Actualités Chinoises

Venez discuter de l'actualité internationale (Politique, Economie, Société...etc)
Répondre

numide
Muqaddam (مقدم)
Muqaddam (مقدم)
Algeria
Messages : 4695
Inscription : 13 juin 2016, 19:02
Localisation : alger

Re: Actualités Chinoises

Message par numide » 11 août 2019, 17:15

La mondialisation, un passage obligé du développement de l’humanité.





Phénomène international parmi les plus durables et les plus attractifs depuis déjà quelques décennies, la mondialisation est considérée comme la plus importante caractéristique de l’époque actuelle et exerce une influence majeure sur les relations internationales.
T.jpg

D’une part, la mondialisation est le résultat d’une certaine prospérité commerciale, de la facilitation des flux d’investissements, de la libre circulation des personnes et du formidable essor des technologies, les différents pays constituant ainsi une communauté de destin caractérisée par l’interdépendance. D’autre part, en sus de cette interdépendance de plus en plus forte, les pays sont confrontés à des menaces et défis communs : changement climatique, crise financière, pandémies, cyberattaques, etc. Il faut donc recourir à la gouvernance mondiale pour y faire face. Malgré ses effets positifs et négatifs, la mondialisation est devenue une loi objective et le passage obligé du développement de la communauté internationale.



Naissance de la mondialisation : progrès scientifiques et technologiques, développement de la force productive



Les points de vue des chercheurs sont très partagés en ce qui concerne le début de la mondialisation au sens moderne. Qu’on la fasse dater des grandes découvertes de 1492 ou de la première révolution industrielle du milieu et de la deuxième moitié du XVIIIe siècle, le point fédérateur réside dans la diffusion à travers le monde des capitaux, des marchandises et d’un certain mode de production qui a entraîné un changement des modes de vie. D’après Karl Marx et Friedrich Engels, la grande industrie apparue au XIXe siècle a profondément modifié le monde, la satisfaction des besoins de tous les pays civilisés et de tous les habitants de ces pays devenant dépendante des réseaux d’interdépendance tissés dans le monde entier. La mondialisation a mis fin au repli sur soi et fait que la production et la consommation de tous les pays intègrent la chaîne de valeur mondiale. En résumé, la modernisation basée sur la première révolution industrielle a propulsé la mondialisation économique à un niveau élevé, permettant une production et une consommation mondiales, et a ouvert un nouveau chapitre de l’histoire mondiale.



La fin de la guerre froide a balayé les obstacles politiques internationaux ; les deux marchés socialiste et capitaliste ont cédé le pas à un marché mondial intégré. Dans le même temps, la révolution des technologies de l’informatique a fait disparaître les entraves techniques de la mondialisation. Ainsi, le libre-échange et la coopération ouverte ont pris leur envol. Nous observons déjà une plus grande circulation transfrontalière ou inter-régionale des facteurs de production tels que les marchandises, les techniques, les informations, les services et les capitaux. L’économie mondiale est devenue un processus d’intégration où tous les pays sont interdépendants. À l’heure actuelle, une nouvelle révolution industrielle caractérisée par la révolution des technologies de l’informatique promeut l’approfondissement de la mondialisation, donnant l’impression que les humains vivent dans un village planétaire.



L’histoire de la mondialisation montre sans conteste que son moteur ne vient pas de la volonté subjective de l’homme, mais du progrès des techniques et du développement de la force productive. Toute politique et tout propos préconisant l’antimondialisation vont à l’encontre des lois objectives du développement de l’histoire de l’humanité, portent atteinte au système de la division internationale du travail et au fonctionnement normal de la chaîne de valeur mondiale, et finiront par leur faire subir des pertes mondiales.



La mondialisation est une épée à double tranchant



Bien sûr, il ne faut pas nier que la mondialisation est une épée à double tranchant qui apporte son lot d’avantages et de défis, ses périodes de haut et de bas dans son essor. L’histoire montre que tout pays, qu’il soit en développement ou développé, pourrait bénéficier ou pâtir de la mondialisation. Même les États-Unis, seule superpuissance au monde, ne sont pas épargnés. Dans le processus de la mondialisation, certains pays se développent et sont montés sur le devant de la scène internationale grâce à des efforts inlassables de réforme, d’ouverture sur l’extérieur et en s’intégrant dans l’économie mondiale. Mais certains ne réussissent pas à s’adapter à la vague de la mondialisation, accusent un retard de plus en plus important par rapport aux autres et sont devenus des « victimes » de la mondialisation. Dans ces pays, des formations politiques ont attribué le retard de leur pays à la mondialisation et constituent des partisans de l’antimondialisation.



La mondialisation pourrait creuser des fossés économiques et sociaux de trois types : entre les pays développés et les pays en développement ; à l’intérieur même du groupe des pays développés et de celui des pays en développement ; entre les différentes couches sociales dans un pays en développement ou dans un pays développé. Dans certains pays, la mondialisation pourrait aggraver la pauvreté et entraîner la spéculation financière, la détérioration de l’environnement, la baisse du niveau de la protection sociale, la hausse du taux de chômage ainsi que la perte de l’autonomie culturelle. Des chercheurs ont d’ailleurs indiqué que pour ceux qui ont été « passivement » intégrés à la mondialisation accélérée, le processus apportait certes des avantages mais aussi beaucoup de problèmes et de souffrances, car il est autant une source d’intégration et d’harmonie que de différends et de conflits.



Nous pouvons avancer deux raisons pour expliquer les problèmes soulevés par la mondialisation. Premièrement, les problèmes tiennent à la mondialisation elle-même. La mondialisation provoque un développement déséquilibré entre les différents pays ou à l’intérieur d’un même pays, ainsi que toutes sortes de problèmes économiques et sociaux ; deuxièmement, les erreurs laissées par le néolibéralisme occidental. Les pays occidentaux considèrent toujours le néolibéralisme comme une idée directrice de la mondialisation et l’utilisent pour exercer une influence sur le processus de la mondialisation pour que celle-ci devienne un outil d’occidentalisation et d’orientation capitaliste du monde entier. Ils diffusent le capitalisme à l’échelle mondiale sur le plan économique, et sur le plan politique, ils propagent la démocratie occidentale. Même sur le plan culturel, ils préconisent les soi-disant « valeurs universelles ».



Actuellement, l’économie mondiale fait face à des défis de plus en plus nombreux tels que le ralentissement de la croissance, le manque de dynamique, un développement pas assez inclusif, ainsi que des confrontations plus vives entre le multilatéralisme et l’unilatéralisme, entre les partisans de la « porte ouverte » et ceux de la « porte close ». Le cycle actuel de la mondialisation est lancé et dirigé par les pays développés et les multinationales. Mais il est inutile de les accuser d’être responsables des problèmes et des difficultés auxquels la mondialisation est confrontée. En outre, ce serait aller trop loin que de faire table rase du mécanisme de la gouvernance économique mondiale. Une approche impartiale et efficace consiste à reconnaître qu’il faut insuffler une nouvelle vitalité aux idées, modèles et mécanismes de la mondialisation.



La Chine est déterminée à promouvoir la mondialisation



La Chine est le plus grand bénéficiaire du cycle actuel de la mondialisation et l’un de ses plus importants promoteurs. Depuis 1978, la Chine s’en tient à la politique d’ouverture et s’intègre activement dans le processus de la mondialisation économique, réalisant le grand tournant historique du repli sur soi vers l’ouverture tous azimuts. Elle a non seulement changé son visage et son destin, mais elle exerce aussi une influence profonde sur le processus de la mondialisation. Depuis son adhésion à l’OMC, la Chine est le plus grand exportateur de marchandises au monde, la deuxième destination des investissements étrangers et le troisième investisseur mondial. Elle est aussi le plus grand partenaire commercial de plus de 120 pays. La Chine participe activement à la mondialisation et fait progresser la libéralisation et la facilitation du commerce ; elle soutient l’amélioration du système mondial de libre-échange et endosse sa responsabilité dans la gouvernance économique mondiale ; elle soutient la coopération mutuellement avantageuse entre les partenaires commerciaux à travers le monde dans l’objectif d’apporter une contribution à la stabilité et au développement sain de l’économie mondiale.



Du point de vue du marxisme, le socialisme a besoin de la mondialisation. Le socialisme doit s’associer avec la mondialisation économique pour se développer et se renforcer. Cela doit constituer un principe important du marxisme. Les 100 ans d’histoire du mouvement communiste depuis la Révolution d’octobre en Russie montre que le socialisme se trouve face à un dilemme s’il va à l’encontre de la mondialisation économique. L’une des plus importantes expériences réussies de la voie du socialisme à la chinoise réside dans sa pratique résolue d’une politique d’ouverture et sa participation active à la mondialisation en choisissant des méthodes et des moyens qui répondent à la situation chinoise. La Chine est ainsi devenue un pays bénéficiaire de la mondialisation.



En tant que grand pays émergent qui s’en tient à la voie socialiste, la Chine assume sa responsabilité, réhabilite la mondialisation et la promeut résolument, alors même que les critiques à l’encontre de la mondialisation se sont amplifiées et que certains grands pays occidentaux n’ont plus la force motrice et la capacité pour continuer à promouvoir efficacement le développement de la mondialisation. La Chine affiche une attitude claire d’opposition au protectionnisme et à l’unilatéralisme, tout en élevant son niveau d’ouverture sur l’extérieur ; la Chine soutient une intégration économique et un développement synergique bénéfiques à tous pour construire ensemble une économie mondiale ouverte ; la Chine profite du potentiel de ses marchés, de ses avantages compétitifs grâce aux conglomérats industriels, de ses avantages en termes d’innovation afin de s’intégrer efficacement dans l’économie mondiale ; elle encourage la répartition optimisée et la libre circulation des facteurs de production haut de gamme à l’échelle mondiale. Les concepts proposés par la Chine, tels que l’initiative « la Ceinture et la Route », le principe de « concertation, synergie et partage » et la construction d’une communauté de destin pour l’humanité, jouent un rôle directeur pour combler les lacunes laissées par la mondialisation et bâtir une nouvelle mondialisation plus ouverte, plus inclusive, bénéfique à tous et mutuellement avantageuse. Ils pourront créer de nouvelles opportunités pour une croissance forte, durable, équilibrée et inclusive de l’économie mondiale.



Par XU JIN, chercheur à l’Institut d’économie et de politique internationales de l’Académie des sciences sociales de Chine.
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.


numide
Muqaddam (مقدم)
Muqaddam (مقدم)
Algeria
Messages : 4695
Inscription : 13 juin 2016, 19:02
Localisation : alger

Re: Actualités Chinoises

Message par numide » 11 août 2019, 17:24

Le secteur agricole chinois a connu une croissance rapide depuis 1949.





Selon un rapport du Bureau national des statistiques (BNS), le secteur agricole chinois a connu une croissance rapide au cours des 70 dernières années, la production céréalière ayant été multipliée par 4,8. La production céréalière de la Chine a quant à elle augmenté à un taux annuel moyen de 2,6% depuis 1949 pour atteindre, toujours selon le rapport, 658 milliards de kg en 2018, permettant de nourrir environ 20% de la population mondiale avec seulement moins de 9% des terres arables du monde.
G..jpg

Parallèlement, la Chine a accru la diversité de ses approvisionnements alimentaires en développant le secteur de la sélection. La production de produits aquatiques s'est classée au premier rang mondial depuis 1989, atteignant 64,6 millions de tonnes en 2018, soit 143 fois plus qu'en 1949. De même, a précisé le BNS, la structure du secteur agricole a connu une optimisation continue, avec un schéma moderne favorisant le développement intégral de l’agriculture, de la sylviculture, de l’élevage et de la pêche, remplaçant ainsi le schéma agricole traditionnel.

Les progrès de la circulation des terres rurales ont également favorisé le fonctionnement de l'agriculture: plus de 35 millions d'hectares de terres agricoles sous contrat familial ont été distribués en 2018, en net contraste avec les 58 millions de mu enregistrés en 2004. La Chine a également encouragé les nouveaux types d'entités de production et de services agricoles. A la fin de 2018, 600 000 exploitations familiales et 2,17 millions de coopératives agricoles avaient été enregistrées.

China.org.cn
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.


numide
Muqaddam (مقدم)
Muqaddam (مقدم)
Algeria
Messages : 4695
Inscription : 13 juin 2016, 19:02
Localisation : alger

Re: Actualités Chinoises

Message par numide » 11 août 2019, 17:33

Les États-Unis qualifient la Chine de « manipulateur de monnaie » : c’est déraisonnable et irrecevable.





Le 6 août, le département du Trésor américain attendait avec impatience de qualifier la Chine de « manipulateur de monnaie ». Dans le même temps, les dernières données montrent que la dette totale des États-Unis atteignait 22 500 milliards de dollars, un record. Bien que les États-Unis aient relevé le plafond de la dette, la Fed a également abaissé les taux d'intérêt. Cela ne pourra que soulager la pression économique des États-Unis sans résoudre la crise de la dette. On peut dire que les États-Unis ont utilisé une méthode consistant à dissimuler la maladie par crainte du traitement, du style : « Les États-Unis sont malades, laissons les autres prendre des médicaments. » Dans le même temps, depuis que les États-Unis ont lancé une guerre commerciale avec le reste du monde l'année dernière, la matraque financière est brandie à tort et à travers.
II.jpg


L’hégémonie financière unilatérale des États-Unis a pour logique d’apposer le label de « manipulateur de monnaie » aux autres pays. Le Japon a été reconnu comme manipulateur de monnaie en 1988 et la Corée du Sud à trois reprises, en octobre 1988, en avril 1989 et en octobre 1989. De 1992 à 1994, la Chine a été accusée à cinq reprises de manipulation du taux de change. Depuis la création de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) en 1994, les États-Unis n’ont plus qualifié d'autres pays de manipulateurs de monnaie.

Dans le Rapport sur la politique de change publié par le département du Trésor américain le 28 mai de cette année, la Chine n’a pas été qualifiée de « manipulateur de monnaie», mais l’Allemagne, l’Irlande, l’Italie, le Japon, la Malaisie, Singapour, la Corée du Sud et le Vietnam ont figuré sur la liste des « pays en observation ». Le rapport l’indiquait également clairement : «Tous les principaux partenaires commerciaux des États-Unis ne respectent pas les normes applicables en matière de manipulation du taux de change reconnues en 2015. » Mais cela a résonné comme un avertissement pour ces pays énumérés, les États-Unis ayant toujours la possibilité de les inclure en tant que « manipulateur de monnaie ».

Une fois que les États-Unis ont désigné d’autres pays « manipulateurs de monnaie », ils peuvent entamer des consultations bilatérales ou par l’intermédiaire du FMI, en demandant à la partie adverse de prendre des mesures pour corriger les déséquilibres des taux de change. Si le pays n'a pas pris de mesures efficaces pour stabiliser le taux de change après un an de consultations bilatérales, le président des États-Unis peut prendre les mesures appropriées pour remédier au conflit. Il peut ainsi interdire aux sociétés d'investissement privées étrangères d'approuver tout financement dans ce pays, y compris les sociétés d’assurance, de réassurance et de garantie; interdire au gouvernement fédéral d’acquérir ou de passer des marchés publics pour des biens ou services originaires de ce pays; décider du lancement d’un nouvel examen rigoureux de la politique macroéconomique de ce pays en matière de taux de change au Conseil d’administration du FMI; donner des instructions du bureau du représentant américain au Commerce pour consulter le département du Trésor, qu'il s'agisse de conclure des accords commerciaux bilatéraux ou régionaux avec ce pays ou d'initier des négociations pour des accords commerciaux bilatéraux ou régionaux.

L’enquête américaine «301 » sur la Chine n’est pas encore terminée. Outre le fait de qualifier le pays de « manipulateur de monnaie », la marge de manœuvre pour imposer des droits de douane élevés est encore plus large. M. Trump bénéficie pour cela d’encore plus de soutien au niveau réglementaire. Au moment où un accord commercial sino-américain est encore en suspens, le consensus national en Chine reste donc de maintenir un développement constant et d'élargir l'ouverture.

Depuis son adhésion à l’OMC, la Chine a fait un bond pour passer de la sixième à la deuxième plus grande économie mondiale, avec des exportations totales de biens passant du sixième au premier rang mondial. La Chine soutient fermement et participe à la mondialisation. L'impact de l'unilatéralisme sur l'économie et le commerce extérieur de la Chine existe à court terme, et l'économie chinoise maintient un fonctionnement stable devant les divers risques de dégradation. La Chine accélérera son ouverture sur le monde extérieur et augmentera ses exportations, ce qui suppose l'adoption d'une série de mesures visant à promouvoir les investissements étrangers, et elle a obtenu des résultats remarquables.

Les frictions commerciales sino-américaines peuvent affecter le système financier par le biais de l'économie réelle, mais aussi provoquer la volatilité des marchés financiers en affectant les anticipations des marchés. Ce sont autant de risques financiers potentiels. Le taux de change du renminbi a atteint la barre des 7 yuans pour un dollar. Derrière l'accusation de manipulation du taux de change, on trouve la concurrence sur le marché des capitaux et le conflit opposant la souveraineté monétaire indépendante entre les États. Face à la situation sérieuse à la fois intérieure et extérieure actuelle, il faut non seulement réagir activement au niveau de l'économie réelle, mais aussi veiller à prévenir les conséquences des changements de l’environnement externe sur le système financier chinois et à réagir de manière déterminée face aux risques.


Guan Zhaoyu, chercheur associé, Institut Chongyang pour les études financières de l’Université Renmin de Chine

Du Jiangfan, chercheur-stagiaire, Institut Chongyang pour les études financières de l’Université Renmin de Chine


China.org.cn
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.


numide
Muqaddam (مقدم)
Muqaddam (مقدم)
Algeria
Messages : 4695
Inscription : 13 juin 2016, 19:02
Localisation : alger

Re: Actualités Chinoises

Message par numide » 11 août 2019, 19:08

La Chine produira en série des TGV circulant à 400 km/h d'ici fin 2019.





Un comité d'experts en Chine a approuvé un plan de conception pour un train à grande vitesse (TGV) qui pourrait rouler à une vitesse de 400 kilomètres à l'heure. Le train sera mis en service avant 2022 pour les Jeux olympiques d'hiver de Beijing. Une liaison de TGV intelligent reliera Beijing à Zhangjiakou, dans la province du Hebei (nord), a annoncé mardi un responsable chinois.
I....jpg

Il s’agit du premier TGV sans conducteur au monde à dépasser la vitesse maximale de 350 km/h, a déclaré Bayin Zhaolu, un responsable de la province du Jilin, dans le nord-est de la Chine, lors d'un point de presse du Conseil des affaires d’Etat mardi.

Le train, développé par des entreprises locales du Jilin, adoptera pour la première fois le système chinois de navigation par satellite BeiDou et offrira « des fonctionnalités impressionnantes » dans les domaines de la conduite intelligente, du service intelligent et de la maintenance intelligente, a déclaré M. Bayin. Le TGV pourrait être produit en série à la fin de l'année.

Les entreprises locales du Jilin développent également une nouvelle génération de métros utilisant les principaux systèmes d'exploitation sans conducteur, a révélé M. Bayin. « La rame de métro, fabriquée en fibre de carbone, pourrait automatiquement effectuer l'auto-inspection, la répartition, la conduite, l'arrêt, la marche arrière et l'auto-lavage », a-t-il noté.

Les fenêtres installées dans les TGV utiliseront un système d’affichage à écran tactile qui permettra aux passagers de regarder la télévision et d’envoyer des textes et des images, selon M. Bayin.
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.


numide
Muqaddam (مقدم)
Muqaddam (مقدم)
Algeria
Messages : 4695
Inscription : 13 juin 2016, 19:02
Localisation : alger

Re: Actualités Chinoises

Message par numide » 11 août 2019, 19:14

La Chine n’est pas un pays « manipulateur de devises », affirme la BPC.





La banque centrale a condamné cette qualification par les Etats-Unis, la décrivant comme « arbitraire » et incompatible avec les propres critères du Trésor américain
F.jpg

La Chine n'a pas utilisé et n'utilisera pas les taux de change en tant que mesure pour faire face aux conflits commerciaux, et le fait que les États-Unis aient qualifié le pays de « manipulateur de devises » est incompatible avec les critères quantitatifs fixés par le Trésor américain lui-même, a déclaré mardi la banque centrale chinoise.

« Cette accusation des États-Unis est une pratique arbitraire unilatérale et protectionniste, qui porte gravement atteinte aux règles internationales et qui aura un impact significatif sur l'économie mondiale et les marchés financiers », a affirmé la Banque populaire de Chine (BPC, banque centrale) dans un communiqué, exprimant son profond regret quant à la décision du Trésor américain.

La BPC a tenu ces propos suite à la décision de Washington lundi de qualifier Beijing de manipulateur de devises.

Des responsables américains ont annoncé qu'ils allaient discuter avec le Fonds monétaire international (FMI) pour éliminer « l'avantage concurrentiel injuste » de la Chine, a annoncé le Trésor américain dans un communiqué.

Le renminbi (RMB, nom officiel du yuan) s'est affaibli lundi au-delà de 7 yuans pour un dollar pour la première fois depuis mai 2008. Le taux du RMB onshore avait perdu 1,33% à 7,0352 yuans par dollar à la clôture.

Mardi, le taux onshore du RMB a atteint 7,0699 yuans par dollar en trading intraday, soit une baisse de 0,49%, avant de clôturer à 7,0321 yuans par dollar.

La dépréciation du RMB depuis le début du mois d’août a été motivée et déterminée par les forces du marché et reflète les changements de la dynamique de marché ainsi que la volatilité sur les marchés mondiaux des changes face aux évolutions de la conjoncture économique mondiale et à la montée des conflits commerciaux, selon la banque centrale.

Le régime de change du RMB est un système flottant géré basé sur l'offre et la demande du marché en référence à un panier de devises, a expliqué la BPC.

Le Trésor américain utilise trois critères pour appliquer cette désignation à un pays : avoir un excédent commercial important avec les États-Unis, avoir un excédent important du compte courant supérieur à 3% du PIB, et intervenir activement sur les marchés des changes. La Chine ne remplit pas ces trois critères, et les États-Unis ont déclaré le 28 mai dans leur rapport semestriel que le pays n'était pas un manipulateur de devises.

Le ratio « excédent du compte courant / PIB » de la Chine était de 0,4% l'an dernier.

« L'accusation des États-Unis ne s'appuie sur aucune preuve; c'est une action qui compliquera le conflit commercial », a déclaré Zhao Qingming, économiste en chef à l'Institut des dérivés financiers au sein de la branche de recherche du China Financial Futures Exchange (CFFEX, marché à terme chinois).

La déclaration du Trésor américain a fait fortement chuter le dollar et les actions et a renforcé le cours l'or. Aux États-Unis, l'indice composé Nasdaq a perdu 278,03 points, ou 3,47%, pour clôturer à 7726,04 points lundi. Le S&P500 a perdu 87,31 points, ou 3,7%, et les actions des sociétés de technologie S&P500, très exposées au marché chinois, ont chuté de 4,1%.

Les craintes ont augmenté sur les marchés financiers mondiaux et ont aggravé la vulnérabilité depuis la semaine dernière, alors que les États-Unis ont décidé d'imposer des droits de douane sur 300 milliards de dollars supplémentaire de produits chinois à compter du 1er septembre.

« La récente vulnérabilité des marchés financiers a reflété l'inquiétude des investisseurs vis-à-vis d’une escalade des tensions commerciales qui freinerait davantage la croissance économique mondiale », a expliqué M. Zhao.

Wu Ge, économiste en chef chez Changjiang Securities, a qualifié la décision du Trésor américain d’« imprudente ».

« Un pays ne peut être désigné comme manipulateur de devises uniquement à cause de fluctuations des taux de change sur un ou deux jours », a-t-il affirmé.

Le mois dernier, le FMI a confirmé que le taux de change du renminbi était devenu plus flexible et avait enregistré une appréciation réelle au cours de la dernière décennie.

Yi Gang, le gouverneur de la BPC, a réitéré lundi dans un communiqué que la Chine ne s’engagera pas dans une dévaluation concurrentielle et n’utilisera pas les taux de change pour faire face aux troubles extérieurs ou aux différends commerciaux.

Mei Xinyu, chercheur à l'Institut du commerce international et de la coopération économique du ministère du Commerce, a déclaré que le renminbi ne devrait pas se déprécier brusquement, car sa valeur est soutenue par les fondations stables de l'économie chinoise et par son excédent commercial de longue date, qui lui devrait continuer à augmenter.

La récente faiblesse du renminbi par rapport au dollar reflète l'influence grandissante des forces du marché sur le taux de change du RMB, et ses fluctuations sont normales, a-t-il affirmé.

« Les forces du marché ont fait baisser le yuan, à cause de la dernière menace tarifaire de Donald Trump », a soutenu Gary Hufbauer, économiste à l'Institut Peterson de Washington. Il a indiqué que l'action de la Chine n'était pas une « manipulation » mais plutôt une décision de la BPC de ne pas intervenir.

La chute du renminbi n'est pas une manipulation monétaire, mais l’exact opposé, a souligné Ann Lee, spécialiste des relations économiques de la Chine à l'Université de New York.

« Les régulateurs chinois vont probablement le laisser suivre les forces du marché à ce stade, au lieu d'utiliser leurs précieuses réserves en dollars pour défendre la monnaie », a ajouté Mme Lee.

Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.


numide
Muqaddam (مقدم)
Muqaddam (مقدم)
Algeria
Messages : 4695
Inscription : 13 juin 2016, 19:02
Localisation : alger

Re: Actualités Chinoises

Message par numide » 11 août 2019, 19:39

L’évolution des sceaux de Chine.





NIU KECHENG*

Le plus ancien sceau chinois remonte à l’époque des Shang. Il a été découvert sur un morceau de poterie exhumé dans des ruines à Anyang dans le Henan. Seule une moitié du sceau était intacte. Au même endroit, trois autres petits sceaux en cuivre ont été découverts dans les années 1930. De forme carrée, ils portent tous des caractères taillés en relief. Bien que les archéologues ne soient toujours pas d’accord sur la signification de ces trois petits sceaux, ils sont unanimes pour dire que ce sont les plus anciens sceaux jamais retrouvés en Chine.


Le sceau xi à l’époque des Royaumes combattants

À l’époque des Printemps et Automnes et sous les Royaumes combattants, les différentes principautés se disputèrent l’hégémonie de la Chine. Il fallait une garantie de crédit lors des échanges politiques, administratifs et économiques entre les différentes principautés. Or justement, les sceaux représentaient une preuve de crédit émanant d’une autorité. Pendant cette période est également apparu le système de nomination des mandarins basé sur la délivrance d’un sceau. Dans le même temps, avec le développement croissant de l’économie sociale, les échanges commerciaux s’intensifièrent. Ainsi, l’emploi d’une preuve est devenu indispensable et les sceaux individuels se sont popularisés. Il n’existait alors pas de distinction entre les sceaux officiels (sceaux destinés aux affaires publiques du gouvernement) et les sceaux privés (sceaux à usage personnel) qui étaient tous appelés xi. Plus tard, on parla communément de « xi antique des Royaumes combattants ».

À l’époque des Royaumes combattants (475-221 av. J.-C.), la technique de moulage du bronze était déjà développée et fut appliquée au moulage des xi. Parmi les xi antiques, on trouve des sceaux en cuivre qui portaient des caractères gravés, mais la plupart étaient des sceaux coulés.

Les sceaux des dynasties des Qin et des Han

Après l’unification du pays en 221 av. J.-C., Ying Zheng, empereur Shihuangdi de la dynastie des Qin, adopta une série de mesures politiques afin de consolider et d’unifier le pays et de renforcer la centralisation. Un système de hiérarchie des sceaux très rigoureux fut établi dans lequel xi désignait exclusivement le sceau de l’empereur et yin, celui des ministres et des gens du commun. Ils étaient également classés selon leur qualité et la forme de leur poignée.

Pendant une période assez longue au début de la dynastie des Han de l’Ouest (206 av. J.-C.-8 ap. J.-C.), on continua à appliquer ce système hiérarchique. En 104 av. J.- C., l’empereur Wudi des Han entreprit de modifier le système des sceaux officiels. Une nouvelle distinction apparut dans les sceaux utilisés par les fonctionnaires qui furent appelés zhang ou yin selon leur fonction publique. Quant aux sceaux privés, il devint nécessaire d’ajouter les caractères siyin (sceau privé) après la signature. Des règlements furent également adoptés concernant les sceaux des fonctionnaires. À chaque catégorie de fonctionnaire correspondait un certain type de sceau défini par la qualité du matériau, la forme de sa poignée et la couleur de son ruban. De fait, les sceaux de la dynastie des Han constituent un exemple typique de la systématisation des sceaux chinois. Leur forme était relativement uniforme. La plupart étaient carrés.

La hiérarchie sigillaire des Qin et des Han est restée en usage jusqu’à l’époque des Trois Royaumes (220-265), durant laquelle la situation sociale était instable et les guerres, fréquentes. La nomination et la révocation des fonctionnaires étaient généralement décidées dans l’urgence et les sceaux, preuves de nomination, étaient moulés dans la précipitation. La méthode adoptée à cette époque-là était le moulage unifié d’un certain nombre de sceaux de réserve, sans caractère. Lors de la nomination d’un fonctionnaire, on gravait au dernier moment des caractères sur l’un de ces sceaux de réserve. Ainsi, le système de gestion des sceaux, très rigoureux sous les Qin et les Han, se relâcha-t-il à cette époque. Leur style devint également plus simple.

À l’époque des dynasties du Sud et du Nord, le système des sceaux fut presque abandonné. La délivrance des sceaux n’étant plus restreinte, la demande s’agrandit, conduisant à une simplification des gravures. Plus tard, avec l’augmentation de la taille des sceaux et l’apparition de sceaux aux caractères taillés en relief, le style des sceaux des Qin et des Han disparut pendant une longue période. Il fallut attendre la dynastie des Ming (1368-1644) pour que les graveurs lettrés le réutilisent.

La séparation des sceaux officiels et privés et l’apparition de l’art de la gravure des sceaux

Suite à la diversification de l’usage des sceaux, une distinction nette apparut entre les « sceaux officiels » et les « sceaux privés ». Les sceaux officiels furent destinés à l’exécution du pouvoir politique et les sceaux privés, aux différents échanges entre les membres de la société. Le sceau représentait une preuve de crédit de son propriétaire.

À l’époque des Printemps et Automnes et sous les Royaumes combattants, il existait déjà une différence entre les sceaux officiels et privés, basée sur leur usage. Leur forme était identique. À partir de la dynastie des Sui (581-618), une distinction s’installa progressivement : les sceaux officiels devinrent de plus en plus grands, et les sceaux privés conservèrent leur forme originale. Sous la dynastie des Tang (618-907), la distinction entre les sceaux officiels et les sceaux privés devint encore plus évidente. En 1012, le gouvernement donna l’ordre d’interdire le moulage de sceaux privés. Ils devaient donc être gravés sur du bois ou sur de l’os. À l’époque des Tang et des Song, les sceaux officiels et privés se distinguèrent également par leur fonction. Avec le développement de la peinture et de la calligraphie, un grand nombre de peintres et de calligraphes considérèrent les sceaux comme un motif de création et les apposèrent sur leurs œuvres. C’est ainsi qu’apparut le sceau de l’artiste. Certains collectionneurs se mirent également à apposer leur sceau sur les peintures et les calligraphies dont ils faisaient l’acquisition. Un nouveau type de sceau vit le jour : le sceau du collectionneur. Il constitua, avec le sceau de l’artiste, les deux principaux types de sceaux privés. En réalité, cela ouvrit une nouvelle voie dans le développement des sceaux privés, qui devinrent une pratique artistique. À partir de la dynastie des Song, les sceaux officiels et privés se différencièrent de plus en plus par leur style. Peu à peu, l’ensemble des sceaux privés prirent une dimension artistique. La gravure des sceaux de lettrés se développa sous les Yuan, les Ming et les Qing (1616-1911). Les sceaux officiels restèrent destinés aux affaires publiques. Leur usage exigeait une forme classique. Mais la recherche esthétique qui avait germé dans la catégorie des sceaux privés conduisit à l’émergence d’un art de la gravure très particulier.

*NIU KECHENG est diplômé de la faculté d’histoire de l’Université de Pékin et du département d’histoire de la GSCASS (Graduate School of Chinese Academy of Social Sciences). Il est maintenant président et chercheur de l’Institut des Beaux-Arts de l’Académie nationale des arts de Chine. Son œuvre The Coloured Chinese Painting a gagné le Prix national du livre. Il a aussi présidé le projet national de planification des arts « Recherche des couleurs traditionnelles chinoises » et publié une collection Niu Kecheng’s Chinese Landscape Works.

S.jpg
SS.jpg
F..jpg

China.org.cn
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.


numide
Muqaddam (مقدم)
Muqaddam (مقدم)
Algeria
Messages : 4695
Inscription : 13 juin 2016, 19:02
Localisation : alger

Re: Actualités Chinoises

Message par numide » 11 août 2019, 19:48

Sichuan : la vallée de Jiuzhaigou toujours charmante deux ans après le séisme.





Photo prise le 8 août, jour de commémoration du séisme survenu en 2017 dans la vallée de Jiuzhaigou, située dans la préfecture autonome Tibétaine et Qiang d’Aba, dans le sud-ouest de la province du Sichuan.
0.jpg
00.jpg
000.jpg
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.


numide
Muqaddam (مقدم)
Muqaddam (مقدم)
Algeria
Messages : 4695
Inscription : 13 juin 2016, 19:02
Localisation : alger

Re: Actualités Chinoises

Message par numide » 14 août 2019, 17:46

600 drones illuminent le ciel de Shenzhen pour un spectacle nocturne.





Le 11 août, un spectacle de lumières présenté par 600 drones a éclairé le ciel de Shenzhen, dans la province du Guangdong (sud). Sur la photo, les drones se sont rassemblés pour créer cinq énormes caractères chinois signifiant « Chine, je t’aime ».
S.jpg
SS.jpg
S..jpg
S ..jpg
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.


numide
Muqaddam (مقدم)
Muqaddam (مقدم)
Algeria
Messages : 4695
Inscription : 13 juin 2016, 19:02
Localisation : alger

Re: Actualités Chinoises

Message par numide » 14 août 2019, 17:52

Chine : les efforts collectifs pour lutter contre les inondations.





Hier, près d’un millier de personnes ont été mobilisées pour des travaux d’urgence afin de réparer une brèche au barrage de Xidi, à Shouguang, dans la province du Shandong. La ville a été frappée par de graves inondations et des pluies torrentielles après le passage du typhon Lekima.
D.jpg
DD.jpg
D......jpg
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.


numide
Muqaddam (مقدم)
Muqaddam (مقدم)
Algeria
Messages : 4695
Inscription : 13 juin 2016, 19:02
Localisation : alger

Re: Actualités Chinoises

Message par numide » 14 août 2019, 18:04

Bayingolin, un endroit idéal pour admirer les étoiles.





L’été touche presque à sa fin dans la préfecture autonome mongole de Bayingolin, au Xinjiang. Arrive ainsi la saison idéale pour observer les étoiles, avec une excellente visibilité et un temps ni chaud ni froid. Voici quelques photos sublimes de nuits étoilées récemment prises dans la préfecture de Bayingolin.
9.jpg
99.jpg
999.jpg
9...jpg
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.


numide
Muqaddam (مقدم)
Muqaddam (مقدم)
Algeria
Messages : 4695
Inscription : 13 juin 2016, 19:02
Localisation : alger

Re: Actualités Chinoises

Message par numide » 14 août 2019, 18:08

Chine : les essais d'un dispositif expérimental de fusion ont commencé.





Le tokamak ENN XL-50, un dispositif expérimental de fusion sphérique de taille moyenne, a été construit dans la province du Hebei (nord), et a effectué sa première décharge de plasma, selon des informations récentes.
K.jpg

L'ENN XL-50, conçu et fabriqué par le groupe ENN, est une expérimentation pour étudier les plasmas à haute température confinés par des champs magnétiques. Sa construction a commencé en octobre 2018.

L'énergie issue de la fusion est considérée comme une source d'énergie presque idéale pour l'humanité.

Le Groupe ENN a coopéré avec des institutions de recherche telles que l'Académie chinoise de physiques de l'ingénierie, l'Institut de physique des plasmas relevant à l'Académie chinoise des Sciences et l'Institut de physique du Sud-Ouest pour réaliser le projet ENN XL-50 et se préparer à son programme de recherche.

Un tokamak sphérique est une forme de tokamak dans laquelle un plasma à très haute température peut être créé et maintenu pour produire de l'énergie issue de la fusion.
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.


numide
Muqaddam (مقدم)
Muqaddam (مقدم)
Algeria
Messages : 4695
Inscription : 13 juin 2016, 19:02
Localisation : alger

Re: Actualités Chinoises

Message par numide » 14 août 2019, 18:35

Les médecins chinois vont lutter contre les épidémies d'Ebola dans les pays africains.





La Chine enverra des experts de la santé publique en Ouganda et au Soudan du Sud à la demande de ces pays pour aider à prévenir les épidémies d'Ebola, a déclaré le directeur du Centre de contrôle et de prévention des maladies de Chine (CCPM). « Ils vont partir très bientôt », a déclaré Gao Fu, sans préciser la date.
S.....jpg

Les experts, dont trois doivent être envoyés au Soudan du Sud, travailleront avec les professionnels locaux de la santé pour renforcer le contrôle et la prévention des maladies à leurs frontières avec la République démocratique du Congo (RDC), en les guidant notamment dans l'utilisation de blouses de protection et de procédures de stérilisation, a-t-il expliqué dans une interview exclusive accordée au quotidien China Daily.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) avait fait savoir en juillet que l’épidémie d’Ebola qui sévit en RDC était une urgence de santé publique mondiale à la suite du décès d’un patient à Goma, une ville de 2 millions d’habitants située à la frontière de la RDC. Cela a suscité l’inquiétude quant à la propagation du virus dans les pays voisins.

La RDC est victime de la deuxième épidémie d'Ebola la plus importante au monde. Samedi, selon l'OMS, plus de 2800 cas d'Ebola avaient été signalés, dont 1888 décès, depuis le début de l’épidémie en août dernier. Aucun cas confirmé d'Ebola en dehors de la RDC n'a été signalé pour cette épidémie.

« Nous n'avons pas reçu de demande de la RDC, nous n'avons donc pas encore envoyé d'experts dans ce pays », a souligné M. Gao. « Mais nous nous préparons et allons très probablement envoyer des experts pour lutter contre le virus Ebola en première ligne avec le personnel de santé local en RDC, après réception de la demande. »

M. Gao a indiqué que le CCPM de Chine avait récemment intensifié sa coordination avec la Commission nationale de la santé, la plus haute autorité de santé du pays, afin d'évaluer la situation du virus Ebola en RDC et dans les pays voisins et de procéder à des préparatifs. « En plus des experts en RDC, nous prévoyons de donner de l'argent et du matériel pour le contrôle et la prévention d'Ebola, notamment des blouses de protection et des agents de stérilisation », a-t-il remarqué.

La plus importante épidémie d'Ebola s'est produite en Guinée occidentale, au Libéria et en Sierra Leone en 2014, faisant plus de 7000 morts à la fin de cette année-là, selon l'OMS. La Chine a déployé son plus important effort d'assistance médicale internationale à la suite de cette épidémie, fournissant de l'argent et du matériel d'une valeur de 120 millions de dollars et envoyant plus de 1 200 experts de la santé publique et en médecine dans ces pays.

La coopération avec les pays africains dans la lutte contre Ebola peut également aider à empêcher la maladie d'atteindre la Chine en réduisant les risques de transmission transfrontalière, a noté M. Gao. « Les virus, y compris Ebola, n'ont pas besoin de passeport ou de visa pour se rendre dans un autre pays, et un vol international peut provoquer la transmission de la maladie », a-t-il précisé. « Bien que le virus Ebola soit grave et dangereux, il peut être efficacement traité dès le début », a expliqué M. Gao. « Il est important que les groupes à haut risque, comme ceux qui sont rentrés des pays touchés en Afrique, restent vigilants et se rendent dans les hôpitaux pour recevoir un diagnostic et le cas échéant un traitement si des symptômes se manifestent. »

Certains hôpitaux chinois spécialisés dans les maladies infectieuses ont commencé à se préparer aux cas d’Ebola il y a plusieurs années, et M. Gao a déclaré qu’il était confiant, sachant que toute épidémie d’Ebola pouvait être prévenue en Chine si des cas individuels étaient signalés.


China.org.cn
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.


numide
Muqaddam (مقدم)
Muqaddam (مقدم)
Algeria
Messages : 4695
Inscription : 13 juin 2016, 19:02
Localisation : alger

Re: Actualités Chinoises

Message par numide » 14 août 2019, 19:21

La Chine arrête d’acheter les produits agricoles américains.





Mardi, le ministère du Commerce (MOFCOM) de Chine a annoncé que les entreprises chinoises avaient arrêté d’acheter des produits agricoles américains et que la Chine n’excluait pas d’imposer des droits de douane sur les importations de produits agricoles américains achetés après le 3 août.
F.jpg

« Les entreprises chinoises concernées ont interrompu leurs achats de produits agricoles américains », a fait savoir le MOFCOM dans un communiqué publié en ligne dans la nuit du lundi au mardi.

Selon ce document, la Chine espère que les Etats-Unis tiendront leur promesse et créeront les « conditions nécessaires » pour une coopération bilatérale.

Jeudi dernier, le président américain Donald Trump a déclaré que la Chine n’avait pas tenu sa promesse d’acheter des volumes importants de produits agricoles américains, s’engageant à imposer de nouveaux droits de douane sur près de 300 milliards de dollars de marchandises chinoises importées aux Etats-Unis et mettant ainsi un terme abrupte à la trêve commerciale sino-américaine.

En réponse aux accusations américaines, Cong Liang, le secrétaire-général de la Commission nationale du développement et de la réforme (CNDR, la plus haute agence de planification économique de Chine), a déclaré que de telles accusations étaient infondées.

Selon lui, entre la conclusion de la rencontre d’Osaka (entre Xi Jinping et Donald Trump) en marge du G20 et la fin du mois de juillet, un total de 2,27 millions de tonnes de soja américain ont été expédiées en Chine et 2 autres millions de tonnes de soja devraient être expédiées au mois d’août.

Depuis le 19 juillet, les entreprises chinoises se sont renseignées sur l’achat de produits agricoles, comme le soja, le sorgho, le blé, le maïs, le coton, les produits laitiers, le foin, l’alcool éthylique, l’huile de soja, le vin, la bière ou encore les fruits frais et en conserve.

Le 2 août au soir, un certain nombre d’accords avaient été conclus, incluant des accords pour l’importation de 130000 tonnes de soja, 120000 tonnes de sorgho, 60000 tonnes de blé et 40000 tonnes de porc ou de produits au porc, a indiqué Cong Liang.

« La Chine et les Etats-Unis sont hautement complémentaires dans le secteur agricole et le commerce de produits agricoles est conforme aux intérêts mutuels des deux parties », a-t-il souligné.

Selon le secrétaire-général de la CNDR, la raison pour laquelle certains produits américains, comme l’alcool éthylique et le maïs, n’ont pas réussi à trouver un accord sur le marché chinois est que leurs prix sont moins compétitifs.

« Nous espérons que les Etats-Unis feront plus pour éliminer les obstacles et créer les conditions pour l’achat par la Chine de produits agricoles américains », a-t-il déclaré.

China.org.cn
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.


numide
Muqaddam (مقدم)
Muqaddam (مقدم)
Algeria
Messages : 4695
Inscription : 13 juin 2016, 19:02
Localisation : alger

Re: Actualités Chinoises

Message par numide » 14 août 2019, 20:46

Afflux de touristes à la vieille ville de Fenghuang pendant les vacances d’été.





Photo prise le 10 août, montrant une ruelle encombrée de touristes dans le bourg antique de Fenghuang. Située dans le sud-ouest de la préfecture autonome Miao et Tujia de Xiangxi, dans la province du Hunan, la ville de Fenghuang est récemment entrée dans sa haute saison touristique estivale.
11.jpg
22.jpg
1. ...jpg
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.


numide
Muqaddam (مقدم)
Muqaddam (مقدم)
Algeria
Messages : 4695
Inscription : 13 juin 2016, 19:02
Localisation : alger

Re: Actualités Chinoises

Message par numide » 14 août 2019, 23:17

Les magnifiques paysages d’une mer de fleurs à Changchun.





Le 13 août, des touristes flânent dans la mer de fleurs du village de Dabei, situé dans le district de Jiutai près de Changchun, dans la province du Jilin.
z.jpg
gf.jpg
jh.jpg
gt.jpg
gg.jpg
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.

Répondre

Revenir à « Actualités Internationales »