Contrôle et sécurisation des frontières

Parlez ici,des engagements récents de l'ANP (terrorisme, tensions territoriales, engagements extérieurs...)
Répondre

malikos
Mulazim (ملازم)
Mulazim (ملازم)
Algeria
Messages : 1000
Inscription : 01 avril 2012, 13:54

Re: Contrôle et sécurisation des frontières

Message par malikos » 08 décembre 2018, 22:58

Contrebande : 26 orpailleurs interceptés à Tamanrasset et Bordj Badji Mokhtar
08/12/2018 - 15:03

Ph. MDN

Des détachements de l'Armée nationale populaire (ANP) ont intercepté vendredi 26 orpailleurs à Tamanrasset et Bordj Badji Mokhtar et saisi du matériel utilisé dans l'extraction illégale de l'or, indique samedi un communiqué du ministère de la Défense nationale (MDN).

«Dans le cadre de la lutte contre la contrebande et la criminalité organisée, des détachements de l'Armée nationale populaire ont intercepté, le 07 décembre 2018 à Tamanrasset et Bordj Badji Mokhtar (6ème Région militaire), 26 orpailleurs et saisi 10 groupes électrogènes, 15 marteaux piqueurs, 4 détecteurs de métaux, ainsi qu'un véhicule tout-terrain», précise la même source.

Par ailleurs, des détachements combinés de l'ANP «ont saisi à Béchar (3ème RM), Oum El-Bouaghi et Bejaïa (5ème RM), 4,5 kilogrammes de kif traité, tandis que 8.586 unités de différentes boissons ont été saisies à Ouargla (4ème RM)».

Dans le cadre de la lutte contre l'immigration clandestine, des détachements combinés de l'ANP «ont arrêté à Tamanrasset (6ème RM), Ouargla et Laghouat (4ème RM), 46 immigrants clandestins de différentes nationalités», tandis que des Garde-côtes et des éléments de la Gendarmerie nationale «ont déjoué, à Chlef (1ère RM), Oran et Mostaganem (2ème RM), des tentatives d'émigration clandestine de 72 personnes à bord d'embarcations de construction artisanale», ajoute le communiqué.http://radioalgerie.dz/news/fr/article/ ... 56953.html


godzavia
Djoundi (جندي)
Djoundi (جندي)
Algeria
Messages : 63
Inscription : 21 novembre 2013, 13:23

Re: Contrôle et sécurisation des frontières

Message par godzavia » 11 décembre 2018, 21:39

es qu'il existe une autorisation pour chercher de l'or en algerie?


numidia
Raïd (رائد)
Raïd (رائد)
Algeria
Messages : 2674
Inscription : 21 mars 2012, 20:17

Re: Contrôle et sécurisation des frontières

Message par numidia » 11 décembre 2018, 23:56

godzavia a écrit :
11 décembre 2018, 21:39
es qu'il existe une autorisation pour chercher de l'or en algerie?
:arrow: code minier de 2014
https://ekladata.com/law-africa-news.ek ... -2014-.pdf
La nouvelle loi minière, très attendue pour mettre de l’ordre dans le secteur en Algérie, vient d'entrer en vigueur après sa publication au Journal Officiel N°18, rapporte APS. Selon cette loi, nul ne peut obtenir un permis minier s'il ne possède les capacités techniques et financières nécessaires pour mener à bien ses travaux et assumer les obligations règlementaires qui s’y attachent.
Ce dispositif s'applique aux activités d'infrastructures géologiques de recherche et d'exploitation des substances minérales ou fossiles. Il fait exception aux activités de recherche et d'exploitation des eaux, des gisements hydrocarbures liquides ou gazeux et de schistes combustibles pétrolifères et gaziers.

Le nouvel arsenal juridique confie les activités d'infrastructures géologiques, de recherche et d'exploitation minières au ministère de l'Energie. Il crée l’Agence géologique d’Algérie et l’Agence nationale des activités minières qui suppléent deux agences minières existantes qui ont été restructurées et ont obtenu de nouvelles attributions.
Les nouvelles agences sont chargées, la première, de la gestion des infrastructures géologiques, pendant que la seconde va contrôler et gérer les infrastructures minières.
avril 2014
https://www.agenceecofin.com/gestion-pu ... en-vigueur
L'or et le diamant en Algérie
octobre 2018
Notre ministre de l'Industrie et des Mines, Youcef Yousfi, s'est rendu au forum d'El Moudjahid, dimanche dernier. S'il a beaucoup parlé de zones industrielles, de l'automobile, de l'industrie pharmaceutique, ce qui retient particulièrement l'attention ce sont les gisements d'or et de diamants que recèle notre sous-sol et que nous n'exploitons pas encore. Pour plusieurs raisons. «L'exploitation du gisement d'or et le développement de cette activité en Algérie demeure une priorité pour nous. Malheureusement, nous n'avons pas les compétences nécessaires pour y faire face par nous-mêmes, c'est pourquoi nous sommes en discussions avec des partenaires étrangers pour faire de véritables mines d'or» a précisé Yousfi lors de cette conférence. Il nous apprend que nos réserves connues «dépassent les 100 tonnes». Ce qui n'est qu'une approximation car, a-t-il ajouté, «le potentiel national existant n'est pas encore connu de manière précise». Il a rappelé le choix d'un mauvais partenaire qui par le passé «se limitait à l'exploitation des couches superficielles sur des périmètres très larges, ce qui donnait une production «insuffisante» de l'ordre d'une tonne par an». Quantité si minime qu'elle en devient suspecte. Il faut savoir que la Chine produit près de 500 tonnes d'or, que la Russie et l'Australie près de 300 tonnes, etc. Le contrat avec le «mauvais» partenaire a été évidemment rompu. Des discussions avec d'autres partenaires sont en cours. Yousfi a également abordé les gisements de diamants en Algérie, mais sans trop s'étaler. Souci de confidentialité ou absence de données précises? Ce qui est sûr, concernant ces deux produits, c'est qu'il faut ajouter à la partie technique, une bonne dose de politique et de chasse gardée de certains lobbys. Chacun sait que la plaque tournante du marché mondial du diamant est Anvers en Belgique. Il en va de même pour l'or que se répartissent les orfèvres lorsqu'il s'agit de sa transformation. Ces deux matières très précieuses existent dans notre sous-sol et même en surface pour l'or. En témoignent ces multiples arrestations d'orpailleurs (chercheurs d'or) dans le Sud du pays par nos militaires. Ils viennent avec tout l'équipement nécessaire. Marteaux piqueurs, détecteurs de métaux, etc. Ceci dit, Yousfi a raison de dire que nous n'avons pas d'expérience dans ce domaine. C'est pourquoi l'investissement privé national n'a pas investi ce créneau. Explorer le sous-sol, exploiter une mine, quelque qu'elle soit, n'existe pas dans l'historique mental des Algériens. Juste après l'indépendance, le 6 mai 1966 plus précisément, l'Etat algérien avait décidé la nationalisation de nos mines qu'il avait confiées à la Société nationale de recherches et d'exploitation minières (Sonarem) créée une année après. En 1983, ce qu'on a appelé «restructuration» avait fait éclater cette société en six autres entreprises. Pour ne pas dire en six morceaux. Plus un groupe industriel censé regrouper ces six «morceaux»
http://www.lexpressiondz.com/edito/3024 ... gerie.html
Image

Répondre

Revenir à « Engagements Actuels de l'ANP »