Les Energies Renouvelables [le solaire, l'éolien, etc...]

Toutes les discussions a propos de la politique, de l'économie et de la société Algérienne (uniquement)
Répondre

Topic author
numidia
Raïd (رائد)
Raïd (رائد)
Algeria
Messages : 2712
Inscription : 21 mars 2012, 20:17

Les Energies Renouvelables [le solaire, l'éolien, etc...]

Message par numidia » 30 mars 2012, 23:03

AAF 2020 a écrit : Nécessaire émergence de PME spécialisées dans l’économie verte en Algérie

Image
ALGER - Les travaux de la conférence sur l’économie verte en Algérie se poursuivent, mercredi à Alger, avec des débats sur la nécessaire création dans les toutes prochaines années de PME spécialisées dans le développement durable.

La conférence, organisée conjointement par le ministère de l’industrie, de la PME et de la promotion de l’investissement, et l’agence allemande de coopération internationale ’’GIZ’’, a traité notamment des thèmes de ’’développement et promotion de l’économie verte’’, et ’’le potentiel d’employabilité et d’entrepreneuriat pour les jeunes et les femmes’’.

Placée sous le thème ’’l’Employabilité et l’entrepreneuriat pour les jeunes et les femmes dans l’économie verte en Algérie", cette conférence est suivie par de nombreux experts et universitaires algériens et étrangers. Plus de 200 personnes représentant autant les institutions publiques que les entreprises privées, les universités et instituts spécialisés algériens, ainsi que des représentants d’associations et du patronat participent à cette conférence.

Des interventions d’experts ont mis en exergue, par ailleurs, l’urgence de l’émergence d’un tissu de PME basé sur l’exploitation des immenses gisements qu’offre l’économie verte en Algérie.

En outre, les participants à cette conférence ont débattu des perspectives du marché du travail de l’économie verte notamment pour les femmes. Un aperçu global a été réservé aux secteurs des énergies renouvelables, le traitement des déchets et le recyclage, le transport et la logistique ainsi que les services à développer pour l’économie verte. ’’Autant de créneaux pour les jeunes start-up algériennes désireuses de s’investir dans l’économie verte’’ en Algérie, estiment des participants.

Si les travaux de la première journée ont été centrés sur la présentation du contexte général du développement et de la promotion de l’économie verte en Algérie, la seconde journée a porté sur les opportunités pour les femmes et les jeunes dans l’économie verte.

En marge des travaux de cette conférence, le programme ’’DEVED’’ a été présenté. Ce programme vise la promotion de la compétitivité de la PME algérienne et de l’employabilité, notamment des jeunes.

Le programme DEVED est exécuté en partenariat avec le ministère de l’industrie et la coopération allemande au développement (GIZ), agissant au nom du ministère fédéral allemand de la coopération économique et du développement (BMZ) dans le cadre d’un accord de coopération bilatérale avec le Gouvernement algérien.
http://www.aps.dz/Necessaire-emergence-de-PME.html
Image


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11856
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Les Energies Renouvelables (le solaire, l'éolien, etc..)

Message par AAF 2020 » 13 avril 2012, 12:15

Énergies renouvelables : “L’accompagnement du programme sollicitera plus de 3.000 chercheurs”, selon le directeur du CDER

[img]http://www.elmoudjahid.com/temp/fr/actu ... 26516].jpg[/img]
La condition première de la mise en œuvre du programme national des énergies renouvelables est tributaire d’une combinaison des initiatives et des intelligences. Cette dynamique dictée par la nécessité de diversifier les sources d’énergies à même de faire face à la demande croissante en la matière s’inscrit également dans la vision du gouvernement portant sur la mise en place d’une stratégie durable de mise en valeur des ressources inépuisables, à l’instar du solaire, dont le potentiel national est immense. L’option devra permettre au pays d’apporter des solutions globales et durables aux défis environnementaux, dont la préservation des ressources énergétiques d’origine fossile. Le programme consiste à produire une puissance installée de près de 22.000 MW d’ici 2030, dont 12.000 MW seront dédiés à la consommation nationale, sachant qu’à cette échéance, environ 40% de la production d’électricité orientée à la consommation nationale sera d’origine renouvelable.
Selon le Dr Maïouf Belhamel, directeur du Centre de développement des énergies renouvelables (CDER), «la recherche est interpellée plus que jamais pour y apporter également sa contribution en matière de prévisions et de solutions technologiques appropriées». Aussi, «les solutions nouvelles, innovantes et surtout renouvelables doivent être progressivement intégrées et associées pour y apporter une bien meilleure viabilité et s’affranchir des aléas diverses sans préjudice pour l’environnement».
Cet ambitieux programme nécessitera, écrit-il, un potentiel humain qualifié de plus de 3.000 chercheurs appelés à intervenir, de manière graduelle, sur les échéanciers fixés. Pour le court terme (2012 – 2016), il s’agira de projets-pilotes de démonstration et de recherches-développement. La seconde étape (2017 – 2020) consistera en l’exploitation industrielle et RDI associée alors que la dernière phase (2020 – 2030) sera consacrée l’exportation et au partenariat industriel, précise ce responsable dans un éditorial dédié à la thématique. La mise en place imminente de l’Agence de développement de la recherche en énergies renouvelables, prévue par les textes, devra permettre aux nombreux PNR (programmes de recherche) retenus d’y associer les jeunes doctorants pour qu’il puissent «approfondir leurs connaissances et leurs maîtrise dans les domaines prioritaires de leur choix au sein des divisions de recherche et des structures à temps plein existantes en nombre, il est vrai, très insuffisant aujourd’hui».
Le lancement de l’infrastructure de recherche de Sidi-Abdallah avec les projets-pilotes de coopération technologiques est susceptible de contribuer à mobiliser plus de chercheurs avec la création des nouvelles unités de recherche programmées à Boughezoul, à El-Oued et à Saïda, en sus des laboratoires spécialisés au sein des universités en rapport avec les thématiques du Programme national en énergies renouvelables. Le directeur du CDER, qui insiste sur le rôle des chercheurs en tant qui vecteur de développement et de croissance, ne maquera pas de mettre en avant «la lourde responsabilité de la Commission nationale d’évaluation des chercheurs permanents qui aura à veiller à la progression des chercheurs performants intéressés de faire carrière dans le domaine tout autant pour la Commission universitaire nationale pour les enseignants».
Il sera question, souligne le Dr Maïouf Belhamel, «d’encourager à l’avenir les jeunes enseignants-chercheurs à postuler pour renforcer les structures de recherche et non l’inverse, comme on le constate malheureusement aujourd’hui encore, à sens unique de la recherche vers l’enseignement». Une participation marquée de chercheurs permanents pour un «accompagnement qualifié, dans la durée » est, ainsi indispensable pour la réussite du programme national en énergies renouvelable
http://www.elmoudjahid.com/fr/actualites/26516


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11856
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Les Energies Renouvelables (le solaire, l'éolien, etc..)

Message par AAF 2020 » 16 avril 2012, 18:50

L'Algérie a besoin d'un plan Marshall pour mettre en oeuvre son programme d'énergies renouvelables
L'Algérie a besoin d'un véritable plan Marshall pour mettre en oeuvre son ambitieux programme d'énergies renouvelables qui vise à produire à l'horizon 2030 près de 40% d'électricité à partir de ces énergies alternatives, a estimé lundi Pr Chems Eddine Chitour.
«Nous avons fait des calculs à l'Ecole nationale polytechnique qui nous ont conduit à dire qu'il fallait un véritable plan Marshall pour mettre en place ces 40% » de capacités de production, a déclaré M. Chitour en marge de la 16ème journée de l'énergie.
Sans mettre en doute la capacité de l'Algérie à mener ce programme, M. Chitour a relevé qu'il «risquait de ne pas être appliqué car il ne s'inscrit pas dans une dynamique d'ensemble qui fait que tout le monde soit engagé, notamment l'université à travers la formation des hommes ». M. Chitour estime à ce propos que l'Algérie n'est pas en mesure de mobiliser la ressource humaine nécessaire pour la conduite de ce projet.
« Il faut former des milliers d'ingénieurs et de techniciens, mais est-il facile de le faire alors qu'on est en train de supprimer la formation d'ingénieurs et de la remplacer par le LMD. L'Ecole polytechnique forme 200 ingénieurs par an, c'est très peu », a fait observer cet universitaire qui a appelé à la multiplication de ces instituts.
M. Chitour ajoute que ce programme a été conçu par le ministère de l'Energie et des Mines sans associer le reste des départements ministériels ni même la société civile.
« Ce n'est pas facile de mettre en place ces capacités, il faut avoir une problématique d'ensemble où on doit associer toute la société civile. Nous sommes tous concernés », note le directeur du laboratoire de valorisation des énergies à l'Ecole nationale polytechnique.
Pour autant, il considère que l'Algérie doit élever la barre en matière de renouvelable et ne pas se contenter des 40% retenus dans le programme gouvernemental annoncé en 2011.
Pour lui, l'Algérie est en mesure de produire 100% des ses besoins énergétiques à partir des énergies renouvelables pour peu qu'elle opte pour la bonne méthode.
«Rien n'interdit d'aller vers les énergies renouvelables et même dépasser les 40%, mais ce n'est pas la bonne méthode. La bonne méthode consiste à faire ce qu'on appelle les états généraux où chaque département ministériel sera concerné pas uniquement celui de l'Energie et des Mines », a-t-il recommandé.
http://www.lexpressiondz.com/linformati ... ables.html


Sifax
Raïd (رائد)
Raïd (رائد)
Algeria
Messages : 2573
Inscription : 31 mars 2012, 12:44

Re: Les Energies Renouvelables (le solaire, l'éolien, etc..)

Message par Sifax » 19 avril 2012, 11:31

Le Royaume-Uni souhaite renforcer à l’avenir sa coopération avec l’Algérie dans le domaine énergétique, notamment dans le secteur gazier et les énergies renouvelables, a indiqué mercredi l’ambassadeur de Grande Bretagne à Alger, M. Martyn Roper.

"Il y a un grand intérêt au Royaume-Uni d’importer plus de gaz algérien dans les années à venir" notamment avec le début du déclin des gisements de la Mer du Nord, a déclaré à l’APS M. Roper, en marge d’une rencontre du Conseil d’affaires algéro-britannique (ABBC), qualifiant l’Algérie de "pays stable".

"Nous allons organiser une mission sur les énergies renouvelables, en commençant par un projet pilote algéro-britannique dans ce secteur", a-t-il encore ajouté.
(...)
APS
http://www.maghrebemergent.info/actuali ... venir.html


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11856
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Les Energies Renouvelables (le solaire, l'éolien, etc..)

Message par AAF 2020 » 26 avril 2012, 17:09

Energies renouvelables : mise en place d’une stratégie globale par le ministère de l’Energie et des Mines (experte)
Image
ALGER - Le ministère de l’Energie et des Mines a mis en place une stratégie globale s’articulant autour de grands axes dans le but de répondre à la problématique du développement durable, a-t-on indiqué mercredi à Alger auprès de ce département.

Il s’agit du développement des énergies renouvelables, de la promotion de carburants propres, la réduction des émissions de gaz à effets de serre, la promotion de la maîtrise d’énergie et l’efficacité énergétique, ainsi que le renforcement des capacités de recherche et le renforcement institutionnel et du cadre législatif, a expliqué Mme Zohra Bouhouche, chargée d’études et de synthèses au ministère de l’Energie et des Mines.

S’exprimant à l’ouverture de la Journée d’information avec la société civile sur le sommet de Rio+20, elle a relevé que développement de nouvelles sources énergétiques renouvelables (ENR) et la promotion de l’efficacité énergétique ont pour objectifs de réduire notamment la dépendance des hydrocarbures, contribuer au développement durable, participer à la diversification de l’économie et la création de l’emploi.

A cet effet, Mme Bouhouche a annoncé qu’une soixantaine de centrales solaires photovoltaïques, solaires thermiques, fermes éoliennes et centrales hybrides seront réalisées à l’horizon 2030, ajoutant que d’ici la même échéance (2030), environ 40% de l’électricité destinée à la consommation nationale sera produite à partir de sources d’énergie renouvelables.

Elle a expliqué que la production nationale d’électricité à partir de sources d’énergies renouvelables sera réalisée en trois phases, à savoir le lancement de projets pilotes pour tester les technologies disponibles (2010-2013), puis l’évaluation de la première phase (2013-2015) avant le déploiement du programme à grande échelle (2016-2020).

A ce titre, plus de 37% d’électricité seront produits grâce à l’énergie énergie solaire d’ici 2030. Pour ce qui est de l’énergie solaire thermique (CSP), deux projets pilotes de 150 MW chacun sont prévus pour 2011-2013 et quatre centrales avec stockage d’une puissance de 1200 MW (2016-2020), a-t-elle dit, rappelant qu’une centrale hybride de 150 MW dont 25 MW en solaire a été mise en service à Hassi R’mel en juillet 2011.

S’agissant du Potentiel éolien, jugé modeste pour le moment, il devrait permettre la production de 3% d’électricité d’ici 2030, la première ferme éolienne de 10 MW ayant été lancée à Adrar en 2012.

En parallèle, des unités expérimentales en géothermie, dessalement des eaux saumâtres et climatisation à partir de l’énergie solaire continuent d’être installées, a ajouté la représentante du ministère de l’Energie et des Mines. Mme Bouhouche a également appelé à promouvoir une consommation "plus efficace et optimale" de l’énergie en améliorant notamment l’isolation thermique des bâtiments et en développant le chauffe-eau et la climatisation solaires.

En matière d’efficacité énergétique, les objectifs fixés consistent en l’augmentation de 20% la part de marché du GPL/C dans le parc automobile d’ici 2020 et la mise en circulation de 100 bus au GNC à Alger à titre d’essai d’ici 2013 avant la généralisation de l’opération à d’autres grandes villes du pays.

Afin d’accompagner toutes ces mesures incitatives à l’utilisation des énergies propres et renouvelable, une usine de fabrication des modules photovoltaïques d’une capacité de 120 MW/an devrait entrer en service fin 2013 à Rouïba (Alger).

Par ailleurs, Mme Bouhouche a insisté sur l’implication "forte" et "réelle" de la société civile à travers les associations pour une "meilleure" à l’effet de sensibiliser les citoyens pour une consommation rationnelle et durable de l’énergie.

La Journée d’information avec la société civile sur le sommet de Rio+20 a été organisée par le ministère des Affaires étrangères en collaboration avec plusieurs autres départements ministériels en relation avec l’environnement et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).
http://www.aps.dz/#fragment-44279


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11856
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Les Energies Renouvelables (le solaire, l'éolien, etc..)

Message par AAF 2020 » 08 mai 2012, 19:25

Energies renouvelables : le programme national connaît un bon démarrage
La première phase du programme national des énergies renouvelables (2011/2013) qui sera consacrée à la réalisation des projets-pilotes pour tester les différentes technologies disponibles avance bien, assure Mme Djamila Mohammedi, directrice Stratégie à la holding Sonelgaz. Elle en veut pour preuve l'entrée en production de l'usine de production des panneaux photovoltaïques dès 2013, avec une capacité initiale de 15 MW/an.

Le programme d'énergies renouvelables qui vise à produire à l'horizon 2030 près de 40% d'électricité à partir de ces énergies alternatives est en bonne voie, a déclaré dimanche Mme Djamila Mohammedi, directrice Stratégie à la holding Sonelgaz. S'exprimant en marge d'une conférence sur le programme algérien des énergies renouvelables, organisée à l'occasion du Salon de l'électrotechnique, de l'automation industrielle et de l'énergie à la Safex, Mme Mohammedi a estimé que le programme est tout à fait réalisable au regard de la cadence de sa mise en œuvre. «La première phase 2011/2013, consacrée aux études, est en bonne voie», a-t-elle dit, expliquant que cette phase comprend principalement trois projets «en cours de réalisation». Il s'agit du projet de production de 10 mégawatts, issus de l'éolien, à Adrar, qui sera achevé en 2013 ; le projet de la centrale solaire photovoltaïque de Ghardaïa, qui expérimente quatre technologies pour identifier la plus adaptée pour l'environnement désertique ; et la centrale solaire CSP (Centrating Solar Power) à Hassi R'mel. «On attend le retour d'expérience avant d'aller vers le déploiement massif du programme», a-t-elle précisé, soulignant que l'Algérie mise beaucoup sur le procédé de CSP pour ses dispositions au stockage. D'ailleurs 7.000 mégawatts sur les 22.000 issus des énergies alternatives seront produits selon ce procédé, a-t-elle indiqué.

PRODUCTION DE CELLULES PHOTOVOLTAÏQUES A PARTIR DE 2013

Le programme national des énergies renouvelable consiste à installer une puissance d'origine renouvelable de près de 22.000 MW entre 2011 et 2030, dont 12.000 MW seront dédiés à couvrir la demande nationale de l'électricité et 10.000 MW à l'exportation. «Ce sont des objectifs très ambitieux, et nous sommes capables de les atteindre», a déclaré la responsable de Sonelgaz. Mme Djamila Mohammedi a en outre annoncé qu'à partir de 2013, Rouïba Eclairage, l'usine de production des modules photovoltaïques, commencera à produire avec une capacité de 15 mégawatts et 140 mégawatts en 2014/2015. Sur cette période, il est prévu d'atteindre un taux d'intégration de l'industrie algérienne de 60%. «Nous recherchons des partenariats pour mettre en œuvre la partie industrielle du programme, à savoir la fabrication des équipements de base», a-t-elle précisé, rappelant le cadre législatif régissant l'investissement étranger. Elle a également rappelé que la production de l'électricité est ouverte au privé. Pour ce qui est du volet exportation du programme des énergies renouvelables qui prévoit 10.000 mégawatts à l'horizon 2030, la responsable de Sonelgaz a souligné que l'exportation de l'électricité doit satisfaire certaines conditions, notamment trouver les marchés et les financements. Donc, c'est aux futurs partenaires qu'échoit la mission de garantir la pérennité du marché d'exportation, a-t-elle dit.
http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5167939


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11856
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Les Energies Renouvelables (le solaire, l'éolien, etc..)

Message par AAF 2020 » 09 mai 2012, 20:09

5e Conférence sur les énergies renouvelables pour la zone MENA les 15 et 16 mai à Marrakech
RABAT - La 5e édition de la Conférence sur les énergies renouvelables pour la Zone Moyen-Orient et Afrique du Nord (Menarec 5) se tiendra les 15 et 16 mai prochain à Marrakech (Maroc).

Placée sous le thème "Les énergies renouvelables : enjeux et opportunités pour un développement socio-économique durable de la région MENA", cette conférence ambitionne de mettre en relief les avancées de la région en matière d’énergies renouvelables durant la dernière décennie et les réalisations technologiques les plus récentes dans ce domaine, ont annoncé les organisateurs.

Le débat portera également sur les opportunités d’investissement en énergies et leurs perspectives en particulier pour la région MENA, le partage des points de vue sur nombre de questions qui seront traitées à cette occasion et les actions pouvant permettre d’opérationnaliser la coopération entre les pays de la zone Mena et l’Union européenne.

Cette édition verra la participation de représentants issus d’horizons divers et provenant de plus d’une vingtaine de pays, ainsi que des organisations internationales telles que la Commission européenne, les Nations Unies et la Banque mondiale.

La rencontre est organisée par le ministère marocain de l’Energie, des mines, de l’eau et de l’environnement en partenariat avec le ministère fédéral allemand de l’environnement, de la protection de la nature et de la sûreté nucléaire (BMU) et l’Agence allemande de Coopération internationale (GIZ).
http://www.aps.dz/5e-Conference-sur-les-energies.html


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11856
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Les Energies Renouvelables (le solaire, l'éolien, etc..)

Message par AAF 2020 » 15 mai 2012, 21:26

Développement des technologies solaires en Algérie, conforme au protocole de Kyoto
ORAN - Le développement des technologies solaires en Algérie est mené de manière "tout à fait conforme au protocole de Kyoto", a affirmé mardi à Oran le Directeur général de l’Institut de recherche sur l’économie arabe à Tokyo (Japon), M. Yojiro Kitamura.

Animant une conférence dans le cadre de sa participation à la 2ème édition du Forum Asie-Arabe sur l’énergie durable, M. Kitamura a notamment mis l’accent sur le programme de coopération algéro-japonais intitulé "Sahara Solar Breeder" (SSB).

L’expert a qualifié "d’exemplaire" cette action de coopération dont la mise en oeuvre, en 2015, sera en conformité avec le traité international de Kyoto visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre en vue de lutter contre les changements climatiques.

Dans une communication, M. Kitamura a également estimé que le programme SSB aura des impacts positifs tant au plan économique que social et culturel, insistant à ce titre sur ses applications au profit des différents segments de l’industrie et ses effets en termes de création d’emploi.

Important de par son caractère pluridisciplinaire touchant plusieurs secteurs de la vie économique, SSB induira assurément des "changements dans les paradigmes énergétiques", a fait valoir l’expert japonais.

Les intervenants algériens et étrangers ont abondé dans le même sens pour mettre en relief l’intérêt de la coopération algéro-japonaise dans ce domaine technologique qui vise l’exploitation de ressources naturelles pour la production d’énergie propre et renouvelable. Les participants au forum ont rappelé dans ce cadre que le choix de l’Algérie parmi les autres pays candidats au projet SSB, s’explique à la fois par le très haut potentiel solaire au Sahara et par la richesse de la matière première que recèle le désert algérien.

Selon les chercheurs, le sable du pays renferme 71 % de silicium, ce qui constitue la teneur la plus importante au monde. Le directeur de l’Unité de recherche en énergies renouvelables en milieu saharien d’Adrar (URERMS), M. Hamouda Messaoud, a suggéré, de son côté, que l’exploitation de ce gisement permet d’envisager à terme le développement en Algérie de l’industrie de fabrication de panneaux solaires, hissant par là même le pays au rang de fournisseur majeur étant donné la disponibilité de la matière première.

Le transfert de technologie et de savoir-faire a été également mis en exergue par les participants qui ont fait observer que le programme SSB est axé sur des solutions innovantes à l’image des câbles supraconducteurs qui seront utilisés pour le transport de l’énergie électrique.

Le projet SSB, consacré au développement des technologies du solaire et de la supraconductivité, est géré dans le cadre d’une convention impliquant côté japonais, les agences JICA et JST (Coopération internationale et Sciences et technologies) et six universités de ce pays, tandis que la partie algérienne regroupe l’USTO, l’université Dr Taher Moulay de Saïda et l’URERMS d’Adrar.

L’USTO bénéficie, au titre de cette coopération, d’un centre de recherche sur les technologies solaires, tandis que l’université de Saïda et l’URERMS d’Adrar seront dotées de plates-formes technologiques pour la construction de cellules photovoltaïques et l’exploitation de l’énergie produite.

Le programme algéro-japonais qui a été lancé en janvier 2011, s’intitule "Projet SSB" (Sahara Solar Breeder, ferme solaire expérimentale) en référence à la plate-forme technologique prévue à Saïda.

Il doit permettre l’acheminement, à partir de 2015, de l’énergie solaire du Sud vers la région nord du pays en vue d’alimenter les stations de dessalement de l’eau de mer.

"Ce programme constitue un prototype de référence dans le cadre de la vision d’avenir projetée, en ce sens que son extension à l’échelle planétaire est programmée à l’échéance 2050", avait souligné dans son allocution d’ouverture, M. Amine Boudghène Stambouli, président du forum Asie-Arabe et manager scientifique du projet "SSB". Cette rencontre se poursuivra mercredi par des conférences et un workshop international sur "le programme SSB", tandis que la journée de jeudi sera consacrée au 2ème Symposium académique algéro-japonais associant l’USTO et l’université de Tsukuba (Japon).
http://www.aps.dz/Developpement-des-technologies.html


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11856
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Les Energies Renouvelables (le solaire, l'éolien, etc..)

Message par AAF 2020 » 15 mai 2012, 21:28

Avec un sable contenant 71% de silicium nécessaires à la fabrication de panneaux solaires : L’Algérie peut devenir un fournisseur majeur
[img][http://www.elmoudjahid.com/temp/fr/actu ... 7].jpg/img]
Selon les chercheurs, le sable du désert algérien renferme 71 % de silicium, ce qui constitue la teneur la plus importante au monde. Ce gisement permet d'envisager à terme le développement de l'industrie de fabrication de panneaux solaires, hissant par là même le pays au rang de fournisseur majeur.

Le développement des technologies solaires en Algérie est mené de manière "tout à fait conforme au protocole de Kyoto", a affirmé hier à Oran le directeur général de l'Institut de recherche sur l'économie arabe à Tokyo (Japon), M. Yojiro Kitamura. M. Kitamura a notamment mis l'accent lors d’une conférence sur le programme de coopération algéro-japonais intitulé "Sahara Solar Breeder" (SSB). L'expert a qualifié "d'exemplaire" cette action de coopération dont la mise en œuvre, en 2015, sera en conformité avec le traité international de Kyoto visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre en vue de lutter contre les changements climatiques. Dans une communication, M. Kitamura a également estimé que le programme SSB aura des impacts positifs tant au plan économique que social et culturel, insistant à ce titre sur ses applications au profit des différents segments de l'industrie et ses effets en termes de création d'emploi. Important de par son caractère pluridisciplinaire touchant plusieurs secteurs de la vie économique, SSB induira assurément des "changements dans les paradigmes énergétiques", a fait valoir l'expert japonais.
Les intervenants algériens et étrangers ont abondé dans le même sens pour mettre en relief l'intérêt de la coopération algéro-japonaise dans ce domaine technologique qui vise l'exploitation de ressources naturelles pour la production d'énergie propre et renouvelable.
Les participants au forum ont rappelé dans ce cadre que le choix de l'Algérie parmi les autres pays candidats au projet SSB, s'explique à la fois par le très haut potentiel solaire au Sahara et par la richesse de la matière première que recèle le désert algérien.
Selon les chercheurs, le sable du pays renferme 71 % de silicium, ce qui constitue la teneur la plus importante au monde. Le directeur de l'Unité de recherche en énergies renouvelables en milieu saharien d'Adrar (URERMS), M. Hamouda Messaoud, a suggéré, de son côté, que l'exploitation de ce gisement permet d'envisager à terme le développement en Algérie de l'industrie de fabrication de panneaux solaires, hissant par là même le pays au rang de fournisseur majeur étant donné la disponibilité de la matière première.
Le transfert de technologie et de savoir-faire a été également mis en exergue par les participants qui ont fait observer que le programme SSB est axé sur des solutions innovantes à l'image des câbles supraconducteurs qui seront utilisés pour le transport de l'énergie électrique.
http://www.elmoudjahid.com/fr/actualites/27937


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11856
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Les Energies Renouvelables (le solaire, l'éolien, etc..)

Message par AAF 2020 » 16 mai 2012, 20:31

Energies renouvelables : Coup d'envoi du 2ème Forum Asie-Monde arabe à Oran
A l'ouverture du 2ème Forum Asie-Monde arabe sur les énergies renouvelables qu'abrite l'Université Mohamed Boudiaf (USTO), la ponctualité japonaise s'est heurtée au dilettantisme oranais ou méditerranéen.

Présente dès 8h30mn, une heure avant l'ouverture officielle arrêtée à 9h30mn, l'armada des scientifiques japonais a dû attendre une heure avant de pouvoir passer aux communications, une perte de temps que les Nippons ont du mal à s'expliquer. Ce retard est imputable à l'arrivée du wali d'Oran, accompagné par l'ambassadeur du Japon, devant sûrement venir d'Alger, pour donner le coup d'envoi officiel des travaux de ce séminaire. Rompus à la discipline, la plupart des hôtes d'Oran sont restés plantés à leur place pendant que les autres invités, étudiants, organisateurs, agents de sécurité et journalistes circulaient entre la salle de conférence et le hall comme dans une foire. Par ailleurs, le public, notamment estudiantin, a dû réaliser hier que la langue de Shakespeare est l'outil incontournable de la recherche scientifique de pointe. Et ça serait un acquis considérable ! Sur ce registre, signalons que dans la tribune, lors du cérémonial de présentation, un professeur algérien de l'USTO et la rectrice de ce même établissement se sont exprimés en anglais. Par contre, l'ambassadeur du Japon a basculé, allègrement, entre l'anglais et le français. Quant au wali, son statut de représentant de l'exécutif oblige, il s'est exprimé en arabe. Enfin, le représentant du ministère des Affaires étrangères a choisi la langue française. Ce dernier a tracé à coups de traits l'historique des relations entre l'Algérie et l'Empire du Soleil-Levant. Cette relation remonte à 1958, date de la naissance de l'Association d'amitié algéro-japonaise. Une année après, le Japon a permis au GPRA d'ouvrir une représentation à Tokyo.

Et quelques mois après l'Indépendance, c'est-à-dire en novembre 1962, le Japon a reconnu la République Algérienne Démocratique et Populaire fraîchement indépendante. Sur ce registre des rappels, l'ambassadeur du Japon a souligné que les deux pays fêtent le 50ème anniversaire de leurs relations bilatérales.

En milieu de matinée, ce sont deux conférenciers japonais qui se sont relayés pour signifier l'entrée effective dans le sujet. Encore une fois, les deux spécialistes japonais ont recouru à la langue anglaise pour exprimer ce qu'ils avaient à communiquer à l'assistance. Plusieurs étudiants et autres invités ont déploré le fait que les organisateurs n'ont pas mobilisé de traducteurs pour permettre à l'assistance monolingue ou bilingue de profiter des interventions programmées dans ce forum. Concernant les autres hôtes, on notera l'arrivée de chercheurs du Sultanat d'Oman, Du Royaume de Jordanie et du Royaume d'Arabie Saoudite. D'ailleurs, Gastli Adel, de l'Université de Mascate, devait intervenir lors de la première session d'hier, ainsi que Mokri Alaedine, chercheur dans un institut de Sciences et Technologie à Abou Dhabi.
http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5168261

Avatar de l’utilisateur

FULCRUM
Fariq (فريق)
Fariq (فريق)
Algeria
Messages : 5781
Inscription : 27 mars 2012, 22:46

Re: Les Energies Renouvelables (le solaire, l'éolien, etc..)

Message par FULCRUM » 17 mai 2012, 01:14

AAF 2020 a écrit :Avec un sable contenant 71% de silicium nécessaires à la fabrication de panneaux solaires : L’Algérie peut devenir un fournisseur majeur
[img][http://www.elmoudjahid.com/temp/fr/actu ... 7].jpg/img]
Selon les chercheurs, le sable du désert algérien renferme 71 % de silicium, ce qui constitue la teneur la plus importante au monde. Ce gisement permet d'envisager à terme le développement de l'industrie de fabrication de panneaux solaires, hissant par là même le pays au rang de fournisseur majeur.

Le développement des technologies solaires en Algérie est mené de manière "tout à fait conforme au protocole de Kyoto", a affirmé hier à Oran le directeur général de l'Institut de recherche sur l'économie arabe à Tokyo (Japon), M. Yojiro Kitamura. M. Kitamura a notamment mis l'accent lors d’une conférence sur le programme de coopération algéro-japonais intitulé "Sahara Solar Breeder" (SSB). L'expert a qualifié "d'exemplaire" cette action de coopération dont la mise en œuvre, en 2015, sera en conformité avec le traité international de Kyoto visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre en vue de lutter contre les changements climatiques. Dans une communication, M. Kitamura a également estimé que le programme SSB aura des impacts positifs tant au plan économique que social et culturel, insistant à ce titre sur ses applications au profit des différents segments de l'industrie et ses effets en termes de création d'emploi. Important de par son caractère pluridisciplinaire touchant plusieurs secteurs de la vie économique, SSB induira assurément des "changements dans les paradigmes énergétiques", a fait valoir l'expert japonais.
Les intervenants algériens et étrangers ont abondé dans le même sens pour mettre en relief l'intérêt de la coopération algéro-japonaise dans ce domaine technologique qui vise l'exploitation de ressources naturelles pour la production d'énergie propre et renouvelable.
Les participants au forum ont rappelé dans ce cadre que le choix de l'Algérie parmi les autres pays candidats au projet SSB, s'explique à la fois par le très haut potentiel solaire au Sahara et par la richesse de la matière première que recèle le désert algérien.
Selon les chercheurs, le sable du pays renferme 71 % de silicium, ce qui constitue la teneur la plus importante au monde. Le directeur de l'Unité de recherche en énergies renouvelables en milieu saharien d'Adrar (URERMS), M. Hamouda Messaoud, a suggéré, de son côté, que l'exploitation de ce gisement permet d'envisager à terme le développement en Algérie de l'industrie de fabrication de panneaux solaires, hissant par là même le pays au rang de fournisseur majeur étant donné la disponibilité de la matière première.
Le transfert de technologie et de savoir-faire a été également mis en exergue par les participants qui ont fait observer que le programme SSB est axé sur des solutions innovantes à l'image des câbles supraconducteurs qui seront utilisés pour le transport de l'énergie électrique.
http://www.elmoudjahid.com/fr/actualites/27937
On a les deux matières premières pour avoir l’énergie électrique la plus faible au monde, le sable pour les panneaux photovoltaïque et le soleil pour alimenter le tout!
Image


Frédjat
Djoundi (جندي)
Djoundi (جندي)
Messages : 16
Inscription : 03 avril 2012, 10:23

Re: Les Energies Renouvelables [le solaire, l'éolien, etc...]

Message par Frédjat » 17 mai 2012, 19:45

salam

Je voudrais avoir pourquoi ont commence pas à démarrais c'est Projet à produits de l’énergie renouvelable comment


guidher
Raïd (رائد)
Raïd (رائد)
Algeria
Messages : 2632
Inscription : 03 avril 2012, 18:27

Re: Les Energies Renouvelables [le solaire, l'éolien, etc...]

Message par guidher » 19 mai 2012, 12:53

2e symposium académique Algérie-Japon à Oran
“Sahara Solar Breeder” pour remplacer “Desertec”
L’Algérie envisage de contribuer à la réalisation d'un projet solaire de grande envergure dans le Sahara. Après avoir refusé le projet initié par les Allemands “Desertec”, notre pays s'intéresserait à un second projet algéro-japonais baptisé “Sahara Solar Breeder” (SSB).
http://liberte-algerie.com/algerie-prof ... ran-178354


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11856
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Les Energies Renouvelables [le solaire, l'éolien, etc...]

Message par AAF 2020 » 05 juin 2012, 18:53

Sonelgaz : Un programme d’une capacité d’énergie renouvelable de 300 MW
Quatre groupements et trois groupes internationaux présélectionnés.

Quatre groupements et trois groupes internationaux viennent d’être présélectionnés par la Société algérienne de production de l’électricité (SDE), filiale du groupe Sonelgaz, aux fins de réaliser son programme d’installation, d’une capacité totale d’énergie renouvelable de 300 MW à 2015 et 2 000 MW à 2021. Il s’agit des groupements Sener‑Ansaldo Energfia, Alstom Power Systems‑Bright Source, Abeinsa-Bengoa Solar, MW Group Engineering‑Suntrough Energy et des groupes Cobra et Kraftanlagen, a précisé la SDE dimanche dernier.
Selon la même source, le programme de développement de cette capacité d’énergie renouvelable est financé en partie par la Banque mondiale.
Sonelgaz, faut-il le rappeler, aspire à produire 40 % d’électricité à partir des énergies alternatives en 2030, selon son PDG. «Nous croyons fermement que la croissance et le développement de notre pays ne peuvent être envisagés sans un investissement massif dans le renouvelable, notamment le solaire. L’Algérie a l’ambition de devenir un acteur majeur», a‑t‑il également déclaré à ce sujet.
Tracé pour une durée étalée sur 19 ans (2011-2030), le programme national de développement des énergies renouvelables ambitionne, en effet, de produire à terme 40% de la consommation nationale d’électricité à partir des filières solaire et éolien.
Ce programme qui prévoit l’installation d’une puissance de près de 22 000 MW, avec 12 000 MW destinés à la demande nationale et 10 000 MW à l’exportation, sera mené sur trois étapes. La première - l’actuelle - -étalée de 2011 à 2013, sera entièrement consacrée à la réalisation de projets pilotes. Objectif : tester les technologies disponibles avant le début du déploiement du programme durant la période 2014-2015. Le déploiement à grande échelle aura lieu, quant à lui, à partir de 2016.
En accompagnement de ce programme national de développement des énergies renouvelables qui porte sur la réalisation d’une soixantaine de centrales solaires photovoltaïques et solaires thermiques, de fermes éoliennes et de centrales hybrides, Sonelgaz œuvre à développer une industrie nationale du solaire photovoltaïque avec la construction d’une usine de fabrication de modules photovoltaïques et d’un complexe de fabrication de silicium.
Il est à signaler, par ailleurs, que pas moins de trois compagnies américaines ont récemment exprimé leur intérêt pour le marché algérien des énergies renouvelables.
Selon le président du Conseil d’affaires algéro-américain, ces compagnies ont entamé les discussions avec leurs homologues algériens, publics et privés.
M. Ismail Chikhoune, qui a fait part de son souhait d’accroître la participation des compagnies américaines au programme de développement des énergies renouvelables lancé par les pouvoirs publics algériens, soulignera d’autre part que les secteurs de l’industrie pharmaceutique, de la construction et de l’hydraulique pourraient également consolider les relations de partenariat économique algéro-américaines.
Il convient de rappeler dans ce sillage que sur les 125 compagnies américaines présentes en Algérie, 80 opèrent dans les secteurs des hydrocarbures et des services.
http://www.elmoudjahid.com/fr/flash-actu/7564


Sifax
Raïd (رائد)
Raïd (رائد)
Algeria
Messages : 2573
Inscription : 31 mars 2012, 12:44

Re: Les Energies Renouvelables [le solaire, l'éolien, etc...]

Message par Sifax » 02 octobre 2012, 23:00

Energies renouvelables : Une centrale électrique expérimentale de 1.000 MW (Par Lila Ghali, 02/10/2012)

Le projet de construction d’une centrale électrique alimentée par les énergies renouvelables d’une capacité de 1.000 MW sera prochainement lancé en Algérie dans le cadre du partenariat entre le groupe Sonelgaz et Desertec industrial initiative (DII).

C’est une responsable de la Chambre algéro-allemande de commerce et d’industrie (AHK) en l’occurrence Sarah Ruschkowski a affirmé ce mardi à Alger en marge du Forum d’El Moudjahid.

Selon la même source toutes les technologies relatives à l’industrie de l’énergie renouvelable (solaire-thermique et photovoltaïque, éolien) seront expérimentées par ce projet de référence.

Mme Ruschkowski a précisé que le projet en question est actuellement en phase d’étude de faisabilité, alors que sa localisation n’a pas été encore définie.

Par ailleurs, la responsable de la Chambre algéro-allemande de commerce et d’industrie a indiqué qu’à l’occasion des deux salons prévus du 15 au 17 octobre à Oran et dédiés aux énergies renouvelables et à l’économie verte (ERA, Enviro Algérie), qu’ un accord de partenariat devrait être signé entre une société privée algérienne et un groupe allemand spécialisé dans la construction de maisons énergétiquement efficaces.

Ce partenariat portera sur la réalisation d’une usine de construction de maisons alimentées en énergie verte à Oran avec une capacité initiale de 20 unités par an.
http://www.algerie1.com/actualite/energ ... -1-000-mw/

Répondre

Revenir à « Actualités en Algérie »