of Jendouba, in which six soldiers were killed.

According to the London-based Al-Araby Al-Jadeed, senior officials of the Algerian security forces met with their Tunisian counterparts during an unannounced visit. The newspaper pointed out that they reviewed the proliferation of armed groups and exchanged all available intelligence, including the identity of active terrorists in border areas.

The officials agreed to develop a new security coordination plan, which aims at eliminating the presence of terrorist groups on the border. A joint military and security operations room will be established, with direct communications between field commanders along the frontier.

READ: 100 terrorists planning attacks from their hideouts between Algeria-Tunisia border

“This will make coordination between military and intelligence operations possible in order to hunt down terrorists,” explained a local source. “Algeria is also working to provide logistical support for the Tunisian security forces stationed at the border, for Tunisia is lacking the means to combat terrorism effectively.”

The anonymous source also highlighted the fact that Algeria’s commitment to support its eastern neighbour stems from its certainty that the ongoing presence of terrorists in the region will spread to affect Algerian territory. It is believed that there were links and coordination between the terrorists who carried out the Jendouba attack last Sunday and those who laid mines in the path of the Algerian army in the border area last February, killing five soldiers.

Algerian Minister of the Interior Noureddine Bedoui has inspected the border area near the scene of the latest attack on the Tunisian National Guard. He insisted that the security of Tunisia is the security of Algeria and vice versa. He also talked about coordination between Algeria and Tunisia in security affairs and stressed his country’s commitment to fight terrorism until it is eliminated.https://www.middleeastmonitor.com/20180 ... terrorism/

Avatar de l’utilisateur

Madjid-wahran
Musaïd Awal (مساعد أول)
Musaïd Awal (مساعد أول)
Algeria
Messages : 935
Inscription : 31 mars 2012, 10:52

Re: Frontières Algériennes: Tunisie, RASD, Maroc, Libye, Mali, Niger et Mauritanie

Message par Madjid-wahran » 18 août 2018, 23:16

Le point de passage algéro-mauritanien opérationnel.



Une bonne chose, il faut que Tindouf devienne un grand pole logistique à partir de laquelle nous exporterons vers la Mauritanie et l'Afrique de l'Ouest.
Condor, Cevital etc.. doivent aller arracher des marchés la bas.
A terme avec le grand port de Cherchell l'axe deviendra même stratégique.
« Les chrétiens vont au Vatican, les musulmans à la Mecque et les révolutionnaires à Alger. » Amilcar Cabral , Ya Hasrra ...


malikos
Mulazim Awal (ملازم أول)
Mulazim Awal (ملازم أول)
Algeria
Messages : 1382
Inscription : 01 avril 2012, 13:54

Re: Frontières Algériennes: Tunisie, RASD, Maroc, Libye, Mali, Niger et Mauritanie

Message par malikos » 12 septembre 2018, 23:12

BORDER SECURITY CHALLENGES IN
THE GRAND MAGHREB


This report—part of a United States Institute of Peace
(USIP) project—draws on extensive interviews conducted
by the authors and a team of researchers in Tunisia,
Algeria, and Morocco with NGO personnel, journalists,
border community members, and representatives of
security entities tasked with border security. The views
expressed in this report are solely those of the authors and
do not necessarily reflect the views of USIP, which does
not advocate specific policy positions.
About the Authors
Querine Hanlon is the executive director of Strategic
Capacity Group (SCG). Previously, she was a special
advisor for USIP, where she led projects on North African
border security and on security sector reform for North
Africa and the Sahel. She is an expert on security sector
reform and has worked extensively on Arab Spring
transitions. Matthew M. Herbert is a senior program
officer at SCG and a fellow at the Global Initiative Against
Transnational Organized Crime. A PhD candidate at The
Fletcher School, Tufts University, his expertise is on border
security and organized crime. He has worked along the
U.S.-Mexico border and in Africa, Central America, and .......

https://www.files.ethz.ch/isn/191018/PW ... aghreb.pdf


malikos
Mulazim Awal (ملازم أول)
Mulazim Awal (ملازم أول)
Algeria
Messages : 1382
Inscription : 01 avril 2012, 13:54

Re: Frontières Algériennes: Tunisie, RASD, Maroc, Libye, Mali, Niger et Mauritanie

Message par malikos » 12 septembre 2018, 23:17

...Deutschland unterstützt, etwa mit Praxislehrgängen durch die Bundespolizei und mit Ausrüstung. Dafür gibt es nach früheren Angaben ein Budget von etwa vier Millionen Euro pro Jahr. Dieses Projekt soll bis 2020 weiterlaufen. Deutschland hat ein Interesse an dem Grenzschutz. Wenn mögliche Terroristen schon an der tunesisch-algerischen Grenze aufgegriffen werden, profitiert auch Deutschland davon. Die Bundesregierung nennt als Grund, „den Schutz vor terroristischen und anderen grenzüberschreitenden Bedrohungen“ wie etwa Schmuggel. Die Grenze zwischen beiden nordafrikanischen Staaten ist etwa 1200 Kilometer lang.
https://www.noz.de/deutschland-welt/pol ... n-tunesien

Avatar de l’utilisateur

geronimo
Liwaa (لواء)
Liwaa (لواء)
Algeria
Messages : 7074
Inscription : 26 mars 2012, 19:45

Re: Frontières Algériennes: Tunisie, RASD, Maroc, Libye, Mali, Niger et Mauritanie

Message par geronimo » 13 septembre 2018, 07:23

malikos a écrit :
12 septembre 2018, 23:17
...Deutschland unterstützt, etwa mit Praxislehrgängen durch die Bundespolizei und mit Ausrüstung. Dafür gibt es nach früheren Angaben ein Budget von etwa vier Millionen Euro pro Jahr. Dieses Projekt soll bis 2020 weiterlaufen. Deutschland hat ein Interesse an dem Grenzschutz. Wenn mögliche Terroristen schon an der tunesisch-algerischen Grenze aufgegriffen werden, profitiert auch Deutschland davon. Die Bundesregierung nennt als Grund, „den Schutz vor terroristischen und anderen grenzüberschreitenden Bedrohungen“ wie etwa Schmuggel. Die Grenze zwischen beiden nordafrikanischen Staaten ist etwa 1200 Kilometer lang.
https://www.noz.de/deutschland-welt/pol ... n-tunesien
google can do it
L’Allemagne, par exemple, appuie la formation pratique dispensée par la police fédérale et l’équipement Selon les données précédentes, le budget annuel est de quatre millions d’euros Ce projet devrait se poursuivre jusqu'en 2020. L'Allemagne s'intéresse à la protection des frontières. Si des terroristes potentiels sont déjà interceptés à la frontière tuniso-algérienne , l'Allemagne en bénéficiera également. Le gouvernement fédéral cite "la protection contre le terrorisme et autres menaces transfrontières" telles que la contrebande. La frontière entre les deux états nord-africains est d'environ 1200 kilomètres
Image


malikos
Mulazim Awal (ملازم أول)
Mulazim Awal (ملازم أول)
Algeria
Messages : 1382
Inscription : 01 avril 2012, 13:54

Re: Frontières Algériennes: Tunisie, RASD, Maroc, Libye, Mali, Niger et Mauritanie

Message par malikos » 19 décembre 2018, 03:47

Algeria-Tunisia border re-opened following unrest, protests by residents
December 18, 2018 at 2:33 pm | Published in: Africa, Algeria, News, Tunisia
Algeria road sign [File photo]Algeria road sign [File photo]
December 18, 2018 at 2:33 pm
The Algerian-Tunisian border crossing, located in the Tunisian border town of Bouchebka, was re-opened yesterday following unrest and protests by the town’s residents.

Tunisian residents protested and threw stones at the Algerian border, forcing a halt of the movement of goods trucks across the border, in reaction to the Algerian police’s arrest of two Tunisian nationals that had attempted to enter Algeria without proper documents.

The protests resulted in the closure of the border on Sunday night.

In August, Algerian security officers launched a military offensive following suspicions of the infiltration of a terrorist group into the country. They searched for weapons stores, drug traffickers and terrorist cells in the area.

https://www.middleeastmonitor.com/20181 ... residents/


malikos
Mulazim Awal (ملازم أول)
Mulazim Awal (ملازم أول)
Algeria
Messages : 1382
Inscription : 01 avril 2012, 13:54

Re: Frontières Algériennes: Tunisie, RASD, Maroc, Libye, Mali, Niger et Mauritanie

Message par malikos » 19 décembre 2018, 18:42

PARTAGES
ACCUEILA LA UNE
D’anciens soldats au Sahel s’infiltrent en Algérie comme migrants clandestins
décembre 19, 2018 - 10:50 Fatiha Mez 32 Commentaires
Sahel
D'anciens soldats s'infiltrent parmi les migrants clandestins. D. R.
Par Hani Abdi − L’Algérie est de plus en plus préoccupée par la présence, parmi les migrants clandestins interceptés sur le territoire national, d’anciens soldats des pays du Sahel. Cette préoccupation est due notamment au fait que ces soldats ont servi dans des zones de conflit connues pour être les plaques tournantes de tous les trafics et du terrorisme.

Selon des sources sûres, les différents services de sécurité et les forces de l’ANP ont donné l’alerte, après avoir intercepté lors de contrôles routiers effectués ces derniers mois, des migrants clandestins qui se sont avérés être d’anciens soldats de pays du Sahel. Leur entrée illégale sur le territoire national fait l’objet d’enquêtes approfondies. Des rapports ont été faits aux hautes autorités politiques.

Les services de sécurité font également face à l’arrivée de migrants qui viennent des zones de combat de pays arabes en conflit, comme la Syrie, la Libye et le Yémen. Les réseaux de passeurs sont encadrés par des groupes armés qui contrôlent ces territoires et font dans l’exfiltration d’anciens combattants, avec des tentatives de remonter sur le territoire algérien.

C’est d’ailleurs ce qu’a confirmé récemment le directeur de la migration au ministère de l’Intérieur, Hassen Kacimi, selon lequel la présence de ces anciens soldats sur le sol algérien constitue une menace que les services de sécurité prennent au sérieux. D’ailleurs, les vastes et multiples opérations que mènent les forces de l’ANP sur la zone frontalière sud confirment cette menace. Car, outre l’infiltration parmi les migrants clandestins d’anciens soldats, il y a l’existence de nombreuses caches d’armes tout au long de la bande frontalière avec le Mali, le Niger et la Libye. Autrement dit, ces caches d’armes se trouvent sur les routes migratoires.

Les récentes caches d’armes découvertes ne sont pas de nature à rassurer. Rien que le 17 décembre, des missiles sol-air ont été découverts à Bordj Badji Mokhtar ainsi qu’un lot de kalachnikovs, de lance-roquettes et de minutions. On a également trouvé d’autres caches contenant des FMPK, des obus de mortier de calibre 82 mm et des fusées pour obus de mortier. Cet armement provient selon toute vraisemblance des zones de conflit minant les pays voisins. Il est destiné soit à la revente pour les réseaux de contrebande, soit à une utilisation directe par des groupes terroristes qui ne perdent pas espoir de s’infiltrer sur le territoire national pour mener des attaques d’envergure, comme celle contre le site gazier de Tiguentourine à Illizi en 2013. D’où le renforcement du dispositif de sécurité des frontières et de contrôle des migrants clandestins.
https://www.algeriepatriotique.com/2018 ... andestins/


malikos
Mulazim Awal (ملازم أول)
Mulazim Awal (ملازم أول)
Algeria
Messages : 1382
Inscription : 01 avril 2012, 13:54

Re: Frontières Algériennes: Tunisie, RASD, Maroc, Libye, Mali, Niger et Mauritanie

Message par malikos » 03 janvier 2019, 18:13

Algeria shuts southern borders to Syrians over security fears
Interior ministry says it suspects Syrians seeking entry through borders with Mali and Niger belong to armed groups.

21 hours ago

Algeria has banned all Syrians from entering the country via its southern borders, hours after a rights group reported that 50 Syrians and Palestinians had been deported to neighbouring Niger in the last week.

Hassen Kacimi, the head of migrants policy at the interior ministry, said that Syrians seeking refuge this way were suspected to be armed fighters.

"We have hosted 50,000 Syrians in the past few years for humanitarian reasons," Kacimi told Reuters news agency, alluding to refugees from Syria's civil war.

"But we cannot accept members of armed groups fleeing from Syria when it comes to our security."

Algeria went through years of devastating civil war with armed groups in the 1990s. While violence is now greatly diminished, sporadic attacks continue in isolated areas.

Kacimi said around 100 people had reached the southern border with the help of local armed escorts in recent weeks but were intercepted and expelled shortly after they slipped into Algeria.

He said that the Syrians had transited Turkey, Jordan, Egypt, Sudan and Niger or Mali using fake Sudanese passports.

"This is a criminal network and we must be very vigilant not to allow them to get into Algeria," he added.

Earlier on Wednesday, a local human rights group said Algerian authorities had deported 50 Palestinians and Syrians on December 25 and 26.

According to La Ligue Algerienne pour la Defense des Droits de l'Homme (LADDH), the majority of the refugees were Syrian nationals and were transferred via buses to Niger.

Algeria's south and southeast are largely empty desert regions but it has beefed up its security there after neighbouring Libya and northern Mali and Niger fell into the hands of various armed factions.

Since its 1990s' civil war, Algeria has become an important ally against armed groups active in the arid Sahel region of North and West Africa.https://www.aljazeera.com/news/2019/01/ ... 43986.html


malikos
Mulazim Awal (ملازم أول)
Mulazim Awal (ملازم أول)
Algeria
Messages : 1382
Inscription : 01 avril 2012, 13:54

Re: Frontières Algériennes: Tunisie, RASD, Maroc, Libye, Mali, Niger et Mauritanie

Message par malikos » 03 janvier 2019, 18:16

cette affaire devient politique douka....
News Comment - UNHCR appeals for access to refugees on Algeria-Niger border
03 January 2019 | Français

UNHCR, the UN Refugee Agency, is concerned about the safety of vulnerable individuals from Syria, Yemen and Palestine who are reportedly stranded at Algeria’s southern border with Niger.

UNHCR received information that the group, comprising some 120 Syrian, Palestinian and Yemeni individuals, were detained at the Tamanrasset Centre in southern Algeria before being taken to an area near the Guezzam border post on 26 December.

Some of the individuals in this group are known to UNHCR as registered refugees who have fled conflict and persecution or claim to have attempted to seek international protection in Algeria.

According to information made available to UNHCR, 20 individuals from this group currently remain stranded in the desert, three kilometres from the Guezzam border post where they are exposed to the elements. The other 100 individuals who were taken to the border are unaccounted for.

UNHCR is in contact with the Algerian authorities regarding this incident and advocating for access to assess their protection needs. However, in light of media reports in Algeria suggesting that these people were moved to the border with the agreement of UNHCR we wish to clarify that UNHCR has had no such involvement.

Given the urgent humanitarian imperative in providing assistance to those stranded, UNHCR is appealing to the Algerian authorities for access to those individuals, to address humanitarian needs and to identify those in need of international protection and to ensure their safety.

Recognising the challenges faced by Algeria in responding to mixed movements, UNHCR maintains regular communication with the authorities to address the situation of refugees and asylum seekers, who can be subject to arrest and removal.

Algeria has opened its doors to some 50,000 Syrian refugees who have sought safety in the country and we appeal to the authorities to extend this hospitality to those who need it.

While border management remains a sovereign prerogative of all governments, UNHCR reiterates that border security and international protection are not mutually exclusive.

UNHCR underscores that any person whose life is at risk in their country of origin must be able to access territory and seek asylum in a safe country and each asylum request should be considered individually.

Media contact:

In Geneva, Shabia Mantoo, [email protected], + 41 79 337 7650
In Amman, Rula Amin, [email protected], +962 790 04 58 49
https://www.unhcr.org/news/press/2019/1 ... order.html


malikos
Mulazim Awal (ملازم أول)
Mulazim Awal (ملازم أول)
Algeria
Messages : 1382
Inscription : 01 avril 2012, 13:54

Re: Frontières Algériennes: Tunisie, RASD, Maroc, Libye, Mali, Niger et Mauritanie

Message par malikos » 03 janvier 2019, 18:41

Menaces aux frontières sud de l’Algérie: Les indices d’un danger imminent
L’Expression- Hasna YACOUB – Jeudi 03 Janvier 2019 00:00

«L’Algérie craint que le Niger, par le biais de la plateforme d’Agadez, soit en passe de devenir une route migratoire empruntée par les djihadistes syriens venant principalement d’Alep», a indiqué une source sécuritaire.
L'armée algérienne est en alerte pour faire face à de telles menacesL’armée algérienne est en alerte pour faire face à de telles menaces
Le danger est là. Sournois, mais bien réel. Il est aux frontières sud de l’Algérie. Un danger, fomenté dans les officines des pays étrangers, qui tente, sans relâche, d’ébrécher le mur sécuritaire pour déstabiliser l’Algérie. «Il s’agit là d’un énorme complot» comme l’a affirmé hier, le directeur d’étude au ministère algérien de l’Intérieur en charge du dossier des migrations, Hassan Kacimi. Ce dernier qui intervenait sur les colonnes d’un confrère, a tiré la sonnette d’alarme contre cette attaque insidieuse qui menace le pays. «On cherche à faciliter l’arrivée en masse de terroristes de la région d’Alep en Syrie vers l’Algérie via le Niger et le Mali. Ces derniers détiennent de faux passeports soudanais» a affirmé Hassan Kacimi, expliquant la fuite de ces terroristes par l’approche du retrait des forces américaines de la Syrie. Les combattants de Daesh et après leur défaite en Syrie et en Irak tentent donc de se redéployer dans d’autres zones, comme au Maghreb et notamment en Algérie. Les terroristes de Daesh utilisent comme couverture pour leur déplacement, les mouvements migratoires en provenance des pays en conflit. Et même si ces mouvements migratoires venus de Syrie, de Palestine et du Yémen ne sont pas massifs, ils restent tout de même importants. Mais le plus préoccupant, comme l’a souligné M. Kacimi «est que ces personnes empruntent des circuits encadrés par des groupes armés, ce sont les routes migratoires des djihadistes […]. Nous assistons à un redéploiement, une exfiltration d’anciens membres de groupes armés avec tentatives de remonter vers le territoire national». La menace aux frontières de l’Algérie a été confirmée également par une autre source sécuritaire qui a assuré hier que les autorités algériennes ont décidé de refouler de manière systématique tous les migrants arabes tentant d’accéder au territoire national à partir des frontières sud, en raison du «risque djihadiste accru». Selon cette source, cité par TSA, «l’Algérie craint que le Niger, par le biais de la plateforme d’Agadez, soit en passe de devenir une route migratoire empruntée par les djihadistes syriens venant principalement d’Alep». «Plus grave encore, ces migrants arabes au Niger et au Mali sont escortés par des groupes armés. Nous suivons le dossier avec beaucoup de préoccupation», a indiqué la même source assurant que l’armée algérienne est en alerte pour faire face à de telles menaces. Il faut dire que l’organisation État islamique (EI) malgré ses déboires en Syrie ou en Irak, est loin d’être défaite. De l’Afghanistan à la Libye, en passant par le Yémen, elle reste présente dans une dizaine de pays, notamment en Afrique où elle s’appuie sur l’allégeance de groupes extrémistes déjà existants. Elle mise sur son développement dans de nouveaux territoires et pour réaliser cet objectif, l’EI se concentre de plus en plus sur l’Afrique du Nord et l’Afrique de l’Ouest, comme l’ont affirmé plusieurs experts dans le domaine sécuritaire. Bruce Hoffman, le directeur du Centre for Security Studies à l’université de Georgetown, a affirmé, il y a quelques mois, que des centaines de combattants de l’EI, hautement entraînés, ont fui la Libye en traversant les vastes zones non gouvernées du Niger. Il y a lieu de rappeler également le rapport onusien du mois d’août dernier et qui a annoncé le retour de plus d’un millier de terroristes maghrébins, dans leurs pays d’origines. Ces extrémistes qui rentrent, représentent un immense défi de sécurité pour tous les pays de la région. Le rapport a révélé un record de recrutement de Marocains et de Tunisiens avec, respectivement, 1623 et 2926 terroristes. Loin derrière, l’Algérie compte 170 terroristes, dont presque la moitié (87) sont, d’après ce rapport, rentrés avant janvier 2016 au pays. Ainsi donc, le danger guette l’Algérie de toutes parts. Il y a les frontières du Sud, celles avec la Libye mais aussi les frontières est et ouest. Avec un menace aussi persistante, il est à se demander comment des organisations de défense des droits de l’homme continuent de dénoncer le refoulement des migrants. L’Algérie devra-t-elle sacrifier la sécurité des millions d’Algériens pour satisfaire ces organisations?

http://www.lexpressiondz.com/actualite/ ... minent.htm


zeitrecht
Musaïd Awal (مساعد أول)
Musaïd Awal (مساعد أول)
Algeria
Messages : 975
Inscription : 27 octobre 2012, 23:59

Re: Frontières Algériennes: Tunisie, RASD, Maroc, Libye, Mali, Niger et Mauritanie

Message par zeitrecht » 04 janvier 2019, 00:48

De toutes maniéres ces organisations n'arrêteront jamais de critiquer les décisions gouvernementales des pays,alors bien faire et laisser braire.
Je me rappele en 2015 je crois,les Femens ses Hystériques s'etaient mises a poil dans l'eglise notre dame de paris et ces mêmes organisations trouvaient que c'etait un acte de resistance tout á fait normal


ANP4DZ
Musaïd Awal (مساعد أول)
Musaïd Awal (مساعد أول)
Messages : 864
Inscription : 11 avril 2015, 21:30

Re: Frontières Algériennes: Tunisie, RASD, Maroc, Libye, Mali, Niger et Mauritanie

Message par ANP4DZ » 04 janvier 2019, 10:11

2 mois suite à jugement et extradition c'est correct. Avec le risque terroriste, je pense qu'aucun pays au monde n'aurrait fait mieux ni plus humains. Laisser les gens passer avec des faux passeport reviens a invites tout le monde a tanter l'aventure, et prendre le risque de laisser passe des terroristes. Déjà, les gens qui passe entre les mailles du fillet ca nous suffit largement.


samir_reghaia
Mulazim (ملازم)
Mulazim (ملازم)
Messages : 1062
Inscription : 05 juin 2013, 13:47

Re: Frontières Algériennes: Tunisie, RASD, Maroc, Libye, Mali, Niger et Mauritanie

Message par samir_reghaia » 04 janvier 2019, 12:50

Il est logique qu'après la défaite de l'Occident en Syrie, leurs terroristes doivent se déployer quelquepart. L'Algérie est un pays ciblé depuis longtemps. Il est possible que ce soit là un vaste plan d'action pour nous déstabiliser. Cela expliquerais d'ailleurs les gesticulations de l'UNHCR et d'autres ONG.
Il faut rester très vigilent car le redéploiment des terroristes pro-occidentaux se fera dans les prochains jours/mois, après l'annonce du retrait des troupes US de Syrie.
Les grands changements ne viennent que d'en bas.

Répondre

Revenir à « Actualités en Algérie »