Industrie pharmaceutique, Algérie: futur pôle biotech?

Toutes les discussions a propos de la politique, de l'économie et de la société Algérienne (uniquement)
Répondre

guidher
Raïd (رائد)
Raïd (رائد)
Algeria
Messages : 2632
Inscription : 03 avril 2012, 18:27

Re: Industrie pharmaceutique, Algérie: futur pôle biotech?

Message par guidher » 16 avril 2015, 16:54

Le Dr Hafed a souligné qu’une quantité est destinée à l’exportation
Production de médicaments : “Les projets d’investissement sont en évolution”

Avec 132 unités de production à l’échelle nationale, dont 75 concernent le médicament, c’est toute la chaîne qui connaît un développement. Même si dans l’état actuel des choses, seul le marché africain qui est accessible, vu les capacités des producteurs nationaux, il n’en demeure pas moins que l’activité, a assuré le Dr Hafed, “est sur la bonne voie”. 230 projets ont été inscrits dont 169 sont en cours. “Les pouvoirs publics font le maximum pour aider les professionnels”, a-t-il encore dit. 527 certificats ont été délivrés, selon lui, aux producteurs nationaux et “la demande est toujours là”. “Les projets d’investissements sont en évolution depuis 5 ans”, a-t-il ajouté. “La facture de l’importation augmente de 5%, au moment où la production locale progresse de façon
significative.”
Concernant le bilan du secteur du médicament, il a fait savoir que le chiffre a atteint 1 138 millions d’euros pour la production.
16 millions d’euros pour les importations privées, 398 millions d’euros est le chiffre importé par la PCH et l’Institut Pasteur a importé pour une valeur de 24 millions d’euros. Les importations représentent 35% en volume et 59% en valeur des importations globales en médicaments.
M. Ayed a révélé que la PCH a approvisionné pour une valeur de 27 milliards de dinars en 2009, en 2014, pour 57 milliards de dinars. Pour le 1er trimestre en cours, et comparativement à la même période de l’année écoulée, elle est en progression de 27%. “La distribution a atteint un taux de satisfaction de 27%”, a-t-il encore dit, précisant que depuis quelques années, les pouvoirs publics ont décidé de subventionner la PCH à hauteur de 50% des contributions budgétaires des hôpitaux. Ainsi en 2012, les 50% représentaient 27 milliards de dinars, en 2013, c’étaient 35 milliards de dinars et 42 milliards de dinars en 2014. Pour cette année, 57 milliards de dinars seront alloués à la PCH à partir des contributions des hôpitaux. Interrogé sur la “suspension” des essais cliniques, dénoncée par des professionnels de la santé, le représentant du ministère a tenu à lever le doute sur cette question.
“Actuellement, il n’y a aucune demande en instance à notre niveau”, a-t-il affirmé, tout en rappelant la réglementation régissant ce domaine dont le délai de réponse aux prévisions des professionnels est fixé à deux mois
http://www.liberte-algerie.com/actualit ... ion-224033


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11856
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Industrie pharmaceutique, Algérie: futur pôle biotech?

Message par AAF 2020 » 18 avril 2015, 12:00

Médicament : Les Indiens se lancent dans la fabrication de génériques en Algérie

Le groupe pharmaceutique indien Cipla, leader dans la fabrication de médicaments génériques dans le monde, ambitionne de s'implanter durablement en Algérie. C'est ce qu'a affirmé, jeudi dernier, le représentant commercial du groupe, en marge d'un symposium sur le traitement de l'asthme et la Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive (BPCO) tenu à l'hôtel Sheraton.

Le groupe indien vient de conclure un accord avec le groupe pharmaceutique algérien Biopharm pour la création d'une entreprise mixte spécialisée dans la production de médicaments destinés aux maladies respiratoires. La co-entreprise sera détenue à 40 % par Cipla (EU) Limited, une filiale britannique du groupe indien, et à 60 % par son partenaire algérien. L'obligation faite aux importateurs d'investir dans le pays au bout de deux ans et l'attractivité du marché algérien a poussé le géant indien des médicaments génériques à investir en Algérie. Le marché du médicament est prometteur en Algérie et cela concerne pratiquement toutes les gammes.

Concernant le traitement contre les maladies respiratoires, le Professeur Salim Nafti, professeur en pneumo-phtisiologie et chef du service des maladies respiratoires de l'hôpital Mustapha Bacha a précisé lors du colloque que l'Algérie compte 1,5 million d'asthmatiques. Et d'affirmer en outre que notre pays compte également 1 300 000 patients souffrant de la BPCO.

Pour le professeur Nafti, cette entreprise commune entre le géant indien et le groupe Biopharm va permettre la production des produits génériques à des prix abordables et accessibles à tous les malades souffrant de problèmes respiratoires, comparativement aux prix élevés du princeps. Les spécialistes du marché des produits pharmaceutiques ont, à mainte fois, affirmé qu'un médicament générique peut coûter cinq fois moins cher que le princeps.

Le partenariat entre le groupe indien CIPLA et Biopharm permettra donc aux asthmatiques un meilleur accès au médicament, sachant que les médicaments pour les maladies respiratoires ne sont pas remboursés à 100%, sauf pour certains cas jugés compliqués. Ils sont remboursables à hauteur de 80%.

En ce qui concerne la disponibilité de certains médicaments destinés aux maladies respiratoire, soulevée chaque année par les associations des malades de l'Asthme, le professeur Nafti a précisé qu'il n'y a pas eu de pénurie cette année. Et d'affirmer que les médicaments essentiels pour les maladies respiratoires sont disponibles sur le marché.
http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5212483


LANDSKNECHT
Banni Définitivement
Banni Définitivement
Messages : 1128
Inscription : 08 mars 2015, 18:26

Re: Industrie pharmaceutique, Algérie: futur pôle biotech?

Message par LANDSKNECHT » 09 mai 2015, 13:18

Les usines de médicaments en trompe-l'oeil

Abdelmalek Boudiaf a déclaré jeudi à Alger qu'il «existe environ 175 usines de fabrication de médicaments en Algérie».
Ce chiffre est susceptible de s'accroître dans les jours qui viennent. Cependant, selon nos informations, le nombre d'usines de médicaments a doublé parce que l'Etat algérien a établi un décret dans lequel il exige de tous les importateurs de médicaments d'en fabriquer en Algérie.

Cette loi, acceptée sans grand bruit pas les importateurs, a été complètement pervertie.
En effet, selon une source très proche du ministère de la Santé, «la majorité des usines de médicaments installées en Algérie font essentiellement de l'import-import.

Elles fabriquent toutes un ou deux médicaments dans le seul objectif de répondre aux exigences de cette loi et de ne pas subir les foudres des autorités.
Dans les faits, elles font de l'import-import à hauteur de 98%».
http://www.lexpressiondz.com/autres/de_ ... -oeil.html


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11856
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Industrie pharmaceutique, Algérie: futur pôle biotech?

Message par AAF 2020 » 26 mai 2015, 18:38

Industrie pharmaceutique: Pharma group ambitionne de renforcer ses investissements en Algérie (responsable

Image
ALGER - Le groupe pharmaceutique "Pharma group" ambitionne "de renforcer ses investissements en Algérie" à la faveur de conditions "très favorables" a indiqué mardi à Alger le représentant du groupe, Samir Khelil.

"L'Algérie est un marché prometteur pour les sociétés de Pharma group chargées de la région MENA (Moyen orient et Afrique du nord), d'autant que les conditions sont très favorables", a déclaré M. Khelil à l'issue de l'audience que lui a accordée le ministre de la Santé, de la population et de la reforme hospitalière, Abdelmalek Boudiaf.

Pharma group ambitionne, pour les années à venir, "d'encourager les filiales du groupe ne disposant pas d'usines en Algérie à y investir", a-t-il ajouté.

Certaines filiales de Pharma group disposent d'usines en Algérie et investissent également dans le domaine de la recherche, a indiqué M. Khelil, soulignant que "l'objectif du groupe est d'augmenter le volume de ces investissements".
http://www.aps.dz/sante-sciences-tech/2 ... esponsable


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11856
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Industrie pharmaceutique, Algérie: futur pôle biotech?

Message par AAF 2020 » 02 juin 2015, 20:05

Signature d'une convention pour la création d'une nouvelle unité de production de médicaments en Algérie

Image
ALGER- Un accord de partenariat pour la création d'une nouvelle unité de production de médicaments a été signé, mardi au siège du ministère de la Santé, de la population et de la réforme hospitalière à Alger, entre les groupes Salhi et Hasnaoui et la firme anglo-suédoise AstraZeneca.

L'accord de partenariat a été signé par Karim Achour et Feriel Hasnaoui du côté des deux groupes et Habib Bennaceur du coté des laboratoires AstraZeneca, en présence du ministre de la Santé, de la population et de la reforme hospitalière, Abdelmalek Boudiaf.

Cette unité qui s'inscrit dans le cadre de la règle 51/49, sera opérationnelle en octobre 2015 après aménagement de la plateforme dans la région industrielle de Rouïba (est d'Alger), où cette unité produira des médicaments pour différents types de pathologies: cardiovasculaire, gastroentérologie, oncologie et diabétologie.

Le DG des laboratoires AstraZeneca a précisé que le choix de ces types de médicaments s'adapte à la situation endémique de la société algérienne, ajoutant que ce projet s'inscrivait dans le cadre du renforcement de la production nationale et de la disponibilité des médicaments au profit du malade.

Ce projet, dont le coût s'élève à 125 millions de dollars US, permettra la création de 104 postes d'emploi directs et 231 postes d'emploi indirects, a précisé M. Bennaceur, indiquant que cette unité apporterait un réel transfert de technologie et de savoir-faire et renforcerait les capacités de production locales aux niveaux humain et matériel.

Les laboratoires AstraZeneca se lanceront dans l'exportation une fois les besoins nationaux satisfaits, ajoute le même responsable .

Le nombre des projets programmés pour la production des médicaments est de 141 nouveaux projets qui s'ajoutent aux 75 unités opérationnelles existantes, selon le directeur de la pharmacie au ministère de la Santé, de la population et de la réforme hospitalière.

Les laboratoires AstraZeneca avaient signé, il y deux ans, un accord de partenariat pour la production de médicaments anti-cancer avec le laboratoire Biopharm. Le projet n'a pas abouti, les deux groupes n'ayant pas convenu d'un accord sur la règle 51/49.

Les groupes Salhi et Hasnaoui investissent, pour la première fois, en matière de production de médicaments.
http://www.aps.dz/sante-sciences-tech/2 ... en-algérie


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11856
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Industrie pharmaceutique, Algérie: futur pôle biotech?

Message par AAF 2020 » 06 juin 2015, 18:32

L'insuline produite à Constantine disponible sur le marché durant le premier semestre 2016

Image
BOSTON (USA) - Le directeur marketing du groupe Saïdal, Naili Saad-Eddine Yahia, a révélé samedi à Boston (Etats-Unis) que l'insuline produite à Constantine sera disponible sur le marché national au cours du premier semestre 2016.

Le même responsable a affirmé en marge de la 75e session de l'Association américaine du diabète, que l'unité de Constantine de production d'insuline lancera à partir du premier semestre 2016 la production d'insuline sous forme de flacons ou de stylos.

Il a indiqué à l'occasion que la production d'insuline dans le cadre du partenariat conclu en 2014 entre le groupe Saïdal et les laboratoires danois Novo Nordisk, vise en premier lieu à couvrir les besoins nationaux en insuline. L'usine produira trois millions d'unités en flacons et 7 millions d'unités en stylos pour se lancer ensuite dans l'exportation, a-t-il ajouté.

M. Naili a annoncé la production de 200 types de nouveaux médicaments destinés au traitement de maladies chroniques, notamment le diabète et les maladies cardiovasculaires. Il a rappelé dans ce contexte que l'objectif de la participation du groupe Saïdal à cette rencontre scientifique est de s'enquérir des nouveaux traitements et des progrès scientifiques dans le domaine du diabète d'autant que le traitement de cette maladie est inscrit dans son plan stratégique de prise en charge des maladies chroniques.

Selon les différentes études réalisées par le ministère de la santé, de la population et de la réforme hospitalière, 10 à 12% de la population souffrent de diabète de type 2.

http://www.aps.dz/sante-sciences-tech/2 ... estre-2016


Topic author
Sifax
Raïd (رائد)
Raïd (رائد)
Algeria
Messages : 2573
Inscription : 31 mars 2012, 12:44

Re: Industrie pharmaceutique, Algérie: futur pôle biotech?

Message par Sifax » 02 juillet 2015, 19:27

Après la réception de 160 usines
La facture des médicaments baissera de 70% fin 2016


La facture du médicament a connu une baisse de plus de 39% ces six derniers mois pour atteindre 468,6 millions de dollars contre 774,4 millions de dollars l’année dernière.

Une réduction qui s’explique par la conquête des opérateurs algériens dans ce domaine encouragés par la multitude de facilitations. Mais aussi par l’obligation faite aux importateurs de médicaments de se tourner vers la production au bout de deux à trois ans.

Cette diminution pourrait connaître une évolution avec la disponibilité de plusieurs médicaments, notamment les génériques sur le marché local, la future fabrication par Saïdal des princeps. Le ministre de la Santé a d’ailleurs indiqué qu’outre le fleuron de l’industrie pharmaceutique en Algérie, 75 usines sont en activité et 160 autres sont en passe d’être achevées et seront réceptionnées d’ici à la fin 2016, ce qui va permettre à la production locale de couvrir plus de 70% des besoins en matière de médicaments.
http://www.leconews.com/fr/actualites/n ... 89_340.php

160 usines vont être réceptionnées en 2 ans... c'est énorme!

Avatar de l’utilisateur

sadral
Aqid (عقيد)
Aqid (عقيد)
Algeria
Messages : 5744
Inscription : 03 avril 2012, 19:55

Re: Industrie pharmaceutique, Algérie: futur pôle biotech?

Message par sadral » 08 août 2015, 00:43

Bonne initiative :super:
Médicaments : l'Etat exclut les firmes pharmaceutiques étrangères

Le gouvernement algérien semble joindre l’acte à la parole. Après une campagne menée tambour battant pour la promotion et la consommation des produits algériens, il vient de confirmer cette option stratégique à travers le lancement de deux appels d’offres pour l’acquisition de médicaments et de produits pharmaceutiques au profit des hôpitaux.

Ces deux appels d’offres sont destinés aux producteurs de médicaments en Algérie. La Pharmacie centrale des hôpitaux (PCH) qui a émis ces appels vient donc de rompre avec l’habituel appel d’offres national et international en invitant strictement les fabricants de médicaments installés en Algérie à alimenter sa centrale d’achats en médicaments et consommables utilisables dans les différents hôpitaux algériens. C’est une première. Cette démarche donne de la cohérence à la nouvelle orientation du gouvernement qui vise à booster l’économie productive nationale, à la fois publique et privée, afin de réduire, dans un premier temps, la lourde facture des importations qui a frôlé les 60 milliards de dollars en 2014 et qui serait de l’ordre de 57 milliards de dollars à fin 2015, selon les prévisions données dans la loi de finances complémentaire (LFC). L’Algérie importe pour environ 2 milliards de dollars de médicaments. Des investissements privés ont été consentis ces dernières années afin de réduire un tant soit peu cette facture bien salée en stimulant la production nationale de médicaments et de consommables. De grands fabricants de médicaments comme l’entreprise publique Saidal et son partenaire Sanofi sont en mesure de répondre à de tels appels d’offres. D’autres producteurs nationaux disposent eux aussi de capacités telles qu’ils peuvent honorer certaines commandes éventuelles de la PCH. Depuis janvier dernier, le gouvernement prône l'encouragement de la production nationale en matière de médicaments en tant que substitut aux importations qui donnent lieu, notamment, à la surfacturation des produits importés.

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, avait lui-même affirmé que la lutte contre la surfacturation en matière d'importation de médicaments passait par la stimulation de la production nationale. Il avait, en effet, instruit le groupe pharmaceutique Saidal pour augmenter la production de médicaments. Le directeur de la pharmacie et des équipements au niveau du ministère de la Santé, le Dr Hamou Hafedh, avait relevé la bonne réaction des opérateurs privés à l'égard des mesures du gouvernement en direction de la production nationale, pour faire fléchir la facture d'importation du médicament. Ainsi, la production nationale qui a triplé ces cinq dernières années, équivaut à un milliard d’euros actuellement. Et la préférence nationale, clairement affichée par le gouvernement, est de nature à booster davantage la production nationale.
http://www.algeriepatriotique.com/artic ... etrangeres
« Une page est tournée ; l'Algérie est d'abord fille de son histoire, qu'elle ait surmonté l'épreuve coloniale et même défié l'éclipse, atteste, s'il en était besoin, de cette volonté inextinguible de vivre sans laquelle les peuples sont menacés parfois de disparition.
L'ornière qui nous a contraints à croupir dans l'existence végétative des asphyxies mortelles nous imposa de nous replier sur nous-mêmes dans l'attente et la préparation d'un réveil et d'un sursaut qui ne pouvaient se faire, hélas ! que dans la souffrance et dans le sang. La France, elle-même, a connu de ces disgrâces et de ces résurrections. » Le président Houari Boumediene.


samir_reghaia
Mulazim (ملازم)
Mulazim (ملازم)
Messages : 1062
Inscription : 05 juin 2013, 13:47

Re: Industrie pharmaceutique, Algérie: futur pôle biotech?

Message par samir_reghaia » 08 août 2015, 23:17

Sifax a écrit :
Après la réception de 160 usines
La facture des médicaments baissera de 70% fin 2016


160 usines vont être réceptionnées en 2 ans... c'est énorme!
160... franchement ca me parrait tiré par les cheveux...
Les grands changements ne viennent que d'en bas.


TIZIARAB
Banni Définitivement
Banni Définitivement
Messages : 88
Inscription : 31 mars 2012, 11:02

Re: Industrie pharmaceutique, Algérie: futur pôle biotech?

Message par TIZIARAB » 17 août 2015, 18:51

L industre a un besoin obligatoire de la recherche RD , ce qui n est pas claire dans certains pays en développement.

Les industriels semblent vouloir une industrie GRATUITE , sans RD.

Le cas d un algerien qui a découvert un medicament qui pourrait soigner le Diabéte du type 1 , et les maladies auto-immunes nombreuses.
NB/ pour informations beaucoup de grands laboaroites pharmaceutques cherchent a trouver le remède INSULINE PAR VOIE ORALE ,OU INSULINE LIKE PAR VOIE ORALE
MAIS N ARIVENT PAS AUX RESULTS CLINIQUES ATTENDUS.
UN LABORATOIRE SEMBLE REUSSIR UNE INSULINE PAR VOIE NASALE .

LE MEDECIN ALGERIEN A MIS ALCUTIOL QUI AGIT COMME UNE INSULINE PAR VOIE ORALE ( LIKE INSULINE et IMMUNOMODULATEUR AUTO-IMMUN.)
et qui a breveté son produit et frappé aux portes des laboratoires pharmaceutiques nationaux sans résultats.

https://en.wikipedia.org/wiki/User_talk ... S_Mostepha
https://en.wikipedia.org/wiki/User_talk ... S_Mostepha

User talk:Dr. ASSAS Mostepha
From Wikipedia, the free encyclopedia
41.99.118.141 (talk) 17:38, 17 August 2015 (UTC) ALCUTHIOL

Alcuthiol est une nouvelle solution,inventée par Docteur ASSAS Mostepha. Elle contient de nouvelles molécules thérapeutiques.

L innovation est Brevetée à l INAPI d Alger : Brevet d invention N° 070684 N° d enregistrement 4577 Date de dépot : 04-11-2007. Déposant et inventeur : Docteur ASSAS Mustapha. Medecin généraliste à -32.cité technicum-Ville de Mohammadia-2940wilaya de Mascara- Algérie.

Le titre de l invention :< Alcuthiol ,la nouvelle solution ,ses nouvelles molécules ,le procédé de sa réalisation , et les applications a usage de santé .>



'''Description de l invention:'''

Par un procédé de fabrication biotéchnologie pour la synthése de la nouvelle solution,Alcuthiol par férmentation en présence de soufre et du cuivre.

L application de cette invention se rapporte a ses propriétés thérapeutiques sur les étres vivants, et particulièrement sur la santé Humaine.

Chez l homme elle , s applique aux deux sexes et a tous les ages.

Elle s utilise par voie Intérne , comme immunomodulateur pour ,prévenir et soigner les maladies auto-immunes. Les maladies auto-immunes sont nombreuses et polymorphes symptologiquement , et biologiquement. Pour ne citer que quélques mlaladies auto-immunes bien connues : comme le PTI ou thrombopenie idiopatique auto-immunes chez les enfants. La polyathrite rhumatoide , la spondylarthrite ankylosante ,les maladies auto-immunes avec aphtoses comme le Behcet ,le Lupus erythémateux varié ,les secheresses glandulaires a-i.,les asthénies ,Diabète type 1 et 2 avec une amélioration rapide de Hbac1 et de la glycémie avec ou sans traitement insulinique (on pourrait réduire les doses d insuline quotidiennes ) ,myalgies,troubles dérmatologiques ,glandulaires variés d origine auto-immunes.

Le lien entre ces maladies auto-immunes semble etre une exagération de la réponse immunologique lymphocytaire ,par l intermédaire de cértaines intérleukines spécialisées ,qui dérivent leur action en s attaquant a différents composés ,ou organes de l organisme.

Alcuthiol semble arreter progressivement cette activité auto-immune dés le 3° jour du traitement

Contrairement au corticoides aux immunosuppreseurs ,au anti-TNF , et intérférons ,habituellement utilisés pour soigner les maladies auto-immunes ,Alcuthiol ,est dépourvu d effets secondaires.

Alcuthiol posséde aussi des activités hautement antiséptiques et est anti-viral.

Le produit n est pas encore commércialisé.


zeitrecht
Musaïd Awal (مساعد أول)
Musaïd Awal (مساعد أول)
Algeria
Messages : 975
Inscription : 27 octobre 2012, 23:59

Re: Industrie pharmaceutique, Algérie: futur pôle biotech?

Message par zeitrecht » 17 août 2015, 21:17

Pour mettre sur le marché un medicament il faut au moins 10 ans de tests.sans rentrer dans les details.Tests labo,test sur les animaux enfin tests sur echantillons humains.Apres mise sur le marché le medicament continu d'etre sous surveillance pendant encore 10 ans.D'ou la complication pour des particuliers de patenter des medicaments. Je ne connais pas les travaux du Dr. ASSAS Mostepha ni sa specialité,il doit certainement etre efficace dans son domaine.Mais l'Alcuthiol n'est pas un medicament tant que son efficacité n'a pas ete prouvée cliniquement.

Mais j'espère qu'il reussira,cela sera bon pour lui,pour l'Algerie ét pour les futures chercheurs Algeriens.


TIZIARAB
Banni Définitivement
Banni Définitivement
Messages : 88
Inscription : 31 mars 2012, 11:02

Re: Industrie pharmaceutique, Algérie: futur pôle biotech?

Message par TIZIARAB » 19 août 2015, 09:26

zeitrecht
<<Je ne connais pas les travaux du Dr. ASSAS Mostepha ni sa specialité,il doit certainement etre efficace dans son domaine<<


ci joint le blog-site du DR ASSAS MOSTEPHA
http://assasmus.unblog.fr/

Ses travaux sont surtout centrés sur les maladies auto-immunes ,qui sont plus d une quarantaine,y compris le diabéte ,PTI ,scérose en plaque ,myasthenie etc...
et la conception des antiseptiques nouveaux aussi....
etc..
Avec Alcuthiol il a soigné et gueri un enfant de 09 ans d une PTI sévère corticoresitante.

L ETUDE préclinique en europe dans un labo reconnu mondialement , couterai , SANS LES OPTIONS , et en base étude environ 600 000.EUROS
Une étude toxicologique a été faite a BAB EZZOUAR USTHB pour deux molécules inventées et brevetées. LES PRODUITS NE SONT PAS TOXIQUES
ET SON NATURES ET ECOLOGIQUES

Plusieurs études informelles sur les animaux révélent que ces produits ne sont pas toxiques et soignent plusieurs maladies.


http://assasmus.unblog.fr/


TIZIARAB
Banni Définitivement
Banni Définitivement
Messages : 88
Inscription : 31 mars 2012, 11:02

Re: Industrie pharmaceutique, Algérie: futur pôle biotech?

Message par TIZIARAB » 19 août 2015, 09:54

[ALCUTHIOL VOIE EXTERNE EST UN ANTISEPTIQUE NOUVEAU DANS LA CLASSIFICATION INTERNATIONALE ]


Les antiseptiques

Les antiseptiques cutanés sont des médicaments qui servent à désinfecter plaies, brûlures, coupures et autres lésions cutanées.
Il existe différentes familles : l’antiseptique « à tout faire » n’existe pas et chacun possède ses indications et ses contre-indications.
Les antiseptiques sont parfois mal utilisés et peuvent être responsables d’intoxications, notamment chez les enfants…Certaines règles doivent donc être respectées.
I. Les différentes familles d’antiseptiques
Familles Utilisations Inconvénients Exemples
Les colorants Utilisés surtout pour leur effet asséchant dans l’érythème fessier du nourrisson - Préférer les solutions aqueuses aux solutions alcooliques.
- Produits extrêmement salissants (colorent la peau et le linge)
- Eosine aqueuse
- Eosine alcoolique
- Solution de Milian
- Fluorescéine

L’alcool éthylique
Contrairement à une idée répandue, l’alcool à 70° est la meilleure dilution, l’alcool à 90° étant moins efficace.
Utilisé pur son effet désinfectant - Il dessèche la peau, pique et est inflammable.
- Ne pas appliquer sur les muqueuses ou les plaies.
- Alcool à 70°
- Alcool à 90°
- Alcool modifié
- Alcool camphré
Remarque : - Attention, le camphre présent dans l’alcool modifié peut être dangereux car il peut entraîner, à fortes doses, des convulsions chez le nourrisson et l’enfant. Respectez toujours les conseils de posologie et d’administration :
- Ne pas appliquer sur une surface étendue du corps
- Ne pas utiliser chez le nourrisson de moins de 30 mois et chez l’enfant ayant eu des antécédents de convulsions.

Les dérivés iodés L’iode et ses dérivés conviennent aux plaies et brûlures superficielles peu étendues. - Ne pas associer aux antiseptiques contenant du mercure (formation de composés caustiques)
- A éviter en cas d’intolérance à l’iode (allergie), chez la femme enceinte et chez le jeune enfant - Betadine ®
- Alcool iodé
Les biguanides
(Chlorhexidine) - Elle est utilisée dans de nombreuses préparations.
- Elle est bien tolérée.
- Antisepsie de la peau et des muqueuses. - Ne pas utiliser pour les lavages d’oreille et ne pas appliquer sur l’œil.
- Inactivée par le savon
- Il est parfois nécessaire de rincer l’antiseptique pour certaines marques (voir notice)
- Conserver à l’abri de la lumière. - Biseptine®
- Septeal®
- Hibitane®
- Mercryl®
- Cytéal®
Les dérivés chlorés
(Hypochlorite de sodium) Antisepsie de la peau et des muqueuses Ils peuvent être irritants - Dakin Cooper®
- Amukine®
Les diaminidines
(Hexamidine) Antisepsie de la peau et des muqueuses
Elle est bien tolérée A éviter sur les muqueuses en raison de la présence d’alcool. - Hexomédine®
- Hexaseptine®
Les ammoniums quaternaires Antisepsie des plaies superficielles.
Ont également un effet détergent - Ne pas appliquer sur les muqueuses génitales, dans l’œil ou dans l’oreille.
- Inactivé par le savon - Cetavlon®
- Sterlane®
Les carbanilides
(Triclocarban) Antisepsie de la peau et des muqueuses.
Bien rincer après emploi Ne pas utiliser avec de l’eau très chaude (formation de composés toxiques – dérivés chlorés). - Solubacter®
- Septivon®
- Cutisan®

Les produits
Sulfometallique :

ALCUTHIOL

Traitement
De choix
Des afféctions cutanées inféctées ou en voie de l être
Très large spectre
antiviral+
antimycotique+
antibactérien+
anti protozoaires. S ulilise concentré ou dilué
Tous les ages
Toutes les formes ALCUTHIOL
-brevet du
DR ASSAS M.
(pas encore commercialisé)

En projet …
Les organomercuriels(NSFP:ne se fabrique plus) Traitement d’appoint des affections cutanées infectées ou susceptibles de le devenir. Ne pas associer aux antiseptiques contenant de l’iode (formation de composés caustiques) - Dermachrome®NSFP
- Merfène®NSFP
- Mercryl Laurylé® NSFP(devient Mercyl sol moussante sans mercure)

Les oxydants













(Eau oxygénée à 10 Volumes = 3% ;
Permanganate de potassium dilué)
- Effet hémostatique
- Nettoyage des plaies
- Ils sont desséchants.
- L’eau oxygénée est caustique à partir de 20 volumes.
- Le permanganate de potassium colore la peau et le linge en violet. Ne pas l’associer au nitrate d’argent ou à l’eau oxygénée.
Le nitrate d’argent (solution aqueuse à 1 % ou 2%)
Utilisé dans les dermatoses suintantes, érythème fessier - Ne pas associer au permanganate de potassium (irritant)
Les produits
Sulforganique:

mercaptanol

Traitement
De choix
Des afféctions cutanées inféctées ou en voie de l être
Très large spectre

antimycotique+
antibactérien+
ANTIPARASITAIRE S ulilise concentré ou dilué
Tous les ages
Toutes les formes

NON TOXIQUE
ECOLOGIQUE BIO-MERCAPTANOL
-brevet du
DR ASSAS M.
(pas encore commercialisé)

En projet …


zeitrecht
Musaïd Awal (مساعد أول)
Musaïd Awal (مساعد أول)
Algeria
Messages : 975
Inscription : 27 octobre 2012, 23:59

Re: Industrie pharmaceutique, Algérie: futur pôle biotech?

Message par zeitrecht » 19 août 2015, 21:14

TIZIARAB a écrit :zeitrecht
<<Je ne connais pas les travaux du Dr. ASSAS Mostepha ni sa specialité,il doit certainement etre efficace dans son domaine<<


ci joint le blog-site du DR ASSAS MOSTEPHA
http://assasmus.unblog.fr/

Ses travaux sont surtout centrés sur les maladies auto-immunes ,qui sont plus d une quarantaine,y compris le diabéte ,PTI ,scérose en plaque ,myasthenie etc...
et la conception des antiseptiques nouveaux aussi....
etc..
Avec Alcuthiol il a soigné et gueri un enfant de 09 ans d une PTI sévère corticoresitante.

L ETUDE préclinique en europe dans un labo reconnu mondialement , couterai , SANS LES OPTIONS , et en base étude environ 600 000.EUROS
Une étude toxicologique a été faite a BAB EZZOUAR USTHB pour deux molécules inventées et brevetées. LES PRODUITS NE SONT PAS TOXIQUES
ET SON NATURES ET ECOLOGIQUES

Plusieurs études informelles sur les animaux révélent que ces produits ne sont pas toxiques et soignent plusieurs maladies.


http://assasmus.unblog.fr/
Salut TIZIARAB,
Ce que j'ai dis c'est juste qu'on ne peut dire que cette molecule est un medicament,tant qu'elle n'est pas passée par la procedure normale.
Une etude toxicologique ne suffit pas,guerrir 1 personne ou 100 ne suffit pas.

iL faut des essais cliniques portant sur les médicaments,qui ont pour objectif d'établir ou de vérifier certaines données pharmacocinétiques (modalités de l'absorption, de la distribution, du métabolisme et de l'excrétion du médicament), pharmacodynamiques (mécanisme d'action du médicament notamment) et thérapeutiques (efficacité et tolérance) d'un nouveau médicament ou d'une nouvelle façon d'utiliser un traitement connu.
Il faut par exemple voire les (nebenwirkungen) euh effect negatifs?du medicament, a court et long terme.

D'ou la nécessité d'essais cliniques.Loin de moi l'idée de reduire les travaux du Dr Assas,au contraire.Etant dans le milieu je connait la procedure,les difficultes et les montants exorbitants qu'il faut investir lá dedans.


LANDSKNECHT
Banni Définitivement
Banni Définitivement
Messages : 1128
Inscription : 08 mars 2015, 18:26

Re: Industrie pharmaceutique, Algérie: futur pôle biotech?

Message par LANDSKNECHT » 22 août 2015, 20:22

Biotechnologie : la blague de trop de Sellal

Lors d’un déplacement à Constantine jeudi, le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a insisté sur la nécessité de l’Algérie « à aller vers la biotechnologie, considérée comme la thérapie du futur, pour être aux avant-postes dans le domaine de l’industrie pharmaceutique ».

Alors que le cours du pétrole s’écroule lentement, il semble en effet logique que le gouvernement cherche à se soustraire de la dépendance de l’Algérie aux hydrocarbures. Néanmoins, il n’est pas difficile de se rendre compte que la déclaration du Premier ministre n’est rien d’autre qu’une énième annonce grandiloquente qui n’engage à rien.

Le projet de développement de la biotechnologie en Algérie ne date pas d’hier. En 2012, avait été évoqué un projet de pôle de biotechnologie dont devait disposer l’Algérie à l’horizon 2020. Ce pôle devait être implanté dans le Cyberparc de Sidi Abdallah, aurait été le fruit d’un partenariat algéro-américain et avait pour ambition d’être du même standing que les pôles biotechnologiques de Boston, d’Irlande et de Singapour.
L’Algérie devait accomplir en dix ans ce qui avait pris les États-Unis un siècle, l’Irlande cinquante ans et Singapour trente ans à accomplir.
Sauf que lorsqu’il s’agit pour eux d’être partenaire, les USA ont tendance à ne pas tourner autour du pot. Les Américains ont donc commandé un rapport au cabinet d’audit Deloitte afin d’étudier la faisabilité d’un tel projet.


Dans son étude de 200 pages, Deloitte a établi une série de 88 recommandations que devait prendre en compte l’Algérie si elle prétend bénéficier d’un pôle biotechnologique.
Parmi ces recommandations : la suppression de la règle 49/51 qui freine les investissements, le renforcement de la protection de la propriété intellectuelle, la facilitation de l’entrée de produits innovants en Algérie, mais aussi augmenter la stabilité, la transparence et la prévisibilité des réglementations algériennes.

Le rapport du cabinet Deloitte a été établi il y a trois ans, en 2012. Trois longues années durant lesquelles le gouvernement algérien aurait pu amorcer les réformes pour concrétiser le partenariat avec la superpuissance américaine et faire de l’Algérie le quatrième pôle mondial en matière de biotechnologie, à une époque où les caisses de l’Algérie débordaient d’argent.

Rien de cela n’a été fait. Alors lorsque le Premier ministre insiste jeudi sur la « nécessité à aller vers la biotechnologie », il est difficile d’y voir autre chose qu’un homme politique qui cherche à profiter de l’effet d’annonce qui n’engage à rien, plutôt qu’à préparer le navire algérien à la tempête de la crise économique qui approche à grands pas.

Yacine [email protected]
http://www.tsa-algerie.com/20150822/bio ... de-sellal/

Répondre

Revenir à « Actualités en Algérie »