Frontières Algériennes: Tunisie, RASD, Maroc, Libye, Mali, Niger et Mauritanie

Toutes les discussions a propos de la politique, de l'économie et de la société Algérienne (uniquement)
Répondre
Avatar de l’utilisateur

Blackcode
Muqaddam (مقدم)
Muqaddam (مقدم)
Algeria
Messages : 3957
Inscription : 26 novembre 2012, 00:49
Localisation : Algérie

Re: Frontières Algériennes: Tunisie, RASD, Maroc, Libye, Mal

Message par Blackcode » 15 août 2016, 17:24

imbrator a écrit :
Youma a écrit :
imbrator a écrit :Personnellement je le trouve magnifique :super:
Je trouve cela comme un don de Dieu, le régime de votre pays nous rend une grande faveur (avec le peu d'argent qui est disponible et sa situation difficile) :super:
Regarde votre truc en grillage tout ridicule derrière :lol!: qui ressemble au grillage d'un poulailler, c'est la mentalité qui règne au Maroc en tous les cas, M6 n'est qu'un gros fermier et un voleur de surcroît.
Pour la faillite c'est le royaume de ton maître qui est endetté pas ma nation, Dieu merci, tu n'auras jamais l'occasion de voir l'Algérie tomber, tes phantasmes ne se réaliseront pas.
Ah oui tu as raison... c'est halluciant d'utiliser un grillage aussi desuet pour marquer une frontiere... au fait n'y a t'il pas normalement une distance minimale de 50 m entre les deux parties... un nomans land ?

Avatar de l’utilisateur

imbrator
Raqib Awal (رقيب أول)
Raqib Awal (رقيب أول)
Algeria
Messages : 679
Inscription : 14 octobre 2015, 11:51

Re: Frontières Algériennes: Tunisie, RASD, Maroc, Libye, Mal

Message par imbrator » 15 août 2016, 17:24

Blackcode a écrit :et ensuite ... les trafiquants et même les salopards de terros creuseront des tunnels ce qui sera un vrai emmerdement
Si les gens qui veulent nous nuire voulaient creuser des tunnels ça sera déjà le cas, ce mur a pour avantage de bloquer le flux de trafic de façon adéquate, même en creusant des tunnels ça sera très difficile et moins rentable pour les trafiquants, les tunnels servent à faire passer essentiellement des armes et des soldats, pour le moment entre nous et le Maroc il n'y a pas la guerre ouverte.
Ce mur allégera le travail des gardes frontières qui s'occuperont à chercher d'éventuels tunnels au lieu de gâcher leurs efforts dans la traque des pouilleux trafiquants du coin.

Avatar de l’utilisateur

Blackcode
Muqaddam (مقدم)
Muqaddam (مقدم)
Algeria
Messages : 3957
Inscription : 26 novembre 2012, 00:49
Localisation : Algérie

Re: Frontières Algériennes: Tunisie, RASD, Maroc, Libye, Mal

Message par Blackcode » 15 août 2016, 17:27

D'ou la nécessité d'installer des cameras et des capteurs..


granit
Raqib Awal (رقيب أول)
Raqib Awal (رقيب أول)
Algeria
Messages : 641
Inscription : 02 avril 2012, 21:52

Re: Frontières Algériennes: Tunisie, RASD, Maroc, Libye, Mal

Message par granit » 15 août 2016, 19:18

Selon mes proches de la région frontalières, il y a pas mal de tunnels qui date de l'époque de la guerre de libération.
Je pense qu'ils sont répertoriés et murés.

Edit: aussi je désapprouve le blindage de la frontière qui je le pense porte atteinte à notre culture commune.
oui il y a de la drogue qui passe.
oui il y a parfois des accrochages avec des éléments armé de groupe mafieux et terroriste.
Cependant nous sommes des amazighs ou arabes, et ce n'est pas dans notre culture d'imiter les comportements excessif de l'histoire de d'autres nations (ligne de démarcation des deux Corée, tuerie Iran Irak, folie guerrière des WW...etc)


Je sais que ma position est peut être minoritaire mais je me sent en paix avec moi même en réfléchissant de la sorte.

Avatar de l’utilisateur

tahiadidou
Raïd (رائد)
Raïd (رائد)
Algeria
Messages : 2010
Inscription : 17 septembre 2012, 23:17
Localisation : Not in Algiers

Re: Frontières Algériennes: Tunisie, RASD, Maroc, Libye, Mal

Message par tahiadidou » 15 août 2016, 20:05

L'idée principale de murs le long d'une frontière ou, pour être précis, d' une ou plusieurs sections de la frontière est surtout fait pour diminuer les points d'entrée (illégale). Ainsi 'canaliser' les efforts des trafiquants vers des ouvertures (openings) ou les services qui sont en nombre limité peuvent mieux surveiller.
Effectivement, une barrière électronique complémentaire est l'ideal mais elle peut revenir cher; il ne suffit pas simplement d'enfouir toute sorte de détecteurs ;) Comme c'est le cas a la frontière US-Mexico, malgré les qqes tunnels des trafiquants de drogue, les différents programmes depuis des dizaines d'années ont réduit de beaucoup les incursions.

Avatar de l’utilisateur

imbrator
Raqib Awal (رقيب أول)
Raqib Awal (رقيب أول)
Algeria
Messages : 679
Inscription : 14 octobre 2015, 11:51

Re: Frontières Algériennes: Tunisie, RASD, Maroc, Libye, Mal

Message par imbrator » 15 août 2016, 20:08

@granit: le sentimentalisme est un point de faiblesse et n'a pas sa place dans le traitement des issues sécuritaires, celui qui te veut du bien entre par la porte et non pas par derrière en sautant par dessus le mur de ta propriété.
Ce mur ne va pas empêcher la normalisation ou quoi que ce soit, si ouverture des frontières y aura dans le futur, les marocains seront toujours les bienvenus mais ils entreront par le poste des frontières car celui qui n'a rien de malveillant n'a rien à se reprocher, on peut aussi faire l'extension de la voie ferrée et les deux peuples peuvent se joindre par le train et même par des navettes maritimes, bref ce mur est une bonne chose.


granit
Raqib Awal (رقيب أول)
Raqib Awal (رقيب أول)
Algeria
Messages : 641
Inscription : 02 avril 2012, 21:52

Re: Frontières Algériennes: Tunisie, RASD, Maroc, Libye, Mal

Message par granit » 15 août 2016, 22:33

J'entend bien tes arguments Imbrator.
Ce n'est pas du sentimentalisme, c'est une vision à très long terme qui prend ses racines dans la lutte anti-coloniale.

Avatar de l’utilisateur

Bou-Mediene
Djoundi (جندي)
Djoundi (جندي)
Messages : 24
Inscription : 30 septembre 2014, 19:57

Re: Frontières Algériennes: Tunisie, RASD, Maroc, Libye, Mal

Message par Bou-Mediene » 28 janvier 2017, 21:51

La République Démocratique et Populaire Algérienne se conçoit comme le pilier de la lutte contre l’impérialisme, le colonialisme, dans leur effets les plus contemporains. Par quels moyens ?

En consacrant le principe d'intangibilité des frontières construites par le colonialisme..

Éradiquons donc le colonialisme... en immortalisant à jamais ses effets et ses réalisations.

Évoquer l'Algérie, c'est évoquer la France. Point.

Aussi longtemps qu'aucune construction sociale indigène n'émanera de l'Afrique du Nord, voir de l'Afrique tout court, il s'agit et il s'agira encore et toujours de territoires plus ou moins, selon le degré, sous influence française.

Les plus avertis d'entre les lecteurs de ce forum feront d'eux même les médiations indispensables à l'acquisition de la clé de compréhension centrale de toutes les problématiques africaines, qui finalement d'ailleurs, présentent une analogie tout à fait surprenante entre l'Afrique Noire et l'Afrique du Nord.


Elbaz
Djoundi (جندي)
Djoundi (جندي)
Messages : 21
Inscription : 18 janvier 2016, 20:14

Re: Frontières Algériennes: Tunisie, RASD, Maroc, Libye, Mal

Message par Elbaz » 01 février 2017, 12:02

Tous les principes ont des limites, l'intangibilité autant que la plasticité des "formations sociales"... Ce prisme de la "construction nationale inachevée" est donc une des pires impasses philosophiques et politiques qui nous font face... Toutes les nations et les sociétés mutent autour d'un noyau central stable... Car pour un sujet individuel ou collectif, vivre c'est changer en maintenant l'essentiel... A défaut, il meurt...

L'Algérie n'a pas toujours existé et n'existera pas pour l'éternité... Mais l'âme de notre culture, elle, vit depuis des millénaires...

Et un jour, toute cette pensée rabougrie qui pense la société dont elle provient comme forme déviante ou maladive en opposition a un parangon presque idéal, va elle aussi disparaître...
Quand nous serons assez éloignés de cette époque où notre "peuple" a été réduit, par l'Occident et sa technique en premier lieu, puis par l'indigence de sa propre élite intellectuelle , au statut de survivance archaïque à dissoudre au nom de la "modernité" ou encore de l'"adaptation" à la norme du moment...

Tragique de constater que la psychologie du colonisé est présente dans la volonté même qui veut l'affranchir (Fanon, tiens)... Cette idée qu'un sujet réel n'est pas entier et plein malgré ses limites, est un crime contre la vie... Il est impossible de stigmatiser l'inachèvement d'une culture au nom d'un accomplissement à venir : celui-ci ne peut se présenter à la conscience qu'au prix de l'imbécillité heureuse qui annihile la réalité de la subjectivité...
Notre culture est par principe "universelle" (c'est à dire libre) et elle n'a pas de "frontières"... C'est dit... L'Etat n'est pas l'alpha et l'oméga de l'expérience humaine...
Que nous ne le sachions pas, voilà le drame historique et la naïveté philosophique dont il faut s'éloigner... Le colonialisme a beau avoir tracé les limites de notre territoire, il n'a pas annexé nos âmes...

Avatar de l’utilisateur

tahiadidou
Raïd (رائد)
Raïd (رائد)
Algeria
Messages : 2010
Inscription : 17 septembre 2012, 23:17
Localisation : Not in Algiers

Re: Frontières Algériennes: Tunisie, RASD, Maroc, Libye, Mal

Message par tahiadidou » 01 février 2017, 19:17

Le principe d'intangibilité des frontières determine la souveraineté du pays, et non pas ses positions anti-colionaliste, impérialistes etc. Donc son independence.
Quoi d'autre que Uti Possedetis pour affirmer cette souveraineté?
Est-ce qu'une politique d'open border changerait quoique soit? On le voit aujourd'hui avec Schengen et ou ca mène concrètement.
Peut être suis je a cote de la plaque mais bon, ce n'est pas le bon topic ;)

Avatar de l’utilisateur

Bou-Mediene
Djoundi (جندي)
Djoundi (جندي)
Messages : 24
Inscription : 30 septembre 2014, 19:57

Re: Frontières Algériennes: Tunisie, RASD, Maroc, Libye, Mal

Message par Bou-Mediene » 04 février 2017, 15:41

J'accorde énormément de richesse et de profondeur aux deux précédentes contributions, mais si je peux me permettre de redéfinir un cadre plus restrictif à mon intervention, annihilant par ce faire, de vaines et futiles méprises potentielles à venir, il s'agissait simplement pour moi de faire le parallèle entre :

- liberté et indépendance globale d'un peuple ayant ses propres aspirations, qui peuvent être tout et leur contraires,
- mais qui ne peuvent s'incarner que dans des frontières qui finalement, ne sont pas le produit de la volonté populaire.

Plus prosaïquement, comment être libre et "réal"- iser cette liberté, comment poursuivre ce "Projet" dans un environnement matériel qui lui est inhospitalier, hérité d'un concept colonial matriciellement contraire à la liberté.
La liberté a - t elle un sens sans choix ?

Mon désir n'est pas d'accoucher d'une rhétorique conceptuelle abstraite, encore moins de l'alimenter, je demeure tout à fait conscient que les problèmes et les maux qui tourmentent l'Algérie ne se trouvent pas dans... l'absence de liberté ou le manque de choix. Toutes les solutions sont déjà là, c'est le peuple, par ses élites, qui s'en détourne...ou l'inverse. Mais la réalité que je dénonce demeure, à mon sens, pas moins vraie et pleine de substance.

Dans cette perspective, j'ai tenté une analogie justement avec les pays d'Afrique Noire, perdus à tout jamais dans le découpage ethnique et donc la source intarissable de conflit que constituent les frontières coloniales. Certes mon analogie est impertinente ou incomplète car impossible à calquer rigoureusement à l'Afrique du Nord, ethniquement homogène, mais l'idée demeure.

Pour demeurer concis et prouver la transparence et la pureté de mes intentions :

- Qu'est-ce que Algérie ? D’où vient ce mot ? D'Alger ? Qu'est ce qu'Alger ? Aujourd'hui ? Hier ? Qu'implique - t - il ? Une organisation sociale ? Économique ? Qui a été le fait de qui ?
- La majorité des Algériens sont génétiquement Nords-Africains certes, mais en sont-ils au moins conscient ? En ont-ils le droit d'ailleurs ? Quels idiomes pratiquent-ils ? Quelle est leur structure sociale/mentale dominante ? Tribale ? Non ? Depuis quand ce n'est plus le cas ? Pourquoi ce n'est plus le cas ? Qui a provoqué ce changement et pourquoi ?

- Qu'est ce que "1962" ? Que s'est-il passé avant ? Après ? Est-ce différent ? En quoi ? Qu'est-ce que "1830" ? Que s'est-il passé après ? Qui avait-il avant ?

Bref, toutes ces questions, dont on s'empressera de me reprocher la naïveté apparente, ou d'être les témoins d'une volonté de provocation, et bien toutes ces questions ne trouvent pour autant jamais réponse. Parce qu'on ignore les réponses à ces questions dénoncées comme naïves ? C'est paradoxal. Ou plutôt parce qu'on se refuse à y répondre, comprenant alors l'enjeu que ces questions représentent...


zeitrecht
Musaïd Awal (مساعد أول)
Musaïd Awal (مساعد أول)
Algeria
Messages : 975
Inscription : 27 octobre 2012, 23:59

Re: Frontières Algériennes: Tunisie, RASD, Maroc, Libye, Mal

Message par zeitrecht » 04 février 2017, 16:40

La provocation est ta volonté présomptueuse de vouloir faire la psychanalyse de tout un peuple sur un topic qui traite des frontières.

Avatar de l’utilisateur

tahiadidou
Raïd (رائد)
Raïd (رائد)
Algeria
Messages : 2010
Inscription : 17 septembre 2012, 23:17
Localisation : Not in Algiers

Re: Frontières Algériennes: Tunisie, RASD, Maroc, Libye, Mal

Message par tahiadidou » 04 février 2017, 17:31

En fait, meme si je fais abstraction des dernieres questions (percues comme provocantes car lancées mele-pele), je pense que Bou-Mediene se pose la question suivante:
"Peut-on etre libre et souverain a la fois?"
Il y a un lien avec les frontieres mais, a priori, ce topic n'a pas été crée pour discuter de sociologie. Et évidemment de politique car les libertés sont bounded (trouve pas le mot francais) par la politique du moment.
Fair question qui se poserait a toutes les nations du monde.
N'étant pas sociologue, je passe ;)

Avatar de l’utilisateur

Bou-Mediene
Djoundi (جندي)
Djoundi (جندي)
Messages : 24
Inscription : 30 septembre 2014, 19:57

Re: Frontières Algériennes: Tunisie, RASD, Maroc, Libye, Mal

Message par Bou-Mediene » 04 février 2017, 17:39

@ zeitrecht

Une phrase laconique sous forme d’anathème pour seule réponse à ma contribution de 5 paragraphes ...

Mais comme je l'avais prophétisé, envers et contre tous, quoiqu'il advienne, la paternité de la provocation m'est imposée. Et dans cette comédie... ô combien dramatique, c'est à Zeitrecht uniquement que le noble rôle du contributeur profond et éclairé doit, absolument et sans aucun recours possible, échoir... de droit divin j'imagine.
Dernière modification par Bou-Mediene le 04 février 2017, 18:05, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur

Bou-Mediene
Djoundi (جندي)
Djoundi (جندي)
Messages : 24
Inscription : 30 septembre 2014, 19:57

Re: Frontières Algériennes: Tunisie, RASD, Maroc, Libye, Mal

Message par Bou-Mediene » 04 février 2017, 18:02

@ tahiadidou

C'est très justement cette articulation que j'évoque comme question fondamentale oui. ;)

Et je me permettrai de l'approfondir : Peut-on exister autrement que souverainement ? Encore faut-il définir l'existence ? Et là encore c'est une question centrale en Algérie...liée à la valeur de la vie. La valeur et la dignité que s'octroie chaque algérien est un indicateur efficace.

L'inertie et l'indifférence dans laquelle se trouve un peuple, en situation de chaos sociétal (langue, histoire, culture, agriculture, archéologie, développement économique) est le témoin le plus éclatant de la faible valeur qu'il se donne.

En Algérie, on peut donc exister sans AUCUNE souveraineté... (aucune autre en effet que celle que l'Algérie assoit strictement dans un territoire qui lui est imposé), à la condition de n'avoir aucune autre aspiration que de satisfaire les besoins les plus essentiels, ceux de tout animal en somme.

Je terminerai en approuvant également l'autre idée de tahiadidou : le caractère assez universel de ce questionnement à l’échelle de l'humanité, en précisant que l'Algérie n'est certainement pas le seule nation au monde a être intéressée par l'idée d'Existence et du sens que l'on y déverse.

Existence / Souveraineté ? Un travail désignant le peuple Français comme sujet d'étude serait très instructif et révélateur je pense également.

Répondre

Revenir à « Actualités en Algérie »