La recherche scientifique en Algérie

Toutes les discussions a propos de la politique, de l'économie et de la société Algérienne (uniquement)
Répondre

JustOneMessage
Avertissement
Avertissement
Messages : 101
Inscription : 22 septembre 2014, 21:58

Re: La recherche scientifique en Algérie

Message par JustOneMessage » 13 septembre 2015, 22:59

tahiadidou a écrit :
JustOneMessage a écrit :Bonne nouvelle pour HB Technologies qui va atteindre un taux d’intégration de 100% comme ça. :super:
JustOneMessage, ce serait bien si tu pouvais élaborer car je ne comprends pas la relation entre la recherche au niveau du CDTA, la manufacture de produits commerciaux (qui normalement n'est pas du ressort de l'enseignement supérieur) et HB Technologies (qui c'est ça?)
Je verrais plutôt l'Industrie, comme dans le temps la SONELEC de Bel-Abbes qui fabriquait des puces. La seule différence est qu'aujourd'hui cela se ferait a l'échelle nano.

Tahiadidou
C'est mentionné dans l'article que la centrale n'est pas seulement pour la recherche, mais est dédiée au marché national (HB Tech) et a l'export.


HB Technologies est une entreprise privée Algérienne
http://maghrebemergent.info/high-tech/e ... gerie.html
https://www.youtube.com/watch?v=0HNtuGK7c5k
https://www.youtube.com/watch?v=WSJ-OxyrLdA

Ils sont dans l'industrie des cartes bancaires, cartes SIM etc,. pour le marché local (ooredoo, la badr...) et a l'export. Ils ont la maîtrise de la partie logiciel qu'ils developpent en local, mais importent (jusqu’à l’arrivée de cette centrale) le hardware de l’étranger.

D'ailleurs, c’était eux qui devaient obtenir les contrats des cartes Chiffa, passeport/ID biométrique etc,. si nos bureaucrates estimaient un minimum notre souveraineté et les informations confidentielles des citoyens.

Je pense que cette centrale constitue le réveil (tardif) du gouvernement suite a l’épisode Gamelto. Tant mieux. :avo:

Avatar de l’utilisateur

tahiadidou
Raïd (رائد)
Raïd (رائد)
Algeria
Messages : 2010
Inscription : 17 septembre 2012, 23:17
Localisation : Not in Algiers

Re: La recherche scientifique en Algérie

Message par tahiadidou » 14 septembre 2015, 05:23

Tu veux dire Gemalto. Je n'étais pas au courant d'une histoire avec le gouvernement (histoire de sécurité des données?).
Au fait, quand je parlais des puces de Bel-Abbes je faisais evidemment allusion aux circuits intégrés et non aux SIMs :)
Merci du complément d'information.

Tahiadidou


Sifax
Raïd (رائد)
Raïd (رائد)
Algeria
Messages : 2573
Inscription : 31 mars 2012, 12:44

Re: La recherche scientifique en Algérie

Message par Sifax » 27 septembre 2015, 19:04

Nanomatériaux: Bientôt un centre de recherche algéro-sud-africain (27 Sept 2015)

La réalisation d’un centre de recherche algéro-sud-africain sur les nanomatériaux (structures à l’échelle de l’atome) pour différentes applications aura lieu après le choix du lieu de son implantation, a annoncé le Pr Aourag Hafid, directeur général de la recherche scientifique et du développement technologique, en marge du Workshop dédié aux nanotechnologies.

Une autre réunion est prévue le mois d’octobre prochain, entre le ministre algérien de l’enseignement supérieur et son homologue Sud-africain pour finaliser ce projet, sélectionner son programme et décider sur son lieu de réalisation. Cette occasion va permettre aussi aux deux ministres d’inaugurer la première centrale technologique, déjà opérationnelle en Algérie et qui est spécialisée dans la fabrication des semi-conducteurs et spécialisée en nanotechnologie.

Notre interlocuteur a fait savoir que le nouveau centre vise le renforcement de la coopération entre les deux pays qui a atteint un stade très avancé, surtout avec l’existence d’un nombre important de projets en cours de réalisation, comme les laboratoires de recherche. L’objectif de cette coopération est de promouvoir la recherche appliquée et le développement technologique dans le domaine des nanotechnologies. « Plus de 25 projets ont été cofinancés par les deux pays, jusqu’à ce jour, ayant donné des résultats concrets comme la publication de 35 travaux dans des revues et la réalisation de produits innovants issus des nanotechnologies », a-t-il fait rappeler. « Il s’agit essentiellement de produits issus des nanomatériaux sont spécifiques aux domaines de l’agriculture et du traitement de l’eau », a-t-il ajouté.
http://www.leconews.com/fr/actualites/n ... 06_296.php


Sifax
Raïd (رائد)
Raïd (رائد)
Algeria
Messages : 2573
Inscription : 31 mars 2012, 12:44

Re: La recherche scientifique en Algérie

Message par Sifax » 07 octobre 2015, 12:04

Vous voulez que je vous raconte une blague?
L’Algérie consacre 6% du PIB pour la recherche soit celui de trois universités US (Par Mourad Arbani | 07/10/2015)

Hafid Aourag RADIOLe directeur général de la recherche scientifique au ministère de l’enseignement supérieur, Hafid Aourag a indiqué, mercredi, que l’Algérie consacre à peine 6% du PIB pour la à la recherche scientifique équivalent à celui de trois universités américaines.

S’exprimant sur les ondes de la radio nationale, Hafid Aourag se plaint du fait que les chercheurs et universitaires Algériens ne soient ni sollicités, ni intégrés dans la dynamique de développement du pays allant jusqu’à affirmer qu’ils sont « marginalisés » voire ignorés par les leaders de l’économie nationale qui préfèrent en appeler à l’expertise étrangère.

Néanmoins le même responsable a soutenu que cette tendance commence, quelque peu, à s’inverser en faisant état de la signature de plusieurs conventions de coopération entre le secteur de la recherche et plusieurs ministères, à l’exemple de ceux de l’industrie et de l’agriculture en particulier

Aourag n’a pas manqué, à l’occasion, de rappeler que le secteur de la recherche en Algérie dispose de compétences avérées, lesquelles quand elles ont été sollicitées, ont démontré les qualités de leur savoir-faire.

Il en veut pour preuve les quelque 3.000 sites d’exploitation d’énergie renouvelable implantés avec leur concours en diverses régions du territoire.

Le directeur général de la recherche scientifique au ministère de l’enseignement supérieur a rappelé, dans le même sillage, cette découverte d’un d’un vaste gisement à valeur « très élevée » de silicium par des chercheurs algériens à l’Ouest du pays. Il a, à ce propos, révélé que le Japon a, d’ores et déjà, exprimé son vif intérêt à contribuer à son exploitation commerciale.
http://www.algerie1.com/actualite/lalge ... rsites-us/

Je veux la même chose que le journaliste a fumé.

Avatar de l’utilisateur

tahiadidou
Raïd (رائد)
Raïd (رائد)
Algeria
Messages : 2010
Inscription : 17 septembre 2012, 23:17
Localisation : Not in Algiers

Re: La recherche scientifique en Algérie

Message par tahiadidou » 07 octobre 2015, 22:24

6% du PIB (GDP) est un gros pourcentage relativement parlant. En general, on voit au max 4 a 5% (South-Korea, Israel notamment) incluant toute la R&D, non pas uniquement au niveau de l'enseignement supérieur.

Faisons les calculs avec les qqes chiffres que je possède:
Donc, un PIB d'environ $220B donnerait avec 6% l'equivalent d'un budget de $13B pour la recherche scientifique seulement soit plus que 4 fois le budget alloué à... l'enseignement supérieur et la recherche scientifique. Soyons sérieux :| En termes absolus, $13B, ce serait très très bien pour la R&D tout secteur confondu mais je doute. Quel est le veritable chiffre? who knows...

A titre de comparaison uniquement, les chiffres de 2013 aux USA donnent $456B total R&D donc tout secteur confondu (soit 2.7% du PIB), dont $65B dans les universités et colleges (soit 0.38% du PIB). Les universités et colleges contribuent leur propres fonds a raison de ~22% de $65B soit $15B (voir http://www.nsf.gov/statistics/2015/nsf15330/.

Donc peut être qu'il a raison en comparant le budget de la recherche scientifique (celle régie par le Ministère) a celle de 3 universités américaines qu'il ne nomme pas bien qu'ici http://www.bestcolleges.com/features/co ... enditures/ on voit que Johns Hopkins a elle seule dépense près de $2B :shock:

L'un des deux a probablement fumé :)


samir_reghaia
Mulazim (ملازم)
Mulazim (ملازم)
Messages : 1062
Inscription : 05 juin 2013, 13:47

Re: La recherche scientifique en Algérie

Message par samir_reghaia » 07 octobre 2015, 22:52

Oui, l'un des deux a fumé. Le budget de recherche ne dépasse pas 1%.
Un article de 2013...
Débat à l'APN
0,63% du PIB consacré à la recherche scientifique



La commission de l’éducation, de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et des affaires religieuses de l'APN a organisé ce matin un séminaire portant sur l’université et son rapport à l’environnement de l’entreprise.



Tous les intervenants étaient unanimes en disant que l’université doit former de la ressource humaine selon les besoins de l’entreprise. Devant cette situation, l’entreprise doit dévoiler ses besoins pour que l’université forme des techniciens et ingénieurs. En sommes, le segment de la formation de la ressource humaine doit être planifié.

Sur un autre plan, Hanya Kherchi Medjden, professeur universitaire, a mis en exergue le peu d’importance donné au secteur de la recherche. Pour elle la recherche est le maillon faible de l’économie algérienne car dira-t-il, le budget qui lui est consacré et infime. A ce propos, elle dira que l’Algérie consacre à la recherche moins de 0,63% du PIB.

Un budget insuffisant lorsqu’on s’aperçoit que la Corée du Sud investit dans la recherche environ 3,5% de son PIB. Pour soutenir ses propos sur le nécessité d’augmenter le budget de la recherche pour l’atteindre le 1%, Hanya Kherchi Medjden dira que Microsoft dégage chaque année une enveloppe de 7% de son chiffre d’affaires pour la recherche scientifique. « 7% du chiffre d’affaires de Microsoft est l’équivalent du budget de 5 pays africains », a-t-elle déclaré.
http://www.leconews.com/fr/actualites/n ... 90_358.php
Les grands changements ne viennent que d'en bas.

Avatar de l’utilisateur

tahiadidou
Raïd (رائد)
Raïd (رائد)
Algeria
Messages : 2010
Inscription : 17 septembre 2012, 23:17
Localisation : Not in Algiers

Re: La recherche scientifique en Algérie

Message par tahiadidou » 08 octobre 2015, 00:40

:super: pour confirmer.
Donc finalement il manquait juste une décimale. Le journaliste a du foiré.


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11856
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: La recherche scientifique en Algérie

Message par AAF 2020 » 26 octobre 2015, 06:12

Une centaine de chercheurs attendus à la conférence des sciences aéronautiques à Oran

Image
ORAN - Une centaine de chercheurs, soit près du double du nombre initialement fixé, prendront part à la 2ème conférence internationale des sciences aéronautiques prévue les 3 et 4 novembre prochain à Oran, ont indiqué dimanche les organisateurs.

"Plus de 40 jeunes chercheurs algériens, de différentes universités du pays, ont exprimé le voeu de prendre part à cette rencontre et leur demande a été acceptée", a précisé à l'APS le président du comité d'organisation, Pr. Bachir Imine.

"Malgré le dépassement des délais préalablement communiqués, les dispositions nécessaires ont été prises pour permettre à ces jeunes doctorants de valoriser leurs travaux de recherche lors de la Conférence qui se tiendra à l'auditorium de l'Université des sciences et de la technologie d'Oran Mohamed Boudiaf (USTO-MB)", a-t-il expliqué.

Plusieurs compétences nationales spécialisées dans les sciences aéronautiques, évoluant en Algérie ou à l'étranger, sont également attendues aux côtés de représentants d'établissements homologues, à l'instar de l'Université nationale technique de l'Ukraine.

Les communications et échanges programmés dans ce cadre visent à "promouvoir la filière aéronautique en Algérie, et ce, en adéquation avec les besoins des secteurs utilisateurs", a souligné Pr. Imine, également directeur du Laboratoire d'aéronautique et systèmes propulsifs (LASP) de l'USTO-MB.

Les thèmes retenus portent sur l'aérodynamique computationnelle (modélisation informatique), la recherche expérimentale, les matériaux et structures, la mécanique, la propulsion, la combustion, la conception et le contrôle de drones.

Le laboratoire LASP de l'USTO-MB a, à son actif, la conception de plusieurs drones "made in Algeria", dont les prototypes avaient été dévoilés lors du Salon international dédié aux véhicules aériens autonomes (UAV), tenu à Oran en novembre 2014 à l'occasion de la célébration du 60ème anniversaire du déclenchement de la glorieuse Révolution du 1er novembre 1954.

Grâce aux images transmises par la caméra embarquée sous le drone, ce type d'appareil constitue un précieux outil pour les secteurs utilisateurs comme les organismes chargés du contrôle de la pêche, de la surveillance des forêts, des prévisions météorologiques et de la régulation du trafic routier.
http://www.aps.dz/sante-sciences-tech/3 ... C3%A0-oran


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11856
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: La recherche scientifique en Algérie

Message par AAF 2020 » 03 novembre 2015, 19:38

Deux drones modélisés à Oran par des étudiants des trois paliers du "LMD"

Image
ORAN - Deux drones ont été modélisés à l'Université des sciences et de la technologie d'Oran Mohamed-Boudiaf (USTO) dans le cadre d'une initiative mettant en partenariat des étudiants des trois paliers du système d'enseignement "LMD" (Licence-Master-Doctorat).

Les deux maquettes matérialisant ce partenariat ont été dévoilées à l'occasion de la 2ème Conférence internationale sur les sciences aéronautiques réunissant, deux jours durant, une centaine de chercheurs au sein de l'auditorium de l'USTO-MB.

"L'objectif de cette opération est à caractère pédagogique et scientifique", a indiqué à l'APS le Pr Bachir Imine, directeur du Laboratoire d'aéronautique et systèmes propulsifs (LASP) de l'USTO-MB, également président de la rencontre.

"La jonction entre les trois groupes d'étudiants (Licence, Master et Doctorat) a notamment permis de mesurer l'importance de la conjugaison des efforts dans le cadre d'un projet commun", a fait valoir Pr Imine.

Il a expliqué dans ce contexte que la réalisation s'est déroulée sur trois étapes, à commencer par "la pensée de la forme, le dessin, la numérisation et la schématisation en trois dimensions (3D, sur ordinateur)". Cette première phase a été concrétisée par le groupe L (Licence).

La deuxième et troisième étapes ont été, quant à elles, accomplies par les groupes M (Master) et D (Doctorat), portant respectivement sur "la conception et calculs des structures" et "la simulation numérique et essais en soufflerie" (équipement évaluant les paramètres aérodynamiques du drone).

"Nécessitant encore quelques retouches au plan esthétique, le produit final traduit néanmoins l'intérêt de ces jeunes pour la recherche, ainsi que leur capacité à reproduire un schéma en prototype tridimensionnel", a souligné Pr Imine.

Une majorité de compétences algériennes participent à la rencontre qu'accueille l'USTO-MB, issues de différents établissements universitaires comptant des équipes de recherche dans le domaine aéronautique, telles celles de Blida, Sidi Bel-Abbès et Constantine.

La consolidation de la formation des étudiants figure parmi les objectifs majeurs ciblés par les organisateurs de l'événement qui voit à ce titre la présence, parmi l'assistance, d'une trentaine d'élèves de l'Ecole supérieure de l'Air chahid Djebbar Tayeb (ESA) de Tafraoui (Oran).

Les avancées technologiques enregistrées dans le segment aéronautique étaient au centre des communications données par les spécialistes, à l'instar du Pr Zoheir Aboura qui a animé la conférence plénière, consacrée aux matériaux composites fluides (résines) et aux procédés expérimentaux permettant la compréhension des mécanismes d'endommagement.
http://www.aps.dz/regions/30918-deux-dr ... ers-du-lmd


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11856
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: La recherche scientifique en Algérie

Message par AAF 2020 » 04 novembre 2015, 19:54

Plaidoyer pour la création d'un réseau national de compétences dédié à la réalisation de drones

Image
ORAN- La création d'un réseau national de compétences dédié à la réalisation de drones "made in Algeria" a été vivement recommandée, mercredi à Oran, par les participants à la 2ème Conférence internationale sur les Sciences aéronautiques.

Cette proposition a pour but de "réunir l'ensemble des acteurs du secteur, académiques et économiques, à l'effet de mettre en place une industrie 100 % algérienne dans le segment aéronautique", a précisé à l'APS Pr. Bachir Imine, président de la rencontre, tenue deux jours durant à l'Université des Sciences et de la technologie Mohamed-Boudiaf (USTO-MB).

"La réflexion émise dans ce sens s'étend aussi aux compétences nationales établies à l'étranger, à l'instar des chercheurs ayant participé à la manifestation scientifique qui se sont tous montrés enthousiasmés par la perspective de contribuer au montage d'un projet en Algérie", a-t-il souligné.

La mise en réseau des compétences universitaires et des opérateurs économiques permettra de "réaliser des drones à même de répondre avec efficience aux attentes des secteurs utilisateurs", a fait valoir Pr. Imine, également directeur du Laboratoire d'aéronautique et systèmes propulsifs (LASP) de l'USTO-MB.

La Conférence a en outre constitué une opportunité pour suggérer la création, au sein de l'USTO-MB, d'un Département dédié à la Mécanique de l'aviation légère, et ce, pour favoriser l'émergence de nouveaux parcours de formation au profit des étudiants.

Les activités de recherche dans ce domaine sont actuellement prises en charge par le LASP qui a vu ses équipes produire plusieurs prototypes de drone de basse altitude et des maquettes d'autres appareils de moyenne altitude.

Une centaine de chercheurs, dont une majorité de compétences algériennes, ont pris part à cette rencontre marquée par la mise en relief des avancées technologiques au travers de conférences et ateliers axés notamment sur l'aérodynamique, la combustion, les structures et les matériaux.

Les drones qui sont également appelés "véhicules aériens autonomes (UAV)" constituent, grâce aux images transmises par la caméra embarquée, de précieux outils pour les secteurs utilisateurs comme les institutions chargées de la surveillance des frontières, du contrôle de la pêche, de la surveillance des forêts, des prévisions météorologiques et de la régulation du trafic routier.
http://www.aps.dz/sante-sciences-tech/3 ... -de-drones


Sifax
Raïd (رائد)
Raïd (رائد)
Algeria
Messages : 2573
Inscription : 31 mars 2012, 12:44

Re: La recherche scientifique en Algérie

Message par Sifax » 06 novembre 2015, 22:22

Algérie:Le nombre de chercheurs activant dans les secteurs socio-économiques est "très réduit" (responsable) (APS, 6 novembre 2015)

Le nombre de chercheurs algériens activant dans les différents secteurs socio-économiques est "très réduit", a déploré jeudi à Alger le directeur général de la Recherche scientifique et du Développement technologique au ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Hafid Aourag.
"Le nombre de chercheurs en Algérie ne dépasse pas les 30.000 pour 40 millions d’habitants, soit 27.000 enseignants-chercheurs et 3.000 chercheurs permanents, ce qui est très peu", a indiqué M. Aourag, qui s'exprimait en marge d'une journée d'information sur le thème "La Recherche scientifique au service de la modernité et du développement local".
"L'Algérie n'a pas encore atteint les ressources optimales sur le plan de la recherche pour prendre en charge et résoudre l'ensemble des problèmes dont souffre le pays", a-t-il relevé.
En ce sens, M. Aourag a fait observer que dans les pays développés, un tiers des chercheurs sont dans les universités, alors que les deux-tiers activent dans le secteur socioéconomique.
Cependant, l'Algérie a développé la recherche universitaire et a délaissé la recherche scientifique dans les secteurs socioéconomiques, a-t-il regretté.
A titre d'illustration, M. Aourag a relevé que les statistiques font ressortir que les Etats-Unis d'Amérique disposent de 4.800 chercheurs pour un million d'habitants, contre 4.200 chercheurs par million d’habitants en France, alors que l'Algérie ne compte que 800 chercheurs pour un million d'habitants.
Pour le même responsable, la nouvelle loi d'orientation sur la recherche scientifique et le développement technologique, qui sera soumise prochainement au Conseil de la nation et appliquée à partir de janvier 2016, devrait "recadrer" la recherche scientifique en Algérie.
"L'apport de cette loi consiste à développer la recherche scientifique dans le secteur socioéconomique", a-t-il affirmé, ajoutant qu'elle devrait booster la recherche dans les autres secteurs.
Elle permettra aussi de donner un statut au chercheur en Algérie, lequel pourrait ainsi exercer dans une entreprise ou société nationales en tant que chercheur et pas en tant que simple employé, a-t-il encore expliqué.
La nouvelle loi d'orientation sur la recherche scientifique et le développement technologique a été adoptée par l'Assemblée populaire nationale le mois de septembre dernier. Le texte est actuellement au niveau du Conseil de la nation.
La future loi consacre les activités de la recherche scientifique et du développement technologique "priorités nationales" et oblige les opérateurs économiques à investir dans l'effort national de promotion de ces activités.
http://www.aps.dz/algerie/31062-le-nomb ... %C3%A9duit

La R&D ne doit être financé par l'Etat QUE pour le secteur socio-économique ou administratif. Les R&D qui finissent sous la poussière dans les étagères des bibliothèques sont une insulte au savoir.

(Et le savoir s'arrange à humilier les peuples qui l'insulte)


Topic author
numidia
Raïd (رائد)
Raïd (رائد)
Algeria
Messages : 2712
Inscription : 21 mars 2012, 20:17

Re: La recherche scientifique en Algérie

Message par numidia » 07 novembre 2015, 18:57

t'as absolument raison,
le secteur R&D est un atout considérable, à ne pas négliger et un moyen formidable de développement, d'avancée etc...

cependant ce secteur marche bien quand les autre secteurs lui impulsent une dynamique ou lui permettent d'écouler les idées, projets, ...
et surtout quand le facteur humain est pris "positivement" , pas ostracisé
tout seul, ce secteur ne peut ni décoller ni faire avancer l'économie
comme toujours il s'agit de choix stratégique, de confiance, de compétence, de décisions quand il faut là ou il faut
même dans le secteur universitaire dont on parle ici, un manque de communication, de relais, d'abnégation (rare dans ce milieu) permettrait la réalisation de projets existants

les idées, l'innovation, la recherche ce sont d'abord des hommes et puis des moyens et des compétences
miser sur le volet technique ou matériel ça ne suffira jamais !
notre grande force réside dans le potentiel humain (qui fait des prouesses à l'étranger), le potentiel est là
la gestion des relations humaines, la communication, le sens de l'intérêt commun et des avantages/risques
Image


zeitrecht
Musaïd Awal (مساعد أول)
Musaïd Awal (مساعد أول)
Algeria
Messages : 975
Inscription : 27 octobre 2012, 23:59

Re: La recherche scientifique en Algérie

Message par zeitrecht » 08 novembre 2015, 00:03

Il est clair qu'il faut se donner les moyens financiers et structurels.La formule payante est de mettre en relation Universités,Centres de recherches et Entreprises
car le but est d'amener sur le marché de nouvelles inovations,brevets et technologies source de richèsses.


Sifax
Raïd (رائد)
Raïd (رائد)
Algeria
Messages : 2573
Inscription : 31 mars 2012, 12:44

Re: La recherche scientifique en Algérie

Message par Sifax » 08 novembre 2015, 12:12

Et avant tout de libéraliser l'économie. De construire une économie sur la base du marché et non rentière ou politico/administrative. La R&D dans une économie qui n'est pas libre n'est que du folklore.


Pour l'importance de la R&D (en terme budgétaire), son rapport au PIB constitue tout simplement le plus important indice qui permet de situer le développement d'une nation.

Ce rapport de la R&D au PIB est de 4% en Corée-du-Sud, supérieur à 3% pour la Suède, le Japon, la Finlande, presque 3% pour les USA et l'Allemagne..

Elle n'est que 0,6% en Algérie, qui consacre à l'armement plus de 5% du PIB, à l'intérieur presque autant (5%) et plus de 30% de PIB aux différents transfères sociaux. Ces chiffres semble dire que la R&D n'a pas d'importance pour nous.


Topic author
numidia
Raïd (رائد)
Raïd (رائد)
Algeria
Messages : 2712
Inscription : 21 mars 2012, 20:17

Re: La recherche scientifique en Algérie

Message par numidia » 08 novembre 2015, 12:56

il me semble que c'est aller vite en besogne, je ne sais pas trop mais franchement je crois qu'il faut utiliser des critères de comparaison plus adaptés
prendre des pays de la sphère développé et anciens pays qui ont connu plusieurs siècles d'existence quasiment dans leur mouture actuelle ne me semble pas adéquat

là où ça devient intéressant c'est la comparaison faite avec des chiffres des autres secteurs, oui en effet
et ce qui serait encore plus intéressant c'est de voir sur la durée et le temps quelle part chaque secteur a
quel est l'évolution de chaque secteur selon la situation de chaque période et le contexte de chaque période, là on pourrait comparer de façon plus intéressante, bon c'est juste de la technique méthodologique basique que je propose, rien de faramineux

ensuite comparer le budget R&D avec celui de l'armement ou à l'intérieur est un choix insuffisant
1) il faudrait le comparer au même secteur d'activité, enseignement supérieur, recherche, ...
2) il faudrait comparer le budget sur la durée, quel était-il en 1966 ou en 1975 ou en 1982 ou en 1998 ou en 2010 (au hasard) ?
ou mieux encore existe-t-il une étude de 1962 à 2015 sur ce budget précis, a-t-il évolué, baissé, ...? quels ont été les "moments phares" de la R&D chez nous ?
3) il faudrait comprendre aussi que tous les grands pays développés ont connu une avancée fantastique par le biais de la R&D au sein de l'armée (aviation, véhicule, miniaturisation, équipement, résistance des éléments, etc...)
actuellement la nanotechnologie est un secteur de recherche en plein boom et qui mobilise l'attention et les financements de l'armée (si je prends par exemple les USA)
4) il ne faut pas oublier le budget consacré au secteur de l'énergie - hydrocarbures
et ne pas omettre que la Sonatrach consacre un part de son budget à la R&D

petit clin d'oeil historique:
de nombreuses guerres et batailles ont été des sources d'inventions il faut bien le reconnaître
rappelez-vous les batailles de la Grèce antique, il y plus de 2500 ans qui a mis au point de nombreuses inventions

Bref, tout cela pour dire que cette analyse sur le budget accordé au secteur R&D ne permettent pas d'avoir des conclusions tranchées
Image

Répondre

Revenir à « Actualités en Algérie »