Chaînes TV Algériennes

Toutes les discussions a propos de la politique, de l'économie et de la société Algérienne (uniquement)
Répondre

Sifax
Raïd (رائد)
Raïd (رائد)
Algeria
Messages : 2573
Inscription : 31 mars 2012, 12:44

Re: Chaînes TV Algériennes

Message par Sifax » 06 décembre 2012, 15:15

Le secteur public de l'audiovisuel: une restructuration "globale et totale" est prévue (02/12/2012)

La secteur public de l'audiovisuel existant fera l'objet d'une restructuration "globale et totale", à la faveur de la nouvelle loi sur l'audiovisuel prévue pour l'année 2013, a indiqué dimanche à Alger le directeur de l'audiovisuel au niveau du ministère de la Communication, M. Badreddine Mili.

"La survie du secteur public de l'audiovisuel n'est possible qu'à travers la mise en œuvre de réformes", a affirmé M. Mili qui intervenait à l'émission de la chaîne III de la Radio nationale, expliquant que "le secteur de l'audiovisuel actuel qui connaît de nombreux dysfonctionnements, un déficit en management, une faiblesse dans la formation de la source humaine et d'assez faibles subventions, fera l'objet d'une restructuration globale te totale".

M. Mili qui a insisté sur le fait que le secteur public de l'audiovisuel sera préservé dans le nouveau code régissant ce secteur, a également mis l'accent sur la nécessité d'aller vers la révision et l'amélioration des contenus proposés au public.

Il a reconnu, à ce sujet, que les pouvoirs publics et les responsables de ce secteur sont devant un "grand chantier" nécessitant des réformes, pour revenir aux normes de management connues. "Du côté de l'Etat, il est également demandé un effort d'aide publique, aussi bien au profit du secteur public qu'au secteur privé", a-t-il encore préconisé.

M. Mili qui a expliqué que le projet de loi sur l'audiovisuel est le résultat d'un "long processus de maturation", a estimé que "l'ouverture de ce secteur "n'a pas été imposée pas le contexte politique actuel" vécu dans certains pays arabes.

Il a rappelé, à ce sujet, que l'Algérie avait connu une tentative "ratée" d'ouverture dans le secteur de l'audiovisuel, à la faveur de la directive numéro 17 de 1997, reconnaissant qu'il existait un débat au sein des centres du pouvoir, durant cette période, où des réticences subsistaient.

Il a également souligné, dans le même cadre, que ce secteur (audiovisuel) avait connu des tentatives de décentralisation dans les années 1980, précisant que le projet d'ouverture de l'audiovisuel qui a été ajourné pour des réticences au sein de "certains segments de la société" est devenu "inéluctable".

M. Mili a estimé, en outre, que le projet de loi sur l'audiovisuel, actuellement, en gestation en Algérie va "bénéficier" des expériences dans ce domaine engagées dans le voisinage et dans d'autres pays du monde, en évitant de reproduire, a-t-il assuré, les mauvaises expériences de certains pays de l'Afrique de l'ouest, du Maghreb, de l'Orient et d'Asie.
http://www.leconews.com/fr/depeches/le- ... 00_312.php


Sifax
Raïd (رائد)
Raïd (رائد)
Algeria
Messages : 2573
Inscription : 31 mars 2012, 12:44

Re: Chaînes TV Algériennes

Message par Sifax » 26 décembre 2012, 01:35

C’est la première chaîne d’information en continu
Une journée chez Numidia News
(25/12/2012)

Dans les locaux de la chaîne, on nous explique clairement qu’on veut démontrer aux yeux du monde que les Algériens sont un peuple capable du meilleur et non du pire comme ont tendance à le montrer les chaînes étrangères qui dominent l’information à travers la région. Visite guidée.
Elle n’est encore qu’aux essais techniques, mais elle s’est déjà faite, remarquer. Elle, c’est Numidia News TV, la première chaîne algérienne d’information en continu. Cette chaîne veut faire rentrer l’Algérie dans la course à l’information continue.
Visite guidée. Rendez-vous est donc pris avec le staff de la chaîne. Direction Oued Romane (Banlieue Ouest d’Alger) où se trouve le bureau d’Alger de la chaîne installée dans une petite villa qui se trouve dans un quartier résidentiel. Après s’être présenté à l’interphone, on nous ouvre la porte avec un grand sourire.Sourire aux lèvres, le directeur général Samar Riyad, nous présente notre guide de la journée. Ce sera Mustapha Bamoune, le directeur de la rédaction, chargé de la coordination entre les différents bureaux dont dispose la chaîne à travers le monde. Après les présentations c’est donc l’heure de la visite. À première vue, ce qui attire le plus l’attention est le jeune âge de tous les employés de cette chaîne. Du directeur général jusqu’à l’agent de sécurité en passant par le staff technique et rédactionnel. «C’est la politique de la chaîne qui veut montrer au monde qu’avec peu de choses, la jeunesse algérienne peut faire des miracles», souligne Bamoune.

Jeune dans tous les sens du terme

La jeunesse pétille donc dans cette société et cela se fait sentir sur le dynamisme et le travail. Ça va très, très vite! Chacun est à son poste prêt à «dégainer». Début de la visite à la rédaction d’Alger. Au premier étage, un petit air… américain. Une salle est en open space. Les journalistes de la chaîne sont concentrés sur leurs sujets. «C’est le news room où les journalistes préparent leurs infos du jour», explique notre guide. «S’ils sortent sur le terrain, ils viennent ici pour écrire leur compte rendu sinon, ils restent à l’affût des informations données par les agences de presse et autres sources d’info pour préparer des sujets maison», ajoute-t-il. Juste à côté de la rédaction «classique» se trouve celle du Web. «Ici on gère notre site internet qui est un journal électronique. Il y a aussi un petit groupe qui s’occupe de la page facebook et tweetter», nous fait-il découvrir. «Et à l’extrémité, c’est l’archivage web où sont mis nos journaux d’information sur You Tube juste après leur diffusion. On a également notre propre archivage», dit-il. Cette présentation de la rédaction web était l’occasion pour Bamoune de revenir sur les origines de la chaîne. «Il faut savoir qu’au début, c’était un journal électronique, officiellement lancé en décembre 2011.
Ce journal électronique a été la base pour la fondation de la chaîne car il nous permet de former notre réseau de correspondants à travers le monde», assure-t-il. Mais pas seulement! «Pour les journalistes novices dans le domaine de l’audiovisuel cela a été une occasion pour eux de s’y adapter avec les web vidéo que nous confectionnons régulièrement», atteste-t-il tout en précisant que mis à part quelques novices, la majorité de leurs correspondants sont des journalistes chevronnés qui ont fait leurs preuves dans les grandes chaînes d’information du monde.
«N’empêche que nous avons donné la chance à quelques jeunes pépites afin de leur permettre d’éclore. Et comme je l’ai déjà dit les web vidéo leur ont permis de s’habituer à la caméra. Cela fait partie de la formation de 6 mois que nous leur avons dispensée par des professionnels», indique-t-il. A côté de la rédaction se trouve une petite salle de montage pour les journalistes afin qu’ils fassent le montage rapide de leurs matières après couverture sur le terrain. Après la rédaction, on monte un étage pour rejoindre une autre salle. On trouve un petit studio d’enregistrement à fond vert. «Il permet aux journalistes d’enregistrer leurs sonores en off comme à la radio mais aussi pour enregistrer les vidéos de flash d’information qui concernent l’Algérie», explique-t-il. Juste à côté du petit studio on trouve le service technique. «C’est ici que se fait la mise en forme de la chaîne», dit-il avant de nous présenter à ses jeunes techniciens qu’il appelle maestros. C’est dans ce service technique que se fait le gros montage des programmes, des flashs d’information… Mais c’est également ici que ce fait l’habillage de la chaîne. «Nos techniciens composent des jingles propres à la chaîne avec des sonorités bien de chez nous», témoigne-t-il avant de faire écouter l’un de ces jingles. «Contrairement aux autres chaînes qui copient des jingles et autres sons déjà existants, nous, on fait les nôtres par respect à la propriété intellectuelle», soutient-il.

Promouvoir la langue amazighe

Après ce bouillon de sonorités on termine la visite au service doublage. «C’est dans ce service qu’on fait la traduction des documentaires et autres matières qu’on achète dans des langues qui diffèrent des quatre langues qu’on utilise dans nos programmes, à savoir tamazight, l’arabe, l’anglais et depuis cette semaine le français», dit Bamoune à qui ne fallait pas plus pour expliquer l’aspect identitaire de la chaîne. «On a choisi de diffuser des flashs d’information en tamazight pour promouvoir notre langue qui ne date pas d’hier», certifie-t-il. «On est contents que des gens du Moyen-Orient nous appellent pour nous demander quelle était cette langue avec laquelle on diffuse. On leur explique clairement que c’est la langue de nos ancêtres, qui date de près de trois mille ans», rapporte fièrement Bamoune qui réaffirme que le but de la chaîne est en premier lieu de défendre et promouvoir l’identité algérienne. D’ailleurs, le nom de la chaîne parle de lui-même, Numidia News TV… «Ce nom nous a permis de faire un jeu de mots qui est Numidia = news news (nouvelles infos). Mais notre objectif principal était de rendre hommage à notre histoire berbère», dit-il. Toutefois, le but de la chaîne n’est pas seulement de défendre l’Algérie d’avant, mais aussi celle de maintenant! «On veut démontrer aux yeux du monde que les Algériens sont un peuple capable du meilleur et non du pire comme ont tendance à le montrer les chaînes étrangères qui dominent l’information à travers la région», soutient celui qui veut faire la promotion de son pays dans toute sa diversité. «Il faut montrer le verre à moitié plein et non à moitié vide», précise-t-il en ajoutant que les problèmes internes sont algéro-algériens. «Le linge sale se lave en famille et non devant des étrangers qui sont à l’affût de la moindre occasion pour nous déstabiliser», soutient-il en s’appuyant sur le proverbe qui est la devise de la chaîne:«Il vaut mieux allumer une bougie que de maudire l’obscurité.» Il répète que l’Algérien est capable de faire des miracles. «Il suffit juste qu’on lui donne sa chance», garantit Mustapha Bamoune. Il est aussi utile de souligner que la chaîne a donné leur chance aux Algériens des quatre coins du pays. «Nos employés viennent de diverses régions du pays, même les plus reculées.
Nos jeunes sont prêts à relever le défi», insiste-t-il.

De l’info mais aussi du documentaire

Pour ce qui est de la grille de programmes, M.Bamoune parle d’abord d’information continue globale qui est le fondement d’une chaîne d’information. «Mais on programme aussi des émissions reportages pour traiter des dossiers d’actualité ainsi que des documentaires qui traitent de sujets différents, cela en plus des éditions spécialisées dans divers thèmes tels que l’économie, le sport, la culture, la religion», révèle-t-il.M. Bamoune est aussi revenu sur les projets de son groupe et il souhaite voir sa chaîne, qui est, selon ses dires, 100% algérienne, installer son siège social en Algérie et non un bureau comme c’est le cas maintenant. «On attend la nouvelle loi sur l’audiovisuel pour délocaliser notre entreprise, qui transmet en offshore en Europe, vers l’Algérie. On veut travailler dans notre pays, pas chez les autres!», exprime-t-il comme désir. «Avec la bonne volonté formulée par les autorités dans le cadre des réformes, une fenêtre va s’ouvrir aux Algériens afin qu’ils montrent leurs capacités. On reste convaincus», estime-t-il. Enfin, il souhaite voir d’autres chaînes algériennes émerger dans le paysage médiatique du pays. «On n’a pas peur de la concurrence bien au contraire, dit-il. On est pionniers dans le genre mais j’espère qu’on montrera la voie à nos compatriotes. Je rêve de voir d’autres chaînes émerger que ce soit d’information générale ou thématique. Ça voudra dire qu’on n’a pas travaillé pour rien. Même si notre projet échoue, on aura quand même cassé un tabou», conclut-il avec un clin d’oeil qui en dit long sur les ambitions de Numidia News TV.

Numidia News TV dispose de 22 bureaux dans le monde

Numidia News TV qui en est encore aux essais techniques impressionne déjà par le nombre de ses correspondants à travers le monde. «On dispose de 22 bureaux à travers le monde», affirme Mustapha Bamoune le directeur de la rédaction chargé de la coordination entre les différents bureaux dont dispose la chaîne à travers le monde. «On dispose également de correspondants itinérants ce qui fait que notre logo et présent dans 35 pays à travers le monde», ajoute-t-il en précisant que ces bureaux se trouvent dans les plus grandes capitales du monde et couvrent des régions entières. Il cite entre autres, Washington, Paris, Bruxelles, Barcelone, Ghaza, Istanbul, Doha, Sanaâ. «On est accrédités à l’Onu et au Conseil de sécurité des Nations unies, au Congrès américain, à l’Union européenne, au Parlement européen ainsi qu’à l’Otan», souligne-t-il avec fierté. Cette chaîne qui n’a pas encore annoncé son lancement officiel, s’est distinguée par sa présence au milieu des combattants palestiniens lors de l’attaque israélienne contre la bande de Ghaza où elle a couvert l’évènement minute par minute. Les Algériens ont également eu à apprécier les déclarations qu’elle a arrachées au président français François Hollande. Ou encore celles arrachées au ministre des Affaires étrangères Algérien, Mourad Medelci, à Washington. Ces scoops ont fait la popularité de cette chaîne qui n’est encore qu’à la diffusion expérimentale!

Comment peut-on la capter?

Numidia News TV qui est dédiée aux news, émet à partir du satellite Nilsat 7° west et peut-être capter selon les orientations suivantes: 11603 H 27500 ¾. Elle est encore au stade expérimental et aux essais techniques mais elle émet 24/24. La date de son lancement officiel n’a pas encore été décidée. «Une chaîne ce n’est pas n’importe quoi. Il faut prendre son temps pour la lancer convenablement», nous ont affirmé ses responsables.
http://www.lexpressiondz.com/actualite/ ... -news.html

Avatar de l’utilisateur

scorpion-rouge35
Fariq (فريق)
Fariq (فريق)
Algeria
Messages : 5462
Inscription : 20 mars 2012, 13:03
Localisation : ALGERIE-ALGER
Contact :

Re: Chaînes TV Algériennes

Message par scorpion-rouge35 » 26 décembre 2012, 12:58

a quand une chaine d'info francophone ou en anglais
THE ALGERIAN ARMY



Sifax
Raïd (رائد)
Raïd (رائد)
Algeria
Messages : 2573
Inscription : 31 mars 2012, 12:44

Re: Chaînes TV Algériennes

Message par Sifax » 14 janvier 2013, 12:50

Le champ médiatique restera fermé jusqu’à ce que… (Par Hafidh Derradji, 14/01/2013)

L’ouverture réelle du champ médiatique au privé n’est pas pour demain ! Les informations ayant filtré du Conseil interministériel, qui a débattu depuis quelques jours du projet de loi sur l’information initié il y a deux ans par le Conseil des ministres, indiquent clairement que l’ouverture du champ audiovisuel en Algérie n’aura lieu ni demain ni après‑demain. L’esprit et les yeux des Algériens ne s’ouvriront pas davantage sur ce qui se passe dans leur société et à travers le monde, tout comme resteront enfermées les prodigieuses énergies professionnelles dont nous sommes si fiers.

Et si cette ouverture venait à se produire au cours de cette année, elle se fera pour la forme et sera bancale, restreinte et vaine, en plus de ne pas répondre à nos espoirs et aspirations, car cette ouverture se limitera au lancement progressif de "chaînes thématiques". Ces chaînes ne seront donc ni globales ni vouées à l’information…

Parler d’une loi autorisant uniquement des chaînes privées thématiques est la preuve d'une volonté politique (dont nous rêvions depuis longtemps) creuse et nullement destinée à aller vers une diversification réelle en communication. Cela signifie que les chaînes algériennes privées apparues jusqu’à présent n’auront pas leur agrément parce qu’elles ne sont pas conformes à la loi et qu’elles ne répondent pas aux clauses du cahier des charges !

Nous sommes face à un espace médiatique dépassé et des chaînes algériennes qui émettent à partir de l’étranger pourraient arrêter de diffuser et se voir à tout moment confrontées à des restrictions. La nouvelle génération se trouvera obligée de s’accrocher aux chaînes étrangères tant que les nôtres ne contenteront pas ses demandes croissantes. Deux ans après l’approbation, par le Conseil des ministres, du projet de loi sur l’information autorisant la création de chaînes de radio et de télévision privées, ce scénario nous semble cocasse et étrange dans l’Algérie du troisième millénaire. En effet, cette loi qui permet aux professionnels de créer des chaînes spécialisées dans la religion, le divertissement, le sport, l’histoire, les sciences et bien d’autres domaines, exige que ceux‑ci interviennent dans domaines éloignés de la politique, de la réflexion et de la culture. Et surtout, elle leur interdit la création de chaînes spécialisées dans l’information.

Les télévisions publiques garderont ainsi le monopole de l’information et du débat politique, les décideurs étant persuadés que le peuple et les institutions ne sont pas encore arrivés à un degré de maturité politique, intellectuelle, culturelle et sociale suffisant pour discuter, débattre et analyser notre condition et notre situation !

Le projet de loi sur l’information débattu par le Conseil interministériel exclut la création de chaînes généralistes ou spécialisées dans l’information. Par ailleurs, il nous est impossible, du point de vue artistique et technique, d’envisager des chaînes terrestres émettant à partir de l’Algérie sur la télévision numérique. Nous sommes en effet dans l’incapacité de couvrir tout le territoire national parce que le projet de numérisation de la diffusion a accusé un grand retard malgré tous les moyens financiers mobilisés depuis le début du millénaire. Cela signifie que nous ne le voulons pas politiquement et que nous ne le pouvons pas techniquement et artistiquement : la décision d’ouvrir le champ audiovisuel n’était pas sincère, depuis le début. Même les chaînes spécialisées dans le sport, les films ou les séries ne peuvent être créées étant donné la situation technique actuelle qui ne leur permet pas d’émettre par satellite à cause des droits dont disposent d’autres parties.

Quant aux nouvelles chaînes algériennes privées, elles s’arrêteront de diffuser parce qu’elles ne sont pas en conformité avec la loi et qu’elles ne peuvent continuer à résister davantage, compte tenu des difficultés et des lourdeurs financières, techniques et juridiques. Sinon, elles continueront de diffuser à partir de l’étranger, comme c’est déjà le cas, et seront considérées comme des chaînes étrangères non soumises au code de l’information algérien et ne bénéficieront donc ni d’avantages ni de facilitations professionnelles ou médiatiques.

Par conséquent, la situation restera telle quelle et rien ne changera. Dans le cadre d’une logique qui persiste à dire que le peuple algérien est mineur et qu’avec lui, il n’y a que le discours unique, la pensée unique et l’avis unique qui fonctionnent, nous n’arriverons pas à la diversification médiatique et intellectuelle souhaitée. Les chaînes publiques de la télévision algérienne elles‑mêmes ne pourront ni évoluer ni se développer si elles demeurent seules sur le terrain à concurrencer des chaînes étrangères spécialisées et généralistes qui envahissent notre espace médiatique et auxquelles notre public s’attache de plus en plus.
http://www.tsa-algerie.com/politique/le ... 23413.html


Sifax
Raïd (رائد)
Raïd (رائد)
Algeria
Messages : 2573
Inscription : 31 mars 2012, 12:44

Re: Chaînes TV Algériennes

Message par Sifax » 30 janvier 2013, 21:01

La chaîne Echorouk TV, piratée, diffuse une vidéo “de charme” (Par Mourad Arbani, 30/01/2013)

La chaîne de télévision privée Echorouk TV qui émet sur Nilesat, a subi dans la journée de mardi un piratage un peu curieux qui a mis ses responsables dans une gêne indescriptible

Un hacker qui semble ne pas apprécier les penchants islamistes de la chaîne n’a pas trouvé mieux à faire que de pirater Echorouk TV, en glissant dans ses programmes une vidéo “de charme”, utilisée dans un spot publicitaire pour une marque de matelas. La scène a duré plusieurs minutes.

Après une vague de vague de dénonciations et d’indignation de la part des téléspectateurs, notamment sur le web, les responsables de la chaîne de télévision ont réagi en présentant des excuses au public, avant de donner l’explication, y compris au cours du Journal télévisé.

“Un acte de piratage a tenté de saboter la programmation de la chaîne durant quelques minutes” a affirmé une journaliste pour qui ce média dérangeait beaucoup de gens par sa réussite. “Ces ennemis de la réussite veulent saboter le travail professionnel de notre chaîne” a-t-elle indiqué.
http://www.algerie1.com/actualite/la-ch ... de-charme/

Avatar de l’utilisateur

scorpion-rouge35
Fariq (فريق)
Fariq (فريق)
Algeria
Messages : 5462
Inscription : 20 mars 2012, 13:03
Localisation : ALGERIE-ALGER
Contact :

Re: Chaînes TV Algériennes

Message par scorpion-rouge35 » 31 janvier 2013, 13:22

ça aurait pu être pire :clown:
THE ALGERIAN ARMY



tayeb
Aqid (عقيد)
Aqid (عقيد)
Algeria
Messages : 9791
Inscription : 17 janvier 2013, 17:26

Re: Chaînes TV Algériennes

Message par tayeb » 31 janvier 2013, 16:10

scorpion-rouge35 a écrit :ça aurait pu être pire :clown:
“Ces ennemis de la réussite veulent saboter le travail professionnel de notre chaîne” a-t-elle indiqué.

Bah voila ,ils ont fais pire avec ce grand mensonge! :rambo5:

Avatar de l’utilisateur

tchpako
Liwaa (لواء)
Liwaa (لواء)
Algeria
Messages : 4819
Inscription : 31 mars 2012, 19:11
Localisation : DZALG
Contact :

Re: Chaînes TV Algériennes

Message par tchpako » 12 février 2013, 17:35

Le gouvernement refuse toujours d’ouvrir le champ audiovisuel
Audience TV en Algérie : trois chaînes d’information étrangères occupent le podium
Lilia Oufella

Pour s’informer, les Algériens préfèrent les chaînes de télévision étrangères. Deux chaînes arabes et une télévision française dominent le paysage. Al Jazeera, Al Arabiya et France 24 sont respectivement les chaînes les plus suivies en Algérie chez les plus de 15 ans, selon les résultats de l’étude Maghrebscope 2012, cités ce mardi 12 févier, par France 24 sur son site internet. Maghrebscope appartient à l’institut de sondages TNS-Sofres.

France 24 enregistre 14,5 % d’audience cumulée hebdomadaire en Algérie, selon la même source. La chaîne française rencontre un grand succès auprès des cadres et des dirigeants algériens, puisqu’elle est la deuxième chaîne internationale suivie par cette catégorie, selon la même source. « France 24 a renforcé sa notoriété en Algérie en 2012. 95,5 % des cadres et des dirigeants déclarent connaître la chaîne (+1,4 point) et 67 % de l’ensemble des Algériens interrogés la connaissent (+1,3 point) », se réjouit la chaîne française.

En Algérie, France 24 est reçue dans 5,9 millions de foyers, soit 100 % des foyers numériques et 92 % des foyers équipés de TV, selon la même source. L’antenne arabe de France 24 est la plus suivie par les téléspectateurs algériens (68,3 %), par rapport à l’antenne en français (26,9 %).

Ces résultats sont annoncés près d’un mois après la prise d’otages d’In Amenas. Beaucoup d’Algériens ont critiqué la couverture de ce drame par les télévisions étrangères. Paradoxalement, le gouvernement refuse toujours d’ouvrir le champ audiovisuel à la concurrence. Promise, il y a deux ans par le président Abdelaziz Bouteflika, la nouvelle loi sur l’audiovisuel tarde à voir le jour. Une situation qui fait le bonheur des télévisions françaises.
http://www.tsa-algerie.com/culture-et-m ... 23752.html
Image
إنا لله و إنا إليه راجعون ...

Avatar de l’utilisateur

tchpako
Liwaa (لواء)
Liwaa (لواء)
Algeria
Messages : 4819
Inscription : 31 mars 2012, 19:11
Localisation : DZALG
Contact :

Re: Chaînes TV Algériennes

Message par tchpako » 14 février 2013, 21:30

(APS) jeudi 14 février 2013 18 : 59
Hâter l’achèvement des projets de couverture radiophonique et télévisuelle du Sud (Ministre)

TAMANRASSET - Le ministre de la Communication, Mohamed Said, a appelé, jeudi à Tamanrasset, à hâter l’achèvement des travaux inhérents à la couverture radiophonique et télévisuelle dans les régions du sud du pays.

Présidant une séance de travail, en présence des cadres des entreprises de la Radio, de la Télévision et de Télédiffusion d’Algérie, et ceux du ministère de la Communication, Mohamed Said a mis l’accent sur la nécessité de hâter l’achèvement des travaux des différents projets retenus en matière de couverture radiophonique et télévisuelle des différentes régions du sud algérien.

Lors de cette réunion consacrée à l’évaluation de l’état d’exécution des travaux du réseau de couverture dans le sud du pays, le ministre a insisté sur l’accompagnement de ces projets par des programmes de formation de la ressource humaine, pierre angulaire du perfectionnement des compétences professionnelles.

Mohamed Said a, en outre, annoncé la programmation prochaine d’une rencontre qui sera consacrée à l’examen de la question des imprimeries, en vue de mettre la presse écrite à la disposition des lecteurs des régions de l’extrême sud algérien.

La séance de travail, qui s’est tenue au siège de la wilaya, a donné lieu à la présentation d’un exposé exhaustif sur la situation du réseau de couverture radiophonique et télévisuelle dans le sud du pays.

Ont notamment pris part à cette séance de travail, qui couronne la visite de travail d’une journée du ministre dans la wilaya de Tamanrasset, les directeurs généraux des entreprises de la Radio nationale, de la Télévision et de la Télédiffusion algérienne Chaâbane Lounakel, Tewfik Khelladi et Abdelmalek Houyou respectivement.

Le ministre avait auparavant inauguré le nouveau siège de la radio régionale de Tamanrasset et inspecté des structures relevant de son secteur d’activités, avant de donner, au centre universitaire Agh-Akhamoukh, le coup d’envoi d’un programme, initié par la radio algérienne, intitulé "Pour une année de l’environnement et du développement durable".
http://www.aps.dz/Hater-l-achevement-de ... ts-de.html
Image
إنا لله و إنا إليه راجعون ...

Avatar de l’utilisateur

tchpako
Liwaa (لواء)
Liwaa (لواء)
Algeria
Messages : 4819
Inscription : 31 mars 2012, 19:11
Localisation : DZALG
Contact :

Re: Chaînes TV Algériennes

Message par tchpako » 25 mars 2013, 16:43

25-03-2013
Médias
Ouverture du champ audiovisuel : une nouvelle étape, dès 2014, dans le développement du secteur (ministre)

Le ministre de la Communication, M. Mohamed Saïd a indiqué, lundi à Constantine, que le secteur de la communication "franchira, à l’aube de l’année 2014, une nouvelle étape dans le processus de son développement avec l’ouverture du champ audiovisuel".

Avec l’adoption de la loi sur l’audiovisuel, le secteur de la communication réalisera un "grand pas en avant" dans son programme de modernisation et de développement, a souligné le ministre au cours d’une visite de travail à Constantine où il a inspecté les sièges des médias du secteur public.

L’ouverture du champ audiovisuel, décidée par le président de la République, constitue aujourd’hui un "passage obligé" au vu des mutations technologiques dans la communication constatées à travers le monde, a ajouté M. Mohamed Saïd, précisant que le secteur de la communication "est aujourd’hui appelé à se développer pour être à la hauteur des attentes de la population".

Ce secteur qui a joué, depuis l’indépendance, un "grand rôle dans l’accompagnement des différentes phases de développement de l’Algérie", fait face aujourd’hui à deux défis de taille : être à la hauteur des attentes des citoyens et booster le développement de la société algérienne.

Saluant les efforts déployés localement pour accompagner le processus de développement du secteur de la communication, le ministre a indiqué que des discussions étaient en cours pour doter les stations de la télévision et de la radio de Constantine de nouveaux sièges qui seront à la hauteur de la démarche de développement projetée. Le ministre a également insisté sur les volets de la formation et de l’équipement pour la concrétisation du processus de développement de ce secteur.

M. Mohamed Saïd qui a eu une pensée émue pour les familles des deux enfants récemment enlevés et assassinés à Ali-Mendjeli, a fait part de sa conviction que la justice saura être "ferme dans son jugement des auteurs de ce crime étranger à notre culture, à nos valeurs et à notre éducation". Evoquant l’évènement "Constantine, capitale 2015 de la culture arabe", le ministre de la Communication a considéré que cette manifestation devrait apporter un "plus" aux contributions de l’Algérie dans l’Histoire.
http://www.letempsdz.com//content/view/89707/1/
Image
إنا لله و إنا إليه راجعون ...

Avatar de l’utilisateur

tchpako
Liwaa (لواء)
Liwaa (لواء)
Algeria
Messages : 4819
Inscription : 31 mars 2012, 19:11
Localisation : DZALG
Contact :

Re: Chaînes TV Algériennes

Message par tchpako » 25 mars 2013, 18:58

(APS) lundi 25 mars 2013 17 : 55
Le projet de loi sur l’audiovisuel soumis, la semaine prochaine, au Gouvernement pour examen (ministre)
Image
CONSTANTINE- Le projet de loi sur l’audiovisuel sera soumis au Gouvernement pour examen à la fin de la semaine prochaine, avant d’être débattu par l’Assemblée populaire nationale (APN) lors de sa session en cours, a déclaré lundi à Constantine le ministre de la Communication, Mohamed Saïd.

S’exprimant au cours d’une rencontre avec la presse locale, en marge d’une visite d’inspection à Constantine, le ministre a indiqué que le projet de loi sur l’audiovisuel "renforcera le champ médiatique avec des investissements privés et de nouvelles chaînes de télévision thématiques, dans le cadre d’un cahier des charges +clair et précis+".

M. Mohamed Saïd a également précisé que le projet de loi relatif à la publicité, déjà finalisé, sera soumis le mois prochain au Gouvernement, "s’ensuivra d’ici peu" celui relatif aux sondages.

Evoquant une batterie de mesures destinées à "réorganiser" et à "professionnaliser" le secteur de la Communication, le ministre a précisé que son département procédera "prochainement" à la création de l’autorité de régulation de la presse écrite, à l’installation de l’autorité de régulation de l’audiovisuel et à l’adoption du statut du journaliste.

Evoquant un "problème de représentativité des journalistes, retardant l’installation de ces instances", M. Mohamed Saïd a appelé les représentants des organismes de presse à "s’organiser" et à "désigner des interlocuteurs" afin de "faire avancer les réformes introduites dans le secteur de la communication".
http://www.aps.dz/article93544.html
Image
إنا لله و إنا إليه راجعون ...

Avatar de l’utilisateur

tchpako
Liwaa (لواء)
Liwaa (لواء)
Algeria
Messages : 4819
Inscription : 31 mars 2012, 19:11
Localisation : DZALG
Contact :

Re: Chaînes TV Algériennes

Message par tchpako » 26 mars 2013, 11:27

(APS) mardi 26 mars 2013 09 : 25
Feu vert pour la création d’une chaine de télévision dédiée aux jeunes (Secrétaire d’Etat)
Image
MASCARA - Le secrétaire d’Etat chargé de la jeunesse, M. Belkacem Mellah, a annoncé, lundi à Mascara, que le Premier ministre a donné son feu vert pour la création d’une chaine satellitaire de télévision destinée aux jeunes.

Animant une conférence de presse en marge de sa visite dans la wilaya, M. Mellah a souligné que le Premier ministre a donné son accord pour la création d’une chaine de télévision dédiée aux jeunes et qu’il a ordonné la prise de mesures nécessaires pour concrétiser le projet dans les proches délais.

"Le Secrétariat d’Etat chargée de la jeunesse dirigera cette chaine", a-t-il ajouté.

D’autre part, le Secrétaire d’Etat a relevé un regain d’activités des maisons de jeunes durant ces cinq derniers mois. Il a souligné une forte fréquentation des jeunes appelée à doubler à l’avenir, grâce à certaines mesures prises comme la gratuité des connections internet, le prolongement des heures d’ouverture de ces maisons jusqu’à minuit et l’autorisation donnée aux associations d’activer au sein de ces structures et de contribuer à leur encadrement.

M. Belkacem Mellah rappelé l’attention particulière accordée par l’Etat aux jeunes avec notamment la création d’un secrétariat d’Etat qui leur est dédié. Grâce à ces efforts l’Algérie occupe la première place au niveau africain pour ce qui est du nombre des maisons de jeunes (3400) répondant aux différents critères internationaux.

Lors de sa visite, le secrétaire d’Etat a inspecté plusieurs projets et infrastructures en cours de réalisation dans la wilaya de Mascara, comme la future maison de jeunes d’El Ghomri, qui sera réceptionnée en juin prochain, l’auberge de jeunes de Mohammadia, dotée d’une capacité de 50 lits.

Toujours à Mohammadia, il a inauguré le lancement d’une session de formation des encadreurs des camps d’été en faveur de cinquante jeunes. Dans la même ville, il a inauguré une salle internet avant de visiter la maison de jeunes "Abdelkader Abdelkader".

M. Belkacem Mellah a inspecté, dans la commune de Sidi Abdelmoumene , le chantier de la maison de jeunes qui sera réceptionné l’été prochain avant de visiter la maison de jeunes "Chahid Bensalim Ghaouti", où il a donné le coup d’envoi du cross pour enfants avec la participation, de 150 enfants.

Au chef-lieu de wilaya, le secrétaire d’Etat a inspecté plusieurs projets et infrastructures dont les locaux inexploités par l’OPGI et attribués aux associations.

Tighennif, Hel Hachem, Nesmat, Khalouia et Aïn Fekkane ont été les autres étapes de la tournée du ministre qui a également tenue, dans la soirée, une rencontre avec le mouvement associatif local.
http://www.aps.dz/Feu-vert-pour-la-creation-d-une.html
Image
إنا لله و إنا إليه راجعون ...

Avatar de l’utilisateur

Madjid-wahran
Musaïd Awal (مساعد أول)
Musaïd Awal (مساعد أول)
Algeria
Messages : 935
Inscription : 31 mars 2012, 10:52

Re: Chaînes TV Algériennes

Message par Madjid-wahran » 01 avril 2013, 12:08

Illizi : Réouverture prochaine du sous-centre de la télévision algérienne
Le sous-centre de la télévision algerienne sera réouvert prochainement dans la wilaya d’Illizi, a déclaré hier le directeur général de la télévision algérienne, M. Tewfik Khelladi. S’exprimant en marge d’une visite dans la wilaya, M. Khelladi a indiqué qu’il était prévu l’ouverture de structures de la télévision algérienne dans certaines wilayas du pays, dont celle d’Illizi. «Une équipe technique sera dépêchée la semaine prochaine afin d’inspecter le local devant abriter le sous-centre, estimer les travaux de restauration devant y être engagés et prévoir le plateau technique devant l’équiper», a-t-il précisé.
M. Khelladi a en outre salué les efforts déployés par les autorités de la wilaya pour accompagner le développement de la couverture médiatique dans cette région du Sud et contribuer à l’amélioration du service public des médias.
Le sous-centre de la télévision algérienne d’Illizi a été ouvert une première fois en 1997, dans le cadre de la stratégie des pouvoirs publics de créer des structures de la télévision dans toutes les wilayas, avant de fermer ses portes en 2000 et de revenir sous la coupe de la station régionale d’Ouargla.
http://www.elmoudjahid.com/fr/flash-actu/10150
« Les chrétiens vont au Vatican, les musulmans à la Mecque et les révolutionnaires à Alger. » Amilcar Cabral , Ya Hasrra ...

Avatar de l’utilisateur

tchpako
Liwaa (لواء)
Liwaa (لواء)
Algeria
Messages : 4819
Inscription : 31 mars 2012, 19:11
Localisation : DZALG
Contact :

Re: Chaînes TV Algériennes

Message par tchpako » 06 avril 2013, 23:47

Les chaînes de télévisions d’Ech-Chourouk, E-Nahar et El Djazairia autorisées à ouvrir leurs représentations à Alger
Par Khidr Omar | 06/04/2013 | 17:31
Image

Les chaînes de télévision Ech-Chourouk, E-Nahar et El Djazairia ont été autorisées, à leur demande, à ouvrir “provisoirement” des représentations à Alger, apprend-t-on samedi auprès du ministère de la Communication.

“La Direction des moyens audiovisuels a autorisé les trois chaînes de droit étranger à ouvrir provisoirement des représentations à Alger. Cette autorisation, valable jusqu’au 31 décembre 2013, est administrative”, a-t-on précisé.

Cette permission “peut être corrigée ou retirée à tout moment” par le ministère de la Communication, a affirmé la même source qui rappelle que l’autorisation s’est faite conformément au décret exécutif du 28 juillet 2004.

Le ministre de la Communication, M. Mohamed Saïd avait indiqué récemment que le secteur de la communication “franchira, à l’aube de l’année 2014, une nouvelle étape dans le processus de son développement avec l’ouverture du champ audiovisuel, décidée par le président de la République.

Avec l’adoption de la loi sur l’audiovisuel, le secteur réalisera un “grand pas en avant” dans son programme de modernisation et de développement, avait encore souligné le ministre. Le projet de loi relatif aux activités de l’audiovisuel devrait être soumis par le Gouvernement au Parlement lors de l’actuelle session de l’Assemblée populaire nationale.(Aps)
http://www.algerie1.com/actualite/les-c ... s-a-alger/
Image
إنا لله و إنا إليه راجعون ...


tayeb
Aqid (عقيد)
Aqid (عقيد)
Algeria
Messages : 9791
Inscription : 17 janvier 2013, 17:26

Re: Chaînes TV Algériennes

Message par tayeb » 01 mai 2013, 14:36

En Algérie, l'info se déchaîne à la télé

Reportage | Des chaînes privées qui parlent de sexualité, de démocratie, d'assassinats politiques. Nées il y a un an, à la limite de la légalité, elles sont tenues à l'œil par le pouvoir.
Image
19 janvier 2013. Une chaîne jusque-là méconnue, Ennahar TV, diffuse les images exclusives d'otages se rendant à leurs ravisseurs islamistes dans le complexe gazier d'In Amenas, dans le Sahara algérien. L'AFP produit une capture d'écran, et l'image fait le tour du monde. Coup d'éclat pour Ennahar TV, jeune chaîne d'info continue algérienne qui a fêté, début mars, sa première année d'existence.

A Alger, dans le quartier d'Hydra, le modeste open space de la rédac télé surprend. Une vingtaine de (très) jeunes journalistes s'échinent sur l'actu du jour. Moyenne d'âge : 22 ans. Les heures de travail, elles, ne se comptent pas. « Dès qu'une info tombe, tout le monde est là, même à 3 heures du matin », explique Souad Azzouz. Propriétaire du quotidien Ennahar, elle lance, en mars 2012, avec son mari, Anis Rahmani, cette chaîne d'info continue faite de bric et de broc, fabriquée en majeure partie par des journalistes issus de la rédaction ­papier, novices en matière d'audiovisuel.

Grâce au carnet d'adresses bien fourni de ses patrons et au solide réseau de correspondants du journal, désormais équipés de caméras HD, Ennahar TV s'est lancée dans la course au scoop. C'est encore elle qui, le 28 février, divulgue la possible mort du leader d'Aqmi, Abou Zeid, et, un mois plus tard, le nom de son successeur, l'Algérien ­Djamel Okacha. Des informations ­reprises à travers le monde
.
Comme Ennahar TV, une poignée de chaînes privées ont été lancées au printemps 2012 en Algérie : El Djazairia, qui mêle divertissement et info (lire ­ci-dessous), Echourouk TV, généraliste ­issue du journal éponyme, Dzair Shop, canal d'annonces publicitaires, ou ­encore Numidia News, autre chaîne d'info continue. Un véritable séisme pour des téléspectateurs qui, en cinquante ans d'indépendance, n'ont connu que l'ENTV, surnommée avec lassitude « l'Unique » ou « l'Orpheline ». Une télé publique tout entière dévouée à la propagande d'Etat.

Situation ubuesque

C'est en avril 2011 que se font sentir les prémices de ce printemps audio­visuel algérien. En pleines révolutions arabes, le président Abdelaziz Bouteflika veut désamorcer les tensions socia­les par un discours où il promet d'abondantes réformes, laissant entrevoir l'ouverture de l'audiovisuel au secteur privé. Profitant de cette tiède annonce, qui ne prévoit d'autoriser que des chaînes thématiques hors information, les aspirants de ­longue date à l'audiovisuel ont précédé la loi, qui ne passera ­devant l'Assemblée populaire nationale qu'au mois de juin prochain.

Aujourd'hui, la situation est totalement ubuesque : tolérées par le pouvoir, ces chaînes restent cependant interdites de ­télédiffusion nationale, leurs rédactions sont basées à ­Alger mais elles n'ont droit qu'à une accréditation en tant que médias étrangers. Enfin leurs sièges demeurent en dehors du territoire algérien et elles émettent depuis la Jordanie ou le Bah­reïn. Une situation aux frontières de la légalité et qui les prive de fait du direct. Le 1er avril, le ministre de la Commu­nication, Mohamed Said, trouble encore la situation en prenant une ­demi-mesure : il accorde à El Djazairia, Ennahar TV et Echourouk TV un « bureau de représentation » à Alger. En ­attendant l'agrément officiel, ce précieux sésame permet aux trois élues d'être informées de l'agenda du gouvernement, de démarcher des annonceurs nationaux et de traiter avec les banques algériennes. Le pouvoir lâche du lest tout en exerçant une habile pression, se réservant le droit de « corriger » ou de « retirer » la permission « à tout moment ».


Mustapha Kessaci, présentateur du JT d'El Djazairia, a fait ses classes à l'antenne de la télé publique, de 2006 à 2011. Aujourd'hui, le jeune homme de 31 ans se dit « épanoui » sur la chaîne privée. « On a une liberté totale de traiter les sujets qu'on veut – les élections législatives et communales, les assassinats politiques, la démocratie. » A Ennahar TV, Souad Azzouz est catégorique : « Ce sont nos fonds propres, nos salaires, que nous avons investis. » Si Echourouk TV et Ennahar TV sont en partie financées par les importantes recettes publicitaires des entreprises de presse auxquelles elles sont adossées, certains observateurs suggèrent que les nouvelles chaînes ne pourraient exister sans soutiens, politiques et ­financiers.

Opacité

Belkacem Ahcène-Djaballah, expert en communication, explique : « Les chaînes n'ont aucune obligation de justifier quoi que ce soit. Des noms de gros industriels, de politico-affairistes circulent... C'est très malsain pour l'avenir de l'information. » « Leur indépendance est limitée », observe Fayçal Métaoui, journaliste d'El Watan. « L'action du président, par exemple, n'est pas critiquée. Il n'y a pas d'enquête sur les affaires de corruption. Pas de reportages sur la situation des droits de l'homme. » Pour Belkacem Mostefaoui (1) , directeur adjoint de l'Ecole nationale supérieure de journalisme de Ben Aknoun, le récent geste du gouvernement « est très symbolique : le pouvoir met les télés sous sa coupe et leur i­mpose d'être reconnaissantes ». Un « favoritisme », dénonce-t-il, qui interroge sur les relations de ces nouveaux ­canaux au pouvoir. « On peut émettre l'hypothèse qu'il y a des relations avec les sphères dirigeantes, qui normalisent la situation en les laissant faire. Cette opacité touche l'ensemble des domaines d'activités en Algérie », déplore-t-il.

Sur le contenu de ces canaux inédits, le sociologue des médias concède : « Etant donné le vide qui a précédé et la souffrance des Algériens, qui ne se sont jamais reconnus dans ce qu'ils ­regardent, c'est mieux que rien. » Dans un pays où la notion de loisirs s'est évanouie dans la terreur de la guerre civile et l'état d'urgence, où les cinémas ont fermé et où les salles de concert se font plus que rares, la télévision est l'échappatoire numéro un. Les Algériens, écoeurés par une ENTV ­indigeste, s'accrochent à leurs multiples paraboles et à leurs décodeurs, passant des chaînes arabes (Al-Jazira, MBC, chaînes turques ou égyptiennes) aux françaises (M6, BFMTV, France 24 et Canal+ en tête).

« C'est cru, c'est la vérité »

Dans les rues d'Alger, nombreux sont les cafés et restaurants branchés sur les nouvelles télés. « Elles sont fortement relayées par la vox populi, car elles osent, commente Belkacem Mostefaoui. Elles osent inviter des personnalités fortes, qui n'ont jamais pu s'exprimer à l'ENTV. Des écrivains, des anciens généraux... Elles créent l'événement. » Nadjiba, mère de famille de 43 ans, regarde Ennahar TV « parce que c'est cru, c'est la vérité, une chaîne crédible ». « C'est libre, on n'a jamais vu ça avant, explique Djallal, 24 ans, vendeur de DVD sur la rue commerçante Sidi-Yahia. Il y a beaucoup de reportages sur des sujets jusque-là tabous, par exemple sexuels, comme le viol ou la prostitution. Des alertes enlèvement, aussi. » Une liberté de ton qui a cependant pour limite la personne du président...

S'engouffrant dans un créneau jamais occupé par l'ENTV, Ennahar TV et Echourouk TV abreuvent les foyers de paroles d'Algériens. A longueur de flash infos et de JT, c'est le règne du micro-trottoir. Un véritable défouloir contre l'inaction des gouvernants. « Elles tentent de suppléer la défaillance de la télévision d'Etat en matière de couverture des manifestations populaires et des grèves », commente le journaliste Fayçal Métaoui. A El Djazairia, on revendique haut et fort l'« algérianité ». ­Notamment avec Kahwat el gosto, show de stand up qui voit défiler des humoristes de la scène algérienne jamais vus dans la lucarne. « Les gens nous disent que c'est un vrai plaisir de rire d'un humour algérien. Ça fait bien longtemps que ça n'était pas arrivé... Ils riaient moyen-oriental ou français », commente ­Karim Kardache, le directeur général.


Malgré le flou général, d'autres candidats sont aujour­d'hui dans les starting-blocks. Le nouveau siège du quotidien francophone El Watan, qui accueillera ses équipes fin 2013, compte déjà plusieurs étages destinés à accueillir des studios télé. Même si Omar Belhouchet, directeur de la publication, reconnaît avoir freiné ses ambitions et attendre que la loi soit votée : « Tant qu'il y aura ce président, il n'y ­aura pas d'ouverture. Les autorités ne comptent pas céder sur ­l'information, et l'ENTV restera le pivot. » Les dirigeants du quotidien arabophone El Khabar sont eux aussi dans l'expectative, mais ont commencé à former leurs journalistes avec France 24. Au sein du journal, certains songeraient ­aussi à devancer la loi pour mettre le pouvoir devant le fait accompli. « En 1990, quand on a lancé le journal en plein ­terrorisme, personne ne donnait cher de notre peau. On l'a fait, on s'est installés dans l'illégalité, et on a contourné les règles », ­raconte Cherif Rezki, le directeur de la rédaction.

Forte de ses récents succès, Ennahar TV, elle, voit déjà grand. « BFMTV est notre modèle », sourit Anis Rahmani, qui s'apprête à inaugurer début juin six étages flambant neufs, face au siège du journal où sont aménagés six studios qui remplaceront les deux, plutôt chiches, qui ont vu naître la chaîne. Un nouveau logo orange et bleu, copie de celui de BFMTV, a été lancé le 1er avril. Grâce à la récente décision de l'Etat, la première chaîne d'info continue algérienne a ­désormais le champ libre pour investir le terrain encore vierge du direct.




El Djazairia sur les traces de M6

Après une année de diffusion à perte, on la disait au bord de l'étranglement : autorisée provisoirement par le gouvernement, El Djazairia peut aujourd'hui réaliser ses grands projets. Coeur de cible : jeune, grand public, plutôt féminin. Le modèle ? M6. « On se souvient des débuts de la chaîne française, qui n'était qu'une usine à clips, et on voit son incroyable évolution aujourd'hui », rêve Karim Kardache, copropriétaire de la chaîne. Avec Riad Redjdal, ils ont acheté en 2012 les droits de Caméra café. Dans la grille de programmes, on retrouve aussi une copie assez conforme de Nouveau look pour une nouvelle vie, animé par une Cristina Cordula locale.
Les programmes made in France s'enchaînent : un Y'a que la vérité qui compte, de Bataille et Fontaine, « mais sans le rideau », sourit Riad Redjdal ; Kahwat el gosto, aux airs d'On ne demande qu'à en rire. Et, côté info, « un semblant d'Envoyé spécial, qui s'est arrêté car on manquait de sujets pour tenir le rythme, mais dont le tournage devrait reprendre sous peu », explique-t-il. Gros projet du moment : une adaptation du Grand journal de Canal+, qui avait été mise en stand-by faute de moyens. « Ça y est, on va pouvoir la lancer, mais pas avant septembre. On cherche des sponsors », confie-t-il.


http://television.telerama.fr/televisio ... ,96646.php

Répondre

Revenir à « Actualités en Algérie »