Lutte contre la criminalité

Toutes les discussions a propos de la politique, de l'économie et de la société Algérienne (uniquement)
Répondre

deyaziz
Muqaddam (مقدم)
Muqaddam (مقدم)
Algeria
Messages : 4482
Inscription : 03 avril 2012, 18:20

Re: Lutte contre la criminalité

Message par deyaziz » 28 novembre 2016, 00:14

Ce qui me fait vraiment peur c’est que les autorités ne semblent pas accorder l’attention et l’importance qu’il faut a ce type d’événement et les font passer pour des fausses rumeurs alors que souvent ce sont des réalités qui restent impunis. J’ai déjà lu sur les tonnes de sardines souillées par les produits de conservation des cadavres qu'en tenté de écouler sur le marché algérien et qui proviennent tantôt du Maroc tantôt de la Tunisie et qui sont saisis par les services de sécurité parfois.
Ces commerçants ou plutôt ces contrebandiers Algériens d’abord puis Marocains et Tunisiens qui transgressent la loi dans les trois pays leur seule et unique victime est le consommateur Algérien il lui vendent toutes sortes de poisons au prix fort, cependant ils restent impunis parce que les autorités trouvent toujours la même solution aux problèmes, la plus facile, le démenti pour se dégager de la responsabilité comme pour cette histoire du « Paracétamol » ? Parfois encore ils laissent traîner l’enquête jusque à ce que l’affaire soit oubliée comme pour les centaines de milliers de cas de pourrissement des viandes de « aid el kabir » de cette année 2016. Qui a été réduit à quelque dizaines ou centaines de cas passé comme un non événement et aucune réponse convaincante n’a été rendue publique.


Djaaf
2nd classe (FAR-Maroc)
2nd classe (FAR-Maroc)
Morocco
Messages : 3577
Inscription : 20 février 2013, 14:34

Re: Lutte contre la criminalité

Message par Djaaf » 28 novembre 2016, 00:34

BerrouLana a écrit :Hé ben, on a tout vu, même sharon n'a pas pensé à le faire avec les palestiniens :nooo:
Tu crois vraiment que c'est Mohammed VI qui a ordonné ca ? Ridicule :suspect: :mouai:


numidia
Raïd (رائد)
Raïd (رائد)
Algeria
Messages : 2712
Inscription : 21 mars 2012, 20:17

Re: Lutte contre la criminalité

Message par numidia » 28 novembre 2016, 11:34

BerrouLana a écrit :Hé ben, on a tout vu, même sharon n'a pas pensé à le faire avec les palestiniens :nooo:
Dieu sait et nous aussi que ce boucher a fait bien pire ! et pas que contre des Palestiniens
(et au niveau produits de consommation empoisonnés les Palestiniens ont eu leur lot)

______________________________________

cette affaire comme d'autres tournent autour de notre incapacité de contrôler un maximum de circuit et de produits (trafic légal ou illégal tout compris)
aucun pays ne peut tout contrôler c'est vrai, mais la proportion de graves problèmes sanitaires chez nous s'est multiplié de façon inquiétante
de plus il y a ceux qui ont fabriqué et envoyé du Maroc (qui sont-ils ?) et il y a ceux qui ont diffusés et vendus chez nous (qui sont-ils ?)

autre question: dans ce secteur précis de la lutte contre le trafic de produits de consommation, nos services de police-gendarmerie et nos services judiciaires sont-ils suffisamment nombreux et ont-ils tous les moyens ?
autre question: les services de consommateurs ne sont pas efficaces
ne faut-il pas développer nous en tant que citoyens les moyens civiques et associatifs de lutte contre ces produits malsains qui mettent en danger de mort ou de graves maladies le consommateur lambda algérien ? des professionnels de la médecine parlent-ils de tous ces problèmes à travers les médias notamment les télé ? je parle pas d'alarmer et de pleurnicher, je vise parler de questions de fond, d'informer objectivement par des spécialistes au lieu de tendre le micros aux jeteurs de feu.

ce secteur est un tremplin possible pour la société civile de jouer son rôle de s'informer, se renseigner, agir pour la préservation des siens et des générations à venir.
Image

Avatar de l’utilisateur

anzar
Fariq (فريق)
Fariq (فريق)
Algeria
Messages : 14109
Inscription : 21 mars 2012, 11:50

Re: Lutte contre la criminalité

Message par anzar » 28 novembre 2016, 13:07

Les résaux trabendistes ont des ramifications jusque dans les hautes sphères de l'état, c'est bien ça le problème, les importateurs véreux y en a des tas et ils ont de l'influence (corruption, copinage, collusion)
Image


numidia
Raïd (رائد)
Raïd (رائد)
Algeria
Messages : 2712
Inscription : 21 mars 2012, 20:17

Re: Lutte contre la criminalité

Message par numidia » 30 novembre 2016, 21:54

et oui ... donc à nouveau on retombe sur les mêmes empêcheurs d'évoluer et les m^mes blocges institutionnels et les mêmes politiciens d'un autre monde et d'une autre époque, aveugles à la réalité, endormis ou assoupis pendant que le monde tourne à toute vitesse alors que le pays ne peut se permettre cette absence de force politique
la police et la justice ne peuvent pas faire leur job correctement ou bien mettent des coups d'épée dans l'eau
et le citoyen est face à certains fonctionnaires de nos institutions non pas républicaines mais vouées au bien être de la minorité ... dénuée du sens de la République, de l'esprit du bien commun

le ver a rongé le fruit, petit à petit, a-t-il laissé des graines pour que reviennent un jour de nouveaux arbres plus forts, prometteurs d'une nouvelle et plus saine récolte ?
Image

Avatar de l’utilisateur

Chifboubara
Naqib (نقيب)
Naqib (نقيب)
Algeria
Messages : 1703
Inscription : 17 mars 2016, 23:21

Re: Lutte contre la criminalité

Message par Chifboubara » 10 décembre 2016, 11:03

Style de communication excellent et moderne pour faire connaître le travail au quotidien des "flics".
Une nuit avec les policiers qui traquent la délinquance à Alger

10:24 samedi 10 décembre 2016 | Par Nacereddine Benkharef | Actualité

Image
Les affaires liées à la criminalité sont passées de 206.000 en 2014 à 216.000 en 2015, d’après les chiffres officiels de la police.(Crédits photo : farouk batiche / newpress)LES AFFAIRES LIÉES À LA CRIMINALITÉ SONT PASSÉES DE 206.000 EN 2014 À 216.000 EN 2015, D’APRÈS LES CHIFFRES OFFICIELS DE LA POLICE.(CRÉDITS PHOTO : FAROUK BATICHE / NEWPRESS)

Il est 18h. Dans les locaux de la police judiciaire d’Alger, située au centre-ville, le chef de la division donne les dernières instructions à ses éléments avant le début de la mission : sillonner les quartiers sensibles de la capitale, réputés être des hauts-lieux du trafic de stupéfiants et de délinquance.

Au total, 14 groupes de police (chaque groupe contient 3 éléments) sont mobilisés pour la mission de ce soir. À leur tête, le lieutenant Mourad, 27 ans d’expérience à son actif. Son adjoint, le lieutenant Mohamed, est un jeune officier qui a intégré la police après des études universitaires.

Les policiers sont décontractés. Ils sont familiers avec ce genre de missions. « C’est notre quotidien », explique le chef de la division de police judiciaire. « Notre but, c’est d’empêcher d’une part les dealers de faire leur trafic, d’autre part, nous traquons les porteurs d’armes blanches pour éviter qu’ils ne s’en servent. Notre action consiste tout simplement à éviter que des infractions, voire des crimes ne soient commis », enchaîne-t-il.

Traquer les dealers et les porteurs d’armes

Aussitôt sortis du commissariat, les policiers accélèrent le pas. Un premier signal est donné : trois individus en possession de résine de cannabis ont été arrêtés par des policiers en civil à Climat de France, une cité située sur les hauteurs du quartier populaire de Bab El Oued.

Il est 18h45. La circulation est danse dans la capitale. Les policiers mettent les gyrophares pour arriver rapidement sur les lieux. Sur place, l’opération était toujours en cours. Les personnes interpellées étaient en possession de cannabis. Pour le lieutenant Mourad, il s’agit sans doute de dealers, vu la quantité saisie.

« Dans ce genre de situations, nous préférons d’abord envoyer nos éléments en civil pour procéder aux arrestations. Puis, nous intervenons en appui pour exfiltrer les personnes arrêtées et empêcher des attroupements », explique le lieutenant Mourad.

Un autre officier explique la suite de la procédure. « Les trois individus passeront la nuit en garde à vue. Ils seront déférés le lendemain devant le parquet qui se saisira de l’affaire », précise-t-il.

Après cette opération, les policiers marquent une halte devant la Brigade mobile de la police judiciaire (BMPJ) d’Oued Koreiche, le temps que toute l’équipe se regroupe. Une quinzaine de véhicules de police s’alignent l’un derrière l’autre. À peine le convoi démarre qu’une deuxième alerte est donnée : quatre individus en possession de psychotropes, stupéfiants et armes blanches sont appréhendés, toujours par des policiers en civil, à Rais Hamidou, au nord-ouest d’Alger.

Les quatre individus sont conduits au commissariat territorialement compétent. Il s’agit de trois dealers présumés et un consommateur pris « en flagrant délit », selon le policier qui a procédé à leur arrestation. Plusieurs comprimés hallucinogènes, un petit morceau de résine de cannabis, un couteau à cran d’arrêt ainsi qu’un sabre caché dans les buissons ont été récupérés. « Nous les avons arrêtés en flagrant délit. Ils ont essayé de jeter les produits en leur possession mais nous avons pu les récupérer. Le sabre que vous voyez était caché dans l’herbe. Certainement pour l’utiliser en cas de bagarre », affirme le même policier.

Les quatre détenus devraient connaître la même procédure que les trois premiers arrêtés à Climat de France, à savoir une nuit en garde à vue et une comparution le lendemain devant le procureur de la République.

Sillonner la capitale

Le convoi repart en direction d’Alger-Centre. À Bologhine, des jeunes au comportement jugé suspect sont en train de fumer sur la corniche. À la vue des voitures de police, ils semblaient avoir jeté quelque chose. L’officier Mourad décide d’effectuer un contrôle. Le convoi s’arrête et une palpation est vite pratiquée sur le groupe. Les policiers fouillent l’endroit minutieusement. Rien à signaler.

« Vous voyez, quand les dealers ou consommateurs voient des voitures de police, ils se débarrassent des stupéfiants en leur possession. Certes, la présence de véhicules de police les dissuade, mais il est difficile dans ces circonstances de les arrêter en flagrant délit. C’est pour ça qu’on préfère envoyer d’abord des policiers en civil », confie-t-il.

Les policiers s’apprêtaient à regagner leurs véhicules quand soudain un citoyen les interpelle. « C’est rassurant quand je vous vois en grand nombre. Personnellement, ça me fait plaisir et ça me rassure. Il faut que vous veniez le weekend ici. Il y a le tapage, des jeunes viennent fumer des joints et boire de l’alcool. Parfois, il y a même des filles mineures avec eux », dit-t-il aux policiers.


« Nous sommes ici pour la sécurité du citoyen. Il faut les dénoncer. N’hésitez pas à appeler le 15 48 ou le 17. Ce sont des numéros verts et gratuits. Il y aura toujours quelqu’un pour vous répondre. Il faut dénoncer ces agissements et si on ne vient pas, ça sera de notre faute », lui répond l’officier Mourad.

Après ce bref échange, les policiers reprennent leur route. Le convoi roule doucement et les policiers scrutent le moindre mouvement. Le lieutenant Mourad revient sur l’interpellation du citoyen. Pour lui, les citoyens doivent dénoncer les délits. « Les citoyens doivent s’impliquer. Leur dénonciation nous est utile. Cela nous aide beaucoup ».

À la rue d’Isly, un autre citoyen interpelle le convoi. Sa voiture est immobilisée sur la voie publique parce que des policiers lui ont mis un sabot et ne sont pas revenus l’enlever. « Est-ce que vous avez payé votre amende ? », lui demande l’officier Mourad. « Oui, je l’ai payée. J’ajoute que je ne suis pas d’Alger. Je suis bloqué ici depuis cet après-midi. Je suis même parti au commissariat. Un de vos collègue a appelé au téléphone le service concerné, mais ils ne sont pas venus », répond le citoyen.

L’officier Mourad prend la plaque minéralogique de la voiture et signale à nouveau l’incident. Le convoi repart. À la place Maurice Audin, au cœur de la capitale, le lieutenant Mourad remarque trois jeunes au bord d’un véhicule stationné. Ils paraissent suspects. Il décide de les contrôler. L’un des occupants est impressionné par le dispositif. « Vous êtes nombreux », lâche-t-il. « Nous sommes venus de Birtouta pour faire une balade », ajoute-t-il.

Marquer la présence

Il est presque 21h. Les rues de la capitale commencent à se vider. Presque tous les commerces sont fermés à l’exception des fast-food et des vendeurs de thé. Le convoi « ratisse » les grandes artères : le boulevard Hassiba Ben Bouali, Belouizdad, Ruisseau…

Non loin du du Jardin d’essai, dans le quartier d’El Hamma, des policiers effectuent un contrôle sur un groupe de jeunes dont deux filles. Le lieutenant Mourad demande à ses éléments de les appuyer. Motif du contrôle : l’un des jeunes consommait de l’alcool sur la voie public. Les policiers fouillent les garçons et posent des questions aux filles. L’une des deux filles indique qu’elle habite le quartier. L’autre fille reste silencieuse.

« Je n’ai rien fait de mal, je ne fume pas de drogue. Je suis dans mon quartier », insiste-elle. « Emmenez-les au poste », ordonne le lieutenant Mourad. En effet, consommer de l’alcool sur la voie publique est interdit par la loi. Une des filles revient à la charge pour tenter de protester. Mais l’officier Mourad se montre intransigeant.

Soudain, un appel au talkie-walkie signale un attroupement de jeunes à la cour de la Bibliothèque nationale. Le convoi repart à toute allure. La veille, une rixe avait opposé deux bandes rivales. Une fois sur les lieux, le policier de permanence affecté à la garde de la Bibliothèque indique que le groupe était parti quelques instants avant notre arrivée. Aucune arrestation n’a été effectuée.

La tournée se poursuit. Les policiers se dirigent vers la gare routière de Caroubier, ou « l’usine » comme l’appelle le lieutenant Mourad et ses coéquipiers. Il s’agit d’un endroit prisé par les délinquants et les voleurs. En effet, la gare est toujours grouillante de monde. Elle desserte les autres wilayas du pays par voie routière.

À l’intérieur de la gare, un poste de police a été installé pour lutter contre cette forme de criminalité. Les contrôles sont systématiques et les personnes suspectées sont conduites au poste pour faire l’objet d’une fouille corporelle. D’ailleurs, l’une d’elles était munie d’un couteau à cran d’arrêt. Elle est vite arrêtée et embarquée vers le commissariat territorialement compétent.

Il est 22h30, il reste encore des voyageurs qui attendent leur car. Les policiers investissent le hall et les quais de la gare. « Il y a toujours des voyageurs à la gare et surtout des familles qui prennent le car. Nous marquons notre présence », explique le lieutenant Mohamed.

Après cette descente à la gare, les voitures de police se dispersent. Chaque groupe rejoint un secteur précis de la capitale pour effectuer sa mission quotidienne. « Chaque groupe a son planning et sa mission. Nous veillons à être présents partout à Alger. Chaque groupe va rejoindre une zone précise. Entre 1h et 5h du matin, nous procédons à une surveillance accrue aux issues de sortie de la capitale pour éviter que des voitures volées quittent Alger », précise-t-il.

Les affaires liées à la criminalité sont passées de 206.000 en 2014 à 216.000 en 2015, d’après les chiffres officiels de la police. Pour les services de sécurité, cette augmentation s’explique par les interventions policières opérées sur le terrain pour traquer les criminels.
Source : http://www.tsa-algerie.com/20161210/police/
«Partout où je vais les gens me tendent la main pour demander quelque chose, sauf en Algérie où les gens m'ont tendu la main pour, au contraire, m'offrir quelque chose» Yann Arthus Bertrand
«Le grand art, c'est de changer pendant la bataille. Malheur au général qui arrive au combat avec un système» Napoléon Bonaparte

Avatar de l’utilisateur

sadral
Aqid (عقيد)
Aqid (عقيد)
Algeria
Messages : 5744
Inscription : 03 avril 2012, 19:55

Re: Lutte contre la criminalité

Message par sadral » 28 mars 2017, 12:49

Il faut que la justice applique des peines lourdes ....zéro tolérance pour ces enfoirés
Il a kidnappé 165 jeunes filles : un violeur en série neutralisé à Alger

Un violeur en série ayant enlevé pas moins de 165 jeunes filles a été arrêté par les services de la Sûreté, jeudi dernier dans la commune de Dely Ibrahim à Alger, rapporte ce mardi le quotidien arabophone Ennahar.

En effet, le criminel, un chauffeur de taxi clandestin âgé de 27 ans, a filmé 70 scènes de viol, les stockant sur une clé USB de 32 GB retrouvée dans son véhicule. De même, il proposait de vendre les séquences à un site pornographique français, ajoute la même source.

Il est à noter que le violeur ciblait les jeunes filles sur les réseaux sociaux, leur proposant ainsi des services de transport en vue de les conduire dans des endroits isolés. Pour arriver à ses fins, ce dernier menaçait ses victimes à l’aide d’une fausse arme en plastique (pistolet), se faisant passer pour un policier.

https://youtu.be/gNfyFy2ueUg
https://www.algerie1.com/actualite/il-a ... se-a-alger
« Une page est tournée ; l'Algérie est d'abord fille de son histoire, qu'elle ait surmonté l'épreuve coloniale et même défié l'éclipse, atteste, s'il en était besoin, de cette volonté inextinguible de vivre sans laquelle les peuples sont menacés parfois de disparition.
L'ornière qui nous a contraints à croupir dans l'existence végétative des asphyxies mortelles nous imposa de nous replier sur nous-mêmes dans l'attente et la préparation d'un réveil et d'un sursaut qui ne pouvaient se faire, hélas ! que dans la souffrance et dans le sang. La France, elle-même, a connu de ces disgrâces et de ces résurrections. » Le président Houari Boumediene.


deyaziz
Muqaddam (مقدم)
Muqaddam (مقدم)
Algeria
Messages : 4482
Inscription : 03 avril 2012, 18:20

Re: Lutte contre la criminalité

Message par deyaziz » 15 avril 2017, 01:25

Elimination des trois trafiquants de drogue à Tindouf

Image

Dans le cadre de la protection des frontières et la lutte contre le crime organisé, un détachement de l’armée soutenus par deux hélicoptère de combat de l’ANP a mis hors de l’état de nuire (03) trois trafiquants de drogue et a détruit un véhicule 4x4 le 14 Avril 2017, près des frontières Algéro-Mauritaniennes , dans le territoire du secteur opérationnel sud Tindouf . Le communiqué a ajouté que l’opération a permis de récupérer (02) mitrailleuses du type FM, (01) lance-grenades propulsées par fusée de type RPG7, (01) pistolet mitrailleur du type de Kalachnikov PMAK, des lunettes de champ, (01 ) dispositif de communication par satellite et une quantité considérable de munitions.
C'est ce qu'il faut faire contre ces criminels aux niveaux de toutes les frontières du pays et sans pitié les griller avec des roquettes. depuis le temps :!: :?:


guidher
Raïd (رائد)
Raïd (رائد)
Algeria
Messages : 2632
Inscription : 03 avril 2012, 18:27

Re: Lutte contre la criminalité

Message par guidher » 23 juin 2017, 22:19

Tizi Ouzou : arrestation spectaculaire d’un groupe de criminels
Un important groupe mafieux composé de 7 membres armés vient d’être démantelé par la police dans la wilaya de Tizi Ouzou, a-t-on appris, ce mercredi 21 juin, auprès de la sûreté de la wilaya.

Le cerveau du groupe, qui se fait appeler “Pablo” et passait son temps à narguer les services de sécurité en postant des photos sur les réseaux sociaux avec d’importantes quantités de drogue et en exhibant différentes armes, faisait l’objet de 11 mandats de recherche dans le cadre d’affaires de trafic de drogue et meurtre. Ces derniers ont été lancés à son encontre par les tribunaux d’Azazga, Aïn El Hammam, Tizi Ouzou et Amizour, dans la wilaya de Béjaïa.

Lors de son arrestation par les éléments de la Brigade de recherche et d’intervention (BRI) au lieu-dit Ain Zebda, aux limites frontalières entre les deux wilayas de Tizi Ouzou et Bouira, ce malfaiteur originaire d’Aïn El Hammam et ses acolytes ont résisté en usant d’armes à feu, a précisé la sûreté de wilaya. Un accrochage s’est ensuivi entre les membres du groupe et les policiers qui ont fini par maîtriser la situation après plusieurs heures d’échanges de tirs.

Les sept malfaiteurs ont été arrêtés. Un des membres du groupe a été blessé par balles. Un pistolet automatique de marque Mozer, un fusil à pompe de marque Cobal, une arme électrique de type Taser, des chargeurs, des munitions de différents calibres, quatre véhicules de différentes marques, une importante quantité de drogue et 410 dinars ont été récupérés.
Image
Image
Image
https://www.tsa-algerie.com/tizi-ouzou- ... criminels/

Avatar de l’utilisateur

Chifboubara
Naqib (نقيب)
Naqib (نقيب)
Algeria
Messages : 1703
Inscription : 17 mars 2016, 23:21

Re: Lutte contre la criminalité

Message par Chifboubara » 24 juin 2017, 20:49

Donc si je comprends bien.... le.... "pablito" algérien avait 410 dinars sur lui ?

C'est bien ça ? :clown:
«Partout où je vais les gens me tendent la main pour demander quelque chose, sauf en Algérie où les gens m'ont tendu la main pour, au contraire, m'offrir quelque chose» Yann Arthus Bertrand
«Le grand art, c'est de changer pendant la bataille. Malheur au général qui arrive au combat avec un système» Napoléon Bonaparte


sepof
Fariq (فريق)
Fariq (فريق)
Algeria
Messages : 1662
Inscription : 23 juillet 2012, 09:56

Re: Lutte contre la criminalité

Message par sepof » 24 juin 2017, 21:00

C'est une erreur, il s'agirait plutôt de 410000 dinars.


deyaziz
Muqaddam (مقدم)
Muqaddam (مقدم)
Algeria
Messages : 4482
Inscription : 03 avril 2012, 18:20

Re: Lutte contre la criminalité

Message par deyaziz » 25 juin 2017, 02:02

Le prix du Kg. de Citron passe à 500 dinars et «l’accusé principal » c’est l’aid!


Image


un article que j'ai trouvé sur le Quotidien Electronique echoroukonline, voila comment les commerçants(les intermédiaires) algériens contemporains comprennent la liberté des prix est ce normal :?: dans le pays des agrumes :!: Il n'existe pas de maison de particulier, ou il n y a pas un citronnier même s'il est planté dans un seul mètre carré de terre et entouré de béton armé.

http://www.echoroukonline.com/ara/articles/526811.html

Avatar de l’utilisateur

camron29
Naqib (نقيب)
Naqib (نقيب)
Algeria
Messages : 1512
Inscription : 27 novembre 2012, 11:49

Re: Lutte contre la criminalité

Message par camron29 » 25 juin 2017, 08:48

L'année passé le kg de Citron avant le ramadan d'une semaine était à 80 DA et au Ramadan, a passé à 400 DA :shock: Va comprendre qui fixe ses prix exorbitants :fou: EURO مايسلكهاش معاهم، عباد مراض

Avatar de l’utilisateur

Chifboubara
Naqib (نقيب)
Naqib (نقيب)
Algeria
Messages : 1703
Inscription : 17 mars 2016, 23:21

Re: Lutte contre la criminalité

Message par Chifboubara » 25 juin 2017, 19:34

camron29 a écrit :
25 juin 2017, 08:48
L'année passé le kg de Citron avant le ramadan d'une semaine était à 80 DA et au Ramadan, a passé à 400 DA :shock: Va comprendre qui fixe ses prix exorbitants :fou: EURO مايسلكهاش معاهم، عباد مراض
Malheureusement ce sont des "musulmans" qui fixent ces prix selon la spéculation. Les revendeurs répercutent leurs prix d'achat.

Il n'y a pas de loi avec une obligation de plafond d'augmentation avec de lourdes amendes contre les contrevenants donc ça va continuer longtemps.

Il n'y a pas véritablement de culture commerciale en Algérie.

Le nombre de fois où j'ai discuté avec des cousins en leur expliquant qu'ailleurs, les revendeurs baissent leurs prix pour écouler rapidement leur marchandises (rapidité de vente = fraicheur=client content = client fidèle), en racheter pour refaire le cycle tout en sachant que plus on commande et plus le fournisseur baisse ses prix plus il vend, et plus il gagne.

Mais là, le système est bloqué par quelques prédateurs qui imposent des prix dès le départ.

Si ça ne tenait qu'à moi, je les classerait dans la case "traitres à la nation" avec les conséquences liées.

Ces nuisibles ne comprennent pas qu'ils enrichiraient plus le pays en oubliant cette culture de la spéculation et s'enrichiraient eux même par la même occasion tout en ayant une offre abondante pour la population.

Il faudrait un napoléon économique impitoyable à ce pays pour une période à moyen terme et ainsi briser cette mentalité.

Bien sûr, en faisant en sorte de ne pas concentrer ces obligations sur les petits commerçants qui ne font que subir.

Chez les "kouffars" on a droit à des promotions avec des baisses substantielles lors des périodes de fêtes.

Bonne fête de l'aïd à toutes et à tous, que Dieu fasse que le prochain ramadan débarque dans de meilleurs conditions et avec un meilleur comportement de tous surtout dans l'intérêt des plus nécessiteux.
«Partout où je vais les gens me tendent la main pour demander quelque chose, sauf en Algérie où les gens m'ont tendu la main pour, au contraire, m'offrir quelque chose» Yann Arthus Bertrand
«Le grand art, c'est de changer pendant la bataille. Malheur au général qui arrive au combat avec un système» Napoléon Bonaparte


deyaziz
Muqaddam (مقدم)
Muqaddam (مقدم)
Algeria
Messages : 4482
Inscription : 03 avril 2012, 18:20

Re: Lutte contre la criminalité

Message par deyaziz » 25 juin 2017, 21:14

Mon frère je ne pense pas que sa soit une question de kouffars et de musulmans car les premiers n'ont jamais été plus tolérants,
le problème chez nous est celui de l'ignorance (Eljahl) comme tu le dis si bien : Ces nuisibles ne comprennent pas qu'ils enrichiraient plus le pays en oubliant cette culture de la spéculation et s'enrichiraient eux même par la même occasion tout en ayant une offre abondante pour la population. Ce n'est pas une question d'islam car il existe des commerçants musulmans pratiquants qui ne spéculent pas et qui subissent comme les consommateurs et plus ne vous attaquez pas directement a Dieu a chaque occasion vous n'est pas de taille. fraternellement saha aidak .

Répondre

Revenir à « Actualités en Algérie »